Charlatans saumâtres, non le nazisme n’est pas le socialisme!

Nous reproduisons ici une analyse d’un communiste de France en raison de son caractère extrêmement pertinent pour comprendre adéquatement les évènements contemporains pour quiconque s’intéresse aux contradictions capitalistes puisqu’en s’appuyant sur le matérialisme historique, l’auteur nous explique notamment comment s’est effectuée la montée du nazisme en Europe, en général et en France, en particulier. 

Charlatans saumâtres

Photo accompagnant l'article - Non le nazisme n'est pas le socialisme

Jeudi 6 juin 2013 4 06 /06 /Juin /2013 14:05

http://camarade.over-blog.org/article-gabriel-peri-non-le-nazisme-n-est-pas-le-socialisme-extraits-118313949.html 

Gabriel Péri: « Non le nazisme n’est pas le socialisme » EXTRAITS

 

* En attendant, des charlatans saumâtres nous expliquent que le fin du fin est de supprimer la lutte des classes. Ils ont tout dit quand ils ont dit ça. Ils veulent supprimer la lutte des classes par décret, en l’interdisant par affiches, comme on interdit certains apéritifs, certains jeux de hasard, la circulation dans Paris minuit passé, et le franchissement de la chaussée en dehors des passages cloutés. Nos charlatans saumâtres, s’ils n’étaient pas de vulgaires coquins, seraient de petits ignorants et mériteraient le bonnet d’âne. Tant qu’il y aura des pauvres et des riches, des exploités et des exploiteurs, ces catégories antagonistes se heurteront. On ne connaissait pas encore les théories du socialisme lorsque les esclaves romains se révoltaient sous la direction de Spartacus ; tout le Moyen-Age a été marqué des Jacqueries, ces révoltes des paysans contre les seigneurs féodaux.
* Il n’est de société sans classes que la société sans exploitation de l’homme par l’homme. Supprimer l’exploitation de l’homme par l’homme, c’est tarir la source du profit capitaliste. Les nazillons n’y songent pas un instant. Leurs modèles, les nazis, n’y ont jamais songé.
* L’appropriation individuelle des instruments de production par les détenteurs de l’argent ne correspond plus au caractère social, collectif du mode de production. Et comme il ne peut être question de revenir à l’artisanat ou à la manufacture, l’harmonie nécessaire entre le mode de production et le mode d’appropriation ne peut être établie que par la remplacement de la propriété individuelle par la propriété sociale.
* C’est ce qu’exprime ce très beau raccourci de Jaurès :

« Nous voulons l’abolition du salariat et, comme il est impossible, maintenant que le temps du rouet, du fuseau, du marteau à la main, de l’instrument individuel de production, est passé pour faire place au   grand mécanisme collectif de la production, comme il est impossible d’assurer à chaque travailleur la propriété de son outil individuel, c’est par la transformation de la propriété capitaliste en propriété collective que nous voulons poursuivre la transformation sociale. »Oh nous savons bien l’objection des ignorants qui se donnent pour de beaux esprits ! « Vous retardez, nous disent-ils, avec votre B A BA du socialisme. Tout cela est bel et bien dépassé aujourd’hui. Les fondateurs du socialisme vivaient à l’autre siècle. Comment auraient-ils pu prévoir les formes de l’économie moderne et les bouleversements qui ont secoué le monde ? »
L’époque de l’impérialisme

* Voici notre réponse :
* Si le socialisme n’avait pas conservé un si grand prestige, s’il n’était pas la seule formule d’affranchissement humain, ceux qui rêvent pour des desseins suspects de se gagner la sympathie des masses populaires n’arboreraient pas le drapeau du socialisme.
* Au surplus, s’il est bien vrai que les fondateurs du socialisme scientifique n’ont pu prévoir dans les détails les phénomènes économiques surgis depuis cinquante années, ils en avaient indiqué les prémisses avec une grande lucidité, et leurs continuateurs ont étudié très scrupuleusement ces phénomènes en appliquant à leur étude la très sûre méthode du matérialisme dialectique. Et à quelles conclusions ont abouti ces continuateurs qui s’appellent Lénine et Staline ? De quelle contribution ont-ils enrichi le socialisme ? Ils ont expliqué que nous étions entrés, avec le vingtième siècle, dans l’époque de l’impérialisme.
* L’époque de l’impérialisme est celle où le heurt entre les forces productives et le régime social atteint sa plus grande acuité. Le régime capitaliste cesse d’être progressif. Ses idéologues se font alors les négateurs du progrès. À l’époque de l’impérialisme, l’effort de la raison, de l’analyse scientifique, ne peut que démontrer le caractère irrationnel de ce système. Les idéologues de l’impérialisme affirment que « les vrais chefs n’ont nullement besoin de culture et de science » (Hermann Göring). Au développement de la raison, on oppose les mythes grossiers de la Terre et du Sang. À l’époque de l’impérialisme, enfin, c’est-à-dire à l’époque de la domination d’une oligarchie financière étroite, la couche sociale intéressée au maintien du système capitaliste devient de moins en moins nombreuse (Note d’ami de l’égalité : l’oligarchie est le gouvernement d’un petit groupe ; ce mot est souvent employé aussi pour désigner le petit groupe qui gouverne).

Recours au terrorisme

* Pour assurer leur pouvoir, les oligarchies doivent renoncer au système de gouvernement démocratique. Elles recourent au terrorisme. Elles deviennent antidémocratiques et réactionnaires. Pour mener à bien leur entreprise, il leur faudra tenter de détourner les masses ouvrières de la voie révolutionnaire, de les maintenir sous la domination de la grande bourgeoisie. C’est dans ce but qu’elles créeront partout où elles pourront des mouvements fascistes ; qu’elles leur conseilleront, pour tromper les masses ouvrières, de se servir de mots d’ordre anti-capitalistes. C’est ainsi qu’à l’époque de l’impérialisme, en combinant une démagogie anti-capitaliste chauvine, antisémite avec un terrorisme forcené contre la classe ouvrière, le fascisme a pu, dans un certain nombre de pays, dresser un barrage contre le socialisme, assurer la prolongation du système de domination des oligarchies capitalistes. Telle était la mission des nazis rassemblés par Adolf Hitler. Telle est la mission des nazillons qu’essayent de rassembler Marcel Déat, Deloncle et Jacques Doriot.

Ce n’est pas du socialisme

* Cette entreprise, on peut la baptiser de tous les noms qu’on voudra. Elle n’a rien à voir avec le socialisme ; elle est le contraire du socialisme (Note de Gabriel Péri : Staline, dans son rapport au dix-septième congrès du Parti bolchévique, caractérise le fascisme « comme un signe montrant que le grand capital n’est plus en mesure d’exercer son pouvoir au moyen des anciennes méthodes de parlementarisme et de démocratie, ce qui l’oblige à recourir dans sa politique intérieure aux méthodes de domination terroristes »).

Le socialisme nous révèle la contradiction qui creuse le tombeau du capitalisme. Le nazisme est né de l’effort du capitalisme décadent pour imposer son pouvoir par la terreur. Le socialisme révèle aux exploités le secret de leur exploitation et le moyen de briser cette exploitation. Le nazisme est la tentative tout à la fois sournoise et violente des couches réactionnaires de la bourgeoisie pour détourner les exploités de la voie de leur affranchissement.
* Le socialisme repose sur deux assises fondamentales : la propriété sociale des moyens de production, dans le cadre du respect de la petite propriété individuelle, fruit du travail personnel ; la suppression de l’exploitation de l’homme par l’homme.
* La Société Socialiste, c’est celle où les moyens de production appartiennent soit à la société tout entière, soit à la collectivité des producteurs qui les gère. La Société Socialiste, c’est celle où les moyens de production qui permettaient l’exploitation du travail d’autrui étant devenus propriété sociale, la classe exploiteuse n’existe plus. La Société Socialiste est celle où la classe travailleuse (ouvriers et paysans) a cessé d’être exploitée par les possesseurs des grands moyens de production, pour devenir la propriétaire collective de ces moyens de production, affranchie de toute exploitation.
* Être socialiste, c’est lutter pour cette société-là ! Est-ce cette société que se proposent de construire les démagogues ivres du « Rassemblement » antinational et impopulaire ? Ce qui est certain, c’est que leurs maîtres de Berlin ne l’ont pas construite. Ils lui ont tourné le dos.

Discours anticapitalistes et subvention des magnats

* On conçoit aisément que le socialisme tel qu’il est, tel que nous venons de le définir, le socialisme vrai, dont les communistes sont les seuls champions authentiques, ait été depuis toujours le cauchemar des ploutocrates.
* Le socialisme, parce qu’il se propose de dépouiller les oligarchies de l’instrument d’exploitation, est pour celles-ci l’objet de la plus vive inquiétude. Contre lui, elles ont multiplié les obstacles. Elles ont usé de la puissance que leur confère la richesse pour combattre le mouvement socialiste ; elles ont usé de l’emprise qu’elles exercent sur l’État pour briser les organisations ouvrières, etc.
* Si le nazisme, dont les hauts-parleurs du RNP prétendent suivre l’exemple et imiter le modèle, avait été le socialisme ; s’il avait été, à tout le moins, une variété, une forme de socialisme, ses progrès auraient provoqué l’indignation des classes possédantes. Contre lui, elles auraient multiplié les entraves. Elles auraient tout essayé pour ruiner le mouvement. Elles auraient, à prix d’or, suscité contre lui des mouvements rivaux, etc. Bref, elles auraient déployé l’effort de corruption que partout et toujours des exploiteurs déploient contre ceux qui menacent leurs privilèges.
* Or, que s’est-il passé en Allemagne ? Il s’est passé ceci, sur quoi Déat et Doriot observeront, si vous les interrogez, un silence pudique : les possesseurs et les manieurs d’argent, les magnats de l’industrie lourde, les forces les plus actives du capitalisme ont subventionné le mouvement nazi, financé ses journaux, entretenu sa caisse de propagande. Pourquoi ? Parce que le nazisme, loin d’être une forme du socialisme, a été pour la grande bourgeoisie allemande — ce que le RNP tente d’être pour la grande bourgeoisie française — l’instrument de tentative de sauvetage de l’ordre ploutocratique.

Ce jongleur de Mussolini

* Sans doute, les dirigeants nazis ont-ils eu soin, toujours, d’entourer de mystère tout ce qui concernait les ressources du Parti. En vertu du « Führerprinzip » (principe du Führer), Hitler s’abstenait de révéler à ses collaborateurs les plus proches l’origine de certaines souscriptions ; mais dans les années qui précédèrent son avènement au pouvoir, chaque fois que s’amorçait un débat public sur les moyens financiers du Parti, Hitler préférait transiger avec ses « diffamateurs » plutôt que de leur intenter un procès. Ce qui ne l’empêchait pas de célébrer la « vertu nazie » et d’accuser d’autres fascistes — les fascistes italiens par exemple — de n’être pas comme lui vêtus de probité candide et de lin blanc ! Le 29 juillet 1922 — treize ou quatorze ans avant l’Axe – le Völkischer Beobachter écrivait que « Mussolini avait trahi ses camarades parce qu’il avait été corrompu par les représentants de la Société du Gaz de Zurich ». Le journal ajoutait que le Popolo d’Italia, le journal de Mussolini, avait été fondé avec de l’argent juif et il invitait les « nationaux-socialistes » à « éviter strictement tout rapport avec ce jongleur de Mussolini ». Mais les sources où s’abreuvait Hitler n’étaient pas plus pures que celles où Mussolini avait étanché sa soif. L’un et l’autre s’étaient désaltérés aux fontaines du grand capital. L’un et l’autre ont été choisis par les tenants du vieil ordre comme les chiens de garde de leurs privilèges.

L’Allemagne entre les deux guerres

* Pour la bonne compréhension de ce qui va suivre, essayons de nous représenter l’Allemagne entre les deux guerres. En 1918, ce pays a vu éclore des Soviets d’ouvriers et de soldats (note d’Ami de l’égalité : le mot russe « soviet » est l’équivalent du mot français « conseil » ; Gabriel Péri l’emploie ici par référence à la révolution russe de 1917, qui a consisté dans la formation en Russie de conseils d’ouvriers et de soldats, lesquels ont démantelé les institutions du pouvoir impérial et se sont formés en institution politique nouvelle ; les bolcheviks déployaient leur activité au sein de ces conseils ; en employant ici le mot russe « soviet », Gabriel Péri désigne les conseils révolutionnaires formés en Allemagne au moment de la déconfiture des institutions du pouvoir impérial consécutive à la défaite militaire de l’automne 1918). Mais la Révolution a été écrasée dans le sang par les efforts conjugués de l’Entente (note d’Ami de l’égalité : il s’agit de l’alliance franco-anglaise conclue sous le nom d’Entente cordiale et à laquelle s’étaient joints, à la faveur de la guerre mondiale, divers autres états) et des chefs traîtres de la social-démocratie, lesquels ont fait appel aux junkers et aux officiers de l’ancienne armée. Le courant populaire a été si puissant cependant que les maîtres du pouvoir durent accorder quelques concessions à la classe ouvrière : assurances sociales, contrats collectifs, conseils d’entreprises, droit d’organisation des ouvriers agricoles. Toutefois, les potentats de la grande industrie, aussi bien que les hobereaux, sont parfaitement décidés à reprendre ce qu’ils ont accordé. Pour commencer, ils sabotent l’application des lois sociales ; ils s’emploient à briser les grèves. Ils créent pour cela des corps spéciaux, des ligues de combat, sorte de police prétorienne aux ordres du grand capital. La plus agissante de ces ligues crées et mises au monde par les capitalistes allemands, c’est le Parti national-socialiste d’Adolf Hitler. Pendant toute une période, ces ligues, que le grand capital a eu l’occasion d’expérimenter lors du putsch de Kapp, sont tenues en réserve. L’heure n’a pas sonné encore de les lancer dans la bagarre. Il attend que les capitaux américains et anglais aient afflué en Allemagne, que l’industrie allemande se soit rééquipée. Seulement, lorsque cet équipement est achevé, lorsque l’Allemagne s’apprête à inonder le monde de ses produits, le monde est secoué par la grande crise économique de 1930. Cette crise touche directement les industriels allemands. Leur grande préoccupation, dès lors, va être de réduire les salaires ouvriers, d’abroger la législation sociale, d’en finir avec le système des contrats collectifs. Ils doivent, pour cela, disposer d’un État docile à leurs voeux. Les corps-francs sont tirés de l’ombre ; le parti national-socialiste est poussé à l’avant-scène. Fritz Thyssen et Kirdorff de la métallurgie de Gelsenkirchen augmentent le chiffre de leurs subventions. Les gouvernements de Brüning, de Von Schleicher, de Papen cèdent à la pression des agitateurs nazis, puis ils leur abandonnent la place.
* Ne nous y trompons pas, cependant, la volonté et l’argent de quelques magnats n’aurait point suffi à assurer la victoire de cette équipée. Pour qu’elle réussît, ses initiateurs devaient capter la confiance d’une troupe importante, se donner — ce que Déat et Doriot cherchent en vain dans la France de 1941 — une base de masse. Comment s’y prirent-ils ? La question est d’importance. Là-bas, une formidable entreprise de viol des foules a réussi. Réussira-t-elle chez nous ? Ce qui est certain, c’est que l’un des moyens d’empêcher {on succès, c’est de révéler les procédés qu’elle employa, de dire comment elle mystifia ceux à qui elle s’adressait, et c’est de montrer que ceux-là furent victimes d’une des plus gigantesques escroqueries de l’histoire.

Des millions d’êtres dans la misère

* Mais qui étaient-ils au juste, ceux auxquels s’adressait l’agitation nazie ? C’étaient les classes moyennes d’abord, les épargnants, les détenteurs de revenus fixes saignés à blanc par la chute du mark, les petits commerçants pressurés par les banques, écrasés par les magasins cartellisés. C’étaient les paysans endettés, que le fléchissement des prix condamnait à la misère, à partir de 1929 ; les petits paysans s’entendent, car pour ce qui est des hobereaux, la politique douanière du gouvernement les avait mis à l’abri des risques les plus graves. À ces catégories sociales, ajoutez les anciens combattants et parmi eux la foule des anciens officiers et sous-officiers à qui la fin de la guerre et la défaite ont fait perdre leur emploi ; la jeunesse enfin, la tragique multitude des jeunes chômeurs et des jeunes étudiants sans emploi, tous avides d’action, de mouvement, de renouvellement.
* Où vont aller ces millions d’hommes et de femmes sur qui la misère s’est abattue comme un manteau de plomb et que déjà la famine guette ? Où vont-ils aller ?
* Ah certes, si contre le régime qui engendre l’effroyable détresse, la classe ouvrière s’unissait comme tentent de l’unir les communistes, la réponse ne serait pas douteuse. Le prolétariat uni serait pour la petite bourgeoisie une irrésistible force d’attraction. Autour de cette force se grouperaient les victimes de la guerre, les jeunes dont les vingt ans réclament avec tant d’impatience l’action, la rénovation de l’Allemagne. Alors serait mobilisée la formidable armée qui ne s’égarerait pas, ne prendrait pas le mauvais chemin, mais s’attaquerait à la cause du mal : elle désignerait aux multitudes le but à atteindre, le socialisme.

La division ouvrière favorise le nazisme

* Oui, mais la classe ouvrière est divisée, la social-démocratie, non contente de repousser les propositions d’action commune des communistes, charge son préfet de police Zorgiebel de faire tirer sur la foule ouvrière de Berlin, le premier mai 1929. Elle s’accroche à la capote de Hindenburg, à la soutane de Brüning, à la jaquette de von Papen.
* Par sa faute inexpiable, c’est vers d’autres forces que va se diriger la cohorte des victimes. Vers quelles forces ? Vers celles qui ont été mises sur pied par les responsables de ses misères.
* Ces forces existent ; ce sont le Parti nazi, ses sections de protection, ses sections d’assaut dont le grand capital a alimenté les caisses. Magnats de l’industrie, féodaux de la terre ont réalisé ce tour de force : ils ont groupé les victimes du régime dans des organisations dont la raison d’être et la mission était de sauver ce régime.
* Nous verrons comment cette supercherie fut possible et quel langage tinrent, à cette foule qui avait faim, les chefs visibles du mouvement. Mais qu’importait le langage. Les autres chefs, invisibles ceux-là, tenaient les cordons de la bourse. Ils étaient les vrais maîtres du mouvement nazi ; ils savaient qu’ils le conduiraient où ils voudraient et ils lui avaient assigné la mission de sauver des privilèges que la tourmente menaçait d’emporter.

Bailleurs de fonds de Hitler

* Ces chefs invisibles, ces bailleurs de fonds, quels étaient-ils ? Certains ne vivaient pas sous le ciel allemand. C’est ainsi que, parmi les protecteurs de la première heure du mouvement nazi figure : le pétrolier anglais Sir Henri Detterding, le potentat américain Ford et quelques financiers suédois liés à la famille de Göring. Parmi les protecteurs allemands, il convient de citer M. Aust, président de l’Union des Industriels bavarois ; M. Kuhlo, avocat-conseil de cette union ; Von Epp qui, en compagnie de Röhm, se procura dans les milieux financiers de Munich les fonds nécessaires à l’achat du journal le Völkischer Beobachter ; le grand industziel Borsig ; le fabricant de dentelle Mutscham ; le chef du trust du charbon de Rhénanie Kirdorff ; l’industriel Thyssen ; l’administrateur du grand trust de la potasse Wintershall de Cassel ; le trust Lahussen-Nordwolle ; l’union minière Bergbanveren d’Essen ; la maison Otto Wolf ; le trust des cigarettes Reemsta ; de grands propriétaires terriens ; enfin les anciens princes allemands : l’ex-Kaiser, le prince Auguste-Guillaume de Hohenzollern, le prince Christian de Schaumburg-Liffe, le duc de Saxe-Cobourg Gotha, les grands-ducs d’Oldenburg, de Mecklemburg, de Hesse, le duc Ernest-Auguste de Brünswick. Et ce fut pour être agréable à ces « noms de Dieu de princes », pour les payer comptant, que les députés nazis, tout en vitupérant le capitalisme, votèrent au Reichstag contre la loi d’expropriation des anciennes familles princières !
* Voilà quels noms portent les vrais maîtres du mouvement nazi. Ces bailleurs de fonds, dont les journaux de Marcel Déat et de Doriot ne publieront jamais le palmarès, ne gaspillaient pas leurs deniers. Ils ne prêtaient pas à fonds perdu. Ils réalisaient un très bon placement. Ils se ménageaient une assurance. En prélevant un peu sur leurs bénéfices, ils entendaient assurer la protection de leur régime, de leurs privilèges et tirer une traite sur l’avenir.
* Ils n’ont pas été déçus, mais remboursés avec usure et récompensés au centuple !

L’escroquerie du programme : bons et mauvais capitalistes

* Les hauts-parleurs du « Rassemblement national populaire » balbutient et bredouillent. Mettez-vous à leur place. Ils ont mijoté dans les vieilles marmites des 200 familles ; ils ont été ministres de Tardieu, ou de Doumergue, ou de Flandin, ou de Daladier ; ils ont attaché leurs noms à des décrets-lois de déflation qui, pour sauver le superflu des riches, rognaient sur le nécessaire des pauvres. Tel est le cas de Laval, avocat marron qui eut l’agent électoral du financier Octave Homberg ; de Marcel Déat à qui il ne répugnait pas d’être collaborateur de deux journaux, dont l’un : L’Oeuvre, était financé par la Banque Lazard, et l’autre : La République, touchait au guichet des Compagnies d’Assurances ; de Rivollet (fâcheusement compromis par ailleurs dans un scandale de Loterie d’anciens combattants), qui fut ministre des Pensions et signa les décrets qui frappaient d’un prélèvement les pensions des anciens combattants ; de Cathala, qui fut ministre de Tardieu ; de Besset, qui fut ministre de Daladier.

Premiers vagissements du RNP

* Ils ont passé une partie de leur vie à dénoncer la Révolution, à exorciser le socialisme, à frémir chaque fois que le prolétariat entamait un des privilèges sacrés du capitalisme. Aujourd’hui, pour servir les mêmes forces d’argent qu’hier, il leur faut modifier du tout au tout leur vocabulaire, se couvrir d’une vêture nouvelle. Ils bégaient, ils hésitent, ils ont peur. Voilà pourquoi leur déclaration-programme est si mièvre, si pâle, si anémiée et souffreteuse.
* Nos gaillards désirent « une économie dirigée à base corporative ». Ils suggèrent que la monnaie soit « garantie par le travail ». Ils n’écrivent pas une fois le mot socialisme. Ils veulent bien manipuler des pétards de feu d’artifice ; ils hésitent à faire fonctionner le 420 de la démagogie (Note d’Ami de l’égalité : l’un des plus gros calibres de l’artillerie de la guerre de 1914-1918 est de 420 millimètres). Il faudra qu’ils s’y résignent cependant, car leurs formules proprettes et chétives, si elles rassurent pleinement leurs maîtres, n’exerceront aucun attrait sur les masses populaires. Pour essayer de séduire ces masses, il faudra trouver autre chose. Ils chercheront. Ils chercheront dans le Programme de leurs modèles les nazis d’Allemagne.
* Et que trouveront-ils ? Il faut que nous soyons ici prévenus. Il est possible que dans les semaines à venir, les hommes du « Rassemblement national » mettent en circulation des slogans sonores à allure très radicale et très subversive. Il n’est pas d’autre moyen pour eux d’exécuter la besogne dont l’occupant et les amis de l’occupant les ont chargés. C’est ainsi et pas autrement qu’ils tenteront de mystifier le public, de lui jeter de la poudre aux yeux ; c’est contre cette mystification et cette escroquerie que nous mettons en garde les travailleurs français.

Panneau-réclame des nazis

* Supposons que, forçant la note et haussant le ton, les hommes du Rassemblement substituent prochainement à leur Déclaration de principes minable et décolorée un panneau-réclame claironnant et haut en couleur. Que faudra-t-il en penser ? Pour former à son sujet un jugement sain, le mieux sera de se reporter au panneau-réclame que les agitateurs nazis allemands — les modèles du RNP — ont promené à travers l’Allemagne entre 1929 et 1933. Que disaient-ils alors ? Et quelle était la portée de leur programme ? N’oublions jamais que pour parvenir à leurs fins, les nazis d’Allemagne sont allés dans la voie de la démagogie aussi loin que peut aller un parti mis au monde par les oligarchies, et dont le sauvetage des oligarchies est le but suprême, encore que soigneusement dissimulé aux foules.
* Ils se sont présentés comme les redresseurs du socialisme, comme les amis et les protecteurs des syndicats ouvriers ; ils n’ont pas hésité à proclamer que l’arme de la grève était pour les travailleurs une arme légitime : « Le national-socialisme, écrivait le « Völkicher Beobachter », reconnaît sans restriction le droit de grève… C’est mentir honteusement que de dire que les nationaux-socialistes, lorsqu’ils auront pris le pouvoir, enlèveront aux travailleurs leur arme suprême : le droit de grève ».
* Nos RNP ne tiennent pas encore ce langage. Ils en sont encore aux vagissements prémonitoires. Mais en 1929, en 1930, non contents de prêcher le « redressement » du socialisme, de déclarer sacré le droit de grève, arme suprême des ouvriers, les nazis d’Allemagne parlaient confusément d’une réforme profonde du droit de propriété. Devant les petits paysans, ils allaient jusqu’à envisager le partage des terres. Ils faisaient la grosse voix contre les agrariens (qui subventionnaient la caisse nazie). Ils disaient : « La grande propriété, dans l’Est, doit disparaître pour la plus grande partie. On ne peut conserver la grande propriété par respect pour les traditions. »

Ce programme ? Une duperie

* Arrêtons-nous un moment. Nous pressentons l’objection que l’on nous adresse : que vous le vouliez ou non, nous dit-on, des promesses de ce genre sont tout de même assez précises. Elles ont trait à une transformation assez profonde de la structure capitaliste. Il est possible qu’elles n’aient pas été tenues, nous ne voulons pas le savoir pour l’instant. Elles n’en contenaient pas moins un engagement de transformer le vieil ordre social capitaliste. Le programme, en somme, n’était pas mauvais et si le RNP nous en présente un semblable, pourquoi lui bouderions-nous ?
* Et voici notre réponse : non, ce programme, ce n’était pas le programme socialiste et c’était, par conséquent, une duperie.
* Les nazis d’Allemagne (et vous verrez que les nazillons de France suivront leur exemple) ont pris à partie, avec beaucoup de virulence oratoire il est vrai, les à-côtés du régime ploutocratique. Ils n’ont jamais touché à la racine du mal. Ils n’ont jamais porté une main sacrilège sur le système d’où les oligarchies tirent la source de leur superprofit. Ils ont dénoncé à la colère des masses quelques rouages de la machine, c’est-à-dire que dans cette Allemagne que le socialisme aurait pu sauver de la misère, le nazisme a rempli très exactement la mission que lui avaient confiée ses maîtres : sauver le vieux régime et détourner les multitudes de la lutte pour le socialisme.
* Soyez sûrs que c’est cette besogne-là qu’accompliraient, si nous les laissions faire, les chefs de bande du RNP.
* Mais pour réussir ce formidable subterfuge, comment ont procédé les nazis d’Allemagne ?

Le capitalisme… étranger, ennemi principal

* Aux masses frémissantes d’Allemagne, ils ont désigné comme ennemi principal le capitalisme… étranger. C’est le capitalisme étranger qui a imposé à l’Allemagne l’injuste traité de Versailles ; c’est lui qui prélève sur le peuple allemand le terrible fardeau des réparations, etc. Donc, sus au capitalisme international ! Discours habile auquel applaudissaient à la fois ceux qui s’étaient endettés à l’étranger, ceux qui rêvaient du réarmement et de la revanche allemande et ceux qui détestaient l’exploitation capitaliste. À cette propagande, la politique insensée des vainqueurs de 1918 apportait un renfort précieux. Des opérations comme l’occupation de la Ruhr (note d’Ami de l’égalité : par l’armée française !) en 1923 servirent puissamment l’agitation nazie. Et c’est ainsi que la lutte juste, sans aucun doute, du peuple allemand contre le diktat de Versailles, cette lutte qui avait éveillé la sympathie des prolétaires de tous les pays, cette lutte, monopolisé par le Parti nazi, fut orienté par lui dans le sens du chauvinisme agressif. La colère légitime des masses contre le capitalisme fut muée, par l’alchimie national-socialiste, en une lutte contre Versailles, puis en une excitation véhémente à la guerre pour la suprématie du monde.

Deuxième stade : l’antisémitisme

* Mais le capitalisme étranger était une pâture insuffisante. Les chefs nazis eurent tôt fait de le comprendre. Alors, ils désignèrent un autre ennemi : le capitalisme juif. Et dans leur laboratoire, ils transformèrent l’anticapitalisme des masses en un antisémitisme barbare et grossier. On identifie au juif le banquier, le dirigeant du magasin à pris unique, le créancier anglo-saxon. Nul ne dira combien cet antisémitisme imbécile a servi le système capitaliste allemand dans son ensemble. Non seulement les capitalistes allemands ont été les bénéficiaires des spoliations et des rapines dont furent victimes les capitalistes juifs du Reich et d’Autriche, mais surtout l’antisémitisme a été là-bas, comme partout, le procédé habile pour détourner la colère populaire de la lutte contre le régime d’exploitation des oligarchies. Le juif a été dénoncé comme le mauvais capitaliste. C’est donc qu’il y a de bons capitalistes ? C’est donc que Krupp est un capitaliste très convenable, si Rotschild est un capitaliste détestable ? C’est donc que le régime capitaliste n’est pas condamnable en bloc ; c’est donc qu’il n’est pas question de le condamner ou de le renverser, mais d’assurer sa survie en massacrant les juifs.{CRLN}

Sus au capitalisme de prêt

* De fait, les nazis d’Allemagne ont poussé très loin cette théorie de la division entre le bon et le mauvais capitaliste (Note de Gabriel Péri : c’est notamment le thème d’un très mauvais film allemand (un film à boycotter !) donné récemment dans les salles parisiennes : Les Rapaces, où s’étale le contraste bébête entre le mauvais capitaliste, un juif cela va de soi, et le bon capitaliste (un de Wendel, un Mercier, par exemple) qui, répondant à l’appel de sa fille, distribue ses générosités sur le monde). Le bon capitaliste, c’est l’industriel, le mauvais capitaliste, c’est le prêteur d’argent. Sus au « capitalisme de prêt » ! Les agitateurs nazis s’en vont à travers le pays expliquer que l’esclavage de l’intérêt » est le mal des maux. « Abolissons l’esclavage de l’intérêt ». Mais les konzerns et les trusts peuvent continuer sans se troubler leur bienfaisante activité.
* Nous lirons très bientôt sous la plume des pense-petit du RNP des élucubrations de ce genre. Nos hommes ont déjà plagié l’antisémitisme de leurs modèles allemands.
* De petites feuilles hebdomadaires appellent régulièrement au pogrom. Les équipes de Doriot s’offrent contre argent aux commerçants aryens pour aller saccager les boutiques de leurs concurrents israélites. Les hommes de main du RNP, sous la protection du préfet de police, s’installent dans les immeubles des juifs. Un statut raciste a été promulgué à Vichy. D’autres mesures suivront peut-être. On ne fera croire à personne que l’anticapitalisme a quelque chose de commun avec ces procédés d’apaches (note d’Ami de l’égalité : aux dix-neuvièmes et au vingtième siècle, ce mot ne désignait pas seulement une tribu indienne d’Amérique du Nord ; il désignait aussi les truands de barrières et de faubourgs, qui tiraient leurs ressources du proxénétisme et de la vente de leur aptitude à jouer du couteau). C’est le capitalisme qui gagne à tous les coups. C’est lui, si l’affaire réussissait, qui serait le grand bénéficiaire. Ce truc grossier lui aurait épargné le châtiment et les coups. L’antisémitisme est la planche de salut du capitalisme. Aussi bien, dans ce pays de France, antisémitisme et révolution sont des termes qui s’excluent. L’antisémitisme a toujours été, il demeure l’odieux compagnon de route de la réaction politique et sociale. Le racisme antisémite a ravagé bien des pays de l’Europe ; il a été le déshonneur de la Russie des Tsars, de la Pologne des seigneurs ; il est la honte de l’Allemagne. Il est au monde un pays qui s’est débarrassé de ces vestiges affreux et qui a proclamé la fraternité des races, c’est l’Union Soviétique ; c’est le seul pays où les oligarchies ont été mises hors d’état de nuire.

Nos nazillons veulent asservir la France

* Si soucieux qu’ils soient d’imiter leurs modèles d’Allemagne, les nazillons de France devront sur un point, au moins, s’écarter d’eux. Quand les nazis commencèrent leur campagne, ils se posèrent en champions de la libération de leur pays. Ils dirent qu’ils voulaient briser les chaînes d’un injuste traité, affranchir l’Allemagne de la servitude. Sans doute firent-ils de ces nobles mobiles une exploitation impérialiste qui devait accroitre terriblement les dangers de guerre. Du moins appelaient-ils le peuple allemand à se libérer, à regagner son indépendance ; du moins les vit-on lutter pour que le territoire allemand fût délivré de l’occupation étrangère, pour que le peuple allemand ne supportât pas le tribut du vainqueur. Ce qui ne les empêchait pas d’ailleurs de s’offrir parfois au vainqueur comme mercenaires anticommunistes ; tel fut le cas de Hitler. Dans un livre intitulé « Le quai d’Orsay », que son auteur a prudemment retiré de la circulation, M. Paul Allard a établi que le futur chancelier d’Allemagne, à l’époque de l’agitation nazie dans la Ruhr, fut soudoyé par un certain Heinz, autonomiste du Palatinat, homme à tout faire du deuxième Bureau, et qu’entretenaient, au su de Adolf Hitler, les fonds secrets du quai d’Orsay (Note de Gabriel Péri : Quant à M. Paul Allard, il s’est courageusement mis au service de la presse parisienne du Dr Göbbels, depuis le 20 juin 1940 !).
* Les nazillons français, eux, ont été tenus sur les fonds baptismaux par l’armée de l’occupant ; ils se sont placés sous la protection de ses baïonnettes ; c’est pour servir l’occupant qu’ils veulent forcer les portes du gouvernement. Les nazis prétendaient libérer l’Allemagne. En fait, ils l’ont précipitée dans la guerre. Nos nazillons, si nous les laissions faire, précipiteraient eux aussi la France dans la guerre. Mais auparavant, ils l’auraient asservie.
* Les maîtres capitalistes que servaient les nazis voulaient l’abrogation du traité de Versailles. Les maîtres capitalistes que servent les nazillons ont besoin de l’asservissement de la France.

Un programme attrape-nigaud

* Jusqu’ici, nous n’avons parlé que du Programme du Parti nazi ; c’est-à-dire de l’ensemble des propositions suggérées par un parti que subventionne une oligarchie capitaliste et qui, pour le compte de cette oligarchie, s’adresse à des masses que la misère accable, que la division ouvrière et la politique criminelle de la social-démocratie détournent de la lutte pour le vrai socialisme. S’adressant à ces masses avec le dessein de les capter et de les séduire, le nazisme, nous l’avons dit, se permet dans son programme certaines audaces.
* Et pourtant, même dans le Programme, il est gêné aux entournures ; il s’empêtre dans ses contradictions ; il est limité dans sa propension démagogique et il se garde de s’en prendre à l’ensemble du système capitaliste.
* Même dans le Programme, il se garde de se prononcer pour ce qui caractérise la société socialiste, pour ce sans quoi il n’y a pas de socialisme, pour ce sans quoi il est interdit de se dire socialiste.
* Même dans le Programme, qui n’est qu’un attrape-nigaud, où la démagogie semble-t-il devrait avoir toute licence, même dans ce Programme plus hardi cependant que l’insignifiant prospectus du RNP, le nazisme se garde de toucher au point névralgique du système ploutocratique.
* Même dans le Programme !
* Que sera-ce dans les faits ? Dans les faits, le nazisme se révélera comme un système de renflouement ploutocratique, de régression antisociale ; comme l’organisation méthodique du massacre des conquêtes ouvrières.

Le Nazisme sans voiles : Une formidable machine de régression sociale

* Ne perdons jamais de vue notre point de départ : quel est le secret de l’exploitation capitaliste ? Pourquoi et comment le capitalisme exploite-t-il le travailleur salarié ?
* Dans le régime capitaliste, la force de travail de l’ouvrier est une marchandise. Sa valeur est déterminée par le temps de travail qui y est incorporé. Ce qui caractérise le régime du travail dans le système capitaliste|e, c’est que l’ouvrier travaille pendant une partie de la journée pour produire, sous forme de salaire, la valeur d’une quantité de subsistance qui lui est nécessaire, et une autre partie pour produire la plus-value, source du profit capitaliste. Survienne un progrès technique qui permette d’augmenter la productivité du travail, cette augmentation accroîtra le profit capitaliste ; elle n’atténuera pas l’exploitation que subit le prolétaire ou l’atténuera fort peu.
* C’est ainsi que les choses se passent dans le régime capitaliste.
* Le régime socialiste, au contraire, c’est, répétons-le, le régime de la propriété sociale des moyens de production, c’est le régime qui supprime l’exploitation capitaliste. En d’autres termes, la classe ouvrière, dans une Société Socialiste, n’entre plus en conflit avec des exploiteurs et leur appareil d’État pour exiger une meilleure part dans le produit de son travail : la classe exploiteuse a disparu. La lutte de classes est un souvenir du passé. Ce sont les travailleurs maîtres des moyens de production, maîtres de l’appareil d’État, qui décident combien de temps durera le travail, quelle part du produit du travail sera consommée, quelle part sera consacrée à perfectionner la production socialiste, quelle part sera consacrée à assurer la défense de la patrie socialiste.
* À quel type d’organisation se rattache l’Allemagne nazie ?
* Les contorsions de Déat, Deloncle et Doriot n’y changeront rien : l’Allemagne nazie est un pays authentiquement capitaliste, dans lequel un groupe d’hommes, les possédants, tirent leur profit de l’exploitation, du vol de la plus-value.
* Mais ce capitalisme allemand n’est-il pas d’une nature un peu spéciale ? N’a-t-il pas été « mis au pas », « discipliné » ? N’y a-t-il pas, dans l’organisation allemande, « un peu de socialisme » ?

Dissolution des syndicats. Plus de législation sociale

* Réponse : avant l’avènement du nazisme, les ouvriers allemands possédaient des syndicats, ils disposaient d’une arme redoutable : la grève. Une série de batailles ouvrières avait limité l’absolutisme patronal ; un système de conventions collectives protégeait les salaires. Que sont devenues toutes ces acquisitions sociales ? M. Deloncle s’égosille devant le micro à nous crier : »La Révolution sera sociale ou ne sera pas ! » Soit ! Seulement, le mouvement nazi, dont le Deloncle en question suit les traces, avait trouvé une Allemagne pourvue d’organisations ouvrières et d’une législation sociale qui avaient fourni aux travailleurs des garanties contre l’arbitraire patronal. Qu’a fait le nazisme ? Il a dissous par la violence les organisations ouvrières. Par la force et la ruse, il a brisé la législation sociale.
* Les procédés qu’employèrent les nazis allemands méritent d’être étudiés de très près. Ils seront peut-être expérimentés par les nazillons français. Il est bon que nous ne soyons pas pris au dépourvu. Avant leur accession au pouvoir, les nazis s’étaient appliqués à constituer des cellules dans les usines. Sans beaucoup de succès d’ailleurs, puisqu’en 1933 encore, les candidats de ces cellules aux Conseils d’Entreprises obtenaient à peine 3 % des voix. Pour obtenir la première place, les cellules durent attendre … l’incendie du Reichstag, l’occupation des Maisons du Peuple par les Chemises Brunes, la dissolution des Syndicats libres. Les cellules se posèrent alors en héritières des Syndicats, et pour recueillir l’héritage, c’est-à-dire pour gagner la sympathie des syndiqués, elles portèrent la démagogie au diapason le plus élevé.
*  Entendons-nous d’ailleurs ; parmi les membres des cellules nazies qui réclament, à cette époque, le contrôle de l’embauchage, qui interviennent dans la direction des entreprises, qui vont jusqu’à exiger l’arrestation de certains patrons, tous ne sont pas des démagogues forcenés. Nombreux sont les ouvriers trompés par la démagogie des hitlériens et qui croient que la « Révolution Nazie » sera sociale ou ne sera pas. Les magnats capitalistes et les dirigeants du Parti ont vite fait de les mettre à la raison et quelques centaines d’entre eux vont méditer dans des camps de concentration sur les vertus « socialistes » de la doctrine de Hitler.

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s