Manuel d’économie politique

stalin

http://www.communisme-bolchevisme.net/download/Manuel_d_economie_politique_Moscou_1955.pdf

Reconstruction communiste Canada présente aujourd’hui un des classiques du marxisme-léninisme qui fut malheureusement victime du révisionnisme kroutchévien, «Manuel d’économie politique». Cet ouvrage dont J. Staline signa la préface en 1952 représente quand même une contribution scientifique
importante à la compréhension de la société socialiste telle qu’elle fut développée par le socialisme soviétique de 1917 à 1953. Il nous révèle également ce que peut produire une société fondée sur le socialisme scientifique en matière de transformation du savoir et des connaissances dans divers domaines des sciences sociales ainsi que de la philosophie politique. Quoique l’essentiel du projet marxiste-léniniste en tant que projet scientifique de libération et d’émancipation de l’humanité tout entière fut perverti par le révisionnisme, le manuel apporte tout de même une contribution inestimable pour notre compréhension du fonctionnement d’une société fondée sur le socialisme scientifique. Il démontre notamment que seule une société ayant instauré la dictature du prolétariat peut assurer scientifiquement la propriété collective des moyens de production afin que le prolétariat, en tant que classe dominante, majoritaire et révolutionnaire, puisse matérialiser son pouvoir de classe dominante et de propriétaire des moyens de production. Par ce pouvoir politique et son contrôle effectif sur la force productive dont elle est elle-même le produit et l’outil principal, le prolétariat s’assure scientifiquement le contrôle et le pouvoir sur les rapports qu’entretiennent les individus entre eux dans cette société dont elle fait elle-même partie comme majorité, libérant ainsi les forces productives nécessaires à la société pour qu’elle puisse contribuer à l’émancipation de l’humanité tout entière.  Ce qui peut représenter l’aboutissement le plus achevé donc d’une authentique démocratie « par et pour le peuple » faute d’une authentique expérience d’une société communiste encore inconnue à ce jour.  En d’autres termes, nous avons une esquisse de ce que peut donner la résolution de la contradiction fondamentale et antagonique de toute société de classes par l’abolition d’un système où la production sociale des biens et services pour satisfaire les besoins de la société tout entière appartient à une classe sociale qui a besoin de séparer la force du travail du contrôle sur la force productive que la bourgeoisie s’approprie par le joug de la domination et de l’exploitation.

M.L. 10/04/13

La portée internationale d’un manuel marxiste d’économie politique

« Je pense que les camarades ne tiennent pas suffisamment compte de la portée d’un manuel marxiste d’économie politique. Ce manuel n’est pas seulement nécessaire à notre jeunesse soviétique. Il l’est surtout aux communistes de tous les pays et à ceux qui sympathisent avec eux.

Nos camarades à l’étranger veulent savoir comment nous avons fait pour secouer le joug capitaliste, réorganiser l’économie du pays dans l’esprit du socialisme, pour gagner l’amitié de la paysannerie ; comment nous avons fait pour qu’un pays hier encore misérable et faible se transforme en pays riche, puissant ; ce que sont les kolkhoz ; pourquoi, malgré la socialisation des moyens de production, nous maintenons la production marchande, l’argent, le commerce, etc.

Ils veulent savoir tout cela et bien d’autres choses, non point par simple curiosité, mais pour apprendre de nous et utiliser notre expérience dans leur propre pays. Ainsi la publication d’un bon manuel marxiste d’économie politique a-t-elle une importance non seulement nationale, mais encore une immense portée internationale.

Il faut donc un manuel pouvant servir de livre de chevet à la jeunesse révolutionnaire non seulement à l’intérieur du pays, mais aussi au-delà de ses frontières. Il ne doit pas être trop volumineux, sinon il ne pourra pas être un livre de chevet, et l’on aura de la peine à l’assimiler, à en venir à bout. Mais il doit contenir toutes les choses essentielles concernant aussi bien l’économie de notre pays que celle du capitalisme et du système colonial.

Certains camarades ont proposé, au cours des débats, d’inclure dans le manuel plusieurs nouveaux chapitres, les historiens : sur l’histoire, les hommes politiques : sur la politique, les philosophes : sur la philosophie, les économistes : sur l’économie. Mais cela aurait fait prendre au manuel des proportions illimitées.

Naturellement, il ne faut pas le faire. Le manuel utilise la méthode historique pour illustrer les problèmes d’économie politique mais cela ne veut pas encore dire que nous devions faire du manuel d’économie politique une histoire des rapports économiques.

Il nous faut un manuel de 500, de 600 pages au plus. Ce sera un livre de chevet en matière d’économie politique marxiste, un excellent cadeau aux jeunes communistes de tous les pays. Du reste, étant donné le niveau insuffisant de la formation marxiste de la plupart des Partis communistes étrangers, ce manuel pourrait être d’une grande utilité aussi pour les cadres communistes plus âgés de ces pays. »

J. Staline, Les problèmes économiques du socialisme, février 1952.

Cet ouvrage est idéal pour assimiler les bases de l’économie politique marxiste-léniniste. Publié juste avant l’expurgation  des oeuvres de Staline, il contient les enseignements essentiels de l’expérience de l’édification du socialisme en URSS. Il comporte néanmoins     quelques erreurs (comme l’appréciation anti-matérialiste du régime social  en Yougoslavie et en Chine) ou omissions (concernant les apports de l’ouvrage de Staline « Les Problèmes économiques du socialisme en URSS », à  l’exemple de l’absence du thème de l’introduction de l’échange direct de produits entre l’industrie et les kolkhozes), illustrant le début du triomphe de l’influence révisionniste au sein du PCUS. Cette version du manuel ne comporte cependant pas encore de modifications importantes touchant à la base de la compréhension de l’économie politique du socialisme telles qu’elles seront introduites dans la 3ème édition du manuel en 1958, consécutivement à l’introduction en 1957-1958 des premières réformes du «socialisme de  marché » dans l’économie soviétique.  

V.G., le 05/02/2006

PROLÉTAIRES ET PEUPLES OPPRIMÉS DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !
Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s