L’échec de l’extrême-gauche montréalaise

Excellente analyse et mise en contexte d’un problème contemporain dans la nécessaire unité des luttes contre l’ennemi commun de la classe ouvrière. le Capital. Comme Lénine disait:  » Sans théorie révolutionnaire, il n’y a pas de parti révolutionnaire ». Un peu de la même manière, on peut dire qu’il ne peut y avoir de mouvement révolutionnaire, sans praxis révolutionnaire. Si les révolutionnaires veulent sérieusement poursuivre la lutte contre l’ordre social illégitime établi par les capitalistes au Québec et au Canada, ils devront trouver le moyen de faire face à l’adversité pour relancer ce mouvement qui, avouons-le, a du plomb dans l’aile aujourd’hui. Il ne sert à rien de faire l’autruche et se mettre la tête dans le sable. Il nous faut regarder la réalité en pleine face et bien en comprendre toutes les facettes pour mieux renverser la tendance actuelle vers le défaitisme.

C’est d’ailleurs pourquoi nous appuyons l’idée d’élargir ce débat-là, qui en est un de fond, nous pensons, opposant les deux conceptions contradictoires dans la lutte de classes opposant la classe ouvrière et la bourgeoisie, celle de la voie anarchiste et celle de la voie léniniste, de manière à démocratiser ce débat et le rendre accessible aux plus grands nombres de militantEs. Nous pensons que libertéouvriere a très bien cadré le problème qui oppose les deux conceptions de la lutte ouvrière, sans toutefois y apporter de solution. Pourquoi alors ne pas saisir la balle au bond et battre le fer tandis qu’il est chaud. Au pire, les deux conceptions qui s’opposent, mais en même temps se complètent par la même idéologie égalitariste, pourrait bénéficier d’une meilleure connaissance des uns et des autres. Au mieux, nous pourrions établir des plateformes communes sur lesquels il serait possible de construire un meilleur rapport de force contre notre ennemi commun, les capitalistes.

LE CAPITAL NOUS FAIT LA GUERRE, FAISONS LA GUERRE AU CAPITAL !

L'Agitateur

15 mars 2013 15 mars 2013

Il nous est apparu expressément nécessaire, suite aux désastreux événements du 15 mars 2014, Journée internationale contre la brutalité policière, de communiquer aux militantes et militants révolutionnaires de la région de Montréal un appel d’urgence, un wake-up call, afin d’initier une sérieuse réflexion de fond collective sur les méthodes et les stratégies utilisées en ce moment. Nous croyons que le moment est non seulement propice pour cela, mais aussi nécessaire. Les défis et les difficultés récemment vécus ainsi que la répression subie, bref, la conjoncture actuelle, forcent, d’après nous, une profonde remise en question des pratiques et conceptions de la plupart des militant-e-s. Bien que le collectif de L’Agitateur est un collectif communiste et que nos analyses reposent sur la théorie communiste, cet appel n’est pas à proprement dit un appel au communisme. Il s’agit plutôt d’une alarme visant à amener les révolutionnaires d’avant-garde à se…

View original post 1 695 autres mots

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s