LA RÉVOLUTION INCONNUE (VOLINE)

Avertissement: Nous préférons vous avertir que nous n’endossons pas nécessairement l’entièreté du texte qui suit. Mais comme le Centenaire de la Grande Révolution Bolchevique d’Octobre 1917 approche à grand pas, et que le texte ci-dessous est quand même assez important, du moins en terme de volume et de l’étendue de l’analyse, nous avons quand même décidé de le publier sous nos pages.

 

VOLINE
LA RÉVOLUTION INCONNUE
D’après un envoi de —*B@[bel]*

Introduction

Lire la suite

Héritiers d’Octobre : Quelques éléments au débat…

C’est simplement un fait… Ainsi Louis Ségal, grand théoricien de son époque, et on ne peut plus stalinien, écrivait en 1936:
“Dans la société socialiste, le travail ne revêt pas la forme de la valeur et ne se manifeste pas comme propriété de la marchandise. Mais cela ne veut pas dire que la loi de la valeur ne disparaît que lorsque la société socialiste est déjà entièrement construite et que dans la période de transition vers le socialisme la loi de la valeur continue d’être en vigueur. La loi de la valeur, comme loi du développement social, est abolie dès le commencement de la période de transition. La dictature du prolétariat une fois instaurée, la société s’engage dans la voie de l’abolition de la production marchande et de son remplacement par la production socialiste. “
 
Il faut donc étudier sérieusement l’histoire et ne pas se contenter de rabâcher des brochures de propagande mal ficelées et mal digérées…

tribune marxiste-léniniste

Héritiers d’Octobre

Quelques éléments au débat…

 

Un camarde du Nord, militant des RCC-Cercle Henri Babusse nous écrit…

En fait, il nous renvoie une copie du texte

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/08/14/un-siecle-apres-la-revolution-doctobre-1917-comprendre-lhistoire-de-lurss/

annotée directement par lui. La voici, en version PDF

Héritiers d’Octobre (annotés RCC )

(Pour comprendre les observations de ce camarade, il faut savoir que son groupe, RCC-Cercle Henri Barbusse, soutient que la Chine est actuellement un pays socialiste…!)

Et notre réponse, en deux mails :

Bonjour, camarade


Je vois que tu as pris le temps de lire ce texte, qui, comme indiqué, et quoi que déjà assez long, n’est qu’un résumé et ne peut donc traiter à fond chacune des questions abordées, ce que tu n’as pas forcément saisi, vu certaines de tes observations.

Mais je prend donc néanmoins la peine de te répondre, en me limitant à ce qu’il y a de plus essentiel, par priorité, et non selon l’ordre de…

View original post 3 594 autres mots

CORÉE : SOLIDARITÉ AVEC LA RÉSISTANCE DE LA RPDC !!

La République Populaire Démocratique de Corée n’a pas toujours été la nation isolée qu’elle est devenue aujourd’hui,
du fait de l’expansionnisme impérialiste, tant sur le plan territorial que économique, et surtout, idéologique !

Actuellement mise au ban des nations, y compris par ceux la même qui se prétendaient, encore récemment, les défenseurs des peuples opprimés, elle a pourtant su rayonner, au temps du camp anti-impérialiste, sans rien perdre pour autant de sa farouche indépendance.

Dans les années 60 du siècle passé, c’est tout naturellement que l’amitié et la coopération se sont développées entre la RPDC et la jeune République de Cuba, comme en témoigne la visite du Che en RPDC, au cours de l’hiver 1960.

Une brève histoire de solidarité
internationaliste … https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/02/21/a-lassaut-du-ciel-suite/

tribune marxiste-léniniste

Contre « le feu et la colère » de la rage impérialiste US

SOLIDARITÉ

avec

la RÉSISTANCE

de la RPDC !!

Si la République Populaire de Corée nous apparaît aujourd’hui comme un pays isolé, nous ne devons pas oublier qu’elle fut longtemps l’un des principaux soutien des luttes anti-impérialistes dans le monde :

A l’Assaut du CIEL ! (2) Une Brève histoire de solidarité internationaliste

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/02/21/a-lassaut-du-ciel-suite/

Aujourd’hui le camp anti-impérialiste est de plus en plus réduit sur la planète, depuis la mutation de la Chine en un nouveau pôle financier, mutation amorcée dès le début des années 70, avec les accords Mao-Nixon, et ensuite l’effondrement définitif de l’URSS, aux « bons soins » de Gorbatchev et Eltsine.

Hormis Cuba, dont le destin est encore « en balance », semble-t-il, la RPDC est donc le seul état à avoir constitué une force de résistance capable de le mettre à l’abri de l’agressivité de l’impérialisme US.

La motivation de ce…

View original post 1 137 autres mots

Un siècle après la Révolution d’Octobre 1917, comprendre l’histoire de l’URSS

Dès 1918 apparaît une scission potentiellement importante entre partisans de Lénine et « communistes de gauche », sur la question du « capitalisme d’État », question ajournée par la guerre civile et la nécessité immédiate des réquisitions en nature que l’on baptisera à posteriori « communisme de guerre ».

En parallèle, il y a, de plus, le conflit entre partisans d’un gouvernement centralisé et ceux d’un communisme formellement plus « libertaire », comme ceux de Kropotkine, qui croyaient possible une gestion économique décentralisée, au niveau communal.

Compte tenu de l’évidence imposées par la guerre civile et le soutien des impérialistes occidentaux aux armées blanches, on voit tout de suite, et les russes, fort heureusement pour eux, on vu tout de suite, l’impasse et la défaite radicale où cette voie menait.

Quant à la validité économique de ce modèle, il a en fait été tenté plus tard en Chine, sous l’égide de Mao et sous la forme de son « Grand Bond en Avant », avec ses « Communes Populaires », et avec le résultat inévitablement tragique que l’on connaît.

En son temps, Engels avait pourtant pris la peine de démonter le mécanisme fatal de cette utopie, telle que déjà proposée.

Elle pose la question du niveau d’organisation sociale et géographique au quel doit s’établir un équilibre économique pour permettre un développement endogène, démocratique et socialiste.

C’est un débat de fond qui ne peut être résumé ici en quelques lignes, mais qui est précisément déterminant à plusieurs carrefours de l’histoire de l’URSS, et c’est donc un sujet qui déborde le cadre de cet article, mais sur lequel on reviendra plus tard, au sujet de la question nationale et de son rapport à la mondialisation.

La question du « capitalisme d’État » ressurgit inévitablement en 1921, avec la NEP, proposée, ou « reproposée », serait-on tentés de dire, par Lénine.

Le débat reprend alors entre léninistes et « communistes de gauche » et génère la première grande confusion idéologique et polémique qui se prolonge encore aujourd’hui…

tribune marxiste-léniniste

A nouveau sur la nature de classe

de l’Union Soviétique,

et sur l’importance de son évolution,

un siècle après la Révolution d’Octobre !

 

Un siècle après Octobre, et à la veille de son centenaire, il semble impossible, même pour les communistes marxistes-léninistes, de le célébrer avec un minimum de consensus, sinon d’unité, sur sa signification et surtout, sur ses conséquences…

Le fait qu’Octobre ait ouvert une période de transformations sociales radicales en Russie et dans les pays qui allaient devenir l’Union Soviétique, c’est le seul point qui permette à tous ceux qui se réclament du communisme de pouvoir, à la rigueur, être d’accord avec la première phrase d’un texte sur le sujet, et encore, à condition de ne pas s’éloigner de considérations très générales…

Le but du présent texte n’est pas de tenter la gageure tout à fait impossible de remédier à ce problème, mais simplement de tenter de résumer…

View original post 4 321 autres mots

Octobre, Révolution, Avenir ! Un forum en Novembre, à Moscou !

100 лет отделяет нас от Великой Революции, изменившей мир.

100 ans nous séparent de la Grande Révolution qui a changé le monde.

100 лет соединяют нас с теми, кто в Октябре 1917-го превратил мечту о царстве свободы в практику его созидания.

100 ans nous unissent à ceux qui, en Octobre 1917, ont changé le rêve d’un empire de la liberté en pratique de sa construction.

100 лет великих свершений и трагедий. Подвигов и преступлений. Открытий и провалов. Развития и застоя. Ухода и возрождения.

100 ans de grandes réalisations et tragédies. D’actes de courage et de voies de faits. De découvertes et d’échecs. De développement et de stagnation.De retraite et de renaissance.

100 лет назад наши прадеды доказали, что созидание коммунизма возможно.

100ans auparavant, nos arrières-grands-parents ont prouvé que le comunisme est possible.

100 лет спустя нам предстоит доказать, что революционный драйв Октября жив…

100 ans plus tard, il nous faudra prouver que l’énergie révolutionnaire d’Octobre est toujours vivante…

tribune marxiste-léniniste

Создано 2017-07-13 21:07

http://www.alternativy.ru/ru/node/15279

ОКТЯБРЬ. РЕВОЛЮЦИЯ. БУДУЩЕЕ!

OCTOBRE . RÉVOLUTION . AVENIR !

(Москва, 3-5 ноября2017 г.)

 

100 летотделяетнасотВеликойРеволюции, изменившеймир.

100 ans nous séparent de la Grande Révolution qui a changé le monde.

100 летсоединяютнасстеми, ктовОктябре1917-гопревратилмечтуоцарствесвободывпрактикуегосозидания.

100 ans nous unissent à ceux qui, en Octobre 1917, ont changé le rêve d’un empire de la liberté en pratique de sa construction.

100 летвеликихсвершенийитрагедий. Подвиговипреступлений. Открытийипровалов. Развитияизастоя. Уходаивозрождения.

100 ans de grandes réalisations et tragédies.  D’actes de courage et de voies de faits. De découvertes et d’échecs. De développement et de stagnation.De retraite et de renaissance.

100 летназад

View original post 915 autres mots

Prix du pétrole : Effondrement des cours et effondrement d’une théorie pseudo « marxiste-léniniste » !

Une analyse critique et courageuse sur les acquis et les mensonges entourant la période soviétique de la Russie et les positions des soi-disant « marxistes-léninistes », le terme est de l’auteur, quant à leur analyse de l’expérience soviétique en URSS dégénérée en révisionnisme et/ou « social-impérialisme »

tribune marxiste-léniniste

Prix du pétrole :

Effondrement des cours

et effondrement d’une théorie

pseudo « marxiste-léniniste » !

L’effondrement récent des cours du brut, ces dernières années, a remis en lumière la capacité de l’impérialisme US à manipuler le cours des matières premières à l’échelle mondiale en vue de contrôler ses alliés, de neutraliser une partie importante de ses adversaires et de tenter d’en réduire d’autres brutalement à merci…

Aujourd’hui cette stratégie est largement utilisée contre la Russie de Poutine et le Vénézuéla de Maduro, entrainant néanmoins de fortes résistances.

La Russie a prouvé une capacité d’autonomisation économique déjà suffisante pour imposer aux USA de renouveler et d’augmenter les « sanctions économiques » déjà établies en vue d’affaiblir ce pays.

Cette stratégie n’est pas nouvelle, et avait déjà été un des facteurs aboutissant à l’effondrement de l’URSS dans la deuxième moitié des années 80.

Elle repose sur un axe USA-Arabie Saoudite où ce dernier pays fait en apparence…

View original post 1 544 autres mots

Cachez cette Assemblée Constituante que je ne saurais voir : pourquoi les médias censurent une élection au Venezuela

Plus le temps passe, plus le mammouth de la concentration mondiale des médias éprouve des difficultés à empêcher la diffusion d’éléments qui lui échappent. L’image d’une guerre civile ou celle d’une opposition démocratique en lutte contre un régime répressif ne tient plus. On sait que la majorité des victimes a été causée par les violences de l’extrême droite (2), que cette violence est confinée à quelques pour cents du territoire – zones riches ou paramilitarisées (municipalités de droite et frontière avec la Colombie), que la grande majorité vit en paix et rejette ces violences, y compris parmi les électeurs de droite (3). Le « régime » (en réalité un gouvernement élu) a arrêté et jugé rapidement les membres des forces de l’ordre qui ont fait un usage excessif de la force (4).

Venezuela infos

Tout commence par ce qui pourrait être une blague pour étudiant en journalisme, parmi la longue cordillère de trucages, photos d’autres pays légendées « Venezuela », mensonges, citations tronquées qui font l’actu sur le pays qui a initié, il y a 18 ans, la révolution bolivarienne. Alimentés par l’agence EFE, des médias comme El Pais ont fait passer des sympathisants du chavisme affluant à l’essai du système destiné à élire l’Assemblée Constituante le 30 juillet… pour des participants au scrutin organisé par la droite contre le « dictateur Maduro ». Le plus hystérique des médias espagnols sur la « dictature bolivarienne » s’est ensuite fendu d’un minuscule rectificatif, invisible pour la plupart des lecteurs.

A gauche : El Pais présente des photos d' »électeurs chavistes participant au scrutin de la droite« . A droite le discret rectificatif reconnaissant l’erreur et la rejetant sur l’agence EFE.

Cette « erreur » n’a rien d’anecdotique. Malgré un intense bombardement publicitaire des médias privés, majoritaires au Venezuela, et d’importants…

View original post 1 341 autres mots

Vive la juste cause du peuple du Venezuela à la défense de la Révolution bolivarienne!

 

Le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) appuie de tout coeur le peuple vénézuélien qui lutte pour défendre la Révolution bolivarienne et la souveraineté de la République bolivarienne contre les forces violentes de l’opposition inspirées de l’étranger.

Nous lui souhaitons tout le succès possible dans la mise en place d’un processus tout à fait légitime visant à créer une constitution nouvelle qui va exprimer les véritables aspirations du peuple aujourd’hui et lui permettre de créer une société qui va poursuivre les progrès réalisés dans l’amélioration de la vie du peuple.

Nous condamnons le rôle antidémocratique criminel joué par le gouvernement canadien, par le biais de sa ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, en appui à la campagne dirigée par les États-Unis pour arrêter le processus constitutionnel, renverser le gouvernement du président Nicolás Maduro et ramener les Vénézuéliens à une vie de pauvreté de masse et de répression.

Freeland agit sans fondement légal ou moral et sans mandat des Canadiens en menaçant à son tour les Vénézuéliens de représailles s’ils ne mettent pas fin au processus constitutionnel. Seul le peuple vénézuélien a le droit souverain de décider de la direction de la société et de comment il va choisir sa forme de gouvernement. Les demandes mises de l’avant par Freeland, à partir d’un script écrit à Washington, constituent une ingérence inacceptable dans les affaires d’un pays souverain. Il s’agit là d’une tentative de coup d’État constitutionnel au Venezuela, du genre qui a été manigancé au Honduras en 2009 et au Brésil l’année dernière, toujoursr au nom du soutien aux processus et aux principes démocratiques. C’est une supercherie.

À Toronto, le 29 juillet 2017. Sur les pancartes: « Notre revanche va être l’approfondissement de la révolution bolivarienne ! » et «L’Assemblée
constituante est proche ! »

Les représentants du Parti conservateur et du Nouveau Parti démocratique ont pris une position similaire. Leurs avertissements contre la mise en oeuvre d’un processus constitutionnel légal sont particulièrement hypocrites compte tenu que le gouvernement canadien célèbre les 150 ans d’une constitution imposée par la Prérogative royale d’un parlement impérial étranger. Doit-on rappeler à la ministre Freeland que son gouvernement a même mis de côté son propre processus de consultation et ses promesses de changements à la loi électorale du Canada ?

La demande de Freeland que le Venezuela « revienne » à la démocratie et « respecte le droit international » est non seulement hypocrite mais absurde dans le contexte de l’appui que donne le Canada aux néonazis et aux anciens collaborateurs nazis en Ukraine et de son appui aux guerres d’agression, d’occupation et de changement de régime que mènent les États-Unis en différentes parties du monde. C’est le gouvernement du Canada qui viole le droit international en s’ingérant dans les affaires internes de pays indépendants au nom de grands idéaux.

Freeland et ces partis politiques représentés au Parlement ne parlent pas au nom des Canadiens quand ils répètent les menaces des États-Unis contre le Venezuela. Les Canadiens veulent que le Canada soutienne le principe de la souveraineté de toutes les nations. Le PCC(M-L) souhaite aux Vénézuéliens le même avenir brillant de démocratie et d’indépendance que nous voulons pour nous-mêmes. Nous appuyons l’objectif de l’Assemblée constituante de consolider le projet des Vénézuéliens de se bâtir une vie meilleure dans la paix.

Source: http://cpcml.ca/francais/Lmlq2017/Q47034.HTM#1

1917-2017 : Octobre arrive !! Que faire du centenaire ? Un premier élément de réponse…

Les véritables communistes sont parfaitement conscients des légendes noires, mensonges et calomnies déversées par la bourgeoisie pendant des dizaines d’années sur leur propre histoire. Ils ne se contentent pas de proclamations nostalgiques mais tirent les leçons utiles de l’histoire de l’édification de l’Union Soviétique, qui a rayonné un temps sur le tiers de la planète.
Leur but n’est pas de la reconstituer en l’état, mais de construire un nouveau projet d’alternative prolétarienne, à la fois digne du Grand Octobre et capable de répondre, en 2017, au chaos de la crise du capitalisme ainsi qu’à sa mascarade de démocratie !

tribune marxiste-léniniste

1917-2017 : Octobre arrive !!

Que faire du centenaire ?

Un premier élément de réponse…

Quelle fut la véritable portée historique d’Octobre, de la Révolution Bolchévique, sinon la naissance de l’URSS, cinq ans plus tard, en fait, mais devenant rapidement le pivot historique, la pierre d’angle du XXème siècle… ?

C’était déjà le constat d’une première approche de la question :

Que faire d’Octobre ? La question du centenaire de la Révolution Bolchévique

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/06/24/que-faire-doctobre-la-question-du-centenaire-de-la-revolution-bolchevique/

Célébrer Octobre, c’est donc célébrer 70 ans d’URSS…

70 ans qui ont profondément marqué le monde, celui du XXème siècle,et le nôtre aussi, en réalité…

Dans ses écoles, dans ses livres d’histoire, l’Occident ne raconte guère les 70 ans de cette pierre angulaire que comme une sorte de bloc monolithique, et quasiment sous la forme exclusive d’une légende noire, à laquelle l’Occident « libérateur » aurait mis fin, sauvant la veuve et l’orphelin du maléfice bolchévique-stalinien!

100 ans après, qu’y aurait-il donc à commémorer…

View original post 1 411 autres mots

Dix clefs pour comprendre et analyser la victoire du chavisme à la Constituante

En Occident il y a bien longtemps que la gauche n‘ose plus parler de démocratiser la propriété des médias. Les grands groupes privés imposent leur image du monde au service public et… balisent l’imaginaire de la gauche. Comme le Venezuela construit une démocratie participative et bat les records en nombre d’élections, les grands médias personnalisent le processus : «Chavez ceci», «Maduro cela», «populiste», «dictateur», «iranien». Ceci est le journal d’une révolution, aux antipodes de l’AFP ou de Reuters.

par Victor Hugo Majano

Le processus électoral qu’a vécu dimanche le Venezuela et les résultats quantitatifs du vote pour la constituante (plus de huit millions de suffrages exprimés) montrent clairement un triomphe du chavisme, avec une corrélation très forte sur les plans politique et symbolique.

La « bataille finale » ne s’est pas jouée comme le disent les boucliers des extrémistes de droite « autour du palais présidentiel de Miraflores » : elle ne s’est pas faite avec des balles mais avec des votes et n’en a que plus de force. Le chavisme dispose à présent d’une grande légitimité et de la base légale pour aller de l’avant et sans hésitations vers une transformation profonde dans le cadre constitutionnel pour assurer la paix, renforcer les institutions et rétablir l’équilibre de l’économie.

Une analyse préliminaire permet d’identifier un ensemble de points-clés:
1) On voit que l’opposition associée à la MUD (coordination des partis de droite) n’est pas majoritaire.

2) Elle n’exprime pas plus les attentes et les besoins de la majorité ou des principaux secteurs du pays. Pas même des secteurs dominants.

3) Elle ne sert pas les intérêts nationaux, mais des facteurs externes bien identifiés, qui ne tentent même pas de nuancer leurs positions ou de les dissimuler.

4) La droite a démontré un caractère violent et son irresponsabilité dans l’usage de la violence. Les dirigeants actuels sont encore ceux du coup d’État contre Chavez ou des « guarimbas » des années antérieures. Ils n’ont jamais condamné mais au contraire encouragé les actions meurtrières de 2017, appelant même à plusieurs reprises à un nouveau coup d’État des forces armées, sans autre projet politique que celui de renverse Maduro, comme ils voulaient renverser Chavez.

5) Pendant ce temps, le chavisme a montré qu’il est le seul mouvement politique actuellement porteur d’une vision, d’un projet national d’inclusion, qui intègre les principaux facteurs sociaux, institutionnels, économiques et politiques du pays et parmi lesquels ne sont pas exclus organiquement les facteurs liés à l’opposition regroupée dans le MUD.

6) La droite, en réponse, passera à la postérité pour sa conduite erratique, qui s’est transformée en menace pour l’indépendance, la paix, la stabilité institutionnelle et l’équilibre économique du Venezuela. Le bloc d’opposition n’a pas su surmonter son obsession de reprendre le pouvoir « par tous les moyens ». Au lieu d’élaborer une proposition politique d’envergue, elle s’est engluée dans une dynamique absolument destructrice.

7) L’origine et le développement des conflits qui vont s’aiguisant depuis 2012 sont d’ordre économique, déterminés par l’accès et la redistribution des revenus pétroliers. Par conséquent, le Venezuela ne peut éluder plus longtemps le débat sur le dépassement du modèle rentisme pétrolier, ainsi que sur tous les éléments symboliques dérivés. Ce qui veut dire profiter de l’avantage de pouvoir prendre des décisions radicales à travers une Constituante pour démanteler les structures productives hautement dépendantes du secteur extérieur.

8) Les conditions imposées par la violence de la rue et les menaces de la droite contre le vote ont forcé le chavisme à faire preuve d’un plus grand engagement. Paradoxalement ces conditions peuvent avoir fonctionné comme encouragement à la participation. Cela s’est produit en 2002-2003 lors de la réaction populaire au coup d’État contre Chavez ou après le sabotage pétrolier en 2004, avant le référendum révocatoire, entre autres dates. Aujourd’hui, le chavisme mécontent et certains des ni-ni (si tant est qu’existe cette catégorie), qui s’étaient abstenus lors de la victoire de la droite aux législatives de décembre 2015, sont allés voter. Alors que ce que pouvait espérer de mieux la droite, était leur indifférence.

9) Le chavisme devient le principal articulateur et promoteur du dialogue politique, mais cela l’oblige à être plus inclusif (en parlant des militants) et plus large thématiquement, tout en s’impliquant davantage dans l’aspect concret de chaque facteur social .

10) Une grande partie des obligations du chavisme implique la construction d’une cosmogonie et d’une téléologie du peuple vénézuélien qui puissent incarner une alternative aux valeurs culturelles du capital. Ce qui inclut des aspects liés à la culture populaire (dont la religiosité).

Source : http://www.albatv.org/En-claves-Que-significa-la.html
Traduction : Thierry Deronne

 

Autre source: https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/07/31/dix-clefs-pour-comprendre-et-analyser-la-victoire-du-chavisme-a-la-constituante/