POUR LE CENTENAIRE DE LA REVOLUTION SOCIALISTE D’OCTOBRE 1917

Il y a quelques mois, un rassemblement a été organisé en banlieue lyonnaise par des groupes oppositionnels à la ligne de la direction du Parti « communiste » français. Un camarade est intervenu dans le débat sur le bilan de la révolution d’Octobre 1917, pour y apporter un point de vue maoïste. Si notre organisation était présente, c’est parce que nous connaissons la sincérité des jeunes militant-e-s qui cherchent à impulser la lutte à l’intérieur du P « c »F pour rendre ce parti révolutionnaire à nouveau. Certain-e-s d’entre nous y ont cru par le passé, et ont mené leurs premiers combats au sein du P « c »F, avant de se dire qu’il était idéaliste de vouloir ressusciter ce qui était mort et qu’il valait mieux consacrer leur énergie à construire le nouveau parti communiste dont la classe ouvrière a besoin. Nous avions autre chose à faire de nos vingt ans que de servir de force d’appoint à une fraction opportuniste contre une autre, sous prétexte du moindre mal. Nous ne voulons pas que l’énergie des camarades qui se fixent aujourd’hui les mêmes objectifs que nous nous fixions il y a quinze ans, soient détournés de leur but révolutionnaire et conduit dans les ornières de l’opportunisme.

De plus en plus de militant-e-s qui se réclament du marxisme-léninisme s’inspirent des textes du professeur de philosophie italien Domenico Losurdo. La théorie de Losurdo est simple et tordue en même temps : il est entendu que les communistes du monde entier, et spécialement celles et ceux des métropoles impérialistes, doivent se solidariser sans conditions avec les luttes de libération des peuples (c’est-à-dire accepter la lutte « par tous les moyens nécessaires » comme disait Malcom X, prendre parti pour la violence révolutionnaire des opprimé-e-s même si des soldats français doivent mourir en face, ne pas prétendre leur dicter notre propre agenda). Or, pour Losurdo cette solidarité sans conditions doit concerner non seulement la lutte révolutionnaire mais aussi les compromis et les retours en arrière, dictés eux aussi par les cruelles nécessités du réel. Losurdo parle à des militant-e-s qui veulent défendre les révolutions russes et chinoises. Il les flatte dans le sens du poil en leur disant : si vous voulez défendre Lénine et Staline vous devez défendre aussi Brejnev et Andropov (il ne va pas jusqu’à défendre Khrouchtchev, mais le considère comme un ami du socialisme qui se trompe, et non comme un ennemi  qui se cache), si vous voulez défendre Mao, vous devez aussi défendre Deng Xiaoping, Jiang Zemin, Hu Jintao et Xi Jinping (un auteur de la même tendance néo-révisionniste, le belge Ludo Martens allait même jusqu’à dire : si vous voulez défendre la révolution burkinabé de Thomas Sankara, vous devez défendre son assassin Blaise Compaoré). Cette théorie n’est pas matérialiste : Brejnev, Deng Xiaoping et Compaoré ne représentent pas le retour au réel après les « utopies » et/ou les « erreurs » de Lénine-Staline, Mao ou Sankara. Ils représentent la contre-révolution, la restauration du capitalisme par une nouvelle bourgeoisie (et dans le cas de Compaoré, une bourgeoisie compradore au service de l’impérialisme français). Ils sont socialistes en parole, mais capitalistes en réalité. Si nous voulons avancer dans le bilan des expériences socialistes, nous devons saisir cette réalité.

Une critique plus poussée des écrits de Losurdo est à faire. Dans ses derniers écrits, cet infatigable professeur d’inconséquence s’intéresse aux luttes antisexistes et antiracistes, pour en proposer une version aussi inconséquente que sa vision de la construction du socialisme. Nous devons au contraire aider tous les camarades qui veulent défendre l’héritage de Lénine-Staline à ne pas s’arrêter au milieu du chemin, mais à faire la critique du révisionnisme qui a sapé les bases du socialisme en URSS.

Intervention pour le débat de la « Fête Populaire » à l’occasion du centenaire de la révolution d’Octobre

La grande révolution socialiste d’octobre a eu le mérite d’avoir constitué la première expérience de dictature du prolétariat et de transition vers le communisme après les 73 jours de la commune de Paris. Cette expérience a eu lieu dans des conditions extraordinairement difficiles et avec des erreurs inévitables dans un contexte d’encerclement capitaliste. Les démocraties populaires nées de la lutte antifasciste, n’auraient pas été possibles sans les enseignements d’octobre et la victoire soviétique de 1945. Les camarades chinoi-se-s se sont inspiré-e-s des leçons de la Révolution d’octobre, de ses victoires comme de son échec final, pour essayer d’aller plus loin, mais là aussi le capitalisme a été restauré après le coup d’Etat de 1976.

Le camarade Lénine nous enseigne que la transition au communisme est une période où s’affrontent le vieux mode de production capitaliste et le mode de production socialiste à naître.

1991 est la dernière étape de destruction de l’URSS. Mais ce coup d’état de l’intérieur avait été initié déjà depuis Khroutchev et sa politique de renoncement à la lutte révolutionnaire. Ce coup d’Etat avait une base matérielle constituée non seulement d’éléments des anciennes couches bourgeoises, mais aussi de couches bourgeoises nouvelles produites par l’organisation de la production (c’est un élément intéressant du livre de Robert Linhart, Lénine, les paysans, Taylor). Les classes sociales se développent sur une base matérielle préexistante, elles ne peuvent naître spontanément, comme des souris qui sortent du chapeau d’un magicien.

L’introduction d’éléments de marché privé dans les kolkhozes comme dans les usines a renforcé la base des éléments bourgeois des différentes républiques, qui ont fini par se marcher sur les pieds et par se sauter à la gorge dès avant la chute du mur de Berlin. Les bourgeoisies des différentes républiques ont pu mobiliser les masses pour leurs intérêts, en ravivant un chauvinisme et un racisme qui n’avaient jamais totalement disparu, comme en témoignent les pogroms d’Arménien-ne-s à Soumgaït (1988) et Bakou (1990), organisés par la bourgeoisie azérie.

Être fidèle à Lénine et aux combattant-e-s d’Octobre, c’est lutter contre le dogmatisme et le culte des icônes pour faire le bilan matérialiste qui nous permettra d’avancer vers de nouvelles victoires. Et pour commencer étudier la base sociale du révisionnisme, et étudier la lutte contre le révisionnisme en Chine et en Albanie (qui n’a pas empêché la restauration du capitalisme dans ces pays).

Les enseignements de la révolution d’Octobre doivent devenir accessibles aux masses et servir à préparer les luttes d’aujourd’hui contre le Capital, comme la lutte contre la loi Travail en ce moment même. Cela fait depuis 2010 que la classe ouvrière se mobilise à chaque attaque, à chaque projet de loi, renforçant l’oppression de la bourgeoisie par l’exploitation. L’élan est déjà là, mais il manque la stratégie de combat, élaborée à la lumière d’une théorie révolutionnaire. Il faut s’intéresser à la Révolution d’Octobre pour réfléchir au présent que l’on veut construire et arracher maintenant, et non pas seulement pour rendre hommage et glorifier le passé.

Vive la révolution socialiste d’Octobre, passons des luttes sociales à la révolution !

 

Source: http://futur-rouge.overblog.com/2017/11/pour-le-centenaire-de-la-revolution-socialiste-d-octobre-1917.html

Advertisements

Être communiste au Québec après la révolution russe de 1917

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Révolution Bolchevique d’Octobre 1917, le journal centenaire (1910) Le Devoir publie un texte sur le vécu québécois de la célèbre révolution russe.

 

 

Nous sommes en 1917. À Moscou, le tsar est tombé. Lénine et les siens, des internationalistes, risquent-ils d’organiser une révolution mondiale ? Les chancelleries du monde, affolées de ce changement de cap qui pourrait les toucher, décident de se mêler de cette guerre civile dans l’espoir de contribuer à rétablir l’ordre ancien. Des contingents des États-Unis, de France, du Royaume-Uni, de Serbie, de Finlande, de Roumanie, de Turquie, de Grèce, du Japon et du Canada se portent à la défense des Russes blancs, les fidèles du tsar.

Parmi les Canadiens partis batailler en Russie, on trouve Antoine Rivard, futur ministre et solliciteur général du gouvernement anticommuniste de Maurice Duplessis. Il débarque à Vladivostok avec le 259e Bataillon canadien, arme à la main. L’échec de cet engagement militaire l’a fait oublier, affirme l’historien Benjamin Isitt.

Lorsqu’au printemps 1917, le révolutionnaire Léon Trotski tente, depuis New York, de regagner la Russie en passant par le Canada, il y est arrêté et emprisonné.

En raison de la répression institutionnelle dont est l’objet un tel mouvement, plusieurs informations manquent. Si bien que les historiens éprouvent du mal à retrouver, au Québec et au Canada, les traces de l’adhésion au communisme après la Révolution de 1917.

Il existe déjà au Québec, avant la guerre de 1914, plusieurs groupes socialistes. Ils ne sont pas étrangers au rayonnement des enseignements de Marx au sujet de l’exploitation ouvrière. En 1871, les moins de 16 ans forment 40 % de la main-d’oeuvre au Québec. Ce n’est qu’en 1907 que le gouvernement du Québec interdit le travail aux moins de 14 ans. En 1941 encore, près de la moitié des jeunes du Canada qui ne fréquentent pas l’école viennent du Québec.

Devant des conditions de travail pitoyables, les ouvriers s’organisent comme ils peuvent. Ce n’est qu’en 1921 qu’un Parti communiste canadien voit le jour. Son succès demeure faible. À la différence des États-Unis ou du reste du Canada, la pénétration du mouvement communiste au Québec après apparaît plus lente. L’Église, notamment, fait paravent. Aussi le mouvement communiste attire-t-il à lui beaucoup d’immigrants épris de solidarité envers des travailleurs issus d’un même horizon de misère.

Il faut attendre 1926 pour qu’un premier militant communiste au Québec se porte candidat aux élections. Ce sera Michael Buhay, dans la circonscription de Cartier, au coeur de Montréal, là même où, en 1943, à la faveur d’une élection partielle, Fred Rose sera le premier communiste élu à Ottawa. Rose, un électricien, sera à nouveau élu lors de l’élection générale de 1945, avant qu’on lui fasse un procès pour espionnage dont les contours restent à ce jour nébuleux.

Au nombre des jeunes militants politiques à l’époque sympathiques à Fred Rose, on trouve Jacques Parizeau (ancien premier ministre indépendantiste du Québec qui a présidé au référendum sur la souveraineté en 1995). Dans Fred Rose, un Canadien errant, un film signé en 2002 par Francine Pelletier, Parizeau dit : « J’ai travaillé pour ceux qui travaillaient pour ceux qui travaillaient pour Fred Rose. » Jacques Parizeau explique qu’une figure aussi improbable que lui, un bourgeois de naissance, n’était pas la bienvenue chez les communistes.

Au début des années 1920, le mouvement communiste au Québec mise beaucoup sur l’éducation populaire. Il parle des réalités de l’exploitation aux ouvriers. À Montréal, on trouve le Labor College, une sorte de club ouvrier comme on en trouve en Europe et où se réunit un Comité d’aide à l’URSS, ce nouveau pays dont le nom ne renvoie pas exactement à un territoire, mais à une nouvelle conception du monde.

Au Labor College, deux femmes jouent un rôle majeur : Annie Buller et Bella Gauld. Ces deux militantes d’institutions de charité ont abandonné l’univers libéral dans lequel elles baignaient pour adhérer à un idéal communiste, plus susceptible selon elles de changer vraiment la société. Et les voilà qui offrent des cours d’économie, d’histoire et de culture générale, dans une perspective de luttes des classes.

Quelle place jouent les femmes dans la constitution initiale de ce mouvement au Québec ? En Abitibi, en 1933, Jeanne Corbin, une militante communiste, soutient la grève de bûcherons. Dans leurs cabanes de bois, véritables repères des poux et de la misère, les autorités qui procèdent à des arrestations trouvent des portraits de Karl Marx. Jeanne Corbin sera condamnée à trois mois de prison. L’historienne Andrée Lévesque lui a consacré un livre. Il en faudrait sans doute un aussi pour mieux comprendre le parcours de Léa Roback : en 1937, cette communiste structure une grève de milliers de femmes pour améliorer leurs conditions. Elles travaillent jusqu’à 80 heures par semaine dans les usines de couture de Montréal pour des salaires qui ne dépassent pas 12,50 $.

Le plus célèbre des militants communistes au Québec reste Norman Bethune. Inventeur d’instruments de chirurgie encore utilisés aujourd’hui, ce médecin exerce son action pour les plus démunis. Il va notamment plaider auprès du gouvernement du Québec pour la mise en place d’un système de soins de santé pour tous.

Dans l’Espagne déchirée par la guerre civile, Bethune organise une unité mobile de transfusion sanguine. L’Espagne de Franco qu’il combat fait corps avec le régime d’Hitler. Quand en juin 1937 Bethune tient à Montréal une assemblée publique ouvertement favorable aux communistes espagnols, quelque 9000 personnes répondent à son appel et l’applaudissent.

En avril 1937, l’écrivain André Malraux fera lui aussi une brève visite à Montréal pour plaider en faveur de ses camarades espagnols. Malraux souligne à cette occasion l’importance de Bethune. Le poing fermé, il salue la foule. De son souvenir à Montréal, l’écrivain conserve celui d’un vieil ouvrier canadien-français qui, s’avançant vers lui à la fin de la soirée, lui donna sa montre en or, pour ainsi dire sa seule richesse, afin d’aider les camarades espagnols.

En 1937 toujours, Duplessis fait adopter sa loi dite du cadenas. Elle permet d’interdire toute activité de gauche jugée subversive. Mais durant la Seconde Guerre mondiale, le ton à l’égard des communistes va s’adoucir : le Canada est alors l’allié de l’URSS. À Montréal, les usines fabriquent même des tanks destinés à ce Staline dont les crimes ne sont pas encore largement dénoncés.

Quel espace tient alors le communisme dans les consciences ? La question reste complexe. En entrevue devant la caméra de Francine Pelletier, l’ex-premier ministre Jacques Parizeau résumait : « J’aurais volontiers rejoint le Parti communiste. Si vous aviez une conscience sociale, vous vouliez être du côté des communistes. »

 

Source : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/511190/communisme-etre-communiste-au-quebec-apres-la-revolution-de-1917?utm_campaign=Autopost&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

Défendre la vie du président Gonzalo, c’est défendre le maoïsme !

Article du Parti Communiste Maoïste (PCM) en réponse à l' »attaque » de l’OCML-VP contre le président Gonzalo et le Parti Communiste du Pérou (PCP) !

Le jour du 25e anniversaire de l’arrestation du président Gonzalo du Parti Communiste du Pérou, dirigeant la Guerre Populaire Prolongée au Pérou, l’OCML-VP a décidé de publier un long communiqué présentant le président Gonzalo comme un liquidateur. Cet article est intitulé «  A propos de la Guerre Populaire au Pérou, la trahison de la direction du PCP et la capitulation du Président Gonzalo », le nom annonce la couleur.

L’essence de ce communiqué est la suivante :

– Après son arrestation, le président Gonzalo aurait capitulé et collaboré avec l’ennemi plus ou moins directement pour mettre fin à la Guerre Populaire et arriver à des accords de paix.

– Le président Gonzalo est en pleine collaboration avec la Ligne Opportuniste de Droite (LOD) représentée par le MOVADEF

– La Guerre Populaire au Pérou aurait échoué à cause d’un « culte de la personnalité » autour du président Gonzalo

Nous allons voir en quoi ce communiqué, loin d’être une critique du Parti Communiste du Pérou et de son expérience, s’affiche au contraire comme une attaque complète sur toute la ligne contre le maoïsme. Ce communiqué est le résultat d’une ligne idéologique et politique fondamentalement erronée reposant sur une large déformation du maoïsme, le résultat en est que l’OCML-VP en vient à prendre position pour les lignes opportunistes de droite et de « gauche » au Pérou, une position internationale qui bien sûr se reflète dans leur pratique localement.

Critique ou attaque ?

La Guerre Populaire Prolongée (GPP) a été déclenchée au Pérou en 1980 par le Parti Communiste du Pérou dirigé par le président Gonzalo. Au moment où celle-ci a été initiée le mouvement communiste international était affaibli et en recul : en 1976 a eu lieu le coup d’État et la contre-révolution en Chine mettant fin au dernier bastion socialiste, dans les années 1980 la Guerre Populaire en Inde était affaiblie par la répression et la division géographique et organisationnelle du mouvement, aux Philippines la Guerre Populaire essuyait successivement des échecs suite à des erreurs stratégiques importantes qui seront rectifiées dans les années 90 avec la Seconde Campagne de Rectification qui réaffirme le maoïsme et la stratégie de la GPP. Ainsi le déclenchement de la Guerre Populaire au Pérou fut une initiative d’une importance majeure pour le mouvement communiste international et il fut pour cette raison immédiatement la cible de l’impérialisme qui chercha à l’écraser par tous les moyens à sa disposition.

Malgré la répression brutale et les massacres, y compris au sein des prisons comme en juin 1986, la Guerre Populaire se développa rapidement allant jusqu’à toucher la grande majorité du territoire et y compris la capitale Lima. Elle atteindra le plus haut développement qu’ait connu les Guerres Populaires après la contre-révolution de 1976 en Chine. Même après la capture du président Gonzalo en septembre 1992 et alors que celui-ci se retrouvait entre les mains de l’ennemi, la Guerre Populaire perdura tout au long des années 1990 avant de diminuer en intensité.

Lors de cette Guerre Populaire des conquêtes importantes ont été réalisées par le mouvement communiste international contre l’impérialisme. Des conquêtes qui ont notamment une importance essentielle dans la compréhension du maoïsme que nous avons aujourd’hui. Ce sont contre ces conquêtes que l’OCML-VP a rédigé son attaque contre le mouvement communiste du Pérou.

Pourquoi parlons-nous d’attaque et non de critique concernant ce communiqué ? Au sein du mouvement communiste la critique est non seulement permise mais même encouragée, le processus de critique-autocritique est indispensable pour rectifier nos erreurs et avancer. Ce qui distingue la critique de l’attaque est son caractère non constructif mais destructeur. Dans le cas de l’OCML-VP il ne s’agit pas d’une critique idéologique et politique du mouvement communiste du Pérou sur des erreurs que celui-ci aurait commis mais il s’agit de reprendre sans encombre les mensonges et les calomnies diffusés par l’ennemi et les liquidateurs pour attaquer unilatéralement le Parti Communiste du Pérou et son dirigeant, le président Gonzalo.

L’attaque de l’OCML-VP se base sur le fait que le président Gonzalo aurait trahi la Guerre Populaire en agissant comme un liquidateur après son arrestation par l’ennemi. Selon l’OCML-VP, il aurait été un liquidateur plus ou moins conscient mais dans tous les cas se prêtant au jeu que les impérialistes veulent lui faire jouer. Sur quoi se base cette allégation aussi grave, une allégation qui a toujours été rejetée par le mouvement maoïste et dont les seuls soutiens sont le gouvernement et les opportunistes de droite et de « gauche » ?

Cette théorie de Gonzalo comme liquidateur est la thèse présentée par l’État péruvien, une thèse élaborée de toute pièce par le SIN (les services secret péruviens) avec la complicité de la CIA. Voilà d’où proviennent toutes les sources de l’OCML-VP qui l’admet elle-même dans son article. Admettant elle même que les lettres des accords de paix ainsi que les « interviews » vidéos seraient fausses, comment l’OCML-VP peut-elle tout de même affirmer que le président Gonzalo aurait trahi ? Elle fait cela en prétendant que celui-ci se serait prêté au jeu, en acceptant d’être filmé par exemple ou en ne levant pas le poing lors de son dernier procès !

Ainsi l’OCML-VP détiendrait une vérité que tout le mouvement maoïste n’a pas, car elle aurait remarqué que Gonzalo n’a pas levé le poing lors de son dernier procès.

Il est évident que cela ne fait aucun sens. Le président Gonzalo est maintenu dans l’isolement le plus total depuis 25 ans, l’État péruvien essaye de le faire mourir d’une mort lente car son élimination directe n’aurait fait qu’intensifier la Guerre Populaire. Le président Gonzalo n’a jamais pu réaliser aucun entretien devant la presse internationale hormis lors de son discours de la cage du 24 septembre 1992 où il appelle à poursuivre la Guerre Populaire en affirmant que son arrestation ne constitue qu’un détour sur la route. Le président Gonzalo n’a aucun contact avec le monde extérieur.

Et justement qu’est-ce que le MOVADEF dont l’OCML-VP reprend les calomnies ? Le « Mouvement pour l’Amnistie Générale et la Réconciliation Nationale » (MOVADEF) est une organisation mise en place par la ligne opportuniste de droite (LOD). La LOD est composée d’anciens membres du PCP qui ont rejeté la Guerre Populaire Prolongée et ont appelé à déposer les armes, ce sont les liquidateurs de la Guerre Populaire. Cette LOD s’est constituée en MOVADEF grâce au travail et à l’appui du SIN. Le MOVADEF est aujourd’hui l’organisme qui a à sa tête le seul avocat en lien avec le président Gonzalo. Le MOVADEF est directement un outil monté et mis en place par les impérialistes dans leur programme de contre-insurrection.

Un an après l’arrestation du président Gonzalo en 1992. En 1993, le président du Pérou, Alberto Fujimori (aujourd’hui emprisonné pour crime contre l’humanité, responsable d’une politique génocidaire contre le mouvement révolutionnaire et notamment de la stérilisation forcée de milliers de femmes indigènes accusées de pro-créer des communistes!) présente des fausses lettres de paix attribuées à Gonzalo et peu de temps après des vidéos truquées (cela était évident pour tous les communistes et cela sera révélé plus tard par les services secrets). L’ensemble du mouvement maoïste international a mené une intense campagne pour la libération du président Gonzalo après son arrestation. Toutes les demandes de visites du président Gonzalo par des personnalités progressistes ont été rejetées.

Les seules à croire que le Président Gonzalo aurait appelé à signer des accords de paix sont des anciens dirigeants du PCP devenus des liquidateurs, les opportunistes de droite, ainsi qu’une ligne militariste, opportuniste de « gauche », qui ont exigé que Gonzalo soit relâché pour être jugé par leur soin. Ainsi l’OCML-VP reprend sans encombre à son compte des calomnies émanent directement des impérialistes et de leurs laquais locaux qui ne sont soutenus que par les opportunistes de droite et de « gauche ». Une fois de plus l’OCML-VP navigue à vue entre l’opportunisme de droite et de « gauche ».

Aucun révolutionnaire conséquent n’accorde du crédit et de l’importance à des propos d’un dirigeant révolutionnaire emprisonné, aux mains de l’ennemi et qui ne peut s’exprimer directement à son Parti. Admettre les calomnies de l’ennemi et les reprendre à son compte, c’est se faire la courroie de transmission des impérialistes dans le mouvement maoïste.

Si l’OCML-VP se couvre de honte en reprenant de telles allégations, c’est car elle sous-estime et ne comprend à aucun moment les tactiques et techniques de contre-insurrection menées par l’ennemi. L’OCML-VP a toujours envisagé la révolution dans un avenir lointain et ne s’y est par conséquent jamais préparée sérieusement, elle n’étudie pas à fond les questions de la clandestinité et de la répression en cas de Guerre Populaire. L’histoire montre pourtant à quel point l’ennemi investie massivement et se perfectionne dans la guerre psychologique et dans la contre-insurrection. Cela s’est particulièrement vue lorsque l’impérialisme français a mené une lutte acharnée contre le mouvement national algérien, c’est à ce moment là que de nombreux outils de contre-insurrection vont être développés et ensuite exportés en Amérique du Sud par des militaires français directement employés par les dictatures militaires d’Amérique du Sud. Parmi ces méthodes, l’une d’entre elle consiste à faire croire à la trahison de dirigeants pour que ceux-ci soient éliminé par le mouvement lui-même ainsi que pour démobiliser les masses.

La Guerre Populaire au Pérou représentait dans les années 80 et 90 le seul mouvement communiste à aller contre-courant dans une période de restauration totale du capitalisme et d’offensive généralisée de la bourgeoisie sur le communisme présenté comme appartenant désormais au passé. Le Parti Communiste du Pérou constituait donc une cible d’une importance toute particulière pour l’impérialisme, en particulier l’impérialisme yankee. Pour s’en apercevoir il suffit de faire quelques recherches sur le nombre impressionnant d’études réalisées par l’armée américaine et ses écoles, des organisations stratégiques américaines et les services secrets le concernant pour établir des stratégies de contre-insurrection. Beaucoup de ses études en arrivaient à la conclusion que la victoire de la Guerre Populaire au Pérou serait presque inévitable. Il a donc fallu des moyens immenses à l’État péruvien et ses services secrets grâce à la collaboration des Etats-Unis pour mettre fin brutalement à cette Guerre Populaire, d’une part par les massacres et d’autre part par une intensive guerre psychologique.

En définitif, l’OCML-VP oublie une des leçons essentielles de la lutte révolutionnaire : l’ennemi est fort tactiquement mais faible stratégiquement. Fort tactiquement car il dispose de moyens militaires immenses, d’une expertise et d’un savoir-faire brutal et perfectionné en matière de contre-insurrection et de guerre de basse intensité ; faible stratégiquement car l’ennemi n’a pas le soutien du peuple, il représente une minorité, une oppression, il est dans le camps de l’injustice et il sera donc nécessairement renversé. L’OCML-VP sous-estime et oublie entièrement la force tactique de l’ennemi et se prend à son jeu.

Aujourd’hui, nous réaffirmons, comme cela a toujours été affirmé par le mouvement maoïste international, que les dernières consignes du Président Gonzalo valables concernant la Guerre Populaire au Pérou sont celles données dans le discours de la cage, le 24 septembre 1992. Dans ce discours magistral (voir discours en intégrale sous-titré en anglais), celui-ci affirme la nécessité de continuer et d’intensifier la Guerre Populaire, il affirme que son arrestation ne constitue pas un point d’arrêt mais juste un détour sur la route.

Öcalan, Gonzalo : même combat ?

Dans son communiqué, l’OCML-VP s’aventure à comparer le président Gonzalo à Öcalan, le pilier du PKK emprisonné depuis maintenant plus de 18 ans.

Il part du postulat que tous deux seraient des capitulards et qu’on devrait donc les défendre de manière similaire.

Tout d’abord, il existe des différences fondamentales entre le président Gonzalo et Öcalan. Le président Gonzalo est un des dirigeants marxistes les plus important, la Guerre Populaire qu’il a dirigé avec le PCP au Pérou avait une valeur profondément internationale et a notamment servi d’exemple pour le déclenchement de la Guerre Populaire au Népal en 1996. D’un autre côté, Öcalan est le dirigeant du mouvement national kurde qui s’oppose à l’État réactionnaire turc, un Etat sous domination de l’impérialisme américain ; d’un point de vue de classe, Öcalan est le représentant de la bourgeoisie nationale kurde. Ce sont donc deux ennemis de valeur très différentes pour l’impérialisme.

De même et par conséquent, contrairement à l’isolement total que subit le président Gonzalo, Öcalan lui dispose de moyens de publication et communication reconnus par le mouvement national kurde.

L’OCML-VP affirme qu’un prisonnier politique même s’il devient un liquidateur et se met au service de l’ennemi, doit être défendu et que nous devons exiger sa libération. Cette position montre en tout point leur opportunisme et est à l’exact opposé de la pratique du mouvement révolutionnaire. S’il est parfaitement avéré qu’un camarade arrêté, une fois aux mains de l’ennemi se met à collaborer, à donner des informations à l’ennemi, s’il devient un liquidateur et donc un traître, le mouvement révolutionnaire n’a plus aucun devoir de le défendre. Cet individu, quelqu’ait pu être son passé dans le mouvement, tombe dans l’oubli et la seule chose que le mouvement attend de lui est sa libération pour lui infliger sa sentence pour trahison. Si nous défendons les prisonniers qui collaborent avec l’ennemi et qui liquident notre mouvement, nous encourageons alors tous les camarades arrêtés à en faire de même, cela est inacceptable.

La position révolutionnaire consiste à ne pas croire les propos d’un camarade enfermé et dans les mains de l’ennemi car il n’est pas possible d’en vérifier l’authenticité ni de savoir ce qui est subit par le camarade. Si un camarade est avéré être un traître au mouvement, celui-ci doit être jugé en conséquence par le Parti.

La position de l’OCML-VP sur les prisonniers politiques en général se retrouvent donc être complètement erronée et à l’opposé de l’expérience du mouvement communiste international.

Sur le « culte de la personnalité »

L’OCML-VP affirme qu’une des raisons principales de l’échec de la Guerre Populaire au Pérou serait la pratique d’un « culte du chef » par le PCP. L’OCML-VP aurait déjà remarqué ce problème dans un de ses documents de 1990.

Les accusations de « culte de la personnalité » contre le mouvement communiste ne sont pas nouvelles. Elles ont été utilisées aussi bien contre Lénine, Staline ou Mao. L’exemple le plus flagrant est celle faite contre Staline par Khrouchtchev lors du XXe Congrès du PCUS : cette attaque contre le soit-disant « culte de la personnalité » autour de Staline n’était qu’un prétexte pour liquider le socialisme en URSS et entamer la restauration du capitalisme.

Regardons ce que dit le président Gonzalo concernant l’accusation de « culte de la personnalité » dans L’Interview pour El Diario réalisée en 1988 :

« Khrouchtchev souleva le problème du culte de la personnalité pour combattre le camarade Staline, mais nous savons tous que ce ne fut qu’un prétexte en fait, pour combattre la dictature du prolétariat. Aujourd’hui, même Gorbatchev brandit à nouveau le culte de la personnalité comme le firent aussi les révisionnistes chinois Liou Chao-chi [Liu Shaoqi] et Teng Siao-ping [Deng Xiaoping]. Par conséquent, c’est une thèse révisionniste qui vise en essence la dictature du prolétariat et les grands dirigeants et chefs du processus révolutionnaire général dans le but de les décapiter. Dans notre cas, que viserait-elle concrètement ? Décapiter la guerre populaire. Nous n’avons pas encore de dictature du prolétariat mais un Nouveau Pouvoir qui se développe selon des normes de démocratie nouvelle ou de dictature conjointe d’ouvriers, de paysans et de progressistes. En ce qui nous concerne, cette thèse a donc pour but principal de décapiter la direction. Et la réaction et ses laquais savent très bien pourquoi ils le font : parce que ce n’est pas facile d’engendrer des chefs et un grand dirigeant. Et une guerre populaire telle qu’elle se développe dans le pays, a besoin de chefs et d’un grand dirigeant, de quelqu’un qui la représente, la dirige et d’un groupe capable de la commander inflexiblement. En résumé le culte de la personnalité est une sinistre thèse révisionniste qui n’a rien à voir avec notre conception sur les chefs, laquelle s’en tient au léninisme. »

A la lumière des propos du président Gonzalo, on comprend parfaitement le but derrière l’accusation de « culte de la personnalité » à l’encontre du président Gonzalo faite par l’OCML-VP.

L’OCML-VP affirme que la pensée gonzalo fut un des principales facteurs de l’échec de la Guerre Populaire au Pérou car celle-ci contribuerait à « dépolitiser les masses » et laisserait penser que ce sont les grands hommes qui font l’histoire. Tout d’abord voyons ce que dit le président Gonzalo lui même sur la pensée gonzalo :

« El Diario: Puisque nous parlons d’idéologie, pourquoi la Pensée Gonzalo?

Président Gonzalo : Le marxisme nous a toujours enseigné que le problème réside dans l’application de la vérité universelle. Le Président Mao Tsétoung insistait énormément sur ce point ; si le marxisme-léninisme-maoïsme ne s’applique pas à une réalité concrète, on ne peut pas diriger une révolution, on ne peut pas transformer le vieil ordre, ni le détruire, ni en créer un nouveau. C’est l’application du marxisme-léninisme-maoïsme à la révolution péruvienne qui a engendré la pensée gonzalo, dans la lutte de classes de notre peuple, principalement du prolétariat, les luttes incessantes de la paysannerie et dans le contexte bouleversant de la révolution mondiale. C’est au milieu de tout ce fracas, en appliquant le plus fidèlement possible la vérité universelle aux conditions concrètes de notre pays, que s’est matérialisée la pensée gonzalo. Auparavant on l’appelait la pensée guide ; et si aujourd’hui le Parti a sanctionné lors du Congrès la pensée gonzalo, c’est parce qu’il s’est produit un bond dans cette pensée guide, précisément au cours du développement de la Guerre Populaire. En synthèse la pensée gonzalo n’est que l’application du marxisme-léninisme-maoïsme à notre réalité concrète ; ceci nous amène à voir qu’elle est spécifiquement capitale pour notre Parti, pour la guerre populaire et pour la révolution dans notre pays, j’insiste, spécifiquement capitale. Mais pour nous, si nous considérons l’idéologie au plan universel, le principal est le maoïsme, je le répète une fois de plus. »

Ainsi la pensée gonzalo loin d’être un quelconque « culte du chef » ou de dépolitiser les masses, s’est formé au contraire du fait de la lutte des masses et dans la lutte des masses, elle s’est formée dans le feu de la Guerre Populaire.

Affirmer que les masses auraient été dépolitisées à cause de la pensée gonzalo constitue une négation totale du haut niveau idéologique et politique des masses péruviennes durant la Guerre Populaire au Pérou, un niveau idéologique rarement atteint qui se manifestait dans tous les domaines. Le reportage traduit par la Cause du Peuple « People’s of the shining path » permet en partie d’en rendre compte. Le PCP a toujours placé au cœur de sa formation, la formation idéologique, c’est ce qu’il y avait de plus central et de plus essentiel pour les militantes et militants du PCP et les masses du Pérou.

Affirmer que la constitution d’une pensée guide s’accompagnerait d’une dépolitisation des masses est simplement anti-historique et va à l’encontre même de l’histoire du maoïsme. C’est pendant la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne en Chine que s’est affirmée plus que jamais la pensée mao tsetoung, l’OCML-VP affirmerait donc que pendant cette période les masses populaires en Chine se sont dépolitisées ? Cela n’a évidemment aucun sens, la période de la Révolution Culturelle est le moment où les masses se sont le plus politisées !

Si l’OCML-VP s’en prend avec tant de vigueur au président Gonzalo, au PCP et à la pensée gonzalo, c’est car elle en rejette fondamentalement tous les apports.

Les apports du Parti Communiste du Pérou et du Président Gonzalo

Ainsi l’OCML-VP ne s’est jamais revendiqué du marxisme-léninisme-maoïsme. Elle préfère proposer une version éclectique du « maoïsme » qu’elle nomme « marxisme-léninisme et maoïsme ». A première vue cela pourrait sembler proche : ne serait-ce qu’une différence de forme ? Un vulgaire débat sur les mots plutôt que sur le fond ?

Loin de là, malgré la proximité des appellations, le fait est que l’OCML-VP rejette des conceptions essentielles du maoïsme, ces conceptions ont notamment été affirmées par le Parti Communiste du Pérou à travers une intensive lutte de lignes sur le plan international. Ce sont des enjeux idéologiques qui ont bien sûr des implications pratiques.

Tout d’abord le PCP a affirmé que le maoïsme forme le troisième jalon du marxisme, qu’il est la troisième, nouvelle et supérieure étape du marxisme. Il s’agissait d’une démarcation nécessaire avec ceux qui ne voyaient dans la pensée Mao Zedong que quelques apports en plus par rapport au marxisme-léninisme et que cela était principalement valide pour les pays semi-coloniaux semi-féodaux mais pas les pays impérialistes. En affirmant que le maoïsme est une nouvelle étape cela signifie qu’il a développé le marxisme dans ses trois composantes essentielles : le matérialisme dialectique et historique, l’économie politique marxiste et le socialisme scientifique. Dans ces trois domaines un bond qualitatif a été effectué.

Mais l’OCML-VP ne peut reconnaître l’ensemble de ces apports du maoïsme au marxisme et c’est pour ça que jusqu’aujourd’hui elle refuse de s’identifier comme marxiste-léniniste-maoïste.

Un des apports essentiels du maoïsme que rejette l’OCML-VP est la Guerre Populaire Prolongée. Le PCP a affirmé que la Guerre Populaire est une composante essentielle et universelle – c’est-à-dire applicable partout – du maoïsme.

« La guerre populaire est la théorie militaire du prolétariat international dans laquelle, pour la première fois, se résume de façon systématisée et complète l’expérience théorique et pratique des luttes, des actions militaires et des guerres que le prolétariat a livré, la longue expérience de la lutte armée populaire et spécialement des guerres paysannes de la Chine. C’est avec le Président Mao que la classe sera dotée de sa propre théorie militaire; pourtant il règne à ce sujet une grande confusion et beaucoup d’incompréhension. Cette incompréhension commence par la vision que l’on a de la guerre populaire en Chine; en général on la considère comme étant réduite et, dédaigneusement comme une simple guerre de guérillas. Cela révèle déjà l’incompréhension de fait, qu’avec le Président Mao, la guerre de guérillas acquiert un caractère stratégique. De plus, on ne comprend pas le développement de la guerre de guérillas et comment, à partir de sa fluidité essentielle, elle développe sa mobilité, devient guerre de mouvement, de positions, développant de vastes plans d’offensive stratégique, conquérant des villes petites, moyennes et grandes avec des millions d’habitants, combinant l’attaque du dehors avec l’insurrection à l’intérieur. En conclusion, les quatre étapes de la révolution chinoise et principalement à partir de la guerre agraire à la guerre de libération populaire, en tenant compte qu’entre les deux il y eut la guerre anti-japonaise, nous montrent les diverses facettes et la complexité de la guerre révolutionnaire qui se livra durant vingt années au sein d’une population gigantesque et d’une immense mobilisation et participation des masses. Dans cette guerre on trouve des exemples de tout genre et, le principal, c’est que ses principes, ses lois, ses stratégies, ses normes etc. ont été étudiés à fond et magistralement établis. C’est donc dans ce creuset fabuleux et sur la base de ce que le marxisme-léninisme avait établi, que le Président Mao élabora la théorie militaire du prolétariat, la guerre populaire.

[…]

L’une des questions clé et décisive est celle de la compréhension de la validité universelle de la guerre populaire et de son application conséquente, en tenant compte des différents types de révolution et des conditions spécifiques de chacune d’entre elles. A propos de cette question clé il est intéressant de constater qu’une insurrection comme celle de Pétrograd, la résistance anti-fasciste et les guérillas européennes de la IIème Guerre mondiale ne se sont pas répétées, ni les luttes armées qui se livrent en Europe actuellement. Il faut aussi considérer que la Révolution d’Octobre ne fut pas seulement une insurrection, mais une guerre révolutionnaire qui dura plusieurs années. Par conséquent, dans les pays impérialistes la révolution ne peut se concevoir que comme guerre révolutionnaire et celle-ci, actuellement, est simplement une guerre populaire. »

  • Sur le marxisme-léninisme-maoïsme, Parti Communiste du Pérou, 1988

Pour plus de détail sur les apports du PCP dans l’affirmation du maoïsme nous vous renvoyons à la déclaration internationale faite pour le 30e anniversaire de la Journée de l’Héroïsme récemment traduite en français.

On comprend donc que ce n’est pas pour rien que l’OCML-VP reprend les calomnies des réactionnaires contre le président Gonzalo et le PCP à son compte. Derrière cette attaque contre le président Gonzalo et le PCP, il s’agit en fait bien d’une attaque même contre le maoïsme et tout ce que le PCP a pu faire pour synthétiser, défendre et appliquer le maoïsme. Il s’agit d’un rejet affirmé du marxisme-léninisme-maoïsme, de la Guerre Populaire Prolongée, fait non au moyen de la lutte idéologique mais de la manière la plus lâche en reprenant les larges mensonges diffusés par l’ennemi. Il s’agit évidemment d’une pratique profondément opposée à l’essence même du marxisme et qui devrait révolter tout révolutionnaire.

A celles et ceux qui avaient encore quelques doutes sur la nature de l’OCML-VP, la lecture de leur communiqué devrait balayer ces doutes définitivement !

Défendre, appliquer et développer le maoïsme !

Combattre le révisionnisme et l’opportunisme !

Défendons la vie du Président Gonzalo !

Source: http://www.pcmaoiste.org/communique/defendre-la-vie-du-president-gonzalo-cest-defendre-le-maoisme/

Sur la situation en Catalogne

 

Que se passe-t-il en Catalogne ? Cette nation présente sur plusieurs territoires de culture catalane (Valence, Baléares, Andorre,…), située principalement dans l’Etat espagnol, et en partie dans l’Etat français, a une situation politique qui évolue rapidement : une crise politique sans précédent s’est déclarée. Le gouvernement de la Generalitat (l’organisation politique détenant les pouvoirs exécutifs et législatifs régionaux de cette « communauté autonome », intégré il y a plusieurs siècles dans l’Etat espagnol) a promis depuis 2015 d’avancer vers la voie de l’indépendance. Pour cela, la Generalitat a convoqué un référendum pour le 1er octobre 2017.

Le gouvernement espagnol conservateur de Mariano Rajoy (dirigeant du Partido Popular, représentant la droite issue du franquisme) semble prêt à utiliser tous les moyens à sa disposition pour empêcher la tenue du référendum, que la Cour constitutionnelle a jugé illégal. Il faut rappeler que la police a quand même mené des perquisitions au siège du gouvernement régional catalan et a saisi les 19 et 20 septembre près de 10 millions de bulletins de vote, que 14 hauts responsables du gouvernement régional ont été arrêtés et le 21 septembre, que la justice a cité à comparaître plus de 700 maires catalans, que des entreprises privées ayant contribué à la propagande indépendantiste ont été perquisitionnées, que la Cour constitutionnelle a annoncé infliger des amendes de 6000 à 12 000€ tous les jours à 24 organisateurs du référendum jusqu’à ce qu’ils se plient aux résolutions de la « Justice ». 60 sites faisant la promotion du référendum ont été fermés, la campagne électorale est illégale et donc le collage d’affiches pour l’indépendance se fait dans l’illégalité, et Madrid a mis sous tutelle les finances de la région pour empêcher les financement illégaux.

La constitution considère en effet que l’Espagne est une et indivisible : malgré l’existence de différentes nations en son sein (Catalogne, Pays Basque, mais également Asturies, Galice, Andalousie…), l’héritage de l’empire et du franquisme reste profondément marqué dans l’organisation de l’Etat. La bourgeoisie continue de célébrer le « jour de l’hispanité », et le principal parti de droite, le PP, est l’héritier directe de la bureaucratie franquiste. Mais dans les faits, la bourgeoisie espagnole est une classe écartelée entre son caractère impérialiste et la réalité d’une centralisation incomplète. Si le pays s’est construit sur l’or provenu de la colonisation de l’Amérique latine, il a connu un important retard industriel par la suite. De plus l’Espagne n’a pas achevé son processus de centralisation comme l’a fait la France, qui a écrasé ses minorités nationales bien plus efficacement avec la diffusion d’une idéologie républicaine jacobine. Seuls quelques régions du nord de l’Espagne ont véritablement connu la révolution industrielle au XIXème siècle comme le Pays Basque (Euskal Herria), la Catalogne (Catalunya), ou encore la Galice.

Ces contradictions ont engendré une grande misère dans les campagnes, des inégalités économiques criantes, des revendications nationales centrifuges, et une instabilité politique profonde. La bourgeoisie dans sa majorité est très liée à l’église catholique, elle méprise ouvertement le peuple et ne cherche pas de vernis progressiste. Face à cela, le mouvement ouvrier s’est développé principalement sur une base anarcho-syndicaliste et anarchiste. Les contradictions de la société espagnole ont notamment été à l’origine du soulèvement réactionnaire puis de la guerre civile de 1936-1939, qui ont aussi vu l’intervention des puissances fascistes, du Mexique et de l’URSS. Basques et Catalans se sont mobilisés aux côtés de la troisième république, espérant obtenir l’indépendance nationale, ou au moins un statut et des libertés publiques.

La défaite de la République a fait taire temporairement les aspirations nationales. Le mouvement anarcho-syndicaliste et anarchiste a été balayé, les communistes ont été plongés dans la clandestinité, et la bourgeoisie a durement écrasé le prolétariat. La transition démocratique entamée après la mort de Franco en 1975 n’a fait que repeindre la façade du vieil état autoritaire et nationaliste : malgré la forme parlementaire de l’état, l’Espagne a un ensemble de lois parmi les plus répressives d’Europe. La torture des militantes et militants révolutionnaires et indépendantistes est courante, et il n’est toujours pas possible de critiquer ouvertement la monarchie.

Mais revenons à la situation actuelle. Qui mène le mouvement indépendantiste en Catalogne ? La direction du mouvement est clairement dans les mains de la bourgeoisie catalane. En termes de classes, une partie du prolétariat, de la bourgeoisie, et la majorité de la petite-bourgeoisie sont de culture catalane. Au contraire « les très riches et les très pauvres sont espagnols » : la grande bourgeoisie, tout comme les prolétaires les plus précaires venus tenter leur chance à Barcelone et dans les zones industrielles, sont plus proches de la culture espagnole.

La dernière Diada, la fête nationale transformée en manifestation pour l’indépendance, a réuni un million de personnes. Depuis une décennie, le développement économique rapide de la Catalogne pousse la petite et la moyenne bourgeoisie catalane à appuyer ouvertement le mouvement indépendantiste. Pour simplifier, disons cela ainsi : pour les bourgeois, il est plus avantageux de garder l’intégralité des impôts au niveau de la Catalogne que de les reverser à Madrid. La Catalogne représente tout de même 20% du PIB de l’Espagne, 30% de ses exportations et 50% de l’activité à forte valeur ajoutée ! Il y a une idée réactionnaire comme quoi « les Catalans » n’ont pas à se sacrifier pour le reste de la population en Espagne. Le mouvement catalan est-il cependant à rejeter dans son ensemble ? Non. Il s’agit d’une lutte nationale portant une caractéristique progressiste (l’indépendance vis-à-vis d’un Etat impérialiste). Mais cette lutte n’est pas révolutionnaire. L’oppression nationale vise le peuple, mais aussi la nation tout entière.

Pour les révolutionnaires de l’Etat français, la situation doit être suivie de prêt. Elle est potentiellement explosive en Espagne, et pourrait avoir des conséquences très importantes au niveau européen, entraînant un effet domino au Pays Basque et ailleurs, par exemple en Ecosse et en Irlande du Nord. Il est clair que Madrid n’envisageait pas que la situation s’envenime à ce point. Pour les conservateurs, il s’agissait d’un simple marchandage économique avec la bourgeoisie catalane, qui faisait son spectacle pour peser dans la balance et mobiliser sa base électorale.

Mais les bourgeois espagnols, qu’ils soient conservateurs ou socialistes, ont négligé un facteur : poussée par sa base, déçue des reculs subis par la Generalitat face aux conservateurs, la bourgeoisie catalane est allée plus loin que prévu. Elle peut encore renoncer au projet indépendantiste et s’en tirer à bon compte, en faisant ce que les politiciens bourgeois savent faire le mieux, c’est à dire en jouant la comédie. Ils peuvent prétexter que les menaces (un général espagnol avait laissé entendre qu’il défendrait l’ordre constitutionnel « par tous les moyens ») et la répression les empêchent de tenir le référendum, notamment la saisie des bulletins et des convocations, la fermeture des sites internet, les procès et la mise sous tutelle des finances de la Generalitat.
Mais Madrid joue un jeu très dangereux. La désobéissance civile est massive en Catalogne, il y a eu de grandes manifestations d’étudiants ces derniers jours, de nombreuses écoles sont occupées et des syndicats ont déposé un préavis de grève générale à compter du 1er octobre au cas où le référendum serait empêché. Si les forces de police locales, les Mossos, obéissent encore à Madrid, l’administration désobéit ouvertement. Les perquisitions de bâtiments publics ont choqué l’opinion. Et les procès des dirigeants catalans peut pousser les masses à tenter le tout pour le tout. Nous voici donc face à une situation de quitte ou double : ou bien le gouvernement écrase temporairement le mouvement indépendantiste, ou bien il le radicalise, et perd ses moyens face à la pression populaire.

Quoi qu’il en soit, les prochaines semaines seront déterminantes. Notre Parti se positionne donc ainsi :

Nous reconnaissons la définition d’une nation comme une communauté humaine, stable, historiquement constituée, née sur la base d’une communauté de langue, de territoire, de vie économique et formation psychique qui se traduit dans une communauté de culture.

L’Etat espagnol a usé et use de la force contre la nation catalane pour l’empêcher de faire sécession. Nous soutenons le droit à l’autodétermination de la nation catalane. Si la nation catalane juge bon de faire sécession et donc de créer un Etat indépendant, c’est qu’elle se se sent opprimée par l’Etat espagnol. Nous devons soutenir son droit à l’autodétermination.

Le Camarade Lénine nous enseigne que « le principe de la nationalité est historiquement inéluctable dans la société bourgeoise, et compte tenu de cette société, le marxiste reconnaît pleinement la légitimité historique des mouvements nationaux. Mais pour que cette reconnaissance ne tourne pas à l’apologie du nationalisme, elle doit se borner très strictement à ce qu’il y a de progressiste dans ces mouvements, afin que cette reconnaissance ne conduise pas à obscurcir la conscience prolétarienne par l’idéologie bourgeoise. » (Notes critiques sur la question nationale, 1913)

Le nationalisme bourgeois de toute nation opprimée possède un contenu démocratique qui est dirigé contre l’oppression, c’est celui-là que nous soutenons. En revanche nous ne soutenons pas le contenu qui vise à renforcer le nationalisme et les privilèges de la bourgeoisie nationale et qui casse la conscience de classe du prolétariat en effaçant les distinctions de classes entre bourgeois, petits-bourgeois et prolétaires.

« Sous prétexte que ses demandes sont « pratiques », la bourgeoisie des nations opprimées va appeler le prolétariat à soutenir ses aspirations sans condition… Le prolétariat est opposé à une telle pratique. Tout en reconnaissant l’égalité des droits à un Etat national, il valorise surtout et avant tout l’alliance des prolétaires de tous les pays, et évalue toute demande nationale, toute séparation nationale, sous l’angle de la lutte de classe des travailleurs. Pour les travailleurs, la chose importante est de distinguer les principes des deux tendances. Dans la mesure où la bourgeoisie de la nation opprimée combat l’oppresseur, nous sommes toujours, dans tous les cas, et plus fortement que quiconque en sa faveur, car nous sommes les ennemis les plus constants et les plus fervents de l’oppression. Mais dans la mesure où la bourgeoisie de la nation opprimée est favorable à son propre nationalisme bourgeois nous somme contre. » (Lénine, cité par Ibrahim Kaypakkaya dans La Question Nationale en Turquie, 1971)

Nous soutenons donc le droit à l’autodétermination de la nation catalane. Et nous soutenons l’unité du prolétariat catalan et espagnol contre les intérêts de la bourgeoisie et des propriétaires.

 

Source: http://www.pcmaoiste.org/communique/sur-la-situation-en-catalogne/

Hommage à Ernesto Che Guevara à l’occasion du 50e anniversaire de son assassinat

Nous savons que nous souffrons d’un décalage horaire en présentant ce riche document produit LML qui rend hommage au révolutionnaire et guérillero argentin Ernesto « Che » Guevara à l’occasion de son assassinat il y a 50 ans, ce 8 octobre 1967, mais nous pensons que nous ne faisons jamais erreur de rendre hommage à de grands révolutionnaires qui ont marqué leur époque, même s’il est présenté avec un peu de retard. 

 

 

Aujourd’hui, nous rendons un profond hommage à Ernesto Che Guevara, le combattant révolutionnaire indomptable et l’internationaliste prolétarien qui a inspiré et continue d’inspirer des millions de personnes dans le monde.

Originaire d’Argentine, ce médecin qui n’avait d’autre souhait que d’aider à mettre fin aux souffrances des peuples d’Amérique latine et du monde s’est joint sans hésiter au camarade Fidel et aux révolutionnaires cubains dans la Sierra Maestra dans la lutte pour libérer Cuba. Il s’est mérité le titre de Guerrier héroïque pour ses exploits, qui furent une contribution décisive à la défaite de la dictature cruelle de Batista en 1959 et au triomphe subséquent de la révolution. Le Che s’est par la suite consacré à l’établissement de la base économique qui allait garantir le bien-être du peuple et a joué un rôle central dans l’alphabétisation de tous les Cubains et à l’établissement de moyens de communication viables. Son nom est associé à la promotion du travail volontaire comme moyen de transformer la conscience des êtres humains afin que leur société assume toujours ses responsabilités sociales. Il a été un bel exemple de la personne humaine moderne, dont chaque action est guidée par les principes. Ses actions respiraient l’amour social et le souci pour l’être humain.

Leader exceptionnel, le Che mobilisait le peuple pour l’accomplissement des tâches nécessaires. Lorsque les États-Unis se sont engagés dans la subversion économique et ont lancé des attaques terroristes contre la révolution naissante, le Che n’a pas hésité et s’est joint aux rangs des combattants révolutionnaires pour mobiliser le peuple dans la riposte. Sa contribution à la lutte pour engager Cuba dans la voie socialiste et protéger la révolution a laissé une empreinte indélébile sur ce que Cuba représente aujourd’hui.

L’internationalisme du Che et l’internationalisme de Cuba ne font qu’un. Les deux reposent sur l’abnégation et sont exempts de l’arrogance et des sentiments étroits qui placent l’intérêt personnel en premier. Che Guevara était entièrement imprégné du désir d’engager les peuples du monde entier dans la lutte pour la liberté, portant haut levée la bannière de la lutte anti-impérialiste et anticoloniale en Asie, en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Ernesto Che Guevara est mort héroïquement sur les champs de bataille de la Bolivie il y a cinquante ans et l’humanité pleure sa perte comme si c’était hier seulement qu’il avait rejoint les colonnes de martyrs communistes et révolutionnaires. Aujourd’hui, les peuples du Québec et du Canada, unis à l’héroïque peuple cubain et aux peuples révolutionnaires du monde, commémorent le cinquantième anniversaire de son assassinat par la méprisable CIA américaine en renouvelant leur engagement à défendre la Révolution cubaine dont Fidel, le Che, Raúl, Camilo, Vilma, Heida, Tania et leurs camarades ont été les architectes et tous les combattants guérilleros révolutionnaires cubains et les peuples qui ne font qu’un avec eux. Nous nous engageons une fois de plus à défendre le droit de toutes les nations à l’autodétermination dont fait intégralement partie, comme nous l’a enseigné le Che, le droit crucial de se défendre.

Venceremos ! Hasta la Victoria Siempre !

 

Source: http://cpcml.ca/francais/Lmlq2017/Q47040.HTM#1

Le président américain promet «le fer et le feu» à l’ONU pendant que Trudeau se pose en grand espoir blanc du monde

Des questions importantes de guerre et de paix

 

Le débat général de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies à New York a débuté cette semaine, le 19 septembre, et se poursuit jusqu’au 25 septembre. Les chefs d’État et de gouvernement ou leurs représentants s’adressent aux Nations unies pour énoncer les priorités qu’ils se fixent pour eux-mêmes, pour le monde et pour l’ONU.

À la toute première journée, le monde a eu droit à une manifestation de la crise profonde dans laquelle s’enlisent les États-Unis avec la prestation du président Donald Trump. Son discours hargneux dans lequel il promet d’utiliser le fer et le feu contre tous les non-croyants en la démocratie américaine montre à quel point les États-Unis désespèrent de ne pouvoir ordonner au monde de régler leur crise économique et multilatérale. Plus ils proclament qu’ils sont la nation indispensable, plus le reste du monde prend conscience de la nécessité de ne pas être marginalisé.

Bien que les États-Unis et l’échec de leur démocratie soient coupables de l’anarchie et de la violence dans le monde aujourd’hui, Trump a dit que la menace à laquelle le monde fait face est que « les pouvoirs autoritaires cherchent à faire effondrer les valeurs, les systèmes et les alliances qui ont empêché les conflits et ont promu la liberté depuis la Deuxième Guerre mondiale. »

Faisant fi de l’échec des institutions américaines à résoudre les contradictions au sein des cercles dirigeants ou quelque problème que ce soit dans le monde, Trump cite la Constitution des États-Unis comme un document intemporel et universel qui s’étend au monde entier. « Nous célébrons le 230e anniversaire de notre constitution bien-aimée, la plus ancienne constitution encore utilisée dans le monde d’aujourd’hui, a dit Donald Trump. Ce document intemporel a été le fondement de la paix, de la prospérité et de la liberté pour les Américains et pour d’innombrables millions de personnes dans le monde dont les pays ont trouvé l’inspiration dans son respect de la nature humaine, de la dignité humaine et de la règle de droit. »

« En Amérique, affirme-t-il, le peuple gouverne, le peuple est au pouvoir et le peuple est souverain. J’ai été élu non pas pour prendre le pouvoir, mais pour donner le pouvoir au peuple américain à qui il appartient. »

Donald Trump propose une conception irrationnelle de la souveraineté dans laquelle les États-Unis ont le droit souverain de décider de ce qui est dans leur meilleur intérêt et dans le meilleur intérêt du monde :

« Nous devons remplir nos devoirs souverains envers les personnes que nous représentons fidèlement. Nous devons protéger nos nations, leurs intérêts et leur avenir. Nous devons rejeter les menaces à la souveraineté depuis l’Ukraine jusqu’à la mer du sud de la Chine. Nous devons respecter la loi, respecter les frontières et respecter la culture, et l’engagement pacifique que cela permet. »

Puis il a directement menacé le peuple coréen : « Les États-Unis ont une grande force et une grande patience, mais si nous sommes forcés de nous défendre ou de défendre nos alliés, nous n’aurons d’autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord. […] Les États-Unis sont prêts, disposés et capables, mais j’espère que cela ne sera pas nécessaire. C’est la raison d’être de l’ONU. C’est à cela que les Nations unies servent. Voyons ce que l’ONU va faire. »

Puis il a attaqué l’Iran et menacé d’annuler l’accord négocié en 2015 entre l’Iran, tous les membres du Conseil de sécurité, l’Allemagne et l’Union européenne qui limite le programme d’énergie nucléaire de l’Iran à des fins pacifiques en échange de l’abandon des sanctions. « Nous ne pouvons pas laisser un régime meurtrier continuer ces activités déstabilisantes tout en construisant des missiles dangereux et nous ne pouvons pas respecter un accord s’il contribue à la construction éventuelle d’un programme nucléaire. L’accord de l’Iran est l’une des transactions les pires et les plus unilatérales auxquelles les États-Unis aient jamais participé. Franchement, cet accord est embarrassant pour les États-Unis, et je ne pense pas que vous ayez entendu le dernier mot à ce sujet. Croyez-moi. »

Donald Trump a ensuite menacé de soumettre le monde entier à la guerre de terreur des États-Unis : « Désormais, ce sont nos intérêts de sécurité qui dicteront la longueur et la portée de l’opération militaire, et non pas les repères arbitraires et échéances fixés par des politiciens. J’ai également changé complètement les règles d’engagement dans notre lutte contre les talibans et d’autres groupes terroristes. »

« L’Amérique se tient avec toutes les personnes vivant dans un régime brutal. Notre respect de la souveraineté est également un appel à l’action. Toutes les personnes méritent un gouvernement qui s’occupe de leur sécurité, de leurs intérêts et de leur bien-être, y compris de leur prospérité. »

 

Pour sa part, le gouvernement du Canada s’est servi de son intervention à l’Assemblée générale de l’ONU pour présenter une image d’un premier ministre Justin Trudeau comme le grand espoir blanc qui promet de réussir là où ceux qui promettent le fer et le feu échouent.

La peur, voire la terreur que cherche à provoquer le président américain avec ses propos sur le fer et le feu ne doit pas détourner l’attention du fait que la version plus douce et plus gentille offerte par le grand espoir blanc sert les mêmes intérêts privés que les deux pays représentent.

Le premier ministre Justin Trudeau est resté silencieux au sujet de la menace de Trump de « détruire totalement » la République populaire démocratique de Corée et s’est joint à lui pour blâmer la RPDC en disant en conférence de presse : « Je partage les préoccupations de tous sur le comportement imprudent du régime nord-coréen et je continue de croire que la meilleure façon de calmer la situation est de travailler avec nos partenaires et alliés dans la région et dans le monde. » Ainsi, pour lui il est préférable de menacer la RPDC avec les alliés et partenaires plutôt que de laisser les États-Unis le faire seuls.

Pour montrer le sens de ses propos, il a aussi ouvert la porte à l’adhésion officielle du Canada au bouclier antimissile des États-Unis, qui fait partie de l’arsenal américain de frappe préventive contre d’autres pays. « Nous continuons d’examiner la situation, a-t-il dit. Notre position n’a pas changé sur le bouclier pour l’instant, mais nous continuons d’examiner les choses et de nous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons et devons faire pour protéger la sécurité des Canadiens. »

Lors d’un gala qui a eu lieu avant le débat général sur un porte-avion désaffecté, durant lequel il a reçu le prix Global Citizen Awards 2017 du Conseil atlantique de l’OTAN, Justin Trudeau a livré un discours que le Conseil décrit comme « un cri de ralliement pour sauver l’ordre mondial ». En fait, il a tenu des propos presque identiques à ceux tenus par Donald Trump le même jour.

« Les alliances qui ont soutenu la sécurité et la prospérité mondiales depuis 1945 sont mises à l’épreuve et l’urgence des défis que nous avons en commun — changements climatiques et sécheresse, inégalité du revenu, extrémisme violent, guerre civile et migrations massives qui en résultent — continuent de grandir », a-t-il ajouté avant de poursuivre :

« Partout dans le monde, l’ordre international établi depuis longtemps est mis à l’épreuve. Avec l’annexion illégale de la Crimée par la Russie et l’empiètement en Ukraine, nous avons été témoins de la première prise de territoire en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale.

« Ce n’est pas le temps de se désister. C’est le temps où les démocraties atlantiques doivent renouveler notre engagement envers des standards universels de droits et libertés, imposés par un ordre multilatéral basé sur des règles qui ont favorisé la paix et la stabilité et qui ont passé l’épreuve du temps. »

Cet ordre multilatéral basé sur des règles et imposé par l’ONU, l’OTAN, NORAD et l’Organisation mondiale du commerce comprend « le pouvoir doux et le pouvoir dur » et c’est pourquoi, dit-il, le Canada augmente de façon significative ses dépenses pour la défense.

Tout en faisant écho aux menaces de Trump contre le peuple coréen, Trudeau lance un appel hypocrite à « combattre les fléaux du racisme, du sexisme, de l’homophobie, de la transphobie, du fanatisme ethnique et religieux, du néofascisme, du néonazisme et de l’extrémisme violent de Daesh auxquels nous sommes confrontés en 2017 ».

« Nous ne devons pas hésiter. Il serait inadmissible de faire un seul pas en arrière dans la défense des standards de décence de la sororité et de la fraternité de la famille humaine sortie victorieuse des luttes les plus douloureuses du derniersiècle », a dit Trudeau.

L’ONU est devenue une instance désuète qui n’est plus capable de défendre la primauté du droit international adoptée durant l’après-Deuxième Guerre mondiale. La domination du monde par les pouvoirs policiers aux mains d’oligopoles et d’intérêts privés qui ne s’arrêteront devant rien pour s’enrichir signifie qu’il faut un nouvel équilibre du pouvoir capable de mettre les forces destructives en échec. Il est illusoire de croire que cet équilibre est possible dans le contexte du système impérialiste d’États. Il doit être créé par une humanité unie dans l’action à la défense de ses propres intérêts.

 

Le temps d’agir est maintenant !
Faisons du Canada une zone pour la paix !
Défendons les droits qui appartiennent à tous du fait d’être humains !
Une humanité, une lutte !

 

Source: http://cpcml.ca/francais/Lmlq2017/Q47038.HTM#1

L’OCML Voie Prolétarienne soutient le Parti Communiste du Pérou

Le texte qui suit est une analyse produite par l’OCML VP en 1990 sur la question de la GPP au Pérou menée par Gonzalez et le Parti communiste du Pérou (PCP). Nous le publions aujourd’hui parce qu’à la lumière de l’expérience  péruvienne, et l’impasse dans lequel se trouve la révolution prolétarienne au Pérou, l’OCML VP ait modifié quelques-unes de ses perceptions par rapport au modèle péruvien de la GPP. Vous trouverez d’ailleurs le texte de l’analyse de la situation actuelle dans le post suivant. 

 

L’OCML Voie Prolétarienne soutient le Parti Communiste du Pérou

Déclaration du Comité Directeur de l’OCML Voie Prolétarienne, Mai 1990

[NdlR : cette déclaration venait en conclusion d’une brochure intitulée « Dix ans de Guerre Populaire au Pérou », Cahier N°8 de La Cause du Communisme]
In english

En Septembre 1984 paraissait dans notre journal le premier article sur le PCP, « Sentier Lumineux », disions-nous. C’était le début d’une information régulière sur la guérilla au Pérou, et sur la politique du PCP.

Cette information a été marquée à des échéances politiques par de nouveaux positionnements. Nous refusions à la fois le soutien aveugle et idéaliste, qui a tant fait de mal au mouvement révolutionnaire, comme l’absence d’engagement au nom de critiques réelles. Ce soutien de Voie Prolétarienne a été et sera toujours un soutien politique fondé sur des accords principaux avec des orientations politiques en action dans la lutte des classes. Il s’est concrétisé essentiellement à deux moments : mi-85 par la publication dans notre revue théorique d’une analyse détaillée des positions du PCP, concluant sur un soutien critique. En Janvier 86, suite à un meeting public à Paris en soutien à la Guerre Populaire, un article du Comité Directeur critiquait de manière sévère son déroulement, ainsi que l’absence de réponse aux questions importantes que nous avions soulevées.

Aujourd’hui, la Guerre Populaire a dix ans. Nous avons à présent beaucoup plus d’informations, d’ailleurs liées au développement du processus lui-même. Et cet anniversaire est l’occasion de refaire le point politique sur nos accords avec le PCP.

Une fois de plus, faut-il le préciser, il ne s’agit pas d’une position définitive, et nous aurons l’occasion d’y revenir…

Les articles parus dernièrement dans « Partisan » (Avril, et Mai 90), et reproduits dans cette brochure ont situé l’état politique et social actuel du Pérou. La décomposition avance à grands pas et se développe une situation révolutionnaire : la bourgeoisie ne peut plus diriger comme avant (le résultat du premier tour des élections le prouve au pian institutionnel) et les masses ne veulent plus vivre comme avant, en témoigne le développement de la guérilla du PCP, de même d’ailleurs que l’existence des guévaristes du MRTA. Les impérialistes sont inquiets, et leur implication de plus en plus importante. Que ce soit l’intervention US à propos de la drogue, ou celle de la social-démocratie européenne avec les ONG.

Les politiciens bourgeois sont totalement déconsidérés, y compris les opposants réformistes, dont on pourrait croire que c’est pour eux que Lénine a inventé la formule « crétinisme parlementaire » : alors que la crise s’aggrave, les réformistes de la Gauche Unie s’accrochent à l’état bourgeois vacillant.

Seul le Parti Communiste du Pérou propose un avenir différent. En dix ans la guérilla a gagné en force et en étendue, alors même que les tentatives guévaristes avaient tourné court au bout de quelques mois. Par sa lutte, le PCP démarque les camps et ceux qui les occupent. Au Pérou, mais aussi en France : le camp des exploiteurs et celui des exploités.

En France même, la presse bourgeoise parle de plus en plus du « Sentier Lumineux ». Du reportage à sensation publié dans Paris Match, au livre pourri de Labrousse et Hertogue, la délimitation face à ce Parti est de plus en plus importante. On commence même à trouver quelques journalistes qui s’y intéressent et dont le discours est un peu différent.

Très vraisemblablement, plus la guérilla va se développer, plus ce débat va prendre de l’importance et la polémique se durcir. Tous les militants qui se réclament du communisme doivent se préparer à répondre à cette offensive, déjà bien engagée. C’est le sens de ce document, signé du Comité Directeur de Voie Prolétarienne, et rédigé après débat dans l’organisation [1].

CE QUI FONDE NOTRE ACCORD

La première raison de notre soutien est la référence communiste du PCP. En ces périodes où l’on affirme la mort du communisme, l’abandon de tout espoir de libération pour la classe ouvrière et les masses exploitées, il est réconfortant de voir qu’à l’autre bout de la planète des militants ont repris le flambeau de la révolution pour le faire vivre concrètement par la lutte armée et la prise du Pouvoir.

Mais le contenu de notre soutien au PCP ne se réduit pas à reconnaitre que celui-ci appartient au camp des exploités, des révolutionnaires.

1) La reconnaissance du maoïsme comme développement du marxisme.

Le PCP considère le maoïsme comme un saut qualitatif dans le développement du marxisme. VP aussi. Même si son discours ne s’est pas entièrement dégagé du formalisme, le PCP nous parait mettre en œuvre celui-ci de façon créatrice dans la réalité sociale péruvienne. Nous en trouvons la marque dans ses textes d’orientation où il en exprime la nécessité :
« [Lénine] nous a enseigné que [la Révolution] s’exprimait dans des conditions spécifiques, qui, bien que ne niant pas les principes et les lois, étaient de nouvelles situations que le marxisme ne pouvait ignorer sous peine d’exposer la révolution à l’échec. Et que malgré les cris des intellectuels gonflés de libéralisme et faussement marxistes, pédants et livresques face au nouveau, la seule chose juste et correcte était d’appliquer le marxisme à la réalité concrète et de résoudre les situations nouvelles et les problèmes que toute révolution affronte et résout nécessairement ».

Mais on en trouve aussi la preuve dans la capacité du parti à enrichir ses positions politiques dans le cours de la lutte des classes (voir les documents de cette brochure) et à tirer parti de la réalité sociale péruvienne pour développer avec succès la guerre populaire.

Mais lorsque le PCP se réclame du maoïsme, ce n’est pas seulement pour son sens tactique. C’est qu’il en partage les orientations de fond. Nous en noterons trois qui nous semblent décisives pour se délimiter de toutes les orientations réformistes conduisant la révolution à l’impasse :

La critique du développement socialiste en URSS, et le premier bilan qu’en a fait Mao Tsé Toung et la Révolution Chinoise.
Le PCP rejette la théorie des « Forces Productives » comme révisionnistes et comme l’un des facteurs de dégénérescence de l’URSS. Il reconnaît à Mao Tsé-Toung le mérite d’avoir « appliqué la dialectique pour analyser la relation base/superstructure, et poursuivant la lutte du marxisme-léninisme contre la thèse révisionniste des « forces productives », il a conclu que la superstructure, la conscience peut modifier la base et avec le pouvoir peut développer les forces productives. (…) Ce qui conduit à une véritable direction de l’économie politique et non pas à une simple politique économique (…) ».

Autrement dit, pour le PCP, c’est la politique qui commande à l’économie et non l’inverse, et l’on rejette toutes les conceptions où la politique s’aligne sur « les nécessités » économiques apparemment immuables… et bourgeoises ! Le texte poursuit :
« Mais le principal est que le Président Mao Tsé-Toung a développé l’économie politique du socialisme. Sa critique de la construction du socialisme en URSS est de la plus haute importance ; de même que sa thèse sur comment développer le socialisme en Chine ». (…)
« Pourtant, malgré son importance fondamentale-, on traite peu de ce développement de l’économie politique marxiste ». (…)

Nous considérons ces éléments d’orientation comme des délimitations essentielles entre le marxisme et les diverses variantes de réformisme et de révisionnisme. En cela l’orientation du PCP est juste. Bien que formulée en termes généraux, elle débouche sur une appréciation correcte des pseudos pays socialistes de l’Est (y compris l’URSS et la Chine aujourd’hui) que le PCP considère comme capitalistes.

La deuxième concerne la défense de la Révolution Culturelle en Chine. Comme conséquence de sa vision du socialisme, le PCP, comme nous, considère la révolution culturelle comme une rupture politique et pratique avec les conceptions jusqu’alors dominantes dans le mouvement communiste sur la nature de la transition.
« La Grande Révolution Culturelle Prolétarienne est le développement du marxisme-léninisme essentiel du Président Mao Tsé Toung d’un point de vue historique. C’est la solution du grand problème non résolu de la continuation de la révolution sous la dictature du prolétariat » (…).
« La restauration du capitalisme en Chine, après le coup contre révolutionnaire de 1976, n’est pas la négation de la GRCP, mais pleinement partie de la lutte entre restauration et contre restauration et, au contraire, nous montre l’importance fondamentale qu’a la GRCP dans la marche inexorable de l’humanité au communisme ». (…)

La Révolution Culturelle est une référence importante pour notre organisation, et à notre avis c’est la seule manière de voir l’avenir du socialisme ; la seule manière de tenter d’empêcher la restauration du capitalisme, suivant un processus qu’on a pu voir dans les pays de l’Est. Le bilan politique de la Révolution Culturelle et finalement de son échec reste à faire, pour les communistes péruviens comme pour nous-mêmes. Comme la Commune de Paris ou la Révolution Bolchevique, elle est un jalon essentiel de l’histoire du prolétariat mondial, dont nous devons tirer tous les enseignements pour notre combat, dans les succès comme dans les échecs.

Enfin, la conception des étapes de la Révolution et des liens entre elles. Le PCP reprend la conception marxiste et léniniste de la révolution ininterrompue et par étapes. C’est à dire que si les étapes sont indispensables, compte tenu de l’état de développement des forces productives, en particulier dans les pays dominés, chaque étape prépare la suivante dans le même mouvement général de la marche au communisme.

« Le Parti Communiste du Pérou a comme but final le communisme ; pour cette raison, étant donné que la société péruvienne actuelle est opprimée et exploitée par l’impérialisme, par le capitalisme bureaucratique et la semi-féodalité, la révolution passe d’abord par une première étape démocratique, puis par une deuxième socialiste, pour ultérieurement développer des révolutions culturelles successives. Pour le moment, avec la guerre populaire, le Parti développe la révolution démocratique avec le but immédiat de l’achever par la conquête du Pouvoir dans tout le pays ; » (…).
« Finalement, il faut faire ressortir que la Démocratie Nouvelle, bien qu’elle accomplisse principalement les tâches démocratiques comme révolution démocratique, avance aussi en complément quelques tâches socialistes ; de cette manière on résout au fond la question des deux étapes, démocratique et socialiste, qui correspond à des pays comme le nôtre, en garantissant, une fois la démocratie achevée, la poursuite de la révolution comme révolution socialiste sans aucun intermède, de manière ininterrompue ». (…)

Pourquoi insistons-nous sur cette conception de la révolution ? C’est que c’est en cela que se démarque la révolution démocratique dirigée par la bourgeoisie (qui cherche à consolider son pouvoir, à arrêter la révolution) et la révolution démocratique dirigée par le prolétariat qui au contraire l’inscrit dans une perspective historique, et donc mène la lutte politique et idéologique permanente contre les tendances bourgeoises à la conciliation, au renforcement du pouvoir des élites contre celui des masses, à mettre au premier plan les règles économiques contre la mobilisation politique, à renforcer l’individua­lisme contre le collectivisme etc.

Sitôt le pouvoir pris s’amorce l’étape suivante, socialiste, alors même que les tâches démocratiques et anti-impérialistes sont encore inachevées, justement pour renforcer le rôle et la place du prolétariat dans la société : ce qui signifie socialisation et début de transformation des rapports de production.

Voilà, selon nous, trois éléments essentiels justifiant un soutien au PCP. En ces époques où le capitalisme d’Etat s’effondre à l’Est, un tel un programme permet de voir l’avenir avec optimisme.

2) Nous soutenons une Révolution démocratique

Dans l’étude sur les positions du PCP que nous avions faite en 1985, nous nous interrogions sur l’étape de la Révolution au Pérou. Notant l’importance de l’urbanisation d’une part, du développement industriel d’autre part, nous concluions un peu rapidement sur un pays « semi-capitaliste et semi-colonial ».

Le PCP parle de pays « semi-féodal et semi-colonial », en soulignant l’importance politique et économique du capitalisme bureaucratique qui se développe sur cette base.
« Le capitalisme bureaucratique est le capitalisme créé par l’impérialisme dans les pays attardés, lié à une féodalité qui est dépassée, et soumis à l’impérialisme qui est la phase ultime du capitalisme. Il ne sert pas aux larges masses mais aux impérialistes, à la grande bourgeoisie et aux propriétaires terriens. Déjà Mariategui avait établi par exemple que la création des banques par les bourgeois créait un capital inféodé à l’impérialisme et lié à la féodalité ; le président Gonzalo a établi magistralement que le capitalisme qui se développe au Pérou est un capitalisme bureaucratique entravé par les fers subsistants de la semi-féodalité, et d’un autre côté soumis à l’impérialisme qui ne lui permet pas de développer l’économie nationale, c ’est à dire, un capitalisme bureaucratique qui opprime et exploite Je prolétariat, le paysan et la petite bourgeoisie, et qui restreint la bourgeoisie moyenne ». (Bases de discussion, documents préparatoires au Congrès du PCP – Décembre 1987)

Au-delà d’une analyse précise du capitalisme bureaucratique et de la société péruvienne, dont nous n’avons peut-être pas tous les éléments, ce sont les conclusions politiques auxquelles aboutit le PCP qui nous paraissent importantes : il rejette la notion de « capitalisme dépendant », avancé par les réformistes, qui sous-entend qu’il suffirait de rompre la dépendance (en changeant les dirigeants par exemple) pour accomplir la révolution démocratique. Ainsi le PCP a été le seul à dénoncer le projet de nationalisations des banques en 1988 en soulignant que c’était une mesure formelle ne changeant rien aux rapports sociaux (un peu comme nous avions dénoncé les nationalisations en 1981 en France). Au contraire, tous les partis réformistes, y compris le MRTA guévariste, ont approuvé le projet du gouvernement Garcia.

Cette position permet de définir l’attitude à adopter à l’égard des diverses fractions bourgeoises. Alors que les réformistes de tous poils sont neutralisés par les discours pseudo-nationalistes des dirigeants de l’Etat, le PCP limite l’alliance à la bourgeoisie nationale opprimée par l’impérialisme ; tout en reconnaissant par ailleurs qu’actuellement cette alliance n’est pas concrétisée compte tenu d’une part de la fragilité et de l’instabilité de cette bourgeoisie, d’autre part du niveau actuel de développement de la révolution (elle serait par exemple considérablement accélérée s’il devait y avoir une intervention militaire US). Alliance instable et fragile comme on l’a dit, et qui cessera lorsque la prise du pouvoir mettra progressivement en avant les tâches socialistes.

L’orientation du PCP nous semble rompre avec les interprétations opportunistes de la révolution démocratique et c’est pourquoi nous le soutenons.

Pour conclure sur cette question, deux éléments supplémentaires : la nécessité du Pouvoir d’Etat d’une part, et d’autre part la construction du Nouveau Pouvoir de la Révolution Démocratique, dans le feu même de la destruction de l’ordre ancien.
« Qu’est-ce qui est fondamental dans le maoïsme ? Le fondamental du maoïsme est le Pouvoir. Le pouvoir pour le prolétariat, le Pouvoir par la dictature du prolétariat, le Pouvoir basé sur une force armée dirigée par le Parti Communiste. Plus explicitement : 1) le Pouvoir sous la direction du prolétariat, dans la révolution démocratique ; 2) le Pouvoir par la dictature du prolétariat, dans les révolutions socialistes et culturelles ; 3) le Pouvoir basé sur une force armée dirigée par le Parti Communiste, conquis et défendu par la guerre populaire ». (…)
« La conquête du Pouvoir dans le pays, aujourd’hui concrétisé dans les Comités Populaires, Bases d’Appui et République Populaire de Démocratie Nouvelle en formation dans la perspective d’établir la République Populaire du Pérou, sert à instaurer la dictature du prolétariat dans notre pays, parce que sans elle on ne peut marcher au communisme ». (…)

Nous partageons ces conceptions qui délimitent à la fois de tous les réformistes qui veulent aménager l’ordre existant sans remettre en cause le pouvoir bourgeois, mais aussi de tous les révisionnistes qui parlent de prise du pouvoir, voire de lutte armée, mais en renvoyant à plus tard la construction de la nouvelle société, aboutissant en fait à la remettre dans les mains d’une petite bourgeoisie, voire d’une bourgeoisie, suivant le processus qu’on a vu à l’œuvre au Nicaragua.

3) Nous soutenons un Parti prolétarien

Nous nous interrogions il y a cinq ans sur la faiblesse du travail ouvrier du PCP. Le fait est qu’après avoir reconnu cette faiblesse (par exemple dans l’interview du Président Gonzalo, en Juillet 1988), l’évolution est considérable depuis deux ans, et le travail politique est organisé et systématisé dans les concentrations ouvrières. « Partisan » a rendu compte de cette implantation (N°41, 44, 50, 51), nous y revenons dans cette brochure par ailleurs.

Le travail de politisation reste à approfondir, car la délimitation avec les réformistes se fait souvent sur les méthodes de lutte (pacifique ou violente, légale ou illégale, auto-organisation ou délégation) ou sur le soutien à la guerre populaire. Nous ne nions évidemment pas l’importance de ces démarcations très importante. Mais l’éducation de la classe ouvrière ne doit pas en rester là, précisément pour lui donner les moyens de jouer son rôle de direction, dans la révolution démocratique comme par la suite. La polémique politique, au fond, est très importante et permet cette éducation. Que ce soit sur l’économisme et le nationalisme, la hiérarchie des salaires, la nature des besoins et de la production (quelle lutte aujourd’hui dans les usines d’armement, comme la SIMA ou INDUMIL…) il y a des tâches de polémique et d’éducation de la classe ouvrière.

Certes le travail ouvrier organisé du PCP est récent, et encore peu systématisé. On voit poindre peut-être les prémices de ce travail dans la polémique contre les réformistes sur l’indexation des salaires. En tous les cas, nous soulignons l’importance de cette question, car c’est à notre avis un des éléments de l’avenir de la révolution qui se joue là. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Mais la présence physique de la classe ouvrière n’est qu’une petite partie des choses. Le sens de notre soutien va à un Parti qui, nous semble-t-il, suit une évolution tout à fait positive. Evolution sans doute issue de la conception même du Parti :
Tout d’abord un Parti étroitement lié aux masses, comme un poisson dans l’eau :
« Quant au Parti, le Président Mao part de la nécessité du Parti Communiste, d’un parti de type nouveau, un parti du prolétariat, aujourd’hui nous dirions un parti marxiste-léniniste-maoïste, un parti dont l’objectif est de conquérir le pouvoir et de le défendre, et pour cela qui est lié étroitement à la guerre populaire, que ce soit pour la débuter, la développer ou la livrer pour se défendre ; un parti soutenu par les masses, soit par la guerre populaire, elle-même qui est guerre de masses, soit par le front unique qui étant un front de classes se base sur les masses majoritaires. »
Un Parti où l’idéologie est au premier plan, pour guider la voie, et en transformation permanente pour s’adapter aux conditions de la lutte les des classes, dans la polémique et la lutte de ligne :
« Le Parti se développe et change selon les étapes de la révolution et les périodes qu’elle parcourt ; le moteur de son développement est la contradiction concrétisée en son sein par la lutte entre deux lignes, entre la ligne prolétarienne et la ligne bourgeoise ou non prolétarienne en général, fondamentalement et principalement une lutte contre le révisionnisme. Cela conduit à l’importance décisive de l’idéologie dans la vie partidaire et au développement de campagnes de rectifications qui servent à une meilleure adéquation de tout le système d’organisations du parti et des militants aux lignes politique et idéologique justes et correctes ».

Un Parti du prolétariat, pour le communisme :
« En fonction de la prédominance de la ligne prolétarienne et du maintien de la direction du parti dans ses mains de fer. Le Parti sert à l’établissement du Pouvoir du Prolétariat, déjà comme classe dirigeante de la Démocratie Nouvelle et principalement à l’instauration de la dictature du prolétariat, son renforcement et développement pour atteindre le but final, le communisme, au travers des révolutions culturelles ; pour cela le Parti doit en arriver à diriger tout dans tous les domaines » (…)

Nous avons noté l’évolution de son orientation politique depuis dix ans, et son enrichissement réel. Cela révèle un travail théorique important, en lien avec l’activité politique et pratique, un Parti vivant et non figé. Le Premier Congrès s’est tenu en 1988 dans la clandestinité et a stimulé un débat important, dans et en dehors du Parti. A ce que nous pouvons savoir, la formation des militants et sympathisants est effectivement au premier plan, et se poursuit à grande échelle dans tout le pays, sous forme d’écoles populaires (qui existent d’ailleurs depuis bien avant le début de la lutte armée), et la lutte idéologique est permanente.

La critique et l’autocritique ne sont pas de vains mots, et nous avons pu le vérifier auprès de sympathisants plus ou moins proches de la guerre populaire. Nous n’avons jamais caché les critiques ou interrogations que nous soulevait l’orientation du PCP, et jamais cela n’a provoqué la rupture de la discussion, pourtant parfois ardue. C’est pour nous un pas en avant par rapport à la pratique désastreuse du mouvement marxiste-léniniste de mettre en avant le consensus et de masquer les contradictions.

4) Nous soutenons la lutte armée du PCP

La lutte armée n’est jamais rejetée, en principe, par tous ceux qui se prétendent révolutionnaires. Reste que lorsqu’elle est posée, en pratique, on ne peut plus se gargariser de mots. La délimitation doit alors se faire concrètement.
Depuis le début, nous avons soutenu la lutte armée, et nous reconnaissons au PCP le rôle historique d’en être l’initiateur au Pérou. Car nous partageons la conception que le PCP en a :
« L’armée révolutionnaire est de type nouveau, il s’agit d’une armée pour l’accomplissement des tâches politiques que le Parti établit en fonction des intérêts du prolétariat et du peuple ; caractère qui se concrétise dans trois tâches : combattre, produire pour ne pas être une charge parasitaire et mobiliser les masses. C’est une armée qui se base sur la construction politique à partir de l’idéologie du prolétariat, du marxisme-léninisme-maoïsme (aujourd’hui) et la ligne politique tant générale que militaire que le parti établi. C’est une armée qui se base sur les hommes et non les armes ; c’est une armée surgie des masses et toujours liée à elles qu’elle sert de tout son cœur, lui permettant de se mouvoir en leur sein comme un poisson dans l’eau. Sans armée populaire, le peuple n’arrivera à rien, dit le Président Mao, en même temps qu’il nous enseigne la nécessité de la direction absolue du Parti sur l’armée et pose son grand principe : le Parti commande au fusil, et jamais nous ne permettrons le contraire ». (…)

C’est un point essentiel, absolument fondamental, qui exige une dure lutte politique et idéologique pour garder le cap pour ne pas se couper des masses. Car au cours de la lutte armée, la tendance militariste est toujours présente, au reflet des conditions objectives de la lutte, sans doute renforcée par les traditions de lutte en Amérique Latine.

Voilà résumé l’essentiel des raisons de notre soutien. Un accord principal avec l’orientation du PCP, correspondant tant à la marche au communisme qu’à la situation actuelle au Pérou. C’est cette analyse qui explique le sens des articles de notre journal, ainsi que l’importance que nous donnons au Dixième Anniversaire de la Guerre Populaire.

Mais accord et soutien ne veulent pas dire suivisme et idéalisme. Nous avons un certain nombre de réserves et critiques, secondaires certes, mais qu’il est nécessaire d’éclaircir maintenant.

 

NOS RÉSERVES ET CRITIQUES

1) Réformisme et conscience révolutionnaire

En 1985 nous notions que la critique des réformistes était relativement superficielle. Considérés comme des agents du social-impérialisme, la critique allait rarement plus loin que le niveau du « crétinisme parlementaire ».
« En ce qui concerne la dénommée Gauche Unie (…) que] rôle joue-t-elle dans la lutte des classes du pays ? Premièrement c’est la suite des vieilles positions électoralistes, la seule différence étant que maintenant elles sont plus débridées et plus liées au révisionnisme soviétique, ainsi qu’au révisionnisme chinois, au parlementarisme bourgeois endurci, aux positions nationalistes ou de révolutionnaires inconséquents qui prétendent ranger le peuple dans le crétinisme parlementaire, tous incapables de comprendre la nécessité de la violence révolutionnaire et encore moins les formes dans lesquelles elle se concrétise depuis six ardentes années ; ces révisionnistes s ’enfoncent chaque jour davantage dans la défense du vieil ordre, son parlement pourri, ses farces électorales, sa constitution et ses lois et ils vivent en tremblant d’une peur révérencielle face aux Forces Armées et au coup d’Etat, et sont à genoux devant l’Apra, et spécialement devant Garcia Pérez, qu’ils considèrent comme leur palissade protectrice et démocratique ». (Développer la Guerre Populaire pour servir la Révolution Mondiale – Août 86).

Pour ce qui est des appareils réformistes, des partis eux-mêmes, la critique est sans doute juste. Reste que cela n’explique pas leur influence de masse, ainsi qu’à l’Apra d’ailleurs. A aucun moment n’apparait les raisons de leur influence et de leur implantation dans les masses populaires, dont ils dirigent certains secteurs. Comment expliquer qu’à Puno, ou Cajamarca, ils soient capables (temporairement peut-être) d’entraîner une fraction des masses paysannes dans les Rondas Campesinas, contre la guerre populaire ? Comment expliquer la domination réformiste sur la majorité des syndicats ? Quelles sont les racines matérielles de cette domination et par conséquence comment les combattre correctement ?

Le PCP n’aborde jamais dans ses documents la notion du réformisme spontané des masses, correspondant à leur situation objective de classe dominée à partir de laquelle ils cherchent à améliorer leur situation matérielle. Réformisme spontané sur lequel les partis réformistes s’appuient pour développer leur influence. Le PCP voit unilatéralement le caractère révolutionnaire des masses, lié à l’exploitation féroce évidente qu’elles subissent. Mais les choses sont contradictoires, comme l’a montré Mao Tsé-Toung, et l’on ne peut développer correctement une politique révolutionnaire si l’on ne prend pas en compte tous les aspects.

L’enjeu est d’abord la polémique menée par le PCP vis à vis des réformistes qui se situe essentiellement sur le terrain idéologique, et très peu sur le terrain des enjeux politiques (en dehors bien entendu de la guerre populaire !), Elle reste formaliste, dans la mesure où elle ne saisit pas la cause du réformisme spontané répandu dans les masses. Et cela peut conduire à traiter incorrectement les contradictions au sein du peuple. Si l’on considère que les positions erronées sont avant tout idéologiques, sans voir leur base matérielle, tout opposant peut rapidement être traité en ennemi, alors que ses positions peuvent simplement refléter les contradictions concrètes de la situation actuelle.

En lien avec cet aspect, revenons sur le lien entre politique et militaire. La position du PCP est juste et s’applique (à notre connaissance) correctement pour tout ce qui touche à la Terre et au travail en milieu paysan. Un axe politique « La terre à qui la travaille » qui guide une action militaire et la construction du Nouveau Pouvoir, les armes à la main.

Pour ce qui est du travail sur la Côte, et plus spécifiquement à Lima, la situation semble différente. Il y a un net décalage entre le niveau du travail politique (beaucoup plus difficile, il faut le reconnaître) et les actions armées, sabotage économique ou éliminations sélectives. Les explications politique et la propagande apparaissent insuffisantes, relativement à l’ampleur des actions armées, et de larges secteurs du peuple ne comprennent pas la politique du PCP (même si par ailleurs il jouit d’une sympathie certaine). Un journal comme « El Diario », aujourd’hui clandestin, joue ce rôle d’explication et c’est une excellente chose. Mais ce décalage est réel et il est important que le PCP prenne les mesures nécessaires pour le combler.

L’ensemble de nos interrogations sur la conscience révolutionnaire et le réformisme peut peut-être s’expliquer par le développement même de la lutte armée. Elle a débuté dans les campagnes profondes, où le réformisme est peu (voire pas du tout) implanté et où la révolte paysanne ne demandait qu’à éclater après des siècles d’oppression et de massacres. L’orientation alors embryonnaire du PCP sur la question n’était pas une entrave au travail politique.

Aujourd’hui que la guérilla se développe, et que l’influence du PCP s’étend dans les villes, dans la classe ouvrière, cette lacune devient importante. Nous avons confiance dans la capacité du PCP à approfondir ce point et à dégager une tactique appropriée. Mais nous en soulignons l’importance, qui faute d’un traitement correct, entraînerait la révolution à l’échec, en étant incapable de comprendre d’où viennent les positions bourgeoises et comment les combattre.

2) Notre deuxième remarque concernera la faiblesse de la réflexion sur le socialisme.

Nous sommes certes d’accord pour considérer qu’il s’agit d’une deuxième étape de la révolution. Il n’empêche que le PCP lui-même souligne la rapidité du passage d’une étape à l’autre. Si ce passage est rapide, il faut déjà commencer à préparer les conditions subjectives de cette étape. Et nous n’arrivons par exemple pas à savoir quelles sont ces fameuses « quelques tâches socialistes » que la révolution démocratique doit accomplir. Nous sommes complètement d’accord avec la déclaration de principe mais il nous en manque l’illustration. Et comme cette réflexion est absente des documents actuellement disponibles, nous en sommes réduits à cette formule, ainsi qu’aux déclarations sur la théorie des forces productives. Dans le même ordre d’idée, par-delà des références à la révolution culturelle, il nous parait indispensable de tirer les enseignements politiques de son échec. Cela est nécessaire au progrès de la révolution mondiale, et de la révolution péruvienne en particulier. Pourtant nous n’avons pas encore connaissance des leçons tirées par le PCP de cette révolution.

Nous ne pouvons parler de positions erronées, dans la mesure où rien de ce qui est dit ne nous parait faux. Reste que cette faiblesse de la réflexion, si elle n’est pas encore vitale (compte tenu de l’étape démocratique de la révolution), peut le devenir après la prise du pouvoir.

3) Concernant le président Gonzalo, et l’importance donnée à ce dirigeant dans le travail du PCP.

Commençons par donner les positions du PCP :
« Dans son processus de développement, par la lutte du prolétariat comme classe dirigeante, et surtout, du Parti Communiste qui arbore ses intérêts de classe sans jamais y renoncer, toute révolution produit un groupe de chefs et principalement un qui la représente et la dirige, un chef d’autorité et d’ascendance reconnue ; dans notre réalité cela s’est concrétisée par nécessité et hasard historique, dans le Président Gonzalo, chef du Parti et de la révolution.
Mais, en outre, et c’est Je fondement de toute direction, les révolutions produisent une pensée qui les guide, résultat de l’application de la vérité universelle de l’idéologie du prolétariat international aux conditions concrètes de chaque révolution ; pensée guide indispensable pour atteindre la victoire et conquérir le Pouvoir et, plus encore pour continuer la révolution et maintenir toujours le cap vers le seul but grandiose, le communisme ; pensée guide qui, arrivée à un saut qualitatif d’importance décisive pour le processus révolutionnaire qu’elle dirige, s’identifie avec le nom de celui qui la concrétise, théoriquement et pratiquement. Dans notre situation ce phénomène s’est spécifié d’abord comme pensée guide, ensuite comme pensée guide du Président Gonzalo et plus tard, comme pensée Gonzalo ; parce que c’est le Président qui en appliquant de manière créatrice le marxisme-léninisme-maoïsme aux conditions concrètes de la réalité péruvienne, l’a élaboré, dotant ainsi le Parti et la révolution d’une arme indispensable qui est la garantie du triomphe ». (…)

Dans une société de classe, il est inévitable que le mûrissement de la conscience soit inégal. C’est d’ailleurs pour cela que seule une minorité du prolétariat s’organise en parti d’avant-garde, et que même au sein du Parti se dégagent des dirigeants qui expriment le plus clairement les grandes tendances de la société et précisent les buts et orientations du Parti. En ce sens nous concevons que le Président Gonzalo a pu jouer un rôle essentiel dans l’élaboration de la ligne politique du Parti.

Pour les mêmes raisons, il est inévitable que les masses dans le mouvement même de leur lutte cristallisent leurs aspirations dans la personne d’un chef, d’un leader. Mais cette adhésion n’est qu’une expression de leur aliénation.

Le rôle du Parti n’est pas alors de développer avec insistance cette personnalisation ; mais au contraire de montrer que ce sont les masses qui font l’histoire, par leur mouvement et révoltes spontanées, et surtout par l’élévation de leur conscience et de leur capacité de direction.

Les dirigeants communistes doivent pleinement jouer leur rôle de dirigeant, mais dans ce sens : pour réduire la contradiction entre dirigeants et dirigés. Pour une prise en charge croissante du pouvoir par les masses elles-mêmes, dans la lutte politique entre l’ancien et le nouveau pour leur disparition future.

Personnifier de manière exagérée la ligne politique dans un individu revient à dépolitiser les masses. Au Pérou, plus de la moitié des mots d’ordre du PCP portent sur le président Gonzalo. A l’étranger les documents du PCP sont réunis en livre sous le titre « La pensée Gonzalo », ce qui masque le fait qu’il s’agit de textes collectifs du Parti, quel qu’en soit le rédacteur. Nous ne pouvons pas être d’accords avec cette conception de la politique et de la place des hommes dans l’histoire.

4) Concernant le nationalisme et l’internationalisme.

Nous avions déjà noté il y a cinq ans des formulations préoccupantes dans les documents du PCP, sur la défense du sol de la Patrie. On retrouve ce type de formules dans les « Bases de discussion », sur « l’héroïque résistance des masses contre l’envahisseur en défense du peuple et de l’intégrité territoriale » lors de la guerre contre le Chili en 1879, guerre par ailleurs dont il est clairement affirmé qu’elle a mis en jeu impérialistes et propriétaires terriens, n’ayant donc rien de progressiste.

La résistance héroïque des masses en défense de ses intérêts, de la révolution, ou de la guerre populaire, est absolument juste, y compris face à des envahisseurs étrangers (Chili, Equateur). Mais on ne doit absolument pas faire la confusion avec la défense du sol de la Patrie, dont on se demande ce qu’elle a encore de progressiste dans la période actuelle, surtout dans le contexte de l’Amérique Andine.

Le cas de l’éventualité de l’invasion yankee est un cas particulier dans la mesure où son intervention directe permettrait, tactiquement, l’élargissement temporaire des alliances de la Révolution Démocratique, dans le cadre de la contradiction nation-impérialisme. Mais là encore, il nous semble que l’accent principal de la politique à suivre à ce moment serait l’anti-impérialisme, et non le patriotisme.

Le nationalisme et le patriotisme ont fait un mal considérable au mouvement communiste international, entraînant la révolution dans des impasses. Loin de nous l’idée d’affirmer que le PCP est nationaliste, la préoccupation internationaliste s’est même renforcée depuis cinq ans, dans tous les documents.

Cette position ambiguë est peut-être un reste de théorie des Trois Mondes, théorie bourgeoise développée par la Chine dans les années 75. Comment interpréter autrement cette affirmation :
« D’un autre côté, à partir de l’importance historique des nations opprimées et plus encore de leurs perspectives, ainsi que les relations économiques et politiques qu’elles sont en train de développer du fait du processus de décomposition de l’impérialisme, le Président a établi sa thèse de « trois mondes se délimitent ». Toutes choses qui mènent à la nécessité de développer la stratégie et la tactique de la révolution mondiale. Malheureusement nous ne connaissons que peu ou très peu des écrits et positions du Président Mao sur ces questions fondamentales ; pourtant, le peu qui est connu montre les perspectives grandioses qu’il guettait et les grands traits que nous devons suivre pour comprendre et servir la révolution prolétarienne mondiale ». (…)

C’est un peu rapide, et escamote que la Théorie des Trois Mondes a été exposée à l’ONU le 10 Avril 1974, par Teng Siao Ping alors réhabilité, et seulement sept mois après le X° Congrès du PCC ayant consacré la victoire des « Quatre », qui ne se sont jamais démarqués de cette théorie. Tout cela bien entendu du vivant de Mao Tsé-Toung. Il est évidemment difficile de connaître les positions personnelles de Mao Tsé-Toung sur la question. Reste que la théorie des Trois Mondes, développée par le Parti Communiste Chinois existe et que ses conséquences politiques sont bien connues : alliance avec les bourgeoisies des pays dominés, voire même des pays du « second monde », comme la France impérialiste. Le soutien au Shah d’Iran, à Pinochet au Chili, la réception de Nixon à Pékin en pleine agression yankee au Vietnam en sont des illustrations.

Les hésitations sur la Patrie sont sans doute liées aux hésitations sur la théorie des trois mondes. Le PCP ne défend nullement la théorie des trois mondes dans toute son analyse, tant interne qu’internationale. Mais il y a le problème des positions de la Chine du vivant de Mao Tsé-Toung, que le PCP hésite peut-être à affronter. Les communistes n’ont jamais eu peur de la vérité. Et reconnaître que Mao Tsé-Toung a été un grand dirigeant du prolétariat international n’empêche pas de regarder l’expérience chinoise d’un œil critique, ne serait-ce d’ailleurs que pour comprendre son échec.

La Théorie des Trois Mondes doit absolument être complètement rejetée, pour ce qu’elle est : une théorie contre-révolutionnaire mettant la révolution mondiale à la remorque de la bourgeoisie.

5) Enfin, pour conclure l’essentiel de nos remarques et critiques, nous voudrions revenir sur la situation en Europe.

A deux reprises a été développée une analyse erronée :
« La nécessité de voir les contradictions sert à analyser la situation mondiale et à définir sa stratégie et tactique, et en son sein les zones stratégiques et conflictuelles. (… )
Et l’Europe, où se développent des actions armées anti-impérialistes persistantes, rendant nécessaire d’étudier l’idéologie et la politique qui en sont à la base, la classe qu’ils servent, leur lien avec l’idéologie du prolétariat et leur rôle dans la révolution prolétarienne mondiale, ainsi que leur position face au révisionnisme contemporain ; mouvements qui expriment l’existence d’une situation révolutionnaire en développement inégal dans le Vieux Continent » (Bases de discussion – Décembre 1987)
« Concernant les actions armées en Europe, nous voyons des luttes armées prolongées. Elles sont l’expression d’une réalité objective. En conséquence, le fond n’est pas de les condamner, mais de les comprendre, les étudier, les analyser et de voir comment elles expriment aussi l’existence d’une situation révolutionnaire dans la vieille Europe. En plus, que ce sont des gens qui prennent les armes en sachant que c’est le seul moyen de conquérir le Pouvoir. C’est un coup très dur au révisionnisme ; qu’en Europe même, considérée comme un de ses remparts, le révisionnisme commence à être abandonné, quel que soit le degré atteint et les problèmes pendants. C’est sans conteste une avancée importante ». (…) Interview du Président Gonzalo – Juillet 1988

Nous sommes en désaccord avec cette analyse. Certes, ces actions armées sont l’expression d’une réalité objective, et il ne s’agit nullement de hurler au terrorisme. Mais il n’existe pas une situation révolutionnaire en Europe, même en développement. Il y a une crise économique, sociale et politique, certes, mais qui n’a pas débouché sur une situation révolutionnaire. Sinon, toute situation serait révolutionnaire, puisque par définition le capitalisme est instable et poursuit un cycle infernal de crise/restructurations/expansion. S’il y a crise de l’appareil politique bourgeois, il n’y a pas crise de la bourgeoisie, dont la domination n’est pas contestée. Ces actions armées reflètent au contraire le désarroi de la petite-bourgeoisie incapable d’accepter la dure situation d’un mouvement ouvrier en recul politique et idéologique, sinon social. Et donc incapable de prendre en main le lent travail de politisation et d’organisation nécessaire aujourd’hui à la classe ouvrière.

Ces actions ne sont pas des durs coups au révisionnisme (affirmer cela montre encore les limites dans l’analyse du réformisme, c’est privilégier le fusil sur la politique). Certes, elles ont rompu avec le légalisme ambiant, et c’est une bonne chose. Mais ces organisations armées n’ont pas rompu avec le révisionnisme. L’URSS reste un pays socialiste pour la plupart d’entre elles, du PCE(r) aux Brigades Rouges, en passant par Action Directe et la RAF. Elles auraient voulu entraîner le mouvement ouvrier vers une forme de révisionnisme armé sans issue.

Il n’est pas possible de développer ici une analyse de ces courants militaristes en Europe. Mais prétendre qu’ils relèvent de l’existence d’une situation révolutionnaire montrent à notre avis une méconnaissance importante de la situation réelle en Europe, et sans doute une surestimation des facteurs révolutionnaires dans l’analyse de la situation mondiale. Surestimation qui peut conduire à une erreur d’appréciation sur le soutien actuel et futur que le PCP peut trouver, particulièrement dans les pays impérialistes.

CONCLUSION

Nous avons abordé dans ce document les points les plus importants, selon nous, de l’orientation du PCP à l’heure actuelle. Ils justifient un soutien politique les aspects positifs l’emportant largement sur les réserves et critiques que nous sommes amenés à relever.

Comment apprécier l’évolution depuis cinq ans ? Pour reprendre une formule qui a fait fortune, « globalement positive ». Evolution politique et pratique, essentiellement dans le développement du travail ouvrier, la mise en place du Nouveau Pouvoir à la campagne et la vérification d’un Parti vivant et dynamique, sachant s’adapter à l’évolution, enrichir son orientation, suivant une ligne politique correcte.

Nous poursuivrons notre travail de soutien et d’information, nous poursuivrons notre polémique pour l’unité des communistes dans le monde. Et quand nécessaire, nous reviendrons sur l’orientation du PCP, pour à nouveau faire le point de ce soutien. Pour l’instant, face aux attaques de la bourgeoisie internationale, et sur la base de cette analyse, nous invitons tous les camarades, communistes, révolutionnaires et progressistes à soutenir la Guerre Populaire du Parti Communiste du Pérou.

Le Comité directeur de Voie Prolétarienne, Mai 1990

[1] Ce document est illustré de citations extraites [sauf avis contraire] des seuls textes issus du Congrès du PCP de 1988 disponibles, intitulés « Documents Fondamentaux » et qui traitent essentiellement du maoïsme, et du programme du PCP. Pour ce qui est des positions plus politiques, l’analyse de l’Apra, des réformistes, de l’Etat de la Guerre Populaire, du résultat des élections de 85, de la répression, nous renvoyons au document « Développer la Guerre Populaire pour servir la révolution mondiale » d’Août 1986.

 

Source: http://ocml-vp.org/article1827.html

A propos de la Guerre Populaire au Pérou, la trahison de la direction du PCP et la capitulation de Gonzalo

Un autre article que nous partageons avec OCML VP en raison de la justesse de l’analyse

 

Il y a vingt-cinq ans (le 12 septembre 1992) était arrêté Abimaël Guzman (le « président Gonzalo »), principal dirigeant du Parti Communiste du Pérou qui conduisait depuis plus de dix ans la Guerre Populaire dans ce pays.
Pour ce qui est de l’histoire de la Guerre Populaire, nous renvoyons aux documents publiés dans les années 80 : plusieurs articles dans notre journal « Partisan », un article paru dans la revue « La Cause du Communisme » N°9, fin 1985, « Sentier Lumineux, quelle perspective pour la Révolution au Pérou ? », et surtout la brochure réalisée par Voie Prolétarienne en mai 1990, « 10 ans de Guerre Populaire au Pérou », qui comporte en outre la position de l’OCML VP à l’égard du PCP, en forme de soutien critique (« L’OCML VP soutient le Parti Communiste du Pérou », résolution du Comité Directeur de VP, disponible en ligne). Cette résolution politique apportait un soutien principal au PCP (la référence au maoïsme et à la Révolution Culturelle, l’étape démocratique de la révolution, l’importance du Parti prolétarien et le soutien à la lutte armée), tout en critiquant des points secondaires importants (la conception du réformisme, la faiblesse de la réflexion sur le socialisme, l’importance donnée à Gonzalo – voir plus loin, l’internationalisme et une analyse erronée de la situation en Europe). Une dernière brochure, « Questions sur le Sentier Lumineux » publiée fin 1992 répondait aux torrents de boue déversés sur la Guerre Populaire juste après l’arrestation de Guzman.
A l’époque, nous étions bien seuls et à contre-courant dans ce soutien…

Les années 1993 et 1994 furent des années confuses (voir plus loin) et celles du déclin de la Guerre Populaire, jusqu’au début des années 2000. Et l’OCML VP n’a pas pris le temps de faire le point et de repréciser alors ses positions. C’est l’objectif de ce document aujourd’hui.

Il comporte trois parties :
– La chronologie politique entre 1992 et aujourd’hui. Tous les faits et documents que nous rapportons sont en notre possession (certains vérifiables sur Internet, les liens sont disponibles sur la version en ligne), nous ne travestissons pas l’histoire.
– La dénonciation de la trahison de la direction du PCP derrière la démarche des « Accords de Paix »
– L’attitude spécifique à avoir à l’égard d’Abimaël Guzman

1) Chronologie politique

  • 12 septembre 1992 : Arrestation d’Abimaël Guzman et d’une grande partie du Comité Central du PCP dans une maison de Lima, suite à une investigation de plus de deux ans sous l’égide du SIN (Service d’Investigation National) aidé par la CIA. Une large part des archives du PCP est saisie au même endroit.
  • 24 septembre 1992 : présentation à la télévision d’Abimaël Guzman, dans une cage, en costume rayé de prisonnier. Extrêmement combatif et en rage, il tient devant les caméras un discours de combat, appelant à la poursuite de la Guerre Populaire. Un discours respectable qui impressionne jusqu’à la presse bourgeoise, un discours communiste, applaudi dans le monde entier. [1]
  • Durant toute l’année qui suivra il n’y aura aucune nouvelle, à tel point qu’au PCP comme au niveau mondial, on craint pour la vie du Président Gonzalo, avec une exécution sommaire en prison, comme lors du massacre des prisonniers politiques de Lurigancho, El Fronton et Callao le 19 juin 1986.
  • Énorme coup de théâtre en octobre 1993. Fujimori rend public à la tribune des Nations Unies deux lettres attribuées à Abimaël Guzman et adressées à lui-même, appelant à une négociation politique pour arriver à des Accords de Paix. La première lettre, brève, date du 2 juin 1993, la deuxième plus complète du 15 septembre 1993. Une troisième, datée du 6 octobre ne sera pas rendue publique. [2]
    Il ne s’agit pas là d’une reddition pure et simple, mais d’une demande de négociation au prétexte de l’analyse d’un changement majeur dans la période politique (on ne rentrera pas dans l’analyse, ça n’a aucun intérêt), et qui débouche sur un appel à la réconciliation nationale. C’est beaucoup plus subtil, d’autant que cette demande n’aura bien entendu aucune suite. Quand on sait que peu de temps auparavant (1991 « ¡Que el equilibrio estratégico remezca más el país » – Que l’équilibre stratégique secoue encore plus le pays ! [3]), le CC du PCP avait décrété qu’on était arrivé à l’étape de « l’équilibre stratégique » face au régime et que la question de la prise du pouvoir était désormais en jeu, on est en droit de chercher l’erreur.
  • Ces lettres attribuées à Abimaël Guzman sont suivies très vite d’un document d’une centaine de pages signé « Président Gonzalo » et diffusé par le PCP sous le titre « Asumir y combatir por la Nueva gran Decision y Definicion » (Assumer et Combattre pour la nouvelle grande décision et définition) qui développe sur le supposé changement qualitatif de période politique qui justifierait cette démarche. Ce texte est daté d’octobre 1993. Un résumé est disponible en ligne. [4]
  • De son côté le CC du PCP suivra en novembre 1993 par un texte « Sobre la nueva gran estrategia politica » (Sur la nouvelle grande stratégie politique) qui renvoie au texte précédent, mais sans référence explicite à Gonzalo : il s’agit de « Lutter pour un accord de Paix et renforcer les bases, préparer le 2ème Congrès ». [5]
  • Le 3 décembre, Guzman apparait à la télévision avec autour de lui la totalité des membres du CC emprisonnés pour renouveler sa demande d’accords de paix auprès de Fujimori [6], en lisant un texte signé par tous. Pour celles et ceux qui comprennent l’espagnol, c’est édifiant – bien entendu c’est orchestré par le SIN et la CIA, mais les prisonniers se prêtent à la manipulation.
  • L’année 1994 sera celle de la fracture et du recul considérable du PCP sous le coup de ces annonces. Nous y reviendrons plus loin, mais une des critiques que nous portions dès 1990 au PCP était le culte du chef porté à l’extrême, qui aboutissait à la dépolitisation de fait des masses, voire des dirigeants, dans une confiance aveugle au grand dirigeant supposé infaillible (théorisée derrière la formule de la « pensée Gonzalo », étape supérieure du marxisme). L’annonce de cette démarche des Accords de Paix va entraîner la capitulation de nombreux combattants, la confusion, le désarroi et le découragement parmi les autres et dans les masses… Car dans cette optique, si le chef suprême ordonne d’arrêter la Guerre Populaire, il faut alors le suivre même si on n’en comprend pas toutes les motivations.
  • En février 1994 a lieu une session du CC du PCP, reconstitué dans la clandestinité sous la direction de Oscar Ramirez, le camarade « Feliciano », qui rejette la démarche des Accords de Paix, conteste la direction du Parti par des militants en prison (c’est bien le moins), sans pour autant critiquer ouvertement Gonzalo.
  • 17 Mai 1994, arrestation de Felipe Tenoro Barbaran, le camarade « Albino », membre du nouveau CC. Les arrestations se poursuivent sur la base des documents retrouvés dans la planque de Guzman à Lima, dont une vidéo où se trouvent nombre de membres du CC autour de Guzman.
  • 22 mars 1995 arrestation de Margie Clavo Peralta, la camarade « Nancy », membre du CC de longue date, farouchement opposée aux Accords de Paix et pour la poursuite de la lutte armée. Elle considérait les « lettres de paix » comme un montage et une mystification du SIN et de la CIA américaine, ce en quoi elle avait raison. En effet, il est aujourd’hui établi que ces fameuses lettres ont bien été élaborées sous contrôle du SIN dirigé par Vladimiro Montesinos, avec l’aide de la CIA, dans une stratégie politique très subtile qui s’appuyait précisément sur la principale faiblesse du PCP, le culte du chef exacerbé. Le problème, c’est que Guzman s’est rallié à cette stratégie…
  • 17 septembre 1995, la camarade « Nancy » apparaît dans le programme de télévision « Contrapunto » (« Memoria de una guerra » Luis Arce Borja, 2009, p207) pour faire une autocritique [7]. Après quelques mois de détention, et une rencontre avec Abimaël Guzman en prison, rencontre organisée par le SIN, elle appelle à « abandonner la lutte armée » et à accepter « la soumission » à la démarche des Accords de Paix de Guzman, en traitant les autres dirigeants de scissionnistes, d’opportunistes et d’anarchistes.
  • 20 avril 1998, arrestation de Pedro Quinteros Ayllón, le camarade « Luis », bras droit de « Feliciano » depuis l’arrestation de « Nancy » et un des piliers historiques du PCP. Il décède en prison le 16 octobre 2008, sans avoir rien renié de la lutte armée, en ayant clairement rejeté la ligne capitulationniste des Accords de Paix. C’est à notre connaissance un des très rares dirigeants du PCP resté communiste jusqu’à sa mort. [8]
  • 14 juillet 1999, Oscar Ramirez, le camarade « Feliciano », est arrêté. C’était un des plus proches collaborateurs de Gonzalo depuis l’origine, responsable des actions militaires du PCP, rompu à la clandestinité, pilier du Comité Central. Quelques mois après son arrestation, il est « retourné » par les services spéciaux, dénonce la lutte armée, devient collaborateur de la police et de l’armée et insulte publiquement Guzman, en le traitant de psychopathe. [9]
  • En 2009 est publié un livre « De puño y letra » de quelques 400 pages, une autobiographie rédigée par Abimaël Guzman lui-même [10]. En fait, il s’agit d’une compilation de documents pour sa défense politique, validée par son avocat Alfredo Crespo, vieux militant légal du PCP qui assure sa défense depuis son arrestation. Ce livre contient en particulier les divers courriers envoyés par Guzman au gouvernement Fujimori (les fameuses « lettres de paix ») ainsi qu’à son successeur le président du gouvernement de transition Valentín Paniagua, pour solliciter le début de conversations de Paix. Alfredo Crespo n’a jamais été désavoué par Guzman qu’il est le seul à voir régulièrement, et a toujours défendu publiquement la démarche des « Accords de Paix », comme par exemple lors de la présentation de ce livre.
  • Publiée début 2010, une déclaration attribuée au CC du PCP clandestin [11] dénonce « la ligne opportuniste et révisionniste d’Abimaël Guzman », en critiquant une ligne opportuniste de gauche dans le PCP depuis le milieu des années 80 qui a débouché sur la notion « d’équilibre stratégique » en 1991. Nous ne sommes pas capables de porter sur un avis ni sur l’authenticité, ni sur l’origine de ce texte, ni sur la réalité de ses auteurs, et c’est bien dommage…
  • 8 février 2012, arrestation [12] sous forme de mise en scène grotesque de Florindo Flores, le camarade « Artemio », qui, tout en défendant la démarche des « Accords de Paix », poursuivait une action militaire sporadique dans les zones amazoniennes du Haut Huallaga. Dans une interview [13] donnée peu de temps avant, le 18 décembre 2011, il reconnaissait l’échec de la Guerre Populaire, la justesse des positions de Guzman, et en appelait à une trêve pour organiser le désarmement de la guérilla. Manifestement l’arrestation a été « arrangée » avec le gouvernement.
  • 5 septembre 2012 mort de Victor Castro Ramirez, le camarade « William » tué par la police dans le VRAEM (Vallée des Fleuves Apurimac, Ene et Montayo), sud-est du Pérou.
  • 11 août 2013, mort d’Alejandro Borda, le camarade « Alipio » et Martin Quispe Palomino, le camarade « Gabriel », tués par la police dans le VRAEM.
    Décembre 2014, parution d’un livre d’Abimaël Guzman et de sa compagne Elena Yparraguirre, « Memorias desde Némesis », dont la rédaction est datée d’octobre 1996 à la prison de Callao [14]. Ce livre (près de 400 pages) retrace l’histoire du PCP avant le déclenchement de la lutte armée. La question qui se pose est de comprendre comment un tel livre a-t-il pu sortir de la prison si Guzman n’avait rien renié de la Guerre Populaire, s’il ne partageait pas la « démarche des Accords de Paix », s’il n’y avait pas une sorte de pacte avec le gouvernement… Les tenants d’un complot contre Gonzalo fidèle à la guerre populaire et maintenu au secret n’ont plus grand-chose sur quoi s’appuyer.
    28 février 2017, Guzman réapparait en public à l’occasion d’un nouveau procès… Plus de poing levé ni de slogans, mais la demande d’un examen médical compte tenu de son état de santé. [15]

2) La démarche des Accords de Paix, c’est une trahison de la Guerre Populaire, du combat des masses populaires, du communisme, c’est la liquidation du PCP

Dès les années 1993 et 1994, l’OCML VP a mené la polémique contre cette démarche liquidatrice, qui a finalement emporté, année après année, le PCP, qu’il faut désormais une nouvelle fois reconstituer.
Que l’on se comprenne bien : l’action politique a des hauts et des bas, des avancées et des reculs. On comprend que l’arrestation de plus de la moitié du Comité Central impose un recul stratégique pour permettre une reconstitution sans être sous le feu de l’ennemi. On peut même comprendre que dans un tel contexte, un parti communiste suspende la lutte armée, en période de fragilité.
Seuls les doctrinaires et les jusqu’auboutistes romantiques pourraient critiquer ces choix, dans un contexte politique extrêmement difficile.

Ce qui est inacceptable, c’est la conciliation avec l’ennemi. L’appel à trouver un accord avec le régime que l’on a combattu les armes à la main pendant une décennie.
Oui, un recul est envisageable. Il se fait alors de manière unilatérale, suivant un plan politique, idéologique et militaire adapté à la période, en fonction des objectifs que le Parti se fixe pour l’avenir, son avenir et celui de la lutte des classes, sur le chemin de la révolution et du communisme. Mais inventer un changement de contexte politique pour négocier avec l’ennemi ce n’est rien d’autre qu’une trahison, et de ce point de vue, la manipulation élaborée par le SIN et la CIA a été particulièrement réussie, malheureusement.
La direction du PCP a trahi collectivement. La plupart de ses dirigeant(e)s, l’un(e) après l’autre, ont capitulé, se sont alignés sur la démarche des « Accords de Paix », avec des variantes individuelles.

Aujourd’hui, où en est-on ?

  • Un petit parti légal, le MOVADEF (Mouvement pour l’Amnistie et les Droits Fondamentaux [16]), fervent admirateur de Guzman et défenseur des Accords de Paix, qui ne cesse de supplier le gouvernement de bien vouloir discuter avec lui dans l’optique d’une réconciliation nationale (évidemment sans aucun succès). Un parti opportuniste, qui se présente comme la nouvelle vitrine d’un PCP légal, qui cherche à participer aux élections et à s’insérer à tout prix dans la démocratie bourgeoise. Ce Mouvement est pour l’Amnistie, y compris vis-à-vis des paramilitaires responsables des massacres durant les années de la Guerre Populaire, y compris à l’égard de Fujimori [17] ! Un de ses dirigeants est Alfredo Crespo, l’avocat de Guzman.
  • Quelques foyers de guérilla dans la zone VRAEM (Vallée des Fleuves Apurimac, Ene et Montayo) sous la direction de Víctor Quispe Palomino, le camarade « José » et de son frère Jorge, le camarade « Raul », qui n’ont plus grand chose à voir de fait avec le PCP. Ils n’ont plus aucune référence ou projet politique et idéologique au-delà d’un discours proclamatoire, aucune ambition politique nationale, et ne sont plus qu’un groupe armé local dans une démarche similaire à celle des FARC colombiennes.
    S’il semble que ces groupes glissent de plus en plus vers le narcotrafic dans une région dominée par la culture de la coca, il est possible qu’il reste des noyaux politisés actifs dans les mouvements sociaux de la région (la vallée El Tambo par exemple, voir ci-dessous).
  • Et enfin, le plus intéressant, des apparitions politiques complètement clandestines (mots d’ordre sur les murs) lors des grands conflits sociaux qui se développent au Pérou (par exemple contre le projet minier Tia Maria dans la vallée El Tambo, ou contre la multinationale laitière péruvienne Laive). Où l’on peut supposer qu’il y a encore des militants, sans doute éparpillés ou en petits collectifs. Par ailleurs, il existe toujours des positions classistes au sein des organisations syndicales, ce qui suppose l’existence de militants qui n’ont rien renié. A savoir si tous ces militants isolés auront les capacités politiques, idéologiques et organisationnelles pour se réunir et reconstituer le PCP sur une base de classe – c’est la question.

3) Concernant Abimaël Guzman

  • La lecture de la chronologie ci-dessus est sans appel. Même s’il n’y a pas LA preuve formelle et définitive, il est absolument invraisemblable d’imaginer que Guzman soit opposé à la démarche des accords de paix. Il en est partie prenante, il a capitulé.
  • Le chaînon manquant, c’est de savoir quel est son argumentaire et sa position personnelle exacte. S’agit-il effectivement de celui du texte de 1993 « Asumir y resistir pour la nueva gran Decision y Definicion » ? S’agit-il d’un calcul tordu d’un dirigeant menacé de mort et qui voulait sauver sa peau ? S’agit-il d’une manœuvre réussie des services d’intelligence qui ont réussi à le manipuler en s’appuyant sur son ego démesuré ? Quoiqu’il en soit, cela est de peu d’importance au final.

  • Le fond de l’affaire est le culte du chef que nous dénoncions déjà dans la résolution de l’OCML VP en 1990 (et qui se trouve en fin de la brochure « 10 ans de Guerre Populaire au Pérou »).Cette résolution est disponible en ligne sur notre site :

« (…) Dans une société de classe, il est inévitable que le mûrissement de la conscience soit inégal. C’est d’ailleurs pour cela que seule une minorité du prolétariat s’organise en un parti d’avant-garde, et que même au sein du Parti se dégagent des dirigeants qui expriment le plus clairement les grandes tendances de la société et précisent les buts et orientations du Parti. En ce sens nous concevons que le Président Gonzalo a pu jouer un rôle essentiel dans l’élaboration de la ligne politique du Parti.

Pour les mêmes raisons, il est inévitable que les masses dans le mouvement même de leur lutte cristallisent leurs aspirations dans la personne d’un chef, d’un leader. Mais cette adhésion n’est qu’une marque de leur aliénation.

Le rôle du Parti n’est pas alors de développer avec insistance cette personnalisation ; mais au contraire de montrer que ce sont les masses qui font l’histoire, par leur mouvement et révoltes spontanées, et surtout par l’élévation de leur conscience et de leur capacité de direction.

Les dirigeants communistes doivent pleinement jouer leur rôle de dirigeant, mais dans ce sens : pour réduire la contradiction entre dirigeants et dirigés. Pour une prise en charge croissante du pouvoir par les masses elles-mêmes, dans la lutte politique entre l’ancien et le nouveau. Pour leur disparition future.

Personnifier de manière exagérée la ligne politique dans un individu revient à dépolitiser les masses. Au Pérou, plus de la moitié des mots d’ordre du PCP portent sur le président Gonzalo. A l’étranger les documents du PCP sont réunis en livre sous le titre « la pensée Gonzalo », ce qui masque le fait qu’il s’agit de textes collectifs du Parti, quel qu’en soit le rédacteur. Nous ne pouvons pas être d’accord avec cette conception de la politique et de la place des hommes dans l’histoire ».

Le bilan est là, vingt-cinq ans plus tard. A construire le PCP autour de la « pensée Gonzalo », à personnaliser l’orientation autour d’un dirigeant « génial », on dépolitise le Parti et les masses, on fragilise le Parti et on mène la révolution à l’échec. C’est une conception idéaliste et bourgeoise de l’histoire autour des « grands hommes » qui explique l’effondrement du PCP après l’arrestation de Guzman. Et c’est bien sûr une remise en cause du centralisme démocratique, par le biais de la soumission au chef – pour information il existait au PCP un « Comité Permanent Historique », composé de Guzman et de sa compagne, hors de tout processus de contrôle démocratique…

  • Guzman (qui a 83 ans) est en prison depuis 25 ans, c’est un prisonnier politique, il n’y a pas l’ombre d’un doute. Et donc à ce titre, nous le défendons et exigeons sa libération immédiate, l’arrêt de l’acharnement contre lui (un nouveau procès a démarré récemment), au même titre qu’Oçalan en Turquie ou que tous les prisonniers politiques du monde.

Mais Guzman n’est plus communiste. Après avoir contribué à la reconstitution du PCP, au déclenchement et aux succès de la Guerre Populaire, il a dérivé pour contribuer lourdement à l’échec d’une révolution pourtant bien partie. C’est la responsabilité collective du PCP, mais en plus, sa responsabilité individuelle est considérable.

A tous ceux qui aujourd’hui veulent réhabiliter Guzman, nous disons : l’Histoire est passée et a tranché. Prenez le temps de consulter, de lire, de comprendre et de vous faire un point de vue.
C’est ce que nous avons fait depuis les premières années de la Guerre Populaire dans les années 80, toujours avec le recul critique nécessaire. C’est le matérialisme historique qui guide notre compréhension du monde, pas le romantisme idéaliste !

« Il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun ! Producteurs sauvons-nous nous-mêmes, décrétons le salut commun ! »

Comité Central de l’OCML Voie Prolétarienne, 12 septembre 2017

 

Source: http://ocml-vp.org/article1826.html

Régis Debray. « Civilisation. Comment nous sommes devenus américains »

Bernard GENSANE

Un livre érudit, avec de délicieuses pointes d’humour, qui poursuit une réflexion de Simone Weill de 1943 selon laquelle une américanisation de l’Europe ferait perdre son passé à l’humanité, et une interrogation de Paul Valéry, de 1939 : « Je me demande si l’Europe ne finira pas par une démence ou un ramollissement ».

On aurait pu attendre des guillemets à « américains » dans le sous-titre car, Debray le sait mieux que personne, les Chiliens ou les Cubains sont aussi des Américains. On se fiche que la partie soit prise pour le tout comme dans Make America great again.

Mais ne boudons pas notre plaisir devant cette brillante démonstration selon laquelle si une « culture construit des lieux », une civilisation « construit des routes » avec un gros bâton (celui de la big stick policy), une flotte, des armées, aujourd’hui des drones.

Depuis qu’il a raflé le Texas, l’empire américain n’a gagné en surface que quelques centaines de milliers de kilomètres carrés. Alaska y compris. Mais les 2 000 implantations militaires sur les cinq continents ne seraient rien sans les 35 000 McDo. Et vice versa.

Au milieu des années soixante, j’habitais Montdidier, petite sous-préfecture balzacienne de la Somme. Á l’époque, une ville de 5 000 habitants comptait encore bon nombre de magasins de toutes sortes. Le magasin d’habits, qui ne désemplissait jamais, avait pour enseigne « Aux surplus américains » Nous étions heureux de nous fournir pour pas cher dans une échoppe qui proclamait sans vergogne qu’elle nous vendait des rebuts, les franchisés profitant de notre naïveté pour nous refiler du trop-plein. La civilisation zunienne avait gagné chez Balzac : on ne savait pas d’où venaient ces frusques, dans quelles conditions elles avaient été stockées, ce qu’elles avaient coûté aux producteurs. Ces vêtements n’étaient même pas toujours ricains. C’était notre deuxième peau. Au XVIe siècle, le paysan d’Amboise, voisin de Léonard de Vinci, ne parlait pas un mot d’italien. Aujourd’hui, il écoute Beyoncé dans son tracteur climatisé.

Quand, demande Debray, l’Europe a-t-elle cessé de « faire civilisation » ? En 1919, au Congrès de Versailles. Les États-Unis n’ont pas alors pleinement conscience qu’ils vont devenir la première puissance mondiale. Mais le président exige que le traité soit également rédigé en anglais. Jusqu’alors, observe Debray, il y avait à l’ouest une civilisation européenne avec sa variante américaine. Dans les cinquante années suivantes, on aurait une civilisation américaine avec des variables d’ajustement européennes. Dans tous les domaines. Je n’entre pas dans les détails, mais même dans la natation, les catégories d’âge de nageurs qui dataient d’un siècle (poussins, minimes, cadets etc.) se sont alignées cette année sur les catégories zuniennes.

Plus graves que nos bassins chlorés, la République française, l’État français, les pouvoirs publics ont plié le cou devant les méthodes uniennes. En 2008, sous Sarkozy, nos ministères furent inspectés, mieux : évalués, par une entreprise privée zunienne. Comme si le corps des inspecteurs des Finances n’existait plus. L’État français fut dès lors appréhendé dans son fonctionnement à l’aune des méthodes du privé d’outre-Atlantique. Les hôpitaux (les universités, les commissariats de police etc.) furent mis en concurrence, les partis politiques devinrent des familles et cessèrent d’élaborer des programmes en se contentant de projets, on nous obligea à aimer le modèle des primaries et les candidats à la présidentielle nous proposèrent des offres.

Á Sciences-Po, « réformée » par un chairman of the board plus ricain que ricain qui mourut dans des circonstances hollywoodiennes jamais élucidées, 60% des cours sont dispensés en anglais. Et, précise Debray, le cours sur les politiques culturelles en France est dénommé « Cultural Policy and Management ».

Á bas les anciennes catégories marxisantes (bourgeoisie, classe, capitalisme) ! Ne dites plus « prolétaires » mais « milieux défavorisées » (d’ailleurs les prolétaires ne savent plus qu’ils sont prolétaires, c’est du moins ce que pensent les bobos) ; de votre langage, « bannissez » (sic) « clochards », « SDF » étant beaucoup plus indolore. Ne dites plus « santé gratuite pour tous » mais care, « avion présidentiel » mais « Sarko One ». Et, surtout, représentez-vous Bri-Bri d’amour en termes de First Lady. Envoyez vos enfants, en bons Ricains, délirer chez les voisins avec des masques d’Halloween alors que cette fête appartient au paganisme celte. Martelez comme il convient que l’équipe de France de foot est black-blanc-beur. Forcément, puisque la quête de l’égalité a été remplacée par le mirage de la diversité et que le sociétal a étouffé le social.

La thèse fondamentale de cet essai est que l’Amérique c’est de l’espace tandis que l’Europe c’est du temps. Aux États-Unis, on part sur la Route 66 en bon Easy Rider. On conquiert un territoire – au besoin avec un colt – alors qu’en Europe on labourait un terroir (on guerroyait un peu aussi, quand même). Mais tout a changé. Il n’y a plus chez nous que des « espaces » (salle d’attente, dégustation de vin, voies piétonnières, open spaces un peu partout, surtout quand ils sont agrémentés par des open bars). Je ne te demande pas qui tu es mais où tu es grâce à ma géolocalisation à un mètre cinquante près. Dans les espaces, explique Régis Debray, pas de peuple, mais une « population », c’est-à-dire une projection préfectorale ou municipale. Un peuple, c’est autre chose : une langue, des habitus, un passé, une gastronomie, du et des liens.

Á des populations hors-temps, on peut faire gober tout ce qu’on veut. Par exemple, que les États-Unis sont la nation qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne alors que les Français de 1945 pensaient que c’était l’Union Soviétique. D’ailleurs si Poutine assista au 70ème anniversaire du Débarquement en Normandie, le Young Leader Hollande ne lui rendit pas la pareille à Moscou. On peut même faire croire à tous les publics, à toutes les populations de la Terre, que Rambo a gagné la guerre.

Lors du vote du Traité de Maastricht, on nous a seriné que nos enfants voyageraient, séjourneraient dans le continent et apprendraient quantités de langue européennes. Le russe et l’allemand sont cinq fois moins enseignés qu’il y a cinquante ans. Arte n’a aucune émission de débats entre intellectuels franco-allemands mais consacre dix minutes à un malaise de Mrs Clinton. Les fonctionnaires de Bruxelles communiquent dans la langue d’un pays qui ne fait plus partie de l’Union européenne. Des anciens pays de l’Europe de l’Est se sont dépêchés d’admettre sur leur sol des centres secrets de torture de la CIA. Il faut désormais endurer un président pour qui « Belgium » est une ville et qui pense avoir envoyé 59 missiles vers l’Irak alors que c’était vers la Syrie. Ça tombe où ça peut, où ça doit. L’important, c’est que ça « frappe » (plus de bombardements, des frappes), que ça terrorise, quel que soit le degré d’improvisation.

Debray nous rappelle qu’en affaires l’empire est féroce, voyou. BNP a accepté de payer une amende bidon, une rançon de 8,9 milliards de dollars (vous me direz : elle les avait) sans que nos gouvernants s’émeuvent, sans que notre médiacratie s’étonne. Quant à imaginer une réciprocité… Debray cite Pierre Lellouche, homme politique bien à droite, pas vraiment hostile à l’aigle impérial : « Un obscur accord fiscal franco-américain transformera notre ministère des Finances en supplétif de l’International revenue Service. Cet accord ne fait que traduire dans le droit français une loi américaine obligeant nos institutions financières à déclarer au fisc américain tous les comptes détenus par des citoyens ou entités américains en France dès lors que leur solde est supérieur à 50 000 dollars. Mais sans réciprocité : ce que le fisc français donnera à l’IRS, le Trésor américain ne le fera pas dans l’autre sens parce que la loi américaine ne le permet pas. »

Une des dernières réflexions de l’auteur porte sur la notion de laïcité que nous, tous seuls avec nos petites mains, avons réussi à américaniser. Je vous laisse découvrir comment.

Les moins jeunes d’entre nous s’en souviennent. Le Défi américain, publié en octobre 1967, fut l’un des plus énormes succès de librairie en France. Certes, il bénéficia du battage hebdomadaire de L’Express, beaucoup plus prescripteur qu’aujourd’hui. Son éditeur avait prévu un tirage de 15 000 exemplaires. Il s’en vendit 2 millions en France et 10 millions dans le monde.

Bernard Gensane

Paris : Gallimard, 2017.

URL de cet article 32001
https://www.legrandsoir.info/regis-debray-civilisation-comment-nous-sommes-devenus-americains.html

Qu’est-ce que la guerre populaire? Les thèses fondamentalement erronées du PCR(co) du Canada au vu de la révolte populaire en France

Nous sommes tombéEs sur cette critique du groupe lesmaterialiste.com concernant le programme « erronée » du PCR (co) et sa vision de la GPP (Guerre Populaire Prolongée). Compte tenu des récents développements au sein du PCR-RCP du Canada, nous avons pensé qu’il était de l’intérêt général de re-publier ce texte.

 

La révolte en France montre que les thèses maoïstes sur la guerre populaire dans les pays impérialistes sont correctes.

Les pays impérialistes ne restent pas « stables » jusqu’au jour mythique où la révolution deviendrait possible. Il y a des crises, des avancées et des reculs qui sont marqués par la violence révolutionnaire.

Cette révolte montre en tout cas le caractère erroné de la thèse expliquant que la guerre populaire c’est la propagande armée montrant la voie à suivre, que la guerre populaire est décidée par le Parti de A à Z et non pas par les masses qui font l’histoire.

Car dans une situation comme celle aujourd’hui où la révolte est partout, où la violence révolutionnaire est partout même si c’est dans des formes plus ou moins élevées, il ne suffira certainement pas de la « propagande armée » pour se faire « reconnaître » des masses.

Soit le Parti est le Parti des masses, soit il n’est rien.

La conception du Parti Communiste Révolutionnaire du Canada (Comités d’Organisation) s’oppose pourtant à cela. La conception de la guerre populaire du PCR(co) consiste en une série de principes alignés les uns à côté des autres.

Pour le PCR(co), la guerre populaire c’est tout d’abord « le boycott de l’État »; il faut boycotter les syndicats, les institutions, etc.

« Le boycott de l’État contribuera à démarquer de plus en plus clairement les deux camps qui s’affrontent – celui de la révolution et celui de la réaction » (Programme du PCR(co)).

C’est naturellement inexact. Ce qui distingue les révolutionnaires ce n’est pas le boycott de l’Etat, mais la lutte contre l’Etat.

C’est ce qui fait la différence en ce moment en France entre l’aspect révolutionnaire de la révolte populaire – celui qui vise l’Etat – et l’aspect simplement protestataire (qui vise n’importe quoi de manière discriminée).

Rappelons justement que l’aspect révolutionnaire est l’aspect principal de la révolte populaire en France, et que les bourgeois précisément disent que l’aspect principal est la destruction aveugle.

La thèse du PCR(co), qui est une thèse anarcho-syndicaliste classique, est donc erronée : un mouvement révolutionnaire ne consiste pas en un mouvement boycottant l’Etat.

Le marxisme-léninisme-maoïsme enseigne que pour être révolutionnaire il faut affronter les institutions, non pas simplement les boycotter voire les éviter.

La première erreur du PCR(co) en amène une autre, qui elle aussi se révèle parfaitement au vu de l’expérience de la révolte en France.

Le PCR(co) dit qu’il faut soutenir militairement les mouvements boycottant l’Etat :

« Elle [l’armée révolutionnaire] pourra et devra apporter son appui au mouvement des masses qui se développe à l’initiative et éventuellement sous la direction du parti, en-dehors de la discipline imposée par l’État bourgeois.

C’est seulement ainsi qu’elle en arrivera à être reconnue par les masses et qu’elle pourra se « fondre » avec elles et compter sur leur soutien. » (Programme du PCR(co)).

Cette thèse est tout à fait fausse pour une raison simple: soit elle est du réformisme armé (un soutien armé extérieur au mouvement et cherchant à le phagocyter), soit elle n’a aucun sens comme aujourd’hui en France où le mouvement de masses utilise déjà la violence révolutionnaire (ou alors c’est directement prôner l’insurrection sans aucune analyse de la situation objective).

La thèse du PCR(co) est en fait une thèse totalement mécanique : le parti lance un mouvement et l’armée essaie de se fondre dedans en l’appuyant.

La thèse est mécanique dans la mesure où elle affirme qu’une action armée en appelle une autre, fait boule de neige, jusqu’à l’insurrection finale; elle est notamment longuement expliquée dans le document des Cellules Communistes Combattantes de Belgique « La flèche et le cible. »

Le PCR(co) ne cache d’ailleurs pas ses références : « Comme l’ont écrit les camarades des Cellules communistes combattantes de Belgique dans un texte-bilan produit en 1994, « le rôle des communistes n’est pas d’entretenir le fonctionnement démocratique bourgeois, il est d’apporter la preuve de viabilité de la voie révolutionnaire, et cela jusqu’au niveau militaire où ils doivent démontrer la possibilité d’affronter victorieusement (même à une échelle réduite), les armes à la main, la bourgeoisie et ses forces de défense ». (La Flèche et la Cible) » (Programme du PCR(co)).

Il va de soi que cette conception s’oppose à la conception de la guerre populaire, d’ailleurs les groupes défendant ce point de vue sont opposés au marxisme-léninisme-maoïsme (les CCC en Belgique, le PCEr en Espagne, et en Turquie la MLSPB, unité armée de propagande marxiste-léniniste).

Il s’agit d’une théorie de l’action exemplaire qui est étrangère à la conception du « poisson dans l’eau. » En fait, le principal protagoniste de la thèse du PCR(co) ce ne sont pas les masses, mais le Parti qui est le véritable « foyer révolutionnaire. »

C’est la thèse guévariste comme quoi le foyer révolutionnaire peut devenir le principal protagoniste de l’histoire, et non plus les masses.

Il y a ainsi deux conséquences : d’abord le prolétariat est considéré comme ne participant pas à la guerre populaire tant qu’il ne participe pas à la lutte armée du Parti, ce qui est une conception militariste.

Le programme dit explicitement à ce sujet :

« La guerre populaire prolongée suivra différentes étapes.

Au départ, l’activité légale occupera d’ailleurs sans doute une place plus importante que l’activité illégale.

Mais celle-ci sera appelée à jouer un rôle de plus en plus important, jusqu’au jour où le prolétariat sera prêt à confronter massivement le pouvoir de la bourgeoisie. » (Programme du PCR(co)).

Ensuite, en attendant le jour où les masses pratiquent la lutte armée selon le voeu du Parti, l’armée sert non pas le peuple, mais le parti lui-même.

« À la première étape, le travail et les actions menées par l’armée visent surtout à soutenir le travail du parti » (Programme du PCR(co)).

Et au cas où il y aurait une ambiguïté à ce sujet le programme précise bien :

« Ils [le travail et les actions menées par l’armée] peuvent aussi secondairement viser à affaiblir directement l’ennemi, mais ce n’est pas là l’essentiel. » (Programme du PCR(co)).

L’armée révolutionnaire ne combat donc pas l’Etat, mais sert le parti en attendant de pouvoir servir de l’extérieur un mouvement lancé par le Parti.

C’est du réformisme armé et cela n’a rien à voir avec la guerre populaire.

Si l’on veut résumer, on peut ainsi dire que pour le PCR(co) la guerre populaire n’est pas la guerre des masses, mais une propagande armée parallèle à un boycott général de l’Etat de la part des masses, le tout devant fusionner pour arriver à l’insurrection finale.

La révolte populaire en France montre le caractère artificiel de la position du PCR(co). Si l’on appliquait sa conception en France, cela reviendrait soit à refuser la révolte en l’accusant de ne pas être mature, soit à se lancer dans la lutte armée insurrectionnelle.

Alors que si l’on dit que les masses font l’histoire, on comprend qu’il faut défendre la révolte, élever son niveau de conscience, chercher à unifier les masses populaires dans leur ensemble sur cette base.

Les positions militaristes du PCR(co) ne permettent pas une telle conception, qui est pourtant le b-a-BA du léninisme.

Mais il est vrai que le PCR(co), pour assumer un « maoïsme » artificiel, a dû balancé par-dessus bord Lénine et Staline.

Le PCR(co) prétend ainsi être marxiste-léniniste-maoïste, avoir un programme politique, tout en considérant que « l’évaluation de Staline et de son rôle au sein du mouvement communiste international est une question toujours ouverte au sein du PCR[co] » !!

Comment un parti avec un programme peut-il laisser une telle question en suspens?

Ce qui est en plus inexact : le programme du PCR(co) considère clairement Staline comme un révisionniste.

Le PCR(co) défend les mêmes thèses révisionnistes que les CCC : Staline serait un accident de parcours du mouvement communiste, et cette accusation touche même l’ensemble du parti bolchevik!

Le programme défend les accusations :

-comme quoi « Staline et le Parti bolchevik ont fait preuve d’une tendance à l’hégémonie » au niveau international;

-comme quoi « globalement toutefois, Staline a été incapable de comprendre les contradictions de la société socialiste ; les conceptions erronées et les faiblesses d’alors du Parti bolchevik l’ont empêché de voir le développement d’une nouvelle bourgeoisie qui a éventuellement réussi à renverser les acquis de la Révolution d’octobre » ;

-comme quoi « les bolcheviks et Staline ont poursuivi l’expérience socialiste en Union soviétique et ont tenté de faire avancer la révolution mondiale » (sous-entendu n’y sont pas arrivés);

-comme quoi « entre la période de 1917 et celle qui a vu la trahison de la direction du Parti, l’économie soviétique comportait encore de vastes secteurs encore largement marchands, voire même capitalistes », (c’est-à-dire donc que l’URSS n’était pas vraiment un Etat socialiste.)

  • comme quoi « avec le temps, la direction du Parti communiste de l’URSS s’est engagée dans la voie du capitalisme d’État : une nouvelle bourgeoisie est apparue autour de l’appareil d’État, qui a soumis de nouveau le prolétariat à des rapports d’exploitation. » (en clair : l’URSS n’était pas socialiste);

-comme quoi « Lorsqu’une direction révisionniste a pris le pouvoir avec Khrouchtchev en 1956, différentes réformes économiques ont fait de l’URSS un pays à l’intérieur duquel la voie du capitalisme s’est accentuée. » (Staline préfigure Khrouchtchev);

Le PCR(co) essaie même de monter Mao contre Staline, en disant que « Déjà, dans les années 1930, Mao avait critiqué les insuffisances de l’expérience soviétique.

Il invoquait entre autres qu’il fallait davantage prioriser les initiatives des masses paysannes dans le processus révolutionnaire, ce que l’URSS sous Staline avait sous-estimé », etc.

Quand on voit comment Staline a été rejeté, on ne s’étonne pas des erreurs du PCR(co) concernant la question de la guerre populaire.

C’est d’ailleurs là la différence essentielle entre les partis se revendiquant du « maoïsme » et ceux qui assument véritablement le marxisme – léninisme – maoïsme.

Les premiers se considèrent comme révolutionnaires en se cachant derrières des guerres populaires dans d’autres pays ou des « boycotts », les seconds assument la lutte révolutionnaire selon les conditions concrètes de leur pays.»

Source : http://lesmaterialistes.com/contre-informations/qu-guerre-populaire-theses-fondamentalement-erronees-pcrco-canada-vu-revolte