Interview du président Gonzalo par le journal « El Diario » Partie IV

4. SUR LA SITUATION POLITIQUE NATIONALE

El Diario : Monsieur le Président, quelle est l’analyse du PCP sur le processus de l’État Péruvien et vers quoi se dirige-t-il ?

Président Gonzalo : Nous analysons le processus de la société péruvienne contemporaine comme un processus qui a commencé en 1895. Nous considérons qu’à partir de cette date s’engage le processus dans lequel nous vivons actuellement. Et nous pensons qu’il est composé de trois moments. Un premier moment qui assoit les bases pour le développement du capitalisme bureaucratique. Un deuxième, après la Seconde Guerre Mondiale qui marque la fin du premier, où s’approfondit le capitalisme bureaucratique ; cet approfondissement du capitalisme bureaucratique va faire mûrir les conditions pour la révolution et, avec le commencement de la guerre populaire dans les années 80, nous entrons dans le troisième moment : moment de crise générale du capitalisme bureaucratique. La destruction de la société péruvienne contemporaine a commencé, parce qu’elle est historiquement caduque. C’est pourquoi nous assistons à sa fin et ce qu’il faut, c’est travailler, combattre et lutter pour l’enterrer.

El Diario : Pourquoi considérez-vous la thèse du capitalisme bureaucratique comme fondamentale ?

Président Gonzalo : Nous considérons comme essentielle cette thèse du Président Mao Tsétoung parce que, sans la comprendre et sans la maîtriser, il n’est pas possible de développer une révolution démocratique et encore moins de concevoir sa continuation ininterrompue en tant que révolution socialiste. C’est réellement un obstacle, que cette thèse du Président Mao soit éludée et que l’analyse soit embrouillée, quand on nous parle de développement de capitalisme dans les pays arriérés ou de capitalisme dépendant. Ces analyses ne conduisent à rien, si ce n’est à changer la nature de la révolution. Nous pensons que c’est en partant du Président Mao Tsétoung que nous comprendrons bien la société péruvienne et les sociétés dites arriérées.

Nous considérons que le capitalisme bureaucratique commence à se présenter au Pérou à partir de 1895, à travers les trois moments que je viens de retracer. Nous les concevons ainsi : sur une base semi-féodale et sous domination impérialiste se développe un capitalisme, un capitalisme tardif, un capitalisme qui naît, lié à la féodalité et soumis à la domination impérialiste. Ce sont ces conditions qui génèrent ce que le Président Mao Tsétoung a appelé capitalisme bureaucratique. Alors, le capitalisme bureaucratique se développe, lié aux grands capitaux monopolistes qui contrôlent l’économie du pays, des capitaux formés, comme le Président Mao le dit, par les grands capitaux des gros propriétaires fonciers, de la bourgeoisie compradore et des grands banquiers. Ainsi va naissant le capitalisme bureaucratique et, j’insiste encore une fois, lié à la féodalité, soumis à l’impérialisme et monopoliste. Il faut prendre cela en compte : il est monopoliste. Ce capitalisme, arrivé à un certain moment de son évolution, s’associe avec le Pouvoir de l’État et utilise les moyens économiques de l’État ; il les utilise comme levier économique. Ce processus va engendrer l’autre faction de la grande bourgeoisie : la bourgeoisie bureaucratique. C’est de cette façon que va se développer le capitalisme bureaucratique, déjà un capitalisme monopoliste, qui devient alors un capitalisme d’État. Mais ce processus l’entraîne à créer les conditions qui font mûrir la révolution. Ceci est, dans le cadre politique, un autre concept important que le président a établi sur le capitalisme bureaucratique.

Si nous comprenons le capitalisme bureaucratique, nous pouvons très bien comprendre, comment au Pérou, existent une situation de semi-féodalité, un capitalisme bureaucratique et une domination impérialiste, principalement yankee. Voilà ce que nous devons comprendre, ce qui permet d’entendre et de diriger la révolution démocratique.

Maintenant, quel autre facteur important le capitalisme bureaucratique présente-t-il ? Le Président nous signale que la révolution démocratique accomplit certaines tâches socialistes ; par exemple, dit-il, l’aide mutuelle qui a lieu à la campagne dans les bases d’appui s’exprimait déjà. Ainsi donc, pour passer de la révolution démocratique à la socialiste, la confiscation du capitalisme bureaucratique dans son ensemble est une question clé du point de vue économique ; elle permettra au Nouvel État de contrôler l’économie, de la diriger, et servira à développer la révolution socialiste. Nous considérons que ce concept stratégique est de grande importance et j’insiste sur le fait que, malheureusement, ce concept est éludé. Et tant qu’il en sera ainsi, on ne pourra pas bien comprendre ce qu’est une révolution démocratique dans les circonstances actuelles, celles dans lesquelles nous nous débattons.

Il est erroné de penser que le capitalisme bureaucratique se réduit à celui que développe l’État avec les moyens économiques de production qu’il détient. Ceci est faux, et est incompatible avec la thèse du Président Mao Tsétoung. Il suffit, pour le comprendre, de penser à la chose suivante : si le capitalisme bureaucratique n’était que le capitalisme d’État, il suffirait de confisquer ce capitalisme d’État et alors, l’autre capitalisme monopoliste, non étatique, dans quelles mains resterait-il ? Dans celles de la réaction, de la grande bourgeoisie. Cette interprétation, qui consiste à identifier le capitalisme bureaucratique au capitalisme monopoliste d’État, est une conception révisionniste et dans notre Parti, elle fut soutenue par le liquidationnisme de gauche : c’est pour cela que nous jugeons cette question comme très importante.

D’ailleurs politiquement, cela nous permet de distinguer très clairement la grande bourgeoisie de la bourgeoisie nationale ou moyenne. Et ceci nous donne les moyens de comprendre, afin de n’être à la traîne d’aucune faction quelconque de la grande bourgeoisie, ni de la compradore, ni de la bureaucratique, ce qu’on fait au Pérou, le révisionnisme et l’opportunisme et ce qu’ils continuent de faire. Depuis des décennies, cette politique sinistre amène à considérer une faction quelconque de la grande bourgeoisie comme la bourgeoisie nationale, progressiste et à l’appuyer. La compréhension du capitalisme bureaucratique nous a permis de bien saisir la différence, et j’insiste, entre bourgeoisie nationale et grande bourgeoisie et de comprendre la tactique correcte à suivre, reprenant précisément celle que Mariatégui a établie. Pour cela, nous considérons que la thèse du capitalisme bureaucratique est d’une importance extrême.

El Diario : Quelle est, en synthèse, votre analyse politique et économique de la conjoncture actuelle et de la perspective ?Cette situation est-elle favorable au PCP ? Et comment l’est-elle pour la réaction, le révisionnisme et l’opportunisme ?

Président Gonzalo : Nous concevons que le capitalisme bureaucratique est entré en crise générale ; plus encore, nous pensons que ce capitalisme bureaucratique est né malade parce qu’il est issu de la semi-féodalité, ou lié à elle, et qu’il est issu de l’impérialisme. La semi-féodalité est évidemment caduque et l’impérialisme agonise. De deux parents condamnés à mort pour maladie incurable, quelle sorte d’enfant peut-il naître ? Une créature malade qui est entrée dans sa phase de destruction. Nous pensons que les crises s’approfondissent chaque jour davantage et que, même, comme le soulignent certains économistes, il s’agit d’environ trente ans de crise de laquelle on ne peut pas sortir, même si de temps en temps il y a de petites vagues de récupération ou, comme le dit l’Apra dans ses propres documents internes, que c’est une crise qui a surgi au milieu des années 70.

Nous estimons que chaque nouvelle crise est pire que la précédente ; et si nous ajoutons à cela les deux décennies critiques, celles des années 80 et 90, la situation est déjà claire. Que disent-ils ? Que ce gouvernement laissera une situation extrêmement grave, et que le suivant, en supposant qu’il y en ait un, lors du changement électoral, devra chercher à réparer les problèmes en suspense et que ce n’est, en conséquence, qu’à partir de 1995 qu’on pourra penser à un développement ; et ceci dans un pays où nous avons 20 ans de retard. C’est pour cela que nous croyons que sa perspective est extrêmement noire. Cela est-il favorable à la révolution, à la guerre populaire, au Parti ? Oui, certainement, c’est favorable, tout d’abord et principalement, à la classe et au peuple car tous nos efforts leur sont destinés, afin que la classe commande, dirige, que le peuple exerce sa liberté et puisse enfin satisfaire sa faim séculaire. Nous ne voyons aucune perspective pour la réaction et le révisionnisme, nous les croyons unis. Ce sont des siamois et ensemble ils se dirigent vers leur propre tombe. Voilà ce que nous pensons.

El Diario : Pourquoi qualifiez-vous le gouvernement apriste, de fasciste et corporatiste ? Sur quoi vous basez-vous pour l’affirmer ? Quelle est votre opinion sur le discours d’Alan García Perez au Congrès de la Jeunesse apriste d’Ayacucho et sur celui qu’il a donné à Païta ? Quelle est-elle aussi sur les mesures économiques du nouveau cabinet ?

Président Gonzalo : En ce qui concerne la caractérisation du gouvernement apriste, sans entrer dans son histoire qui a d’autres implications et que nous n’avons pas besoin d’aborder aujourd’hui, la situation concrète qui existait au sein de l’Apra, lorsqu’on lui remit la direction de l’État Péruvien, était une situation de dilemmes, deux tendances existaient, l’une, aux critères fascistes et l’autre, aux critères démocratico-libéraux. Ainsi était, d’après nous, la situation au sein de l’Apra. Nous entendons ici, par critères démocratico-libéraux, le maintien de cet ordre constitutionnel, réactionnaire, établi en 1920, en 1933 et en 1979 ; voilà ce que nous entendons par cet ordre démocratico-libéral.

L’Apra avait un problème : la nécessité d’investissements pour faire progresser l’économie ou plus concrètement pour nous présenter une vitrine de succès ; c’est bien cela qu’elle a fait : consommer le peu qu’ils avaient pour nous montrer cette vitrine de succès aussi fragile que du verre et ce que nous voyons aujourd’hui en est la preuve. C’est pourquoi en aucune manière on ne pourrait dire que le plan de l’Apra était un bon plan économique, car alors, comment un aussi bon plan économique donne-t-il des résultats aussi catastrophiques ? Cela n’a aucun sens. Ainsi l’Apra a dû faire appel aux capitaux de la bourgeoisie compradore, qui a bien évidemment exigé des conditions et dans les propres documents de l’Apra, il est mentionné que, dès la fin de l’année 85, la grande bourgeoisie, et plus particulièrement la bourgeoisie compradore, commençait déjà à se récupérer et à capitaliser. L’année 86 fut le paradis pour eux ; ils firent alors des milliards de profit, en dollars, comme ils le reconnurent eux-mêmes, pensant qu’ils allaient investir par la suite. Mais ce plan n’allait pas fonctionner, il allait entrer nécessairement en crise, échouer et ils ne pourraient donc pas investir. Ceci aiguisa davantage les disputes, les tensions entre eux, ce qui amena les luttes entre les deux factions de la grande bourgeoisie.

L’Apra, d’un autre côté, du côté du peuple, se trouva face aux immenses besoins, insatisfaits, des masses et, comme toujours, elle s’engagea démagogiquement, vis-à-vis de tous. Démagogiquement, parce que ce que cherchait l’Apra, c’était simplement essayer de développer, d’appliquer le processus économique réactionnaire ; et cela ne se fait qu’en restreignant les revenus du peuple, puisque d’où viennent les profits ? De la plus-value ! Donc, elle avait un problème avec les masses et elle le savait bien. Ce qui explique sa politique répressive, anti-populaire, anti-syndicale, anti-ouvrière. On peut voir ceci dès le début. Mais il y avait d’autres circonstances, la guerre populaire ; l’Apra, malgré elle, devait l’affronter et la guerre populaire était déjà, alors, un problème principal.

Ce sont toutes ces conditions qui vont déterminer les changements qui se produisent à l’intérieur de l’Apra, et faire que le dilemme se définisse. Mais quand ce dilemme se définira-t-il ? Il se définira avec le génocide de 1986. Là, la lutte de classes des masses, la guerre populaire principalement et l’action génocide ont conduit l’Apra à se déterminer pour le fascisme et le triomphe de la faction fasciste. Nous considérons que c’est à ce moment-là que cela s’est produit et que commença, comme tous le reconnaissent déjà, le discrédit et l’effondrement de l’Apra, non seulement au Pérou mais dans le monde entier.

Pourquoi le qualifions-nous de fasciste ? La faction fasciste qui existait déjà dans l’Apra, va prendre des mesures politiques pour mettre sur pied le corporatisme. Nous pouvons déjà le voir dans le premier discours prononcé par Garcia Pérez en juillet 1985. Qu’entendons-nous par fasciste et corporatiste ? Pour nous, le fascisme ; c’est la négation des principes démocratico-libéraux ; c’est la négation des principes démocratico-bourgeois qui sont nés et se sont développés au 18ème siècle en France. Ces principes ont été progressivement abandonnés par la réaction, par la bourgeoisie dans le monde, et la Première Guerre Mondiale nous a déjà montré la crise de l’ordre démocratico-bourgeois. C’est pour cela que le fascisme éclate ensuite. Alors, on constate dans l’Apra la négation des principes de l’ordre démocratico-bourgeois et quotidiennement, la négation de toutes les libertés et de tous les droits constitutionnels établis. Sur le plan idéologique, nous considérons aussi le fascisme comme un système éclectique ; il n’a pas de philosophie définie : C’est une position philosophique constituée de morceaux. Elle prend ici et là ce qui lui convient le mieux. Chez Garcia Pérez ça se reflète clairement : quand il va en Inde, il salue Gandhi et devient gandhiste ; quand il va au Mexique, il salue Zapata et est zapatiste. Lorsque il ira en Union Soviétique, s’il y va, il deviendra le sauveur de la Perestroïka. Il est comme ça. C’est là un exemple de la formation idéologique, philosophique du fascisme. Il n’a pas de position définie, il est éclectique, il prend ce qu’il a à portée de la main.

En ce qui concerne son corporatisme, nous entendons par là, le fait de bâtir l’État sur la base de corporations, ce qui implique la négation du parlementarisme. C’est une question essentielle que Mariatégui soulevait déjà dans son « Histoire de la Crise Mondiale ». Il nous disait que la crise de la démocratie bourgeoise s’exprime clairement dans la crise du parlementarisme : si nous voyons le Parlement ici, même s’il est vrai qu’au cours des dernières décennies, c’est l’Exécutif qui a promulgué les lois les plus importantes du pays, c’est sous ce gouvernement apriste que l’Exécutif a le plus accaparé toutes les lois fondamentales, promulgués en sa faveur. Il n’existe aucune loi importante qui ait été promulguée par le Parlement. Voilà la réalité des choses. Tout a consisté à donner des pouvoirs à l’Exécutif pour qu’il fasse et défasse. Tout n’est que négation du parlementarisme.

Le problème du corporatisme, dans le pays, n’est pas récent ; déjà en 1933, quand la Constitution était en discussion au cours de la deuxième restructuration de l’État Péruvien de ce siècle, Victor Andrés Belaunde avait déjà proposé le corporatisme de la société péruvienne. Villarán, qui fut chargé du rapport de la Constitution, s’y opposa en demandant : comment allons-nous appliquer le corporatisme s’il n’y a pas de corporations ? Ce fut une façon de s’en tirer à bon compte ; il existe donc déjà quelques antécédents. Aujourd’hui, où l’on parle tant de Belaunde, que ses œuvres viennent d’être publiées, il faut se rappeler sa position : face au libéralisme qui se centre sur l’argent et contre le communisme, négation de la personne humaine, ce qu’il faut, ce sont les systèmes corporatistes, à l’exemple des modèles médiévaux ; il est bon d’en tenir compte pour voir sa filiation et ses racines, et en même temps avoir en tête que c’est intimement lié aux propositions de la Papauté dès le siècle dernier.

Vélasco essaya aussi de corporatiser le pays ; pour cela, il commença la formation de corporations de producteurs agricoles par exemple ; sa propre loi agraire, la 17716, du point de vue politique, cherchait à établir des bases corporatives ; la loi sur l’industrie également. Comment ? Au moyen de la communauté industrielle ; sa fameuse organisation politique qui n’est pas arrivée à se constituer, avait aussi des critères franchement fascistes et proposait le corporatisme ; mais ceci n’a pas pu se concrétiser au Pérou. Et que recherchent-ils, que veulent-ils ? La conformation de corporations, c’est-à-dire organiser de façon corporatiste les producteurs et tous les éléments qui composent la société : les ouvriers, les producteurs agricoles, les commerçants, les professions libérales, les étudiants, l’Eglise, les Forces Armées, les Forces de la Police. Tous vont nommer leurs délégués et former ainsi un système corporatiste. C’est ce qu’ils cherchent et ce que l’Apra est en train de faire ; et les régions, micro-régions, qu’est-ce que ça veut dire ? Que tout ce plan de régionalisation aujourd’hui sert à corporatiser le pays. C’est pour cela que nous devons nous y opposer ouvertement ; non seulement parce que ce sont des manipulations politiques électoralistes de l’Apra, mais aussi parce qu’il s’agit d’un système corporatiste. Et en plus il est en train de mettre en danger un pays qui n’a même pas d’unité nationale constituée. Ce sont là des questions fort sérieuses, et c’est pour cela que nous maintenons qu’il s’agit d’un gouvernement fasciste et corporatiste. La voie qu’il veut impulser et pour cela sa grande inquiétude pour les régions qu’il veut imposer à n’importe quel prix, voilà ce que nous pouvons voir ; cela explique que toutes ces assemblées parlementaires extraordinaires n’aient pu réaliser ce que Garcia avait promis. L’année dernière, il déclara : ou les régions se constituent ou je ne m’appelle plus Alan Garcia Pérez. L’année est passée et je ne sais pas comment il s’appelle aujourd’hui, car les régions ne sont pas encore formées ; maintenant ils parlent de la fin de l’année, nous verrons bien.

Quant au fait d’identifier fascisme avec terreur, avec répression, il nous semble que c’est une erreur ; voilà ce qui se passe dans ce cas : si on se rappelle le marxisme, l’État est la violence organisée. C’est cette définition que nous ont donnée le classiques et tout État utilise la violence parce qu’il est dictature. Sinon, comment lutterait-il pour opprimer et exploiter ? Il ne pourrait pas le faire. Ce qui se passe en fait, c’est que le fascisme développe une violence plus vaste, plus raffinée, plus sinistre, mais on ne peut pas dire que fascisme est égal à violence, c’est une grossière erreur. Ce sont là des idées qui, après la deuxième guerre mondiale, vont se développer ici, au Pérou et ce sont des idées qui ont été diffusées et proposées à de multiples reprises par Del Prado, ce sont aussi des idées soutenues par Dammert.

Identifier le fascisme avec terreur signifie ne pas comprendre Mariatégui qui, dans « Figures et aspects de vie mondiale », quand il se réfère à H.G. Wells, nous dit que l’État bourgeois a un processus de développement et c’est ce processus de développement qui le conduit à un système fasciste et corporatiste. Ceci se comprend très bien si nous lisons les œuvres de Mariatégui, l’œuvre citée « Histoire… » ou « La Scène Contemporaine ». Rappelons-nous qu’il l’a vécu, étudié et connu directement.

Dans le pays, il faut voir le fascisme sous ses divers aspects, à partir de son idéologie, de sa politique, de sa forme organique ; voir comment il se sert de la violence, sa terreur. Aujourd’hui nous voyons comment il applique une violence raffinée et plus développée, plus étendue, brutale et barbare ; c’est cela qu’on appelle terreur ; mais d’autre part, la terreur blanche n’a-t-elle pas toujours été appliquée ? Chaque fois que les réactionnaires se sont trouvés en difficulté, ils ont appliqué la terreur blanche. Aussi, en aucun cas nous ne pourrions identifier et réduire tous les fascismes simplement à la terreur. Nous devons comprendre qu’il s’agit d’une violence plus raffinée et que bien sûr il développe le terrorisme mais ce n’est pas tout. C’est un des composants, c’est sa manière de développer la violence réactionnaire.

En ce qui concerne le discours de Garcia Pérez, au Congrès de la jeunesse apriste : en synthèse, à l’intérieur de l’Apra, il y a une lutte intense en rapport avec son prochain Congrès, et le problème est de savoir si Garcia Pérez conservera ou non le contrôle de ce Parti afin de rester au Pouvoir, en collusion avec les Forces Armées. Depuis un certain temps, on voit que la Jeunesse apriste remet en question le travail gouvernemental. C’est ce qui s’est produit lors de ce Congrès d’Ayacucho. Garcia Pérez a dû se déplacer en toute hâte pour expliquer, justifier et se présenter comme le sauveur. C’est ce qu’il veut, car il voit à quel point il est important de gagner la jeunesse pour satisfaire ses appétits de führer. C’est, je crois, l’essentiel. Tout ce qu’il a dit sur notre Parti et la supposée admiration qu’il dit avoir pour lui, tout ceci nous révèle simplement la lutte à l’intérieur de l’Apra, car il ne peut pas avoir d’admiration pour nous, lui un boucher et un assassin quotidien du peuple, des combattants, des communistes. Ce ne sont que des gestes démagogiques, des appétits effrénés en rapport avec le congrès de l’Apra et ses perspectives politiques, parce qu’il joue plusieurs cartes, du fait qu’il est un homme assez jeune.

A Païta, le « discours de Païta » est, en synthèse, un discours fasciste, ouvertement fasciste ; ce n’est pas, comme on le dit, un avertissement aux parlementaires qui firent du tapage, ce qui est chose courante parmi eux et n’a rien d’extraordinaire, il n’en fut pas ainsi ; c’est un discours strictement fasciste ; Garcia Pérez veut s’ériger en führer ; ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle « conducteur » ; très souvent, le député Roca lui-même l’appelle ainsi : « conducteur », n’est-ce pas similaire à führer ? Cela veut dire la même chose en allemand. Pour cela, je crois que c’est correct de l’appeler, comme certains le font, « apprenti führer » ; mais en fin de compte, il prouve qu’il est un vulgaire démagogue, avec de grands appétits débridés, prêt à tout pour les satisfaire. L’égoïsme démesuré est, je crois, une de ses caractéristiques.

Pour ce qui est de mesures économiques du nouveau cabinet, bien entendu, personne n’est d’accord avec elles ; le peuple encore moins, et c’est ce qui nous intéresse. Alors se développe une double contradiction : la première avec la bourgeoisie compradore pour qui les mesures économiques sont insuffisantes. Elle demande au gouvernement de l’Apra davantage de mesures et exige que soit défini son plan, parce qu’il en présente un pour 18 mois mais avec des lignes générales sans concrétiser des questions importantes. (Ainsi, durant ces cinq années, l’Apra passera d’un plan d’urgence à un autre plan d’urgence puis à un nouveau plan d’urgence, d’urgence en urgence, ce qui sous-entend l’absence complète de coordination entre les plans qu’il pensait appliquer dans son gouvernement ; je me réfère à ses propres documents). La deuxième contradiction, avec le peuple, comme il devait évidemment lui serrer la ceinture pour que se fasse une recapitalisation. D’où et comment extraire des capitaux ? En réduisant les salaires. Voilà, en résumé, les mesures qui créent plus de problèmes que ceux existant déjà et, pendant ce temps, l’Apra continue, démagogiquement, de remettre à plus tard ce que l’ordre-même dans lequel elle évolue, lui impose et ce qu’elle-même fait en cachette, parce qu’elle est en collusion, depuis un certain temps déjà, avec les États-Unis et avec l’impérialisme. Sa relation avec la Banque Mondiale est très claire, ses liens avec le B.I.D. aussi et ce sont les instruments, les plus utilisés aujourd’hui par les impérialistes, étant donné le discrédit du F.M.I., bien que la perspective soit qu’elle rentre au bercail. Ainsi donc, ces mesures économiques n’améliorent pas la situation. Elles vont l’aggraver et nous aurons une situation économique extrêmement grave et critique, qui va s’étendre davantage encore, retombant brutalement sur les masses.

El Diario : Monsieur le Président, comment considérez-vous les prochaines élections, la possibilité d’un coup d’Etat éventuellement provoqué par Garcia lui-même ?

Président Gonzalo : Si vous me le permettez, je vous dirai que ce qui est primordial dans les élections, c’est de les boycotter et, si possible, de les empêcher. Pourquoi disons-nous cela ? Qu’en tirera le peuple ? Rien. Il ne va rien gagner avec le changement par les élections. C’est une question très claire dans l’histoire du pays. Dans le document « Développer la Guerre Populaire pour servir la Révolution Mondiale », nous avons montré, nous avons démontré et personne ne l’a démenti, nous avons démontré que le pourcentage de voix de la « Gauche Unie » est ce qui a empêché la majorité de s’exprimer contre les élections. Je crois que la démonstration est faite ; c’est pourquoi nous avons déclaré –et les faits le démontrent- que la tendance au Pérou est de ne rien attendre des élections ni d’un nouveau gouvernement ; la tendance est de refuser les élections. Où est le problème ? Comment le révisionnisme et l’opportunisme continuent à trafiquer avec les élections : voilà le problème, il vient de là. Alors le point-clé, quel serait-il ? Frapper et démasquer tout ce qu’implique un processus électoral, qui ne permet que la rénovation d’autorités de ce vieil ordre pourri ; il ne signifie rien de plus. Ils ne vont pas nous dire que cela permet de maintenir l’espace démocratique ; ce sont de vieilles histoires que personne ne va plus croire, ce sont les histoires que nous ont racontées ceux qui aujourd’hui forment le PUM, lors de l’Assemblée Constituante, en 80. Ils prétendaient alors qu’il y avait des espaces démocratiques, qu’il y avait une situation pré-révolutionnaire et que, avec la pratique parlementaire en tant que tribune, on passerait à une situation révolutionnaire, pour ensuite nous dire qu’il fallait se centrer sur la défense de l’ordre existant. Je crois que le principal pour le peuple, serait que la majorité exprime son rejet des élections, ne serait-ce qu’en votant blanc, même si ce n’est que cela. C’est important parce que, de cette manière, s’exprimera alors la volonté de la masse de notre peuple, l’immense majorité qui comprend déjà que, par cette voie électoraliste, il n’y pas de solution.

Je crois qu’ils ont voulu jouer avec les élections en annonçant la campagne électorale pour que le peuple centre son intérêt sur les élections. Mais nous observons que ce plan a échoué, et cela pour deux raisons : la première, ce sont les graves problèmes que le peuple connaît et la manière dont sa combativité augmente chaque jour, grâce à la Guerre Populaire ; et la deuxième, le fait que les propres contradictions ont transformé leurs institutions politiques en passoires : par exemple, la Gauche Unie est un ramassis de contradictions, le dit FREDEMO en est un autre et l’Apra est une pétaudière ; il en est vraiment ainsi. Et leur volonté de dévier l’attention du peuple a échoué ; et si les conditions sont celles d’une guerre populaire de grande perspective comme elles le sont réellement, tous les hommes révolutionnaires qui veulent que ce pays se transforme, doivent pousser le peuple à rejeter ce processus. C’est leur problème, pas le nôtre : à eux de voir comment ils changent leurs autorités. C’est ainsi que nous voyons les choses.

Quant à la possibilité d’un coup d’Etat dans le pays, elle est toujours latente. Mais nous pouvons voir qu’eux-mêmes prennent peur lorsque l’armée déclare ne voir aucune force politique capable d’affronter la guerre populaire. Si l’armée le déclare ainsi, cela veut dire que le coup peut avoir lieu à n’importe quel moment, mais il peut se présenter de différentes façons, c’est là une autre question. Il pourrait y avoir quelque chose de semblable à ce qui s’est passé en Uruguay avec Bordaberry, dans ce cas ce serait Garcia Pérez ; il pourrait provoquer lui-même un coup d’Etat, c’est une autre carte que Garcia Pérez a en réserve, parce qu’un coup d’Etat ferait de lui une victime et non pas un échec politique, comme c’est son cas. Et, comme il est jeune, d’ici peu de temps, il pourrait revenir en martyr et défenseur de la démocratie. C’est donc une carte supplémentaire du jeu de ce prestidigitateur démagogue. Et, si nous réfléchissons davantage, les forces armées devront développer une lutte contre-révolutionnaire toujours plus importante, qui leur donnera plus de pouvoir. Il en est ainsi et nous pensons que la contradiction évolue dans la perspective où nous devrons nous affronter : d’un côté, la révolution, le Parti Communiste du Pérou qui dirige la guerre populaire et, de l’autre, la réaction, les forces armées qui dirigent la guerre contre-révolutionnaire au Pérou.

El Diario : Monsieur le Président, accepteriez-vous de dialoguer avec Alan Garcia Pérez ?

 Président Gonzalo : Le dialogue, c’est une question très à la mode actuellement. Il fait aussi partie du jeu des superpuissances, particulièrement du social-impérialisme. Nous évaluons la situation de la manière suivante : il arrive un moment où des relations et des pourparlers diplomatiques s’établissent, ils sont une nécessité dans le développement d’une guerre populaire : nous nous rappelons par exemple la réunion du Président Mao avec Tchang Kaï-chek. C’est un phénomène connu, nous l’avons vu aussi dans le cas de Vietnam ; c’est une facette du développement d’une guerre révolutionnaire, plus encore d’une guerre populaire. Mais il faut partir du principe que, dans les réunions diplomatiques, on ne signe que ce qui a été ratifié sur le champ de bataille, parce que personne ne donne ce qu’il n’a pas perdu, évidemment cela se comprend. Alors, on pourrait se demander : ce moment est-il arrivé au Pérou ? Non, il n’est pas arrivé, alors pourquoi proposer ce dialogue ? Le dialogue ne cherche qu’à freiner, qu’à saper la guerre populaire ; c’est son but et il n’en a pas d’autre. Et j’insiste, le critère est que le moment des contacts et des pourparlers diplomatiques n’est pas arrivé, n’a pas raison d’être.

D’autre part, je crois que c’est une question démagogique, qu’ils agitent depuis l’époque où, à partir d’une proposition acceptée par un élément de la Gauche Unie, Belaunde, alors président, déclarait qu’il n’y avait pas d’interlocuteur valable ; rien que des mots, au fond ce n’était que démagogie bon marché, sans rime ni raison, et cela continue aujourd’hui. Et qui parlent de dialogue ? Les révisionnistes, les opportunistes et ceux qui fondent des espoirs sur l’Apra, sur cet ordre démocratico-bourgeois, sur cet ordre réactionnaire ; ce sont eux. Mais, en même temps, est-ce que ce ne sont pas les mêmes qui proposent la pacification, qui proposent notre destruction ? Ceux qui proposent une manière de mieux pacifier, c’est-à-dire de nous balayer, parce que ce sont leurs rêves sombres pour satisfaire leurs appétits ? Ce sont les mêmes ! Quelle coïncidence ! Donc, ce dialogue est une sinistre magouille. On pourrait en plus se demander comment ceux qui ont signé une amnistie avec Garcia Pérez, amnistie d’ailleurs jamais respectée, peuvent parler de dialogue.

Pour cette raison, selon moi, le papotage sur le dialogue -je le répète- n’a en fait qu’un but : chercher à saper la guerre populaire, car il ne correspond pas à la réalité. Lorsque le moment arrivera, la guerre populaire devra nécessairement développer des pourparlers diplomatiques ; mais notre diplomatie visera la conquête du Pouvoir dans tout le pays, pleinement et complètement. Nous ne voulons pas de Vietnam Nord et de Vietnam Sud, nous ne voulons pas de Pérou du Nord et de Pérou du Sud. Nous voulons un seul Pérou, c’est notre condition : la reddition pleine, totale et absolue. Y sont-ils disposés ? Non, ce qu’il planifient, c’est notre destruction. Aussi le dialogue n’est-il qu’une partie du plan lui-même, malgré tout son caquetage démagogique et philistin.

El Diario : Que pensez-vous de la Gauche Unie et de sa Ligne politique ? Quel avenir donnez-vous à ce front révisionniste ?Quant à l’A.N.P., Assemblée Nationale Populaire, quelle est la position du PCP ?

 Président Gonzalo : Je veux être très bref à ce sujet. D’abord, il faut se demander quelle est la ligne de la Gauche Unie en ce moment. Nous ne le savons pas. On sait d’après ses documents antérieurs qu’elle se veut « un front de masses à tendance socialiste » ; et elle s’est centrée, comme de bien entendu, sur le crétinisme parlementaire. Au fond, qu’expriment de telles positions ? Quelque chose de bien simple : le fait de croire qu’ils peuvent prendre le gouvernement et ensuite, comme ils le disent, le pouvoir ; qu’ils comprennent donc qu’on ne prend pas l’un sans l’autre ! De plus, c’est d’abord la prise du Pouvoir, puis le gouvernement se constitue. Cela vient du fait que le problème essentiel de l’État, c’est le système d’État, c’est-à-dire la dictature qui s’exerce, la classe qui l’exerce ; et ce qui en découle, c’est le système de gouvernement. Le reste n’est que divagations vulgaires, propres aux révisionnistes pourris ; si nous observons leurs propositions, ils ne sont pas pour la destruction de l’État réactionnaire mais pour un gouvernement qui leur permette de continuer à faire évoluer cet ordre caduque et pourri. C’est ce qu’ils cherchent en proclamant qu’avec ce gouvernement et des réformes, ils pourront aller vers le socialisme. Et c’est, tout simplement, du révisionnisme effréné, déjà condamné par Lénine.

D’un autre côté, il faudra voir leurs thèses politiques et leur congrès. En ce qui concerne leurs thèses politiques, ils vont les publier prochainement. Je pense que dans la Gauche Unie, qui est un front, ne l’oublions pas, ce qu’on observe, c’est la réédition du vieux frontisme électoraliste opportuniste que nous avons vu de nombreuses fois au Pérou. Ce front est la négation d’un Parti qui dirige ; et, sans un parti du prolétariat qui dirige, il n’y a pas de transformation, il n’y a pas de révolution. Et la révolution ne s’est jamais faite et ne se fera jamais à travers le parlement. Ils sont en train de parer de nouveaux atours, de vieilles questions déjà discutées dans les années 60. Comment je vois la Gauche Unie ? En résumé, comme un ramassis de contradictions, comme une collusion et une lutte. Qu’est-ce qui les rassemble ? La collusion, leurs appétits, le fait de suivre la voie du crétinisme parlementaire, la répétition de vieux échecs, ou le fait d’être utilisés par la réaction comme une carte, de jouer des rôles sinistres comme Ebert, le pervers et vil assassin de la révolution de 1919, en Allemagne. C’est, me semble-t-il, ce qui les unit. Qu’est-ce qui les divise ? Leurs disputes, leurs bases, leurs appétits, et le fait qu’ils aient plusieurs maîtres ; ils dépendent donc de l’analyse que leurs maîtres font de la situation, parce qu’il y a là des révisionnistes qui servent le P.C.U.S., d’autres qui servent Deng, et ils dépendent de ce que disent leurs maîtres ou les intermédiaires de ces maîtres ; et ce, sans compter les liens avec d’autres centres de pouvoir.

Là est la question. Ceux qui veulent réellement faire la révolution doivent réfléchir sur certaines questions. Ils ont l’obligation de penser que, s’ils sont réellement du côté de la révolution, ils doivent rompre avec ce frontisme électoraliste rampant et inutile qui est un obstacle. En assumant leur position de classe, selon la classe qu’ils défendent, ils doivent converger vers un front véritablement révolutionnaire. Qu’ils le fassent et convergent dans les faits ; il ne suffit pas d’accuser d’être sectaire, il faut prouver qu’on ne l’est pas ; et pour ce faire, il faut premièrement cesser d’être opportuniste, révisionniste ; et, pour d’autres, il faut cesser de vouloir nous emmener sur les voies sans issue du social-christianisme. S’ils veulent la révolution, qu’ils démontrent et donc qu’ils expriment par des faits, l’abandon de la voie erronée qu’ils suivent : celle d’être à la remorque du révisionnisme soviétique et chinois. C’est la première chose qu’ils doivent faire ; par ailleurs, je le répète, qu’ils ne viennent pas avec des positions conduisant à des voies social-chrétiennes. Il faut qu’ils comprennent réellement le marxisme-léninisme-maoïsme, principalement le maoïsme ; et, tant qu’ils ne le comprendront pas, ils n’avanceront pas. Qu’ils comprennent ce que veut dire faire une révolution au moyen d’une guerre populaire, qu’ils comprennent et ouvrent les yeux, parce que la vérité est écrasante, et ils ne peuvent nier ce que tout le monde voit, excepté eux. Leurs appétits ne peuvent être aussi importants, qu’ils assument clairement leurs limitations de classe et acceptent que ce soit le prolétariat qui dirige en tant que classe, à travers un Parti Communiste. Voilà ce qui nous intéresse principalement.

En ce qui concerne l’Assemblée Nationale Populaire. D’un côté, l’A.N.P. est une chose intéressante ; on dit que c’est un « germe de pouvoir ». Très bien, « germe de pouvoir », disent-ils ; je me demande s’ils veulent former des soviets ? Sont-ils en train de rééditer l’expérience bolivienne de Juan José Torres ? Un pouvoir peut-il se créer ainsi ? Dresser ce supposé « germe de pouvoir » signifie, purement et simplement, s’opposer au Nouveau Pouvoir que nous sommes en train de construire de façon réelle et concrète. D’un autre côté, on dit que cette A.N.P est un « front de masses ». Est-ce à dire qu’ils font concurrence à la Gauche Unie ? Il s’agit également d’un « front de masses » ; et, bien qu’ils définissent ce qu’ils sont, est-ce donc un « germe de pouvoir » ou un « front de masses » ? Que sont-ils concrètement, se posent-ils clairement la question de savoir comment se forge le pouvoir ? Et que voit-on ? Simplement que l’A.N.P. est manipulée par le révisionnisme. Des preuves à l’appui : ses arrêts de travail suivant la direction et les dates que fixe le révisionnisme à travers la C.G.T.P. ; ainsi donc, là aussi, c’est le révisionnisme qui est à la tête et les révolutionnaires ne peuvent pas suivre les révisionnistes ; ceux qui veulent réellement la révolution, je le répète, qu’ils le démontrent avec des faits ! Qu’ils comprennent d’abord qu’un processus de guerre populaire, authentiquement révolutionnaire, est en train d’avoir lieu ici, dans ce pays. Alors, tant qu’ils ne le comprendront pas, ils ne pourront pas jouer le rôle que de nombreuses personnes peuvent assumer. Ils ont simplement de bonnes intentions ; mais, contrairement à ce qu’ils croient, ils manquent totalement de clarté.

El Diario : Monsieur le Président, comment voyez-vous la situation de la lutte de classes des masses et les organisations existantes ?

Président Gonzalo : En ce qui concerne la lutte de classes des masses, je voudrais partir de ceci : notre peuple est héroïque ; notre classe, le prolétariat, l’est encore plus ; comme tout peuple et tout prolétariat, ils sont des combattants persévérants, opiniâtres, dans la lutte de classes. Ils n’ont jamais baissé les bras et ils ne les baisseront pas jusqu’à ce que nous parvenions au communisme. Je crois que la première chose que nous devons faire, c’est reconnaître cette grandeur de notre peuple, de notre prolétariat ; la deuxième, c’est reconnaître, remercier, voir clairement et dire fermement que, sans leur appui, sans leur soutien, nous n’aurions rien fait ! Absolument rien ! Car ce sont les masses qui font l’histoire. Nous y croyons avec ferveur, tout comme nous croyons au mot d’ordre « On a raison de se révolter » ; c’est un autre principe-clé des masses.

Comment voyons-nous les masses ? Avec la joie profonde de communistes, je salue cette mobilisation croissante et montante des masses qui est en train de rééditer d’anciennes gloires et d’écrire de nouvelles pages historiques. Les masses sont entrées et persévéreront dans un processus aigu de lutte de classes. Le pessimisme qui règne à la Gauche Unie, comme le reconnaît M. Moreno lui-même, dirigeant Patrie Rouge, ne pénétrera pas les masses puisque les masses ne sont pas pessimistes ; rappelons-nous ce que nous dit le Président Mao : seuls les révisionnistes et les opportunistes sont pessimistes ; nous, le prolétariat et les communistes, sommes toujours optimistes, car l’avenir nous appartient. C’est établi historiquement pendant que politiquement nous poursuivons notre chemin. Les masses ne tomberont pas dans le pessimisme, elles n’y sont d’ailleurs jamais tombées. C’est absurde, c’est les avilir. Les masses luttent mais, pour lutter, elles ont besoin d’une direction, d’un Parti car il n’y a pas de mouvement de masses qui puisse évoluer, se maintenir, et encore moins se développer, sans un parti qui les dirige.

Nous voyons avec une joie révolutionnaire comment les masses sont en train de combattre ; et comment, ainsi que leurs propres actions le démontrent, elles apprennent de celles déjà incorporées à la guerre populaire ; comment elles commencent à appliquer ce grand mot d’ordre : Combattre et Résister ! Il n’est plus temps de seulement recevoir, il faut être correct, il faut aussi rendre et rendre le double afin d’être doublement correct. Je crois que les masses sont en train de le faire en nous donnant réellement des exemples qui laissent entrevoir la perspective brillante qu’elles-mêmes verront ; car ce sont elles qui font la révolution, le Parti ne fait que les diriger. Je crois que c’est un principe que nous connaissons tous, mais il n’est pas inutile de le rappeler.

En ce qui concerne les organisations, il nous semble que nous devons, aujourd’hui plus que jamais, étudier sérieusement ce que Lénine enseigna dans son œuvre « La faillite de la IIème Internationale », chapitre VIII ; il nous dit que l’État des exploiteurs, l’État bourgeois, l’État réactionnaire, permet l’existence d’organisations, pour se maintenir, vendent la révolution pour un plat de lentilles. Je crois que cette affirmation leur va comme un gant. Mais il nous dit, en plus, que la révolution n’a rien à attendre de ces organisations ; la révolution doit créer ses propres organisations pour développer les temps de guerre, de révolution, comme ceux que nous sommes en train de vivre et vivrons davantage dans l’immédiat et dans l’avenir la révolution triomphera. En conséquence Lénine nous disait : il faut créer de nouvelles organisations pour servir la révolution, même si nous devons passer par la tête des vendeurs d’ouvriers et des traîtres à la révolution. Je crois que ce sont les paroles de Lénine ; elles méritent notre grand respect à tous et elles doivent nous faire réfléchir sérieusement et profondément ; autrement, nous ne servirons pas la classe, le peuple. Il faut signaler le besoin que nous avons de contribuer à ce que tous assument davantage la conscience de classe. Qu’elles vivent selon ce qu’elles sont, classe ouvrière ou peuple, avec des intérêts opposés, antagoniques à ceux des exploiteurs. Qu’elles réalisent clairement le pouvoir qu’elles ont quand elles arrêtent la production avec une grève ; qu’elles comprennent, réalisent et conduisent une grève comme une École de guerre, comme une École de communisme et qu’elles continuent à développer leurs grèves comme la forme principale de lutte dans le domaine économique, ce qu’elle est de fait. Mais dans les circonstances actuelles, il faut qu’elles soient indissolublement liées à la conquête du Pouvoir. Ainsi donc, unissons la lutte pour les revendications avec le combat, avec la guerre populaire pour la conquête du Pouvoir, car c’est la défense de leurs intérêts de classe, c’est la défense des intérêts du prolétariat, du peuple ; c’est ce dont nous avons besoin et nous croyons que nos masses avancent toujours plus.

Nous avons défini dans notre Parti, il y a quelque temps, ce que nous appelons la loi des masses, la loi de l’incorporation des masses, dans la guerre, dans la révolution, telle que nous la développons et comment elle fait corps avec la réalité ; les masses s’incorporent par vagues et par bonds toujours plus grands ; c’est la direction que nous suivons et qui nous permettra de concentrer le 90 % du peuple péruvien. Pourquoi faire ? Pour que les masses fassent triompher la révolution et culminer l’œuvre qu’elles ont entreprise, il y a 8 ans et qu’elles mènent en avant avec leur propre sang, parce que c’est d’elles, c’est de leur sein qu’est née la révolution ; ce sont elles, les masses, qui font l’histoire, j’insiste, le Parti ne fait que diriger ; voilà je crois ce qu’il en est.

El Diario : Monsieur le Président, dans quels secteurs politiques et sociaux le PCP cherche-t-il ses alliés ? Avez-vous une quelconque affinité avec quelque groupe politique du pays ? L’opportunisme vous accuse de sectarisme. Comment définissez-vous votre politique de front ? Quel est le poids du Parti à la campagne, sur le mouvement ouvrier, sur le peuple en général ?

Président Gonzalo : Si vous me permettez de partir en premier lieu de la façon dont nous voyons le front, nous avons déjà dit comment nous le menons en avant ; mais ce dont nous avons besoin, c’est de préciser ici comment nous concevons le front uni dont parlait le Président Mao. Disons au passage, que c’est lui qui a établi les lois du front, les six lois du front ; avant lui, il n’y avait pas de telles lois. En accord avec ces critères du marxisme-léninisme-maoïsme, notre problème est celui d’un front de classes, avec le prolétariat comme classe dirigeante, la paysannerie comme force principale, la petite bourgeoisie comme alliée à laquelle nous devons prêter attention, en particulier les intellectuels, car ils sont nécessaires à la révolution, comme l’enseigna également le Président Mao. Même la bourgeoisie nationale peut participer et participe à ce front dans des circonstances et des conditions déterminées. Voilà ce que nous entendons par front uni ; ce front a une base : l’alliance ouvrière-paysanne, celle qui se forge à la campagne, celle que nous sommes en train de forger, depuis déjà 8 ans aujourd’hui, les armes à la main. Pourquoi l’alliance ouvrière-paysanne est-elle nécessaire ? Parce qu’il n’y a pas d’hégémonie du prolétariat sans elle, tout cela exige un Parti Communiste qui dirige ce front : telle est notre position. Nous sommes absolument opposés à la théorie révisionniste, qu’ils appliquent en Amérique Centrale et qu’ils veulent diffuser dans d’autres endroits, affirmant que « tous sont révolutionnaires », que « tous sont marxistes », « qu’il n’y a pas besoin de Parti Communiste qui dirige » et « qu’il suffit de s’unir tous et de se baser sur un front pour conduire une révolution » ; c’est la négation du marxisme, la négation de Marx, la négation de Lénine, la négation du Président Mao ; il n’y a pas de marxiste qui ait mis de côté la direction du Parti ; autrement, comment se concrétise l’hégémonie du prolétariat ? Seulement au moyen du Parti Communiste en tant que tel, c’est-à-dire, un parti marxiste-léniniste-maoïste qui serve de façon conséquente et ferme les intérêts de la classe et défende ceux du peuple. C’est ainsi que nous le voyons et c’est ce que nous sommes en train de matérialiser et de développer. Pour nous, le problème de front a un rapport avec la thèse connue, qui dit que, le Parti étant toujours une sélection des meilleurs, étant la direction nécessaire, pas pour faire la révolution puisque ce sont les masses qui la font, apparaît alors la nécessité du front pour rassembler les 90 % de la population, l’immense majorité. C’est cela que nous cherchons, et c’est ce que nous sommes en train de réaliser.

A propos d’organisations, nous avons eu en diverses occasions, des relations avec des organisations et alors nous les avons traitées comme il se doit, d’égal à égal, et nous avons échangé des expériences. Dans certains cas, elles ont demandé que le Parti les aide politiquement, ce que nous avons fait. Plusieurs cas se sont présentés, mais il vaut mieux ne pas donner de noms pour l’instant.

A propos de si nous sommes sectaires ou non, excusez-nous de vous lire ce que dit le document « Développer la guerre populaire pour servir la révolution mondiale ». Ce sont les paroles de notre fondateur et nous les utilisons précisément parce que ceux qui se disent Mariatéguistes doivent l’être véritablement. Mais on ne peut pas être continuateur de Mariatégui sans être marxiste-léniniste-maoïste. Mariatégui disait : « Nous vivons une période de grande lutte idéologique. Les hommes qui représentent une force de rénovation ne peuvent, ni conjoncturellement, ni fortuitement, se concerter et ou se confondre avec ceux qui représentent une force conservatrice ou de régression. Un abîme historique les sépare. Ils parlent un langage différent et n’ont pas la même intuition de l’histoire ».

« Je pense qu’il faut réunir les semblables et non les contraires. Il faut assembler ceux que l’histoire veut assembler. Il faut que se solidarisent ceux que l’histoire veut solidaires. Ceci me semble la seule entente possible. La seule intelligence pourvue d’un sens historique précis et tangible ».

« Je suis révolutionnaire, mais je crois que les hommes de pensée claire et de position définie peuvent s’entendre et s’apprécier facilement, même s’ils se combattent. Le secteur politique avec lequel je ne m’entendrai jamais, est l’autre secteur, celui du réformisme médiocre, du socialisme domestique, de la démocratie pharisaïque ».

C’est à cela que nous nous référons. Nous ne sommes pas sectaires, aucune de nos actions ne le démontre, mais ce que personne ne peut exiger de nous c’est que nous allions au marais. Lénine nous enseigna : si certains décident et veulent aller au marais, ils ont le droit d’y aller, mais ils n’ont pas le droit de nous y entraîner avec eux. Lénine nous disait que nous devons suivre notre chemin en pente raide jusqu’au sommet, et dans d’autres textes, que nous devons affronter la mitraille de l’ennemi, mais nous continuerons d’avancer. Alors nous ne sommes pas sectaires, ni dogmatiques, nous sommes simplement des communistes et nous sommes attachés à ces sages paroles de Mariatégui. Nous demandons par contre à ceux qui se vantent de le suivre, de le suivre vraiment et de le prouver.

En ce qui concerne le poids du Parti à la campagne, ce que nous pouvons dire concrètement, c’est que la majorité de notre force militante est paysanne, l’immense majorité ; et notre limitation est le nombre insuffisant d’ouvriers. Nous avons là une limitation sérieuse mais nous faisons et nous ferons plus d’efforts pour la surmonter parce que nous avons besoin de communistes prolétaires, d’ouvriers. En effet, ils nous transmettent cette résistance, cette fermeté d’acier qui les caractérisent en tant que classe.

Nous savons, du reste, que dans le peuple en général, notre force et notre retentissement augmenten ; nous pouvons dire que l’Armée Populaire de Guérilla est formée des masses, des paysans, des ouvriers, des intellectuels, des petits-bourgeois, cela représente des milliers d’hommes. Nous avons des centaines de Comités Populaires organisés en Bases d’Appui et nous exerçons un Pouvoir sur des dizaines de milliers de personnes. Voilà notre réalité, l’influence du Parti est grandissante et notre retentissement sur les masses est chaque fois plus grand ; nous appliquons ce principe comme nous le dit le marxisme, d’éduquer le prolétariat, le peuple, les masses, avec des actions frappantes pour ancrer en eux les idées. Nous croyons que nous sommes en train de faire un grand bond dans notre croissance au sein des masses, voilà ce que nous pouvons dire. Nous souhaitons, et c’est notre tâche et une partie de notre plan, faire un grand bond dans le travail de masses. Les masses, dans le pays, ont besoin de la direction du Parti Communiste. Nous espérons, avec un peu plus de théorie et de pratique révolutionnaire, avec plus d’actions armées, plus de guerre populaire et plus de Pouvoir, atteindre le cœur-même de la classe et du peuple et le rallier réellement à nous. Pourquoi ? Pour le servir, c’est ce que nous voulons.

El Diario : Monsieur le Président, d’autres organisations ou ne se définissent pas, ou parlent vaguement de révolution socialiste pour le Pérou. Quelles sont les raisons qui permettent au P.C.P de définir les étapes de la révolution péruvienne ?Comment le P.C.P mènera la révolution socialiste et les Révolutions Culturelles Prolétariennes au triomphe et les forces contre-révolutionnaires à la déroute ? Les Révolutions Culturelles seront-elles similaires à celles que développa le Président Mao en Chine ?

Président Gonzalo : Un problème capital est de définir le caractère de la révolution. Pour nous, selon ce que le propre Congrès du Parti a établi, la révolution est démocratique. C’est en assumant le maoïsme que nous sommes parvenus à développer une compréhension un peu plus large de la situation de notre pays. Nous considérons que la société péruvienne est une société semi-féodale et semi-coloniale sur laquelle se développe un capitalisme bureaucratique et, en conséquence la révolution est démocratique. Nous considérons que cette révolution démocratique doit affronter trois montagnes : l’impérialisme principalement yankee, le capitalisme bureaucratique et la semi-féodalité. Cette révolution démocratique exige d’engager une guerre populaire c’est pour cela que nous sommes résolus dans cette guerre populaire qui nous permettra de détruire ces trois montagnes et de conquérir le Pouvoir dans tout le pays, dans une perspective à notre avis pas si lointaine. Mais finalement, ceci dépend de l’importance de l’effort que nous, tous les combattants, engagerons dans la guerre populaire, mais aussi de l’adhésion chaque fois plus grande que lui apporteront les masses. Nous considérons que cette révolution démocratique doit être suivie sans intermède d’une révolution socialiste. A ce sujet nous voudrions préciser ceci, assumant ce que le Président Mao nous enseigne avec une grande clairvoyance de ce qui pouvait surgir : il nous dit que la révolution démocratique se termine le jour même de la prise du Pouvoir dans tout le pays et de la fondation de la République Populaire. Ce même jour, à cette même heure, commence la révolution socialiste, dans laquelle nous devons développer une dictature du prolétariat et ainsi, mener en avant les transformations de base pour le développement du socialisme.

Nous considérons qu’il existe un troisième type de révolution. En étudiant le Président Mao Tsétoung, et les accords du P.C.C., nous sommes en train de comprendre chaque fois plus, l’importance de la grande révolution culturelle prolétarienne, comme continuation de la révolution sous la dictature du prolétariat, et son caractère indispensable. Sans elle la révolution ne peut pas poursuivre sa marche vers le communisme. Nous considérons qu’il y aura des révolution culturelles successives, mais nous pensons que cette révolution culturelle devra être spécifiée. Même si nous devons assumer la thèse du Président et la grandiose expérience du P.C.C., nous devons l’appliquer à notre propre réalité ; là encore, nous sommes anti-dogmatiques, nous ne pouvons être mécanicistes, nous serions contre le maoïsme. En tant que Parti Communiste, nous pensons que notre but est unique : le communisme, mais là, et excusez-moi si je répète, nous devrons y parvenir tous sur la Terre, au risque que personne n’y arrive. Nous sommes absolument opposés aux thèses révisionnistes de Khrouchtchev qui nous parlait de communisme en U.R.S.S pour l’année 1980. Le Président Mao Tsétoung réaffirma une fois de plus, que nous entrerions tous au communisme ou sinon personne n’y entrerait. C’est pour cela que notre révolution est étroitement liée à la révolution mondiale. C’est notre but final et définitif, le reste n’est qu’étapes, pas, moments. Nous pensons que la perspective pour parvenir au communisme est lointaine. La projection du président Mao Tsétoung nous semble exacte.

El Diario : On dit que le P.C.P., avec la conquête du Pouvoir dans tout le pays, confisquera tout type de propriété. Est-ce vrai ?Comment agira-t-il face à la dette extérieure ?

Président Gonzalo : Nous voyons déjà que le Programme du Parti éclaire ces questions. Une révolution démocratique comme celle que nous sommes en train de mener en avant, vise les trois montagnes déjà mentionnées. Cela veut dire que nous voulons rompre la domination de l’impérialisme principalement yankee, mais en même temps nous faisons tout pour ne jamais permettre au social-impérialisme, ni à aucune puissance impérialiste, d’exercer sa domination sur nous. Nous sommes pour la destruction de la semi-féodalité, en appliquant le grand mot d’ordre qui continue d’être d’actualité –cela veut la peine d’insister car tellement de choses se disent là-dessus- « la terre à celui qui la travaille  » ; le Président Mao réaffirme ce mot d’ordre, qui pour nous, entraîne la destruction de la propriété semi-féodale et la distribution de la terre à la paysannerie sous forme de propriété, distribution principalement à la paysannerie pauvre ; et nous, nous sommes pour la confiscation du capitalisme bureaucratique, et il faut le répéter encore, c’est très important, parce que cela donne au Nouveau Pouvoir la base économique pour diriger l’économie et nous mettre en marche vers le socialisme. Nous sommes contre ces trois montagnes. En ce qui concerne la bourgeoisie nationale ou moyenne, la question est de respecter ses droits : nous nous en tenons à cela, nous ne pouvons aller plus loin ; ce serait changer le caractère de la révolution. L’idée de « confisquer toute propriété » n’est rien de plus que fables et mensonges toujours proférés contre les communistes. Comme Marx nous l’enseigna magistralement, la réaction et les ennemis de la révolution ont toujours élaboré des idées fausses et des mensonges pour s’opposer au communisme. Si ce grand fondateur du marxisme dans le monde, souffrit toutes ces infamies, tous ces mensonges et tergiversations de ses sages propos, nous croyons que ce qui se dit contre notre parti, n’est que la continuation de vieille école réactionnaire et des ennemis de la révolution.

El Diario : Comment agira le Parti face à la dette extérieure ?

Président Gonzalo : La dette étant propriété impérialiste, elle sera confisquée. Je crois que nous pouvons ajouter que c’est la seule manière de balayer réellement ce poids immense qui écrase tant de pays et appauvrit des nations et des peuples. C’est seulement avec la révolution, il n’y a pas d’autre forme. Tout le reste, les moyens, les critères proposés ne sont que les désirs de tirer les marrons du feu à l’impérialisme et nous pensons de plus que cela correspond à l’expérience historique.

El Diario : Et le Parti Communiste, comment est-il en train de résoudre le problème de la terre ? Quels plans appliquent l’APRA et le PUM ?

Président Gonzalo : La question de la terre est fondamentale parce que réellement, c’est ce problème qui se résout avec la révolution démocratique, mis à part d’autres problèmes déjà connus. Nous appliquons la destruction des rapports semi-féodaux d’exploitation et la distribution de la terre aux paysans pauvres, principalement, puis aux paysans moyens, et s’il y a lieu aussi aux paysans riches, mais de la même façon, si c’est nécessaire, nous pouvons leur retirer pour faire face à un manque de terres. Même pour le cas des grands propriétaires fonciers, comme l’enseigna le Président, s’ils veulent travailler, qu’ils gagnent leur pain, comme on dit, à la sueur de leur front, qu’ils apprennent ce que signifie travailler la terre et ne pas vivre simplement de la rente. Nous suivons cette politique.

La politique du Parti s’est développée dans ce domaine ; une des réalisations importantes que nous ayons effectuées, a été d’impulser un mouvement d’invasion des terres de grande envergure, dans le département de La Libertad, où furent répartis plus de 300.000 ha, mobilisant 160.000 paysans ; en voyant l’ensemble des mobilisations que nous avons connues, c’est là où nous sommes parvenus à mobiliser la masse la plus nombreuse ; ce mouvement fut impulsé pour saper les plans de l’Apra ; nous l’avons appliqué aussi à Puno et c’est nous qui avons commencé les invasions de terres même à Puno, alors que le PUM discutait avec l’Apra le fait et la façon de le faire ; c’est la réalité, pure et simple ; puis le gouvernement s’est vu obligé d’adopter des dispositions pour Puno en particulier, dispositions qu’il n’a d’ailleurs pas appliquées. Dans ce cas comme dans d’autres de la Sierra, l’Apra visait le rédecoupage que proposait Morales Bermudez lors de sa présidence et la dispute avec le PUM tourna autour de comment le réaliser, si seul le gouvernement le réalisait ou si les organisations participaient.

Qu’ont cherché le gouvernement et le PUM ? Ils ont cherché à faire baisser la pression des eaux. Nous voyons une fois de plus la répétition de leur pratique de 1974, à l’époque de « l’Avant-Garde Révolutionnaire » avec les « prises de terre » d’Apurimac où des milliers de paysans furent mobilisés. Dans quel but ? Rester et négocier dans le cadre de la loi 17716, loi corporatiste du fascisme de Velasco, les actes de Toxama et Huancahuacho en sont la preuve. Quelqu’un doit en répondre, il serait bon de leur rafraîchir la mémoire ; servirent-ils ou non le régime ? Ils lui ont servi parce qu’ils s’appuyaient à ce moment là sur le critère que la loi 17716 était bonne, que son erreur était de n’être pas socialiste. C’est politiquement stupide, parce que la question de la terre est une revendication démocratique élémentaire, sinon il faudrait corriger le marxisme. C’est cela qu’ils ont réédité aujourd’hui, en collusion avec l’Apra. Il y a des choses qui se disent beaucoup, mais il serait bon, vu ce qu’ils sont, qu’ils se frappent la poitrine et fassent un acte de contrition, qu’ils regardent s’ils n’ont pas collaboré, y compris pratiqué la délation pour que nos forces soient frappés, qu’ils méditent tout cela ! Les faits l’ont prouvé, nous savons depuis les années 60, et grâce à une nouvelle étude que nous avons faite dans les années 70, que la simple obtention de la terre, non liée à une guerre populaire, à une lutte pour la conquête du Pouvoir, engendre simplement un accouplement au système ; elle devient un soutien de ce dernier, suit le même processus végétatif, semi-féodal, preuves à l’appui, Pomacocha et Ccaccamarca, dans le département d’Ayacucho ; ce sont des questions aux quelles nous devons réfléchir ; les expériences d’Apurímac en 1974, les « prises de terre » de l’Avant-Garde Révolutionnaire, à quoi servirent-elles ? Elles servirent à la mise en place d’un système corporatiste, en développant les formes associatives. N’était-ce pas ce que voulait Velasco ? En conséquence, il s’agit bien de s’accoupler au système, de faire évoluer la féodalité, quand la question est de la raser, de la détruire. C’est, jusqu’à ce jour, ce que ne comprend pas le PUM, ce qu’il ne comprendra pas ; il faudrait qu’il ait une autre idéologie, l’idéologie marxiste, pour comprendre comment conquérir et défendre la terre, les armes à la main. Voilà ce qu’il en est.

En outre, l’Apra suit d’autres plans ; en particulier, il faut prêter une grande attention à leurs plans concernant les terres en friche de la Côte, avec les derniers décrets et les « plans de développement » proposés à tous ceux qui sont capables d’investir, en vue de créer des produits d’exportation. Ceci conduit à une répartition falsifiée, à une bagarre pour les terres dans les départements de Lambayeque, de la Libertad, d’Ica et sur la Côte péruvienne en général. Avec leurs dernières dispositions, ils peuvent donner jusqu’à 450 hectares ; est-ce que ce seront les pauvres qui acquerront ces terres ? Avec quel argent pourraient-ils creuser des puits tubulaires, pour extraire l’eau, par exemple ? Impossible : ce sont de succulents plans dont le résultat était déjà clair, c’est la répartition falsifiée des terres. Que sont-ils donc en train de faire à la Libertad ? Au bénéfice de qui ? De l’Apra, de ses dirigeants et de ses associés, parmi les quels, monsieur le ministre Remigio Moralez Bermudez, partenaire de grandes entreprises monopolistes, joue un rôle de choix et économique. Cela ne bénéficie pas à la paysannerie et à la Côte aussi, la paysannerie a besoin de terres et les terres doivent leur appartenir. Nous avons vu dernièrement, dans le département de La Libertad, le scandale provoqué par la demande de concession de terres à cause d’irrigations futures.

D’autres problèmes. La répartition de terres dans la forêt amazonienne : 30 mille hectares. Qui pourra les gérer ? Dionisio Romero ou quelqu’un de semblable. Il ne pourra pas le contrôler, il les donnera encore moins à un paysan pauvre, mais la terre est à celui qui la travaille, principalement la paysannerie pauvre. D’un autre côté, l’Apra a nettement échoué dans ses plans contre-révolutionnaires pour le dit trapèze andin. Et nous lui disons ouvertement, comme d’autres le lui ont déjà signalé, que nous avons montré que la Sierra existait au Pérou. C’est à partir de cela que García Perez a redécouvert son trapèze andin pour faire sa propre vitrine mais ses sinistres plans ont échoué ; ils sont détruits et paralysés. Sinon, que dire du plan de Cachi à Ayacucho inauguré par celui qui se fait passer pour le président, allant en hélicoptère et à grand renfort de propagande, pour expliquer depuis les montagnes ce qu’il ne sait ni ne comprend ? Qu’en est-il du plan de Rasuwilca ? Nous l’avons détruit pour contre-subversion et parce que nous ne pouvons pas permettre que les terres ne soient pas données aux paysans qui en ont besoin, principalement les paysans pauvres.

Mais je crois que d’autres questions mériteraient d’être abordées : les rondes, les rondes paysannes ; qu’ont-ils fait de ces créations que les masses mirent sur pied pour se défendre ? Des organismes qui aujourd’hui sont sous le contrôle de l’État, des forces armées et des forces de police, voilà ce qu’il en est clairement et concrètement. Ce sont eux, ceux de la Gauche Unie, qui avec orgueil approuvèrent la fameuse loi et aujourd’hui trépignent contre le règlement de cette même loi. Mais le règlement n’est que le résultat de la loi. Si tu as approuvé la loi, supportes-en le règlement. Au fond, ce qu’ils ont fait, c’est simplement travailler pour ce que l’armée de terre, les forces armées exigeaient, une loi qui ratifie les groupements de masses contre-révolutionnaires ou les « comités de défense » qu’ils avaient montés. Ils disaient qu’il n’y avait pas de loi derrière laquelle ils puissent s’abriter. C’est donc bien cette loi celle qui s’appelle loi de rondes paysannes. Les forces de police les utilisent-elles ou non ? L’armée les utilise-t-elle ou non ? Le caciquisme les utilise-t-il ou non ? Voilà la réalité ; de tout cela, ils devraient répondre, ils devraient nous rendre compte ; sans entrer dans les détails de leurs statuts, sont-ils réellement marxistes ; Sont-ils élaborés du point de vue de la classe, du peuple ? Ne renferment-ils pas un incaïsme usé ? N’expriment-ils pas une position de personnalisme chrétien ? Ne travaillent-ils pas en liaison avec l’Église ? Alors, pourquoi publient-ils leurs documents ? Quand je parle de l’Église, je me réfère à la hiérarchie ecclésiastique. Ce serait bien, quand ils auront du temps, du temps libre, qu’ils lisent ces règlements, ils sont extrêmement significatifs.

Nous dénonçons aussi, le plan de l’Apra, dans le Haut Huallaga, qui sous prétexte de combattre le narco-trafic, autorise l’utilisation des insecticides meurtriers « spike »  dont les monopoles yankees eux-mêmes disent qu’ils sont comme de petites bombes atomiques.

El Diario : Monsieur le Président, quelles seront les caractéristiques principales de la République Populaire de Démocratie Nouvelle que vous et votre Parti proposez ?

Président Gonzalo : Les caractéristiques sont essentiellement celles d’une dictature conjointe ; j’insiste sur ce point, parce qu’au Pérou, il faut penser sérieusement à la question de l’État et l’analyser à partir du marxisme-léninisme-maoïsme ; sur le problème de l’État, la première question qui se pose à nous, c’est la question du système d’État, c’est-à-dire la dictature de classe qui s’exerce ; dans notre cas, c’est une dictature conjointe. Actuellement, elle s’exerce seulement à trois : le prolétariat, la paysannerie et les progressistes (la petite bourgeoisie) ; la bourgeoisie nationale n’y participe pas, mais nous respectons ses droits, oui. Le système de gouvernement qui découle de cela est un système basé sur des Assemblées Populaires. Comment le concrétisons-nous ? Par des Comités et le regroupement de ces Comités Populaires forme les Bases d’Appui ; l’ensemble des bases d’appui forme la République Populaire de Démocratie Nouvelle, voici ce que nous sommes en train de mettre en place et ce que nous développerons, jusqu’au terme de la révolution démocratique. Je voudrais insister sur le fait que le Parti a décidé de « Semer le Pouvoir » pour que le peuple commence à l’exercer, qu’il apprenne à conduire l’État, car une fois qu’il apprendra à conduire l’État, il apprendra que cet État ne peut être maintenu que par le pouvoir des armes. On le défend de la même manière qu’on le conquiert. « Semer le Pouvoir » nous amène à semer dans les esprits la nécessité du Nouveau Pouvoir, et qu’ils le voient dans les faits, C’est précisément ce que nous sommes en train de faire. Au niveau de la République Populaire de Démocratie Nouvelle s’accomplissent des fonctions générales de direction, de construction et de planification ; il me semble qu’on a suffisamment parlé de ce point, puisque d’autres précisions sont déjà expliqués dans les documents.

 

 

Source: https://www.pcmaoiste.org/actuinter/2610/

Publicités

Déclaration de la rédaction #2 – La reconstruction du parti

Il y a quelques semaines, le Parti communiste révolutionnaire (PCR) a célébré son douzième anniversaire. Cet événement est, à chaque année, l’occasion pour notre organisation de rassembler ses forces avant de les lancer à nouveau dans la lutte pour les prochains mois. Cette année, nous avons lancé le mot d’ordre de fracasser les plafonds du passé et de gravir les paliers historiques. Ce mot d’ordre est d’une importance capitale pour notre organisation : il fixe un objectif dont l’atteinte marquera la conclusion de la période d’activité intense, de réorganisation et de clarification politique dans laquelle le PCR s’est inévitablement engagé lorsqu’il a scissionné des opportunistes canadiensil y a deux ans.

En effet, depuis 2017, nous sommes engagés dans un processus que nous appelons la reconstructionde notre Parti. Nous parlons bien de reconstruction du PCR, car la scission avec les opportunistes canadiens a fait perdre au Parti des effectifs et du territoire. Sur bien des aspects, la scission que nous avons connue nous a forcé à faire un pas de côté Elle nous a obligés à accepter comme un fait objectif la lutte politique traversant désormais le mouvement maoïste canadien, lutte rendant possibles une multitude de transformations pouvant nous permettre de rebondir et de regagner le chemin perdu. Cette lutte politique a ouvert une voie qui autrement aurait été inaccessible. Aussi, le fait d’accepter de mener la lutte est venu avec l’obligation, à terme, de revenir plus forts que nous l’avons été dans le passé.

L’idée de reconstruction d’un parti communiste est liée à une conception véritable reposant sur des expériences concrètes et précieuses de l’histoire de notre mouvement. Récemment, ce terme a d’ailleurs pris une importance renouvelée dans le mouvement international. Cela est normal car le mot d’ordre de la reconstruction est inspirant : il représente l’objectif et l’espoir largement partagésde revoir un essaim de partis communistes bouleverser le monde comme nous l’avons vu au 20esiècle. Il s’agit d’une sorte de cri de ralliement convoquant tous ceux et toutes celles qui ont choisi de continuer la lutte malgré tous les dangers et tous les défis. Reconstruisons! Unissons-nous sous ce mot d’ordre en nous rappelant qu’il n’y a aucun obstacle infranchissable, peu importe l’état de destruction dans lequel le camp de la révolution peut momentanément se trouver! Rangeons-nous derrière cet appel pour traverser les périodes difficiles avec patience et assurance, qualités que seul le fait de lutter pour une cause juste peut conférer!

La reconstruction dans l’histoire : continuer ou abandonner la lutte lors des moments décisifs

La notion de reconstruction est un aspect de la théorie ayant des assises variées dans l’histoire du prolétariat révolutionnaire. L’expérience qui en a fourni les bases fondamentales est sans contredit celle de la lutte contre le révisionnisme moderne. Après la Seconde Guerre mondiale, de larges fractions des partis communistes, qui ont été mis sur pied dans la foulée de la Révolution bolchévique et de la création de l’Internationale communiste, dévient lentement de la voie révolutionnaire. La lutte contre cette déviation révisionniste ouvre une période complexe pendant laquelle ont lieu de nombreuses scissions et de nombreuses expulsions dans les différents partis. À ce moment, les communistes doivent faire le choix entre nier la lutte de lignes avec la droite de leur parti ou bien l’assumer et la mener à terme. Il n’est pas rare que ceux et celles qui font ce choix difficile sont largement minoritaires. Décider de mener le combat implique donc de perdre une quantité souvent considérable d’effectifs et de gains organisationnels pour préserver les forces révolutionnaires de la liquidation de la révolution. Il s’agit parfois d’une perte monumentale. Les révolutionnaires doivent alors reprendre l’initiative et rebâtir l’organisation. La période suivant ces moments de rupture est alors habituellement qualifiée de période de reconstruction ou encore de réorganisation.

Une des expériences les plus significatives – et dont nous nous inspirons grandement dans la reconstruction de notre propre parti – est le processus de reconstruction du Parti communiste au Pérou. Dans le cas des camarades péruviens, la rupture avec la direction révisionniste du parti a lieu en 1964 (le Parti a été fondé en 1927). Elle est suivie d’une longue période de reconstruction, de réorganisation, de transformation et de préparation politique. C’est cette période, avec la vitalité et la force politique qu’elle produit, qui amène le mouvement révolutionnaire péruvien jusqu’au déclenchement de la guerre populaire en 1980. Le fait de rompre avec le révisionnisme et de se reconstruire méthodiquement sur des bases révolutionnaires est ce qui permet au Parti communiste du Pérou d’être la seule organisation qui parvient, dans la période de reflux de la révolution mondiale à la fin des années 1970, à prendre l’initiative et à ouvrir par elle-même une nouvelle voie pour les exploités.

Ainsi, dans la conception que nous tirons de ces expériences, la reconstruction du parti implique une étape de difficultés et de défis. C’est une période dans laquelle on continue la lutte, malgré la perte de gains et d’effectifs, et qui permet un retour en force, avec la possibilité d’atteindre une conjoncture plus forte et plus importante qu’au départ si le combat est bien mené. La reconstruction est une sorte de conséquence des reflux, des difficultés, des échecs relatifs et des obstaclesrencontrés dans la lutte des classes. Pensons aux camarades qui essaient de réorganiser le camp de la révolution au Népal. Pensons aussi aux exemples historiques classiques où l’on n’a pas forcément employé le terme de reconstruction mais où c’est le même processus qui s’est opéré. Certains des moments politiques les plus forts dans l’histoire du mouvement communiste ont suivi les périodes les plus difficiles lors desquelles il a fallu rebâtir ce que l’on venait à peine de construire.

Par exemple, les Bolcheviks, après la grande montée révolutionnaire de 1905-1906 en Russie, doivent traverser une période de reflux très difficile alors que le mouvement de masse s’estompe et que s’abat sur eux la sanglante réaction stolypienne. Dans les années qui suivent, une lutte farouche se développe au sein de la direction des Bolcheviks. Lénine et ses partisans doivent entre autreslutter contre le groupe de Bogdanov et ses alliés qui rejette ouvertement le matérialisme dialectique au profit de conceptions idéalistes. Ils doivent aussi lutter contre la nouvelle position liquidatrice, dominante chez les Mencheviks, selon laquelle l’organisation en parti est devenue encombrante, dangereuse et inutile. Pour donner une idée des conséquences de cette lutte, il n’y a pas, dans les faits, de réunion de Comité central pendant presque deux ans au sein du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR). La Conférence de Prague en 1912, qui marque pour de bon la rupture avec les Mencheviks et les courants idéalistes, rassemble de peine et de misère des délégués des organisations locales (comités de ville) de Russie. Sans adopter le terme de reconstruction, cette conférence lance un vaste travail de reconstruction du parti (relance de ses capacités de base, remplacement de sa structure organisationnelle, développement de nouveaux rayons, redéploiementdes cellules, lancement d’un nouveau journal quotidien – la Pravda –, reprise en charge d’une action révolutionnaire parmi les masses coordonnée) pour épouser le mouvement de masse qui se développe et le nouveau flux révolutionnaire. Cependant, les Bolcheviks ne sont pas au bout de leurs peines puisque deux ans plus tard, soit en 1914, a lieu le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le parti est alors encore grandement affaibli sur le plan organisationnel (conscription de membres du parti, intensification de la répression, contexte général difficile, destruction presque complète de certains comités, arrestations préventives de dirigeants locaux, etc.) Cette période est aussi celle de l’isolement politique des Bolcheviks, alors que la quasi-totalité des partis et organisations social-démocrates se rangent du côté de leur bourgeoisie nationale. Il n’en reste pas moins que c’est le travail de reconstruction pendant toutes ces années d’adversité qui constitue la précieuse école qui permettra aux Bolcheviks d’affronter la tempête de février à octobre 1917 et les premières années du pouvoir des Soviets.

Un autre exemple important est celui du Parti communiste chinois (PCC), qui, alors qu’il est en plein essor, subit la trahison du Kuomintang (KMT) et de la bourgeoisie nationale en 1927. Les deux organisations se sont, jusque-là, alliées dans le premier front uni afin de libérer la Chine de son état de semi-colonie et d’unifier le pays à travers l’expédition du Nord et le combat contre les seigneurs de guerre. Après la mort de son fondateur Sun Yat-Sen, le KMT, sous la nouvelle direction de Tchang Kai-chek, attaque le PCC alors que ce-dernier n’y est pas du tout préparé. Les communistes subissent alors un véritable massacre. Les choix de la direction du PCC, qui décide de tenter des insurrections perdues d’avance dans les villes, empirent la situation. Les communistes sous la direction de Mao se redéploient au Kiang-si avec l’Armée rouge. C’est ce qui leur permet d’accumuler quelques années d’expérience concrète de guerre populaire et de construction de bases d’appui, jusqu’à la cinquième campagne d’encerclement et d’anéantissement menée par le KMT en 1934. La droite oblige alors le PCC à déroger de ses pratiques militaires habituelles, ce qui entraîne une défaite monumentale. Les communistes sont obligés de faire une manœuvre excentrique (La Longue Marche) et d’abandonner leur position dans le Kiang-si, avec tous les gains qu’ils y avaient faits (les premiers pas de la république soviétique, l’expérience de transformation sociale dans la paysannerie et l’agriculture, etc.) pour se réfugier au Yenan. À ce moment, ils viennent de perdre plus de 60% de leurs forces. C’est ensuite à travers le Front uni antijaponais que les communisteslancent un habile et audacieux travail de reconstruction. Grâce à ce travail, ils parviennent à remonter la pente pour lancer ce qui deviendra le plus grand assaut que la bourgeoisie et les classes sociales exploiteuses ont eu à encaisser dans l’histoire.

Ce qu’il y a de commun dans ces deux exemples, c’est que face à des défis incroyables, les communistes ont eu le choix d’abandonner ou de continuer une expérience. Ce qui était en jeu, c’était la continuité ou la fin d’une expérience révolutionnaire. C’est cet enjeu qui constitue l’essence de la reconstruction. Des exemples comme ceux-là, il y en a partout dans l’histoire. Par exemple, l’unification des socialistes autour de la consolidation politique du marxisme après la défaite des révolutions de 1848-1850 en Europe, l’expérience combattante héroïque du KPD en Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale après la destruction presque complète du parti par les nazis, ou encore le déclenchement de la Révolution culturelle en Chine alors que la droite du PCC tente d’arrêter la progression de l’expérience socialiste et d’isoler la gauche révolutionnaire. À chacun de ces moments, les révolutionnaires ont choisi de continuer la lutte. À une plus grande échelle, c’est le même type de processus qui s’opère après la mort de Mao et la restauration du capitalisme en Chine. Un rassemblement de petits groupes ML entame alors un travail de reconstruction du mouvement communiste international. Ces petits groupes s’unifient en adoptant le maoïsme, ouvrant un nouveau cycle de combats et d’affrontements.

L’essence de la reconstruction du parti : préserver le fil conducteur de l’expérience révolutionnaire

Pour bien comprendre l’enjeu de la reconstruction (continuer ou arrêter l’expérience révolutionnaire), il faut regarder dans l’histoire et se pencher sur les conséquences découlant du fait de s’arrêter, ne serait-ce que momentanément. L’un des exemples les plus proches du PCR est celui de la fin du mouvement ML au Québec. N’ayant pas de conception stratégique ferme et refusant d’initier une tentative de montée vers le pouvoir pendant une période de reflux de la révolution mondiale, les ML ont accepté de liquider leurs organisations. Lorsque les organisations communistes (En lutte, PCO) se sont dissoutes, il aurait été possible pour un groupe de se réorganiser. Il aurait certes fallu traverser une certaine période (1 ans, 2 ans, 3 ans, etc.) comportantun grand nombre de défis et sans garantie de succès, mais en jouant bien ses cartes, il aurait étépossible pour ce groupe de préserver une grande partie des gains politiques accumulés. Le début du travail politique d’Action socialiste (l’ancêtre politique du PCR), remonte à l’année 1986. La fin des organisations ML a lieu en 1982-1983. 1986, ce n’est quand même que 3-4 ans plus tard, mais pourtant, il y a un fossé entre les deux. Lorsque l’expérience s’arrête complètement, il n’est plus possible de revenir aussi facilement où on était.

D’ailleurs, ce qui fait la force dirigeante des avant-gardes, c’est la persistance de leur action et de leur expérience révolutionnaire et la transmission de cette expérience. Dans notre cas, il est possible d’imaginer un monde dans lequel les camarades plus jeunes de notre Parti auraient été coupés de l’expérience accumulée par les camarades plus âgés pendant la période d’Action socialiste et pendant celle de la mise sur pied du PCR : ils formeraient alors un simple comité ou encore des cercles épars sur le territoire! Ce serait une réalité politique complètement différente. Ce qui fait que nous sommes encore ce que nous sommes (un parti communiste en reconstruction), dans une période d’adversité, c’est que nous avons continué l’expérience révolutionnaire et en avons préservé le fil conducteur. C’est avec ce fil conducteur que se construit le mouvement révolutionnaire et c’est lui qui permet de ne pas revenir sans arrêt à la case départ.

La reconstruction doit d’abord servir à préserver ce fil conducteur. Il ne s’agit pas de tout recommencer à zéro, mais au contraire de préserver les gains politiques d’un parti et d’une expérience même s’ils ont été diminués quantitativement. Cette perte quantitative est d’ailleurs inévitable dans bien des situations. Dans le cas d’une scission, l’amputation d’une partie de l’organisation est plus souvent qu’autrement le seul moyen de préserver les forces révolutionnaires accumulées. Le pari que font alors les communistes est le suivant : s’ils réussissent l’opération, en misant sur la marge de manœuvre et la force politique qu’ils ont gagnées en rompant avec l’opportunisme, il est possible pour eux de revenir encore plus forts qu’au moment précédent la scission. À chaque fois que les révolutionnaires se butent à de grands obstacles et choisissent malgré tout de poursuivre la lutte, le même phénomène se produit et cela est historiquement démontré. Au début, il y a une période d’adversité à affronter et à la fin, on se retrouve avec un potentiel politiqueincroyable car on est parvenu à préserver et à propulser encore plus loin les éléments fondamentaux d’une expérience. On n’a qu’à se pencher sur l’exemple des Bolcheviks et sur celui des communistes chinois pour s’en convaincre : l’histoire parle d’elle-même.

Dans le cas de notre Parti, le PCR, nous avons scissionné avec les opportunistes canadiens pour préserver le fil conducteur de notre expérience révolutionnaire. C’est ce même genre de fil conducteur qui a été préservé par la conférence de Prague des Bolcheviks et par la Longue marche des communistes chinois. C’est également pour se saisir à nouveau de ce fil conducteur que les révolutionnaires péruviens ont lutté avec acharnement pour revenir au sentier lumineux de Mariategui, le fondateur de leur parti. Il s’agissait à chaque fois d’une question de vie ou de mort. Reconstruire le parti au Canada, c’est avant tout préserver le fil conducteur de l’expérience de ceux et celles qui ont refusé l’attentisme de la période de reflux de la révolution mondiale. Aujourd’hui, dans bien des endroits, c’est ce fil qui a été brisé. C’est ce qui rend si difficile le travail révolutionnaire. Reconstruire, pour beaucoup de camarades, c’est reconstruire des partis qui sont tombés il y a longtemps. Partout, il s’agit d’une lutte pour remplacer les chaînons historiques manquants : rebâtir le parti historique du pays et assimiler le fil conducteur de l’expérience internationale (le maoïsme). Dans le cas du Canada, il s’agissait de revenir aux conceptions fondamentales du parti (la Guerre populaire prolongée, le Parti communiste complet, la centralité ouvrière, les quatre formes objectives d’action révolutionnaire, l’initiative de l’avant-garde) et de laisser parler les actions découlant de l’application de ces conceptions.

Finalement, si nous parlons de la reconstruction du parti pour préserver ce fil conducteur, c’est parce que c’est le parti qui est le cadre de l’expérience révolutionnaire. C’est lui qui permet qu’il y ait suffisamment de continuité dans le temps et dans l’espace pour que l’on puisse parler de la même expérience. Même si plusieurs années s’écoulent ou si des centaines de kilomètres séparent lesdifférents combats, le parti permet de préserver l’expérience et de la transmettre. C’est ce qui s’est produit en Russie : dans ce cas, le fil conducteur reliant le moment de la prise du pouvoir à l’époque antérieure où les militants commençaient à apprendre l’ABC de l’agitation politique a été préservépar le Parti bolchévik. En assurant la continuité et la persistance de l’expérience, les bolchéviks ont réussi à faire progresser le mouvement révolutionnaire de la naissance des premiers cercles social-démocrates jusqu’à la fondation de la république soviétique!

L’objectif de la reconstruction : fracasser les plafonds du passé et gravir les paliers historiques

Vers quoi doit mener la reconstruction? Dans notre cas, nous considérons qu’elle doit amener notre Parti à devenir un véritable parti de révolutionnaires professionnels. Cette expression, il ne faut surtout pas la prendre à la légère. Son emploi exige au contraire que l’on en assume toutes les implications pratiques. L’objectif de la professionnalisation n’en est pas simplement un parmi d’autres, fixé sans grande réflexion. Il s’agit d’un objectif décisif pour les avant-gardes contemporaines. La conscience de la nécessité, plus grande que jamais, de réussir cette opération (la professionnalisation) est un précieux enseignement de la lutte des dernières années au Canada. Les chaînons historiques manquants, ici comme ailleurs, font en sorte que cet objectif est plus important encore que par le passé. C’est donc dans la lutte politique pour réaliser cet objectif que s’est engagé notre Parti.

Bien que nous venons de souligner à grands traits l’importance de se baser sur l’expérience historique du mouvement communiste, la conception que nous défendons est un enseignement de la pratique récente, plus encore qu’un enseignement du passé. En effet, la pratique révolutionnaire actuelle ne fait que confirmer avec plus de netteté tout ce que les victoires et les défaites du passé nous ont appris sur le centralisme, sur la discipline et sur la nécessité d’un parti de révolutionnairesprofessionnels. L’objectif de la professionnalisation est ce qu’exige la pratique actuelle, commune, des différentes avant-gardes révolutionnaires et de celles des pays impérialistes en particulier. La raison en est que depuis les années 1970, au sein des pays impérialistes, s’est développé un palier historique que les révolutionnaires ont du mal à gravir, un plafond objectif à abattre sous peine de ne plus jamais parvenir à relancer des tentatives de montée vers le pouvoir. Les communistes doivent prendre conscience du défi concret consistant à franchir ce palier et leurs réflexions doivent servir à surmonter cette difficulté. Cette prise de conscience est d’autant plus nécessaire que c’est cette difficulté à laquelle se butent toutes les vagues révolutionnaires récentes qui produit et encourage les conceptions opportunistes proposant des détours stratégiques liquidateurs, comme celles que nous avant rencontrées au Canada.

D’ailleurs, c’est pour faire face à ce grand défi que les différentes organisations s’influencent, s’émulent et espèrent voir un parti frère avancer. Une fois le plafond brisé, tous devront s’engouffrer dans la brèche qui viendra d’être ouverte. Chaque organisation devra, à sa façon, trouver le moyen de développer, dans le combat, la force politique et l’expérience nécessaires pour se transformer en une authentique organisation de révolutionnaires professionnels, à la hauteur des tâches qui sont devant elle. Face à la difficulté de notre époque et à l’état de faiblesse relative du mouvement communiste, nous n’avons surtout pas besoin de davantage de laisser-aller et de mollesse; nous avons au contraire besoin du plus haut niveau politique et organisationnel. La lutte politique pour la professionnalisation, c’est la lutte contre tous les courants opportunistes, contre toute la confusion et contre toutes les conceptions erronées qui engendrent et renforcent le relâchement, l’indiscipline et l’absence de méthode. Cette lutte politique ne fait que commencer!

Vive la reconstruction du Parti communiste révolutionnaire!

Luttons partout pour continuer, préserver et renforcer l’expérience révolutionnaire!

Le marxisme-léninisme-maoïsme et la guerre populaire prolongée sont le fil conducteur de notre mouvement!

Fracassons les plafonds du passés et gravissons les paliers historiques!

Les défis de l’époque exigent des révolutionnaires professionnels!

Source:

https://www.iskra-pcr-rcp.ca/2019/03/26/declaration-de-la-redaction-2-la-reconstruction-du-parti/

La guerre populaire dans les pays impérialistes

Par le 

Parti Communiste Maoïste de France (PCmF)  

Plusieurs éléments ont composé le cocktail idéologique explosif qui allait déclencher le mouvement de 1968 : le début de la révolution sexuelle qui s’est opposée à la séparation des filles et garçons dans deux résidences séparées à Nanterre d’où la lutte est partie, la contestation de la société de consommation (Marcuse), le situationnisme (le livre  d’Hockeingeim – misère en milieu étudiant), la guerre au Vietnam (comités Vietnam de base), le mouvement d’opposition à Berkeley, Rudy Dutschke en Allemagne et le mouvement anti-impérialiste, la lutte contre le révisionnisme moderne khrouchtchévien, la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne en Chine, le mouvement maoïste, la tricontinentale, etc.. Sur le plan économique, de grandes grèves comme celle de la Rhodiaceta avaient jalonné l’année 67. Les évènements du Quartier Latin après la fermeture de Nanterre, allaient provoquer la nuit des barricades le 10 Mai 1968. Le 13 Mai à l’appel des syndicats contre la répression du mouvement étudiant, une manifestation rassemblait 1 million de manifestants à Paris. Jour après jour, des usines étaient occupées par les grévistes. Au bout d’une dizaine de jours, 10 millions de travailleurs étaient en grève, des paysans apportaient leur soutien, les commerçants recevaient des bons d’achat émis par les syndicats à Nantes.

   Bref la situation était quasi insurrectionnelle, mais le PCF ne pouvait que se comporter comme un parti légaliste, réformiste et révisionniste et développer sa thèse d’Union de la Gauche pour la conquête du pouvoir pacifique par la voie parlementaire. Certes la bourgeoisie a été contrainte de faire d’importantes concessions, entre autre le droit des immigrés à être syndiqués et élus, de fortes augmentations de salaires, etc. De Gaulle avait eu le temps de se ressaisir et la bourgeoisie désemparée, revigorée défilait sur les Champs-Elysées (1 million de personnes). La gauche était battue aux élections, une chambre gaulliste était élue.

   Mais le mouvement allait se poursuivre encore plusieurs années. Les trotskystes avançaient la thèse du reflux, alors que les maoïstes de la Gauche Prolétarienne, qui s’était formée en Août par la fusion d’une partie du mouvement du 22 mars et d’une partie de l’UJCML, refusait la théorie du reflux et posait le problème de la guerre populaire prolongée. Un plan d’implantation était élaboré vers les usines : la lutte contre l’exploitation, l’oppression et la conciliation réformiste et révisionniste était engagée. A Renault, c’était l’affrontement entre le comité de lutte et la direction CGT. De nombreuses victoires étaient obtenues par le comité de lutte, des actions contre les mouchards étaient organisées (GOAF, groupes ouvriers anti-flics), la rotation sur les chaînes étaient mises en place (division peinture notamment). Finalement la GP était interdite, les directeurs de la Cause du Peuple arrêtés et les vendeurs de la Cause du Peuple (maoïstes ou militants solidaires d’autres organisations) étaient jetés en prison. Ce qui n’empêchait pas le mouvement de se développer, bien au contraire. L’Union Nationale des Comités de Lutte d’Ateliers (UNCLA) était créée, mais aussi les Comités Vérité et Justice ainsi que le Secours Rouge. Ces organisations regroupaient des militants de diverses organisations. La GP était très activiste.

   La transformation de la GP en Parti était annoncée mais ne vit jamais le jour. La ligne empruntait divers aspects du maoïsme « on a raison de se révolter », lutte intransigeante contre le patron, lutte en dehors des cadres réformistes et révisionnistes, création d’une branche semi-armée, la NRP (Nouvelle Résistance Populaire), dans l’idée de détachements de nouveaux partisans. Mais la théorie de la construction du Parti par le bas persistait, alors que la GP avait été créée, elle, par le haut. L’UNCLA défendait une ligne économiste (la défense du beefsteak, le rejet du politique). La course derrière les Lip qui faisaient la révolution sans le savoir comme le prétendait le chef de la GP, Pierre Victor (Béni-Lévi), amena la direction à déclarer caduques les thèses marxistes-léninistes et à dissoudre la GP.

   Le mouvement autonome sur une ligne encore plus anarchisante va tenter d’appliquer la thèse des maisons pour tous qui était la thèse de la dissolution dans les masses proposée par la direction de la GP. Les NAPAP vont former un noyau armé, qui exécutera Tramoni, assassin de Pierre Overney. Va leur succéder le groupe Action Directe, qui va multiplier les actions armées et attentats contre des cibles impérialistes et capitalistes.

   La GP a été le seul mouvement se réclamant du maoïsme qui a eu une pratique importante dans les masses, ce qui fait sa différence avec Action Directe qui n’a eu pratiquement aucune influence politique et organisationnelle dans la classe ouvrière. La GP a pratiqué l’action symbolique semi-armée et avait comme objectif de mener la lutte armée, la guerre prolongée contre la bourgeoisie, mais n’a pas franchit le pas.

   Les manques de ces deux organisations (GP et AD) ne sauraient faire oublier les aspects positifs de l’une et l’autre, pas plus que le révisionnisme ouvert du PCF depuis les années soixante ne saurait faire oublier, la juste création de la section française de la IIIème Internationale, les luttes menées, et particulièrement la période de la Résistance. Ces expériences, ces luttes, font partie de notre patrimoine idéologique, politique et organisationnel comme la Commune de Paris et sur le plan international, la Révolution d’Octobre, la Révolution Chinoise, et les guerres populaires menées aujourd’hui au Pérou, au Népal, en Inde, en Turquie, aux Philippines,…

   En 1981, la gauche arrive au pouvoir, sociaux-démocrates en tête, alliés au PCF. Mitterrand a défini son objectif : réduire l’influence du PCF, lui faire perdre son électorat qui se réduira comme une peau de chagrin. Les ministres « communistes » vont  gérer le capitalisme. On connaît la suite. Les partis de gauche dont le P« c »F vont perdre les élections présidentielles en 2002, non pas parce qu’ils étaient divisés au 1er tour, mais parce que les promesses électorales n’avaient pas été tenues, que le chômage avait considérablement augmenté, etc.

   Devant la montée du Front national et bien que l’extrême droite ne totalisa que 6 millions de voix contre 10 pour la droite, ils ont appelé à voter Chirac qui a été élu à 82% des voix sur 70% de votants. Bien qu’élu grâce aux voix de la gauche et de l’extrême gauche,Chirac a accéléré la restructuration capitaliste prenant des mesures en conséquence : attaque contre les retraites, augmentation de la CSG, diminution des remboursements de santé avec l’aval de la CFDT, mise en place d’un nouveau contrat social (loi Borloo) et ses maisons de l’emploi.

   Lors du référendum sur la Constitution Européenne en 2005, malgré l’appui de la majorité du PS et de la CFDT qui appelaient à voter OUI, malgré la bienveillante « neutralité » « syndicale » que tenta de faire passer la direction CGT (position renversée par le CCN (Comité Confédéral National) qui fit adopter le NON), le mouvement ouvrier et populaire a voté massivement pour le NON. C’était la 1ère victoire du prolétariat et du mouvement populaire.

   Malgré cela, comme nous l’avions prévu et écrit dans notre presse, la bourgeoisie et le gouvernement de droite ont poursuivi leur offensive et Sarkozy a même fait passer la constitution européenne. De nouvelles mesures étaient prises soi-disant pour enrayer le chômage. Des nouveaux contrats ont succédés aux précédents. Le premier le CNE (Contrat Nouvelle Embauche) était avalisé par la CFDT. Il concernait les jeunes de moins de 26 ans embauchés dans les entreprises de moins de 20 salariés, lesquelles pouvaient s’en séparer sans préavis. La CGT et FO, bien qu’ils n’aient pas signé ce contrat, étaient impuissantes à s’y opposer. Il y avait eu pourtant d’importants mouvements, comme celui de l’Education Nationale, contre les Retraites etc. Au lieu d’appeler au blocage de l’économie capitaliste, en appelant à la « grève générale », ils appelaient dans la légalité avec préavis à des journées d’actions, secteur après secteur, empêchant ainsi tout mouvement généralisé. Les travailleurs perdaient des journées de salaires sans rien obtenir ou presque. Le découragement, l’amertume gagnait du terrain. Les partis de gauche n’avaient aucune perspective à offrir, si ce n’est que d’attendre 2007, pour mettre à la tête de l’Etat capitaliste un gouvernement de gauche en place de celui de droite. C’est cequ’on appelle l’alternance, que nous avons déjà vue à l’œuvre.  

   La misère, le chômage des jeunes considérable (40%) dans les quartiers populaires s’accompagne d’une répression de plus en plus forte. En novembre 2005, la mort de 2 jeunes électrocutés et un autre grièvement brûlé à Clichy sous Bois, suite à une poursuite de police sans fondement ont provoqué la révolte des banlieues. Cette révolte a soulevé la chape de plomb qui écrasait le prolétariat.

   Les partis ont dû se positionner par rapport à cette révolte. La majorité a mis l’accent sur les « excès » des révoltés, appelé au calme car ils sont sur le fond contre la violence utilisée par les masses pour s’opposer à l’oppression, à la répression. Lors de la révolte des banlieues, la bourgeoisie a arrêté plus de 3000 jeunes dont 600 ont été condamnés à des peines allant d’1 mois avec sursis à 8 mois ferme.  

   Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine, cela a été de nouveau démontré. Cette révolte a été suivie par celle de la jeunesse étudiante, lycéenne qui s’est soulevée contre le CPE au printemps 2006. L’occupation de la Sorbonne a conduit l’Etat à envoyer les CRS et gardes mobiles pour déloger les occupants. Le quartier était toujours bloqué un mois après. Cela n’a pas arrêté la détermination des étudiants et des lycéens. Le mouvement qui était parti de la fac de Rennes II, s’était étendu à Toulouse et Nanterre, puis a atteint 70 universités ; plus de 700 lycées furent bloqués. La jeunesse dans toute la France était dans la rue. 70% de la population s’est déclarée contre le CPE, car chacun se sentaitconcerné non seulement pour l’avenir de ses enfants, mais aussi par la démolition systématique du Code du Travail, la suppression de tous les acquis obtenus par la lutte sans interruption du prolétariat. Les manifestations s’amplifièrent de jour en jour pour atteindre 3 millions de personnes dans la rue le 28 mars. La provocation de Chirac à la télé en remettra autant dans la rue le 4 Avril.

   Pouvons nous dire que la révolte des banlieues, le mouvement contre le CPE soient des éléments de la guerre populaire, font partis du processus qui y conduit ? Oui, ce sont les prémisses de la guerre populaire ! Les jeunes des banlieues ont osé se révolter sans organisation, car les organisations ont abandonné un véritable travail politique révolutionnaire dans ces quartiers pour la simple raison qu’ils sont opposés à la rage qui se transforme en violence. Elles appellent au renforcement de la police, de la justice, demandent plus de moyens pour neutraliser cette colère, cette rage, pour pacifier la jeunesse désespérée. Ceci explique pourquoi les pacifistes, les conciliateurs sont rejetés par les jeunes des banlieues. Ils mettent l’accent sur les « excès », pas sur la révolte qui à leurs yeux n’est pas assez politique, alors que la révolte est dirigée contre tous les vrais excès de la bourgeoisie. La violence en est encore à une phase inférieure : il n’y a d’armes que du côté des forces de police. Elle revêt aussi un caractère symbolique et est reprise durant le CPE par des masses de plus en importante. Une partie des « casseurs » prend conscience au contact des radicaux du mouvement étudiant et lycéen et utilise la violence en ciblant mieux.

   Le mouvement lui-même emploie une violence limitée. C’est une violence défensivecontre l’appareil d’État. La direction du mouvement contre le CPE a échappée en partie aux forces organisées, qui y exercent néanmoins leur influence par syndicats interposés. Ils sont obligés de suivre car ils y ont intérêt. L’exemple le plus visible est celui de la CFDT, qui redore son blason en prenant la tête du soutien. Elle fait ainsi oublier sa prise de position pour le CNE. Le CPE a aidé la direction de la CGT dans sa préparation du 49èmeCongrès car il y a une forte opposition à son orientation conciliatrice, accompagnatrice de la restructuration. Aujourd’hui la direction CGT adhère à une « nouvelle » internationale syndicale, dont le programme est la gouvernance du monde en collaboration avec les instances internationales ONU, FMI, OMC… Le mouvement lui-même est traversé par la lutte idéologique, sur le problème de la violence, sur le problème d’attaquer le système lui-même et pas seulement le gouvernement en place.

   Le gouvernement a reculé d’un demi-pas sur le CPE et a abandonné ce projet en proposant des cadeaux supplémentaires pour les patrons qui, paraîtrait-il, les inciterait à embaucher. On a déjà entendu cette chansonnette, sous la gauche ou sous la droite, mais la jeunesse et les travailleurs qui les ont soutenus ont pris conscience de leur force. La jeunesse a secoué les vieux appareils réformistes et révisionnistes et les a contraints à remettre en cause le CNE, auquel certains avaient souscrit comme la CFDT. D’autres avaient refusé de déclencher le blocage du système économique comme moyen de lutte, blocage qu’il ne faut pas confondre avec la grève générale insurrectionnelle, aboutissement de la guerre populaire prolongée.

   Depuis le CPE, il n’y a pas eu de mouvement d’ensemble aussi massif et étendu dans la durée. Cependant, il y a eu des luttes dures qui prennent des formes nouvelles, qui marquent un certain virage. Ainsi, il est à noter les luttes dans les facultés contre la LRU puis contre l’application de la LRU (où les profs se sont solidarisé des étudiants). Ces deux luttes ont été caractérisées par de longs mois de blocage des universités ainsi que des tentatives de mettre en place des « facs libres », « universités populaires », bref des tentatives de renverser les schémas culturels des cours magistraux, des profs que l’on ne remet pas en question, des tentatives de reprendre ses affaires en main et d’ouvrir les universités vers l’extérieur. De même, dans certaines villes, des commissions externes se sont mises en place pour faire le lien avec les autres secteurs de la société et notamment la classe ouvrière.

   De même, la crise générale du capitalisme, crise de surproduction, a mené à la réorganisation du Capital qui se traduit par une augmentation de la concentration de capitaux et au redéploiement du Capital pour garantir à la classe capitaliste-impérialiste un meilleur taux de plus value. Cela s’est manifesté par de nombreux licenciements, des fermetures d’usines et d’entreprises. C’est ainsi que les travailleurs de ces usines et entreprises ont mis en pratique des formes radicales de lutte (séquestrations de cadres, occupations de lieux de travail et d’institutions de l’Etat, menaces de destruction des outils de travail, etc.). Dans le cadre de ces luttes, les travailleurs se sont opposés aux directions syndicales collaboratrices, véritables partenaires sociaux dociles des représentants du Capital (le gouvernement), et ont réalisé l’unité à la base dans des comités de lutte regroupant syndiqués et non-syndiqués. Certes ces luttes ont des limites et elles ne se sont pas généralisées mais les premiers pas ont été franchis vers l’autonomie de la classe ouvrière vis-à-vis des organes réformistes (syndicats et organisations politiques).

   La guerre populaire prolongée a commencé par la révolte des banlieues, elle s’est poursuivie par la lutte de la jeunesse contre le CPE, qui n’est qu’un pas supplémentaire dans cette guerre. Elle continue maintenant au travers des luttes dans les usines et entreprises. Le mouvement le plus avancé a tenté de s’organiser en comité de lutte, d’action. Ces luttes accumulées (révolte des banlieues, lutte  des étudiants et lycéens contre le CPE, contre la LRU, lutte des ouvriers contre les fermetures de boîtes et licenciements), ont eu l’appui et la sympathie de la majorité de la population. Cette contre-offensive contre la bourgeoisie montre que la phase d’initiation de la « guerre populaire » est amorcée. Ce ne sont que les prémisses de la défense stratégique. Ce ne sont que quelques ingrédients. Il manque certes beaucoup de choses. En particulier l’élément subjectif, en tout premier, un Parti Communiste maoïste plus puissant que celui qui mène en ce moment la lutte pour éclairer le chemin. Il manque des organisations de masses authentiquement révolutionnaires, guidées par le Parti, et liées aux masses ouvrières et populaires. Les jeunes des banlieues sauront sous la direction d’un tel Parti et d’un authentique mouvement de la jeunesse révolutionnaire emprunter la voie de la guerre populaire.

   Malgré la quasi absence de Parti, pas d’organisation de jeunesse révolutionnaire, encore moins d’unités combattantes, les jeunes des banlieues ont montré que les fils de prolétaires étaient capables sans organisation, de généraliser leur mouvement de révolte contre l’appareil répressif de l’Etat, contre le système d’exploitation. Depuis, il semble que les jeunes aient appris par leur propre pratique, après la répression massive. Ils sont passés de l’affrontement frontal contre des forces supérieures  à des méthodes encore défensives de « frapper avec des forces supérieures ». Pourtant ils n’ont pas lu les écrits militaires de Mao Zedong. Les jeunes révolutionnaires, les jeunes maoïstes doivent aller aux masses pour apprendre d’elles dans la pratique, mais aussi apporter leurs analyses car les communistes ne partent pas de zéro, « l’ancien doit servir le nouveau », et non le contraire car « le nouveau ne doit pas revenir à l’ancien », mais « seulement utiliser ce qui est utile pour le nouveau ».

Où il y  oppression, il y a résistance !

   La lutte va se poursuivre car les problèmes inhérents au système capitalistes ne peuvent être résolus par des réformes, quelque soit la couleur politique du gouvernement chargé de gérer ce système, mais par la destruction totale du système capitaliste et l’instauration du socialisme. Seul un processus conduisant à la guerre populaire dans notre pays en tenant compte des conditions concrètes de son développement, mais aussi dans tous les pays, peut permettre de prendre le pouvoir dans tout le pays et alors d’engager la construction du socialisme.

   Le parti en formation que doivent rejoindre tous les communistes de ce pays tire les leçons de la Commune de Paris, de la Révolution d’Octobre et de la Révolution chinoise, celles des avancées formidables de la guerre populaire au Pérou, au Népal (bien qu’il faille être vigilant au vu des derniers développements), en Inde, en Turquie, au Bengladesh, aux Philippines et, en ce qui nous concerne et en partant de nos conditions spécifiques, les leçons plus récentes de la révolte des banlieues, de celle des étudiants et lycéens, des luttes des travailleurs et des multiples formes de résistance et de révolte, de la prise de conscience que la gauche et l’extrême gauche légaliste, la droite et l’extrême-droite ne peuvent conduire le prolétariat et le peuple sur le chemin de la victoire.

Ils font leurs plans, faisons les nôtres

   Organisons partout la résistance !

   Créons nos organisations ouvrières, populaires contre la politique des dirigeants conciliateurs, réformistes et/ou collaborateurs. Démasquons les traîtres à la cause du prolétariat et du peuple.

   Formons des conseils dans les usines et les entreprises, regroupant syndiqués ou non syndiqués pour reconstruire le syndicalisme de lutte de classe. Formons des conseils de quartiers dans les quartiers populaires devant répondre aux besoins des plus larges masses d’opprimés et d’exploités, organes embryonnaires du nouveau pouvoir.

   Regroupons dans le Parti Communiste maoïste les communistes et tous ceux qui veulent renverser la dictature de la bourgeoisie et construire le socialisme.

   Contre la montée du fascisme moderne soutenons tous les mouvements ou actions de résistance, aidons à sa structuration, en vue de franchir les divers degrés de résistance, d’atteindre un équilibre suffisant avec les forces adverses pour passer à l’offensive dans tout le pays. C’est la voie de la guerre populaire prolongée jusqu’à la victoire définitive du prolétariat dans chaque pays et à l’échelle mondiale contre la réaction capitaliste et leurs alliés et complices.

 

Source: http://www.bibliomarxiste.net/documents/france/parti-communiste-maoiste-de-france/la-guerre-populaire-dans-les-pays-imperialistes/

Sur les Procès de Moscou

Dans le dixième Congrès du parti, Lénine avait proposé une interdiction sur les groupements de factions à l’intérieur du parti alors qu’ils allaient à l’encontre des principes d’organisation du bolchevisme, le centralisme démocratique. Le centralisme démocratique signifie que, dans un sujet donné, tout le monde a la liberté d’expression pour exprimer son opinion, mais une fois qu’une décision est atteinte, tout le monde doit respecter la règle de la majorité. Si après avoir perdu le débat sur une question donnée, un groupement de factions continuait à insister sur sa propre politique, malgré la majorité du parti qui décidait contre elle, ils seraient probablement expulsés du parti. Soit accepter les principes du parti ou être expulsé.

«Dans la lutte pratique contre le factionalisme, toute organisation du parti doit prendre des mesures strictes pour empêcher toutes les actions de factions… d’assurer une discipline stricte au sein du parti et dans tous les travaux soviétiques et de garantir l’unanimité maximale dans l’élimination de tous les factionalism…  »

– Lénine, « Summing-up discours sur l’unité du parti et la déviation anarcho-syndicaliste »

L’interdiction de Lénine sur les factions a conduit à la suppression de divers types d’activités de faction des syndicalistes, des trotskistes et du parti communiste gauche dirigé par Bukharin et d’autres groupes. Ces groupements ont été forcés d’accepter le centralisme démocratique et la discipline de parti s’ils voulaient rester dans le parti.

**********************************************************

(O.V.)

In the 10th Party Congress Lenin had proposed a ban on factional groupings inside the party as they went against the organizing principles of Bolshevism, Democratic Centralism. Democratic Centralism means that in any given topic everyone has freedom of speech to express their opinion, but once a decision is reached everyone must uphold the rule of the majority. If after having lost the debate on a given issue a factional grouping still continued to insist on their own policy despite the party majority deciding against it they would probably be expelled from the party. Either accept the Party’s principles or be expelled.

“In the practical struggle against factionalism, every organisation of the Party must take strict measures to prevent all factional actions… ensure strict discipline within the Party and in all Soviet work and to secure the maximum unanimity in eliminating all factionalism…”

–Lenin, “Summing-Up Speech On Party Unity And The Anarcho-Syndicalist Deviation”

Lenin’s ban on factions led to the suppression of various kinds of factional activities from the Syndicalists, Trotskyists and the Left-Communist Faction led by Bukharin and other groups. These groupings were forced to accept Democratic Centralism & party discipline if they wanted to stay in the party.

Source: https://mltheory.wordpress.com/2017/07/11/the-moscow-trials-part-1-the-investigation/ 

******************************************************

Les procès de Moscou – Les investigations (Première partie)

LES PROCÈS DE MOSCOU – PROCÉDURES JUDICIAIRES (Deuxième partie)

Les Grandes Purges – Le Massacre de STALINE?

Qu’est-ce que la guerre populaire? Les thèses fondamentalement erronées du PCR(co) du Canada au vu de la révolte populaire en France

Nous sommes tombéEs sur cette critique du groupe lesmaterialiste.com concernant le programme « erronée » du PCR (co) et sa vision de la GPP (Guerre Populaire Prolongée). Compte tenu des récents développements au sein du PCR-RCP du Canada, nous avons pensé qu’il était de l’intérêt général de re-publier ce texte.

 

La révolte en France montre que les thèses maoïstes sur la guerre populaire dans les pays impérialistes sont correctes.

Les pays impérialistes ne restent pas « stables » jusqu’au jour mythique où la révolution deviendrait possible. Il y a des crises, des avancées et des reculs qui sont marqués par la violence révolutionnaire.

Cette révolte montre en tout cas le caractère erroné de la thèse expliquant que la guerre populaire c’est la propagande armée montrant la voie à suivre, que la guerre populaire est décidée par le Parti de A à Z et non pas par les masses qui font l’histoire.

Car dans une situation comme celle aujourd’hui où la révolte est partout, où la violence révolutionnaire est partout même si c’est dans des formes plus ou moins élevées, il ne suffira certainement pas de la « propagande armée » pour se faire « reconnaître » des masses.

Soit le Parti est le Parti des masses, soit il n’est rien.

La conception du Parti Communiste Révolutionnaire du Canada (Comités d’Organisation) s’oppose pourtant à cela. La conception de la guerre populaire du PCR(co) consiste en une série de principes alignés les uns à côté des autres.

Pour le PCR(co), la guerre populaire c’est tout d’abord « le boycott de l’État »; il faut boycotter les syndicats, les institutions, etc.

« Le boycott de l’État contribuera à démarquer de plus en plus clairement les deux camps qui s’affrontent – celui de la révolution et celui de la réaction » (Programme du PCR(co)).

C’est naturellement inexact. Ce qui distingue les révolutionnaires ce n’est pas le boycott de l’Etat, mais la lutte contre l’Etat.

C’est ce qui fait la différence en ce moment en France entre l’aspect révolutionnaire de la révolte populaire – celui qui vise l’Etat – et l’aspect simplement protestataire (qui vise n’importe quoi de manière discriminée).

Rappelons justement que l’aspect révolutionnaire est l’aspect principal de la révolte populaire en France, et que les bourgeois précisément disent que l’aspect principal est la destruction aveugle.

La thèse du PCR(co), qui est une thèse anarcho-syndicaliste classique, est donc erronée : un mouvement révolutionnaire ne consiste pas en un mouvement boycottant l’Etat.

Le marxisme-léninisme-maoïsme enseigne que pour être révolutionnaire il faut affronter les institutions, non pas simplement les boycotter voire les éviter.

La première erreur du PCR(co) en amène une autre, qui elle aussi se révèle parfaitement au vu de l’expérience de la révolte en France.

Le PCR(co) dit qu’il faut soutenir militairement les mouvements boycottant l’Etat :

« Elle [l’armée révolutionnaire] pourra et devra apporter son appui au mouvement des masses qui se développe à l’initiative et éventuellement sous la direction du parti, en-dehors de la discipline imposée par l’État bourgeois.

C’est seulement ainsi qu’elle en arrivera à être reconnue par les masses et qu’elle pourra se « fondre » avec elles et compter sur leur soutien. » (Programme du PCR(co)).

Cette thèse est tout à fait fausse pour une raison simple: soit elle est du réformisme armé (un soutien armé extérieur au mouvement et cherchant à le phagocyter), soit elle n’a aucun sens comme aujourd’hui en France où le mouvement de masses utilise déjà la violence révolutionnaire (ou alors c’est directement prôner l’insurrection sans aucune analyse de la situation objective).

La thèse du PCR(co) est en fait une thèse totalement mécanique : le parti lance un mouvement et l’armée essaie de se fondre dedans en l’appuyant.

La thèse est mécanique dans la mesure où elle affirme qu’une action armée en appelle une autre, fait boule de neige, jusqu’à l’insurrection finale; elle est notamment longuement expliquée dans le document des Cellules Communistes Combattantes de Belgique « La flèche et le cible. »

Le PCR(co) ne cache d’ailleurs pas ses références : « Comme l’ont écrit les camarades des Cellules communistes combattantes de Belgique dans un texte-bilan produit en 1994, « le rôle des communistes n’est pas d’entretenir le fonctionnement démocratique bourgeois, il est d’apporter la preuve de viabilité de la voie révolutionnaire, et cela jusqu’au niveau militaire où ils doivent démontrer la possibilité d’affronter victorieusement (même à une échelle réduite), les armes à la main, la bourgeoisie et ses forces de défense ». (La Flèche et la Cible) » (Programme du PCR(co)).

Il va de soi que cette conception s’oppose à la conception de la guerre populaire, d’ailleurs les groupes défendant ce point de vue sont opposés au marxisme-léninisme-maoïsme (les CCC en Belgique, le PCEr en Espagne, et en Turquie la MLSPB, unité armée de propagande marxiste-léniniste).

Il s’agit d’une théorie de l’action exemplaire qui est étrangère à la conception du « poisson dans l’eau. » En fait, le principal protagoniste de la thèse du PCR(co) ce ne sont pas les masses, mais le Parti qui est le véritable « foyer révolutionnaire. »

C’est la thèse guévariste comme quoi le foyer révolutionnaire peut devenir le principal protagoniste de l’histoire, et non plus les masses.

Il y a ainsi deux conséquences : d’abord le prolétariat est considéré comme ne participant pas à la guerre populaire tant qu’il ne participe pas à la lutte armée du Parti, ce qui est une conception militariste.

Le programme dit explicitement à ce sujet :

« La guerre populaire prolongée suivra différentes étapes.

Au départ, l’activité légale occupera d’ailleurs sans doute une place plus importante que l’activité illégale.

Mais celle-ci sera appelée à jouer un rôle de plus en plus important, jusqu’au jour où le prolétariat sera prêt à confronter massivement le pouvoir de la bourgeoisie. » (Programme du PCR(co)).

Ensuite, en attendant le jour où les masses pratiquent la lutte armée selon le voeu du Parti, l’armée sert non pas le peuple, mais le parti lui-même.

« À la première étape, le travail et les actions menées par l’armée visent surtout à soutenir le travail du parti » (Programme du PCR(co)).

Et au cas où il y aurait une ambiguïté à ce sujet le programme précise bien :

« Ils [le travail et les actions menées par l’armée] peuvent aussi secondairement viser à affaiblir directement l’ennemi, mais ce n’est pas là l’essentiel. » (Programme du PCR(co)).

L’armée révolutionnaire ne combat donc pas l’Etat, mais sert le parti en attendant de pouvoir servir de l’extérieur un mouvement lancé par le Parti.

C’est du réformisme armé et cela n’a rien à voir avec la guerre populaire.

Si l’on veut résumer, on peut ainsi dire que pour le PCR(co) la guerre populaire n’est pas la guerre des masses, mais une propagande armée parallèle à un boycott général de l’Etat de la part des masses, le tout devant fusionner pour arriver à l’insurrection finale.

La révolte populaire en France montre le caractère artificiel de la position du PCR(co). Si l’on appliquait sa conception en France, cela reviendrait soit à refuser la révolte en l’accusant de ne pas être mature, soit à se lancer dans la lutte armée insurrectionnelle.

Alors que si l’on dit que les masses font l’histoire, on comprend qu’il faut défendre la révolte, élever son niveau de conscience, chercher à unifier les masses populaires dans leur ensemble sur cette base.

Les positions militaristes du PCR(co) ne permettent pas une telle conception, qui est pourtant le b-a-BA du léninisme.

Mais il est vrai que le PCR(co), pour assumer un « maoïsme » artificiel, a dû balancé par-dessus bord Lénine et Staline.

Le PCR(co) prétend ainsi être marxiste-léniniste-maoïste, avoir un programme politique, tout en considérant que « l’évaluation de Staline et de son rôle au sein du mouvement communiste international est une question toujours ouverte au sein du PCR[co] » !!

Comment un parti avec un programme peut-il laisser une telle question en suspens?

Ce qui est en plus inexact : le programme du PCR(co) considère clairement Staline comme un révisionniste.

Le PCR(co) défend les mêmes thèses révisionnistes que les CCC : Staline serait un accident de parcours du mouvement communiste, et cette accusation touche même l’ensemble du parti bolchevik!

Le programme défend les accusations :

-comme quoi « Staline et le Parti bolchevik ont fait preuve d’une tendance à l’hégémonie » au niveau international;

-comme quoi « globalement toutefois, Staline a été incapable de comprendre les contradictions de la société socialiste ; les conceptions erronées et les faiblesses d’alors du Parti bolchevik l’ont empêché de voir le développement d’une nouvelle bourgeoisie qui a éventuellement réussi à renverser les acquis de la Révolution d’octobre » ;

-comme quoi « les bolcheviks et Staline ont poursuivi l’expérience socialiste en Union soviétique et ont tenté de faire avancer la révolution mondiale » (sous-entendu n’y sont pas arrivés);

-comme quoi « entre la période de 1917 et celle qui a vu la trahison de la direction du Parti, l’économie soviétique comportait encore de vastes secteurs encore largement marchands, voire même capitalistes », (c’est-à-dire donc que l’URSS n’était pas vraiment un Etat socialiste.)

  • comme quoi « avec le temps, la direction du Parti communiste de l’URSS s’est engagée dans la voie du capitalisme d’État : une nouvelle bourgeoisie est apparue autour de l’appareil d’État, qui a soumis de nouveau le prolétariat à des rapports d’exploitation. » (en clair : l’URSS n’était pas socialiste);

-comme quoi « Lorsqu’une direction révisionniste a pris le pouvoir avec Khrouchtchev en 1956, différentes réformes économiques ont fait de l’URSS un pays à l’intérieur duquel la voie du capitalisme s’est accentuée. » (Staline préfigure Khrouchtchev);

Le PCR(co) essaie même de monter Mao contre Staline, en disant que « Déjà, dans les années 1930, Mao avait critiqué les insuffisances de l’expérience soviétique.

Il invoquait entre autres qu’il fallait davantage prioriser les initiatives des masses paysannes dans le processus révolutionnaire, ce que l’URSS sous Staline avait sous-estimé », etc.

Quand on voit comment Staline a été rejeté, on ne s’étonne pas des erreurs du PCR(co) concernant la question de la guerre populaire.

C’est d’ailleurs là la différence essentielle entre les partis se revendiquant du « maoïsme » et ceux qui assument véritablement le marxisme – léninisme – maoïsme.

Les premiers se considèrent comme révolutionnaires en se cachant derrières des guerres populaires dans d’autres pays ou des « boycotts », les seconds assument la lutte révolutionnaire selon les conditions concrètes de leur pays.»

Source : http://lesmaterialistes.com/contre-informations/qu-guerre-populaire-theses-fondamentalement-erronees-pcrco-canada-vu-revolte

Nous sommes les continuateur.e.s

Le PCR District du Québec nous a fait savoir par communiqué de presse ses positions et ses explications pour sa fraction avec le PCR-RCP du Canada. Vous trouverez donc l’intégralité du texte ci-après.

 

 

Le présent texte est consacré à l’épisode de crise qui a touché le Parti communiste révolutionnaire (PCR) vers la fin de l’hiver dernier. Il fait suite à notre premier communiqué publié sur notre site web (pcr-rcp.ca) dans lequel le district du Québec rétablissait les quatre camarades expulsé-es par le comité central du Parti et appelait à défendre l’intégrité du PCR et de son programme. Ici, nous avons l’intention de faire toute la lumière sur nos désaccords avec les opportunistes à l’origine de cette expulsion, mais surtout, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la continuité de la pratique du PCR forgée à travers trois décennies de combat et de travail acharné pour bâtir, au Canada, un parti ouvrier véritable reposant sur une compréhension affutée du maoïsme. Aux suites de notre rupture définitive avec la frange opportuniste du parti, la politique a été remise au poste de commande. Dans cette lignée, le Parti au Québec a connu des développements importants. Nous avons été amené à prioriser notre travail d’organisation et à nous engager dans une suite d’initiatives dont le moment fort aura été, sans conteste, la première édition du «Mois de la classe ouvrière: Vers un 1er mai révolutionnaire». Cet enchaînement, additionné de notre détermination à stopper la mise à mort de la perspective de la prise du pouvoir par le prolétariat au Canada, s’est répercuté, en aval et en amont, dans une forte participation militante aux manifestions du printemps, en particulier celles du 8 mars et du 1er mai révolutionnaire.

Avant toute chose, nous devons retracer d’où provient la clique opportuniste composant aujourd’hui le comité central d’un parti qui n’a rien à voir avec le PCR et qui pourtant se réclame de manière éhontée de ce nom. Elle est constituée d’un groupe de militants et militantes qui a rallié le Parti, en 2010, dans la foulée du G20 de Toronto et du Congrès révolutionnaire canadien de la même année et s’étant déroulé dans la même ville. Ce noyau était alors regroupé dans la défunte organisation nommée «Social Revolution Party (SRP)» (sorev.wordpress.com), une tumeur qui, en moins d’une demi-décennie, s’est développée en un cancer des plus ravageurs pour le Parti qui est le nôtre. En effet, les adeptes du SRP ont fait mine d’adhérer au PCR alors qu’il n’en était rien. Nous comprenons, à notre grand dam, que très tôt dans leur courte histoire de militantisme dans le PCR, ils et elles assimilaient, et ont continué d’assimiler, la Guerre populaire prolongée (GPP) – la stratégie révolutionnaire la plus aboutie et éprouvée dans la pratique du prolétariat mondial – à un concept grotesque de leur cru, le «Popular Action Movement (PAM)», lequel a de quoi faire vomir tout révolutionnaire digne de ce nom. En fait, le PAM est un collage éclectique des pires pratiques économistes et réformistes, saupoudré d’une adhésion en paroles à une lutte armée lointaine et hypothétique. Depuis ses tout débuts dans le PCR, la clique a mis en œuvre sa mécanique opportuniste dans le but de liquider nos enlignements prolétariens et révolutionnaires. Pour ce faire, elle a utilisé publiquement le rayonnement de la combativité des militant-es du District du Québec pour gagner en crédibilité et accroître son recrutement. Parallèlement, dans ses rangs, auprès de ses recrues, elle a stigmatisé et discrédité ces mêmes militant-es.

Dans toute l’affaire, il est contingent que la fracture dans le Parti suive une division territoriale. En effet, il s’agit avant tout d’une fracture politique. Il n’en demeure pas moins que la ligne révolutionnaire dans le PCR est portée par sa fraction maoïste et prolétarienne principalement concentrée dans le District du Québec tandis que la ligne opportuniste est incarnée principalement dans la clique qui dirige le comité central, un regroupement d’universitaires très influencé par les idées postmarxistes en vogue sur les campus. L’idée ici n’est pas d’insister sur l’origine petite-bourgeoise de ces militants et militantes, mais plutôt de souligner à grands traits qu’ils et elles sont demeuré-es sur des conceptions petites-bourgeoises, une position de classe qui n’est pas digne de révolutionnaires. D’ailleurs, la clique opportuniste s’est d’abord affirmée à l’extérieur du Parti, à travers le RSM (Revolutionary Student Movement), le seul secteur d’activité politique où la clique avait l’entière liberté d’exercer son influence. Par la suite, c’est à partir du membership du RSM que la clique s’est construit une délégation pour le dernier congrès du PCR. À cet effet, à notre grande surprise, nous avions soudainement beaucoup de membres provenant de certaines régions où pourtant notre présence n’avait été que minimale ou assez récente.

Ces gens, qui croient aujourd’hui diriger le PCR, ne dirigent, dans les faits, qu’un bloc d’éléments qui n’ont rien avoir avec notre organisation, les acquis de notre histoire et le maoïsme. En s’attaquant au centre réel de l’activité théorique et militante du Parti, cette clique a cherché à «briser» le cœur révolutionnaire du PCR, là où s’est forgée, dans la lutte, la ligne fondamentale du PCR. Dans ces conditions, il était devenu impératif que la ligne maoïste révolutionnaire réponde, coup pour coup, aux calomnies répandues par les adversaires du maoïsme révolutionnaire au Canada, mais surtout, qu’elle triomphe.

Contrairement à la clique opportuniste, dont le mode d’action principal est de magouiller et de faire circuler des histoires mensongères à notre sujet, nous nous faisons le devoir d’offrir aux militants et militantes, aux sympathisants et sympathisantes, aux amis-es du Parti d’ici et d’ailleurs dans le monde, une explication honnête, simple et précise qui permettra d’y voir clair. Contrairement à la clique opportuniste, qui a fait le choix abject de mener le débat comme on le fait dans la politique bourgeoise, nous préférons demeurer avec fermeté et détermination sur le terrain des principes du MLM et sur une analyse juste de la situation.

Dans un premier temps, nous récuserons l’ensemble des accusations formulées par la clique opportuniste. Dans un deuxième temps, nous présenterons en quoi elle rejette les perspectives stratégiques et le programme du PCR, ce qui constitue la véritable raison de la scission qui a eu lieu dans notre Parti. À travers cet exercice, nous chercherons à placer la lutte contre l’opportunisme dans la période historique actuelle et dans le contexte d’un pays capitaliste avancé comme le Canada.

Mensonges et manœuvres petites-bourgeoises

Au printemps dernier, le Parti communiste révolutionnaire a connu des bouleversements importants qui ont mené à une scission entre le District du Québec et le reste de l’organisation. Toutefois, vu de l’extérieur, il était difficile d’évaluer la nature de cette crise et d’en comprendre les tenants et aboutissants. Le 4 mars 2017, des camarades ont évincé de la Maison Norman Bethune (local public du PCR à Montréal) des éléments hostiles au Parti. Nous considérons que cette éviction était pleinement justifiée. Le lendemain, en réponse à cet événement, la clique opportuniste qui siégeait sur le comité central, a pris ouvertement la défense de ces éléments hostiles et a expulsé du Parti quatre membres qui avaient procédé à l’éviction de la veille, membres reconnus-es pour leur ferme adhésion au MLM et pour leur militantisme exemplaire. Nous considérons cette expulsion comme une attaque politique de première importance contre le déploiement du PCR au Québec et dans le reste du Canada. Cette décision, des plus illégitimes, s’inscrit dans une suite de manigances politiques manœuvrée par la clique opportuniste ayant pour but d’obtenir, par tous les moyens possibles, l’entièreté de la direction du Parti. C’est dans cette lignée qu’elle s’est emparée de l’événement survenu le 4 mars dernier pour disqualifier les camarades montréalais-es.

Dès lors, nous avons cessé de reconnaître la légitimité du comité central du PCR – direction que nous qualifions, à juste titre, d’opportuniste. Nous avons rendu publique cette décision dans un communiqué daté du 11 mars 2017. Nous sommes donc les initiateurs et les initiatrices de la scission (cette dernière a été déguisée en expulsion de deux cellules québécoises dans le communiqué des opportunistes publié au lendemain du 1er mai 2017).

Il nous est apparu évident que les coups bas et les activités de la clique opportuniste servaient à rendre inopérant le noyau de révolutionnaires maoïstes au Canada. C’est pourquoi nous avons rompu avec elle. Depuis, notre activité n’a plus rien à voir avec celle du PCR fantoche qui se réclame d’un nom qu’il salit depuis trop longtemps déjà. Le PCR a été fondé à Montréal en 2007. Dans toute son histoire, le District du Québec s’est porté à la défense du marxisme-léninisme-maoïsme (MLM), de toutes les manières, contre le subjectivisme petit-bourgeois qui menace le mouvement communiste dans les pays impérialistes et qui s’est aussi mis à gangrener notre parti. C’est en raison de cette défense que la clique opportuniste a expulsé le District du Québec et c’est au nom de cette défense que ce dernier a tourné le dos à cette clique opportuniste.

Obnubilée par sa quête liquidatrice de la révolution, la clique opportuniste a même omis d’inclure dans son expulsion du District du Québec des cellules dont elle ne connaît guère l’existence. C’est donc dire qu’elle se désintéressait depuis longtemps du déploiement du Parti sur le territoire québécois, celui-ci étant conduit par la direction historique du PCR, et donc, ne faisant pas partie des plans révisionnistes du nouveau comité central. En somme, dans les dernières années, la clique opportuniste a mené une panoplie d’offensives à l’endroit des camarades du District du Québec. Si nous ne nous attarderons qu’au communiqué d’expulsion qu’elle a publié sur son site web (pcrrcp.wordpress.com), ce n’est pas parce qu’il est la seule injure dans sa catégorie, mais c’est parce qu’il collige la presque totalité des accusations de la clique opportuniste à notre endroit. Cela dit, il faut considérer ce communiqué comme l’ultime pièce d’un puzzle qui n’était que l’entreprise de dénigrement d’une poignée de petit-es-bourgeois-es envers l’enlignement prolétarien du PCR au Québec. Sa publication ne servait qu’à achever leur tentative d’en finir avec le communisme véritable au Canada. Sachez que cette tentative aura été vaine et qu’elle le demeurera.

La clique opportuniste, qui opère aujourd’hui le comité central du PCR fantoche, a expulsé la presque totalité du District du Québec, c’est-à-dire la très grande majorité des effectifs de la province, et incidemment plus ou moins 50 pourcents des effectifs du Parti. La clique justifie ces expulsions non pas comme découlant de la lutte de ligne ayant cours dans le parti, mais d’«infractions organisationnelles et procédurales». Le communiqué dresse une liste des soi-disant infractions qui auraient été commises par les membres du District du Québec et parmi lesquelles on retrouve 1) le défaut d’initier une campagne de rectification exigée par le CC; 2) l’usage de la violence pour résoudre des désaccords politiques; 3) un désintérêt à lutter politiquement; 4) avoir interféré dans une enquête à propos d’une allégation d’abus sexuel; 5) avoir véhiculé des idées transphobes; 6) avoir commis un vol; 7) avoir rejeté le centralisme démocratique.

Tous ceux et celles qui militent, luttent et prennent des risques pour la révolution, partout dans le monde, que ce soit en Inde, aux Philippines ou ici même au Canada, en conviendront: volontairement chercher à annihiler les forces vives d’un parti exige d’avoir, entre les mains, un minimum de sérieux motifs. Or la clique opportuniste est loin d’avoir répondu à cette exigence minimale. Toutes les allégations lancées par la clique opportuniste sont de graves distorsions de la réalité, voire pour plusieurs d’entre elles des mensonges purs et simples. En fait, ces allégations ne sont que des prétextes au déploiement d’une ligne qui entend remettre en question les acquis du maoïsme. Plus concrètement, une clique opportuniste s’appuyant sur une cohorte d’universitaires, nouvellement arrivée au maoïsme et ayant tout juste commencé à militer dans nos rangs, a pris le contrôle du comité central du PCR lors de notre dernier congrès. Même si le congrès l’a élu, ce n’est pas une faute de notre part que d’avoir rejeté ce comité central et ses supporters, mais plutôt un devoir qui s’imposait à nous. Les communistes véritables ont conscience d’émerger d’une lutte de lignes qui traverse le mouvement communiste international, une lutte contre le révisionnisme et le réformisme. C’est donc dire que le fait d’avoir raison politiquement ne nous donne pas de laisser-passer pour mener à bien la révolution prolétarienne, mais plutôt du fil à retordre.

Cette clique a donc cherché à imposer un changement dans l’orientation du Parti, notamment par une remise en question du programme et de ses perspectives qui sont pourtant des acquis d’une lutte sans concession pour établir un vrai noyau prolétarien et maoïste au Canada. Concrètement, la clique opportuniste veut remplacer la ligne révolutionnaire du PCR par son propre enlignement «pragmatico-oppportuniste». Tel est le contenu de leur rupture avec les supposées «vieilles idées». Comme nous le verrons, loin d’être des promoteurs et promotrices de «nouvelles idées», la clique opportuniste est porteuse d’une camelote bon marché, depuis longtemps éculée, et dont le contenu est une réification des travers rencontrés dans le mouvement communiste à différentes époques: conception arriérée du rôle des communistes dans les syndicats; conception arriérée du rôle du parti dans un pays capitaliste avancé; incapacité à comprendre la nature du combat politique comme élément central de la progression du communisme; etc.

Les opportunistes cherchent toujours à cacher la ligne de démarcation entre eux et les révolutionnaires sous le couvert d’une fausse unité. De fait, il est facile de dire que nous sommes tous et toutes en accord avec le programme du PCR ou avec certaines perspectives générales, mais c’est une autre chose que de le valider dans les faits. C’est d’ailleurs pourquoi la clique opportuniste a cherché à éluder délibérément les principales questions politiques derrière la scission.

La clique opportuniste allègue que les militants et militantes du District du Québec refusent d’initier une campagne de rectification. Plus encore, les opportunistes soutiennent qu’il y aurait, à Montréal, une compréhension incorrecte du MLM (sic!). Il va sans dire que cette campagne de rectification et la critique à l’endroit des conceptions portées par les camarades de Montréal ne sont qu’une tentative de museler le débat de ligne; de désunir les partisan-es; de créer un climat de délation et d’intimidation; surtout, d’humilier systématiquement les éléments prolétariens de notre organisation. Cette campagne de rectification n’est pas sans rappeler celle que les mêmes traîtres siégeant au Comité de coordination du RSM ont menée au nom de la lutte contre la soi-disant transphobie montréalaise. En définitive, elle n’était qu’une croisade contre les femmes prolétaires du PCR au Québec: inspections, enquêtes, interrogatoires et flicage ont été à l’ordre du jour pendant plusieurs mois. Bref, tout cela n’est que la matérialisation du profond mépris de classe qui habite les opportunistes que nous avons chassé-es du Parti.

Dans son communiqué d’expulsion, la clique opportuniste laisse entendre que l’activité du District du Québec stagne. Il n’en est rien. Le travail du Parti dans le District du Québec s’est grandement développé dans les deux dernières années. Plus encore, c’est le résultat du travail acharné, dans la grande région de Montréal, qui a favorisé l’expansion du Parti dans le reste du Canada. Par ailleurs, cette activité a mené à la formation d’une toute nouvelle génération d’organisateurs et d’organisatrices maoïstes capables d’assumer l’ensemble des tâches de direction. Aujourd’hui, la présence du Parti sur le territoire du District est forte et les dispositifs que sont le MRO, le MER, le FFPR et le FRJ, sous la direction locale du Parti, organisent de plus en plus de militants et militantes.

La «campagne de rectification» voulue par la clique opportuniste visait non pas à corriger le travail montréalais, mais à nous imposer un changement d’orientation, notamment en remettant en question des conceptions défendues par le District du Québec et en critiquant des militants et militantes révolutionnaires du fait que ceux-ci et celles-ci maintiennent une forte allégeance aux perspectives et plans adoptés par le Parti.

Puisqu’il ne propose rien de consistant, l’opportunisme peut se contenter d’être spectateur des événements et de critiquer les insuffisances des uns et des autres. Sa position fondamentale ne l’engage pas à innover, mais à copier ce que font les autres sans réellement comprendre ce qu’ils font. Cette absence de maîtrise de l’expérience du mouvement communiste international amène l’opportunisme à ne pas en dépasser les limites et, par conséquent, à en répéter les mêmes erreurs et en arriver aux mêmes échecs. C’est pourquoi, n’ayant pas la volonté d’assumer les conclusions qui découlent des perspectives adoptées par le PCR, la clique opportuniste préfère ériger les difficultés qui existent (et qui existeront) au niveau pratique en critique des orientations historiquement défendues par le Parti, lesquelles forment la charpente de l’initiative révolutionnaire au Canada.

La clique opportuniste allègue que les militants et militantes du Parti au Québec font usage de la violence pour résoudre les désaccords politiques. En fait, la seule violence dont fait usage le Parti est dirigée contre la bourgeoisie et les ennemis de la révolution… Les communistes conçoivent que la violence est constitutive de la lutte des classes. La critique faites aux militants et militantes du Québec n’est que l’expression de la crainte qu’inspire l’usage de la violence révolutionnaire pour combattre le capitalisme à la clique opportuniste.

Revenons sur l’épisode de «violence» qui s’est déroulé lors d’un lancement de livre à la Maison Norman Bethune, car il y a des détails importants que l’on ne retrouve pas dans le communiqué et que la clique opportuniste a volontairement choisi de cacher, comme par exemple, le fait que les évincé-es forment un groupe d’éléments hostiles au Parti et qu’ils et elles sont engagés-es depuis longtemps dans une campagne de sabotage de l’activité du PCR à Montréal. Loin d’être des supporters du Parti, malgré ce qu’en dit la clique opportuniste, ce noyau de provocateurs et de provocatrices, entre autres choses, a formulé des appels à la violence physique envers des camarades et a harcelé des membres montréalais-es. Surtout, il a fait circuler des textes calomnieux dans lesquels on s’amuse à diffamer les militants et militantes du Parti ainsi qu’à faire circuler de graves allégations contre des militants, allégations inventées de toutes pièces. Par ailleurs, il est effronté de qualifier d’abus de violence une bousculade, alors que tous les jours, partout dans le monde, les exploitées affrontent la bourgeoisie au péril de leur vie. Les éléments antiparti ont l’arrogance de ne pas reconnaître qu’ils et elles ont délibérément initié l’altercation en se présentant à notre local après toutes les bassesses qu’ils et elles nous avaient livrées dans les derniers mois. Ils et elles, secrètement, ne sont pas sans savoir qu’ils et elles s’en sont sortiEs indemnes alors que si nous avions donné libre cours à notre indignation, ils et elles auraient pu se voir infliger des coups portant réellement atteinte à leur intégrité physique.

On retrouve, dans un des textes calomnieux que l’on vient d’évoquer, une allégation grave d’abus sexuel supposément commis par un membre montréalais envers une ancienne militante du PCR au Québec. Précisons que ladite accusation n’a pas été formulée par cette ancienne camarade. L’allégation est reprise dans le communiqué de la clique opportuniste. Si on en croit cette dernière, les militants et militantes du District du Québec auraient volontairement conspiré pour entraver son enquête sur cette affaire. En fait, c’est tout le contraire qui s’est produit. La clique opportuniste, appuyée et encouragée par la cellule d’Ottawa (cellule la plus populeuse dans le camp adverse, à laquelle s’était greffé l’antiparti à l’origine de l’accusation), a laissé circuler à l’interne, dans toutes les cellules à l’exception de celles du Québec, une allégation non vérifiée. Cette situation aurait pu perdurer longtemps si ce n’était de la prompte réaction des responsables du District du Québec, qui ayant finalement eu vent du contenu dudit document, ont entrepris de faire toute la lumière sur cette histoire. Ils et elles ont fait la seule chose responsable dans les circonstances, c’est-à-dire entrer en contact avec la victime alléguée afin d’obtenir la vérité. Cette personne nous a transmis une lettre qui réfute l’allégation en énonçant qu’ «[elle] n’[a] rien à reprocher à ce camarade» et qui demande «qu’on le blanchisse de tout soupçon et que l’on cesse d’utiliser [son] nom et [sa] vie [à elle] dans des contextes sans lien logique». Elle ajoute que «cela relève de l’indécence» et que «cette relation [à laquelle l’antiparti fait référence] n’a rien à voir avec [sa] défection». Pour sa part, la clique opportuniste a préféré laisser les choses aller sachant pertinemment que cela allait contribuer à entretenir un climat d’hostilité et de suspicion envers les militants et militantes du Parti à Montréal, sa véritable intention étant de les stigmatiser et de les isoler.

Selon la clique opportuniste, les militants et militantes du Parti au Québec auraient manifesté un désintérêt à lutter politiquement. Selon elle, ce désintérêt se serait manifesté lors de notre dernier congrès du fait que les militants et militantes du Québec votaient en bloc contre toute possibilité de débat interne ou de discussion sur les questions litigieuses. Cette dernière allégation est franchement loin d’être représentative de la réalité. En effet, en préparation du congrès, les militants et militantes du Parti au Québec ont produit individuellement ou collectivement la presque totalité des documents qui ont été distribués en vue du congrès. Le contenu de la plupart de ces documents adressait des questions importantes, certaines effectivement litigieuses, notamment la question syndicale, la question du féminisme prolétarien, la question de la prostitution, etc. Toutes ces contributions ont été décentralisées dans les délais prévus afin de favoriser le débat dans le Parti. Cela dit, il apparait aujourd’hui que la même clique opportuniste, qui nous accuse de préférer les intrigues aux débats politiques, est la seule qui ait trempé dans la fomentation de complots et d’intrigues. Les militants et militantes provenant de l’extérieur du District du Québec ont eux et elles aussi voté en bloc. Plus particulièrement, et alors qu’ils n’avaient presque rien à proposer au congrès, le bloc dirigé par la clique opportuniste a rejeté toutes les perspectives amenées par les militants et militantes révolutionnaires. Les membres du comité central du moment, qui sont aussi ceux et celles qui composent le noyau de la clique opportuniste, ont été injoignables dans les semaines qui ont précédé notre congrès. Donc, au lieu d’agir en dirigeants-es pour tout le monde et de chercher à résoudre les contradictions dans le Parti, ils et elles se sont repliés-es sur les forces qu’ils et elles avaient sous leur responsabilité et, à partir de là, ils et elles ont orchestré leur sordide cabale contre le Parti. En définitive, ce sont deux partis qui sont sortis du dernier congrès. Le premier, le PCR, s’est construit dans le débat politique en unifiant les militants et militantes autour d’éclaircissements politiques. Le second, le PCR opportuniste, s’est quant à lui construit à travers une alliance opportuniste consternante entre une fraction révisionniste prêchant l’étapisme, et une fraction post-moderniste prêchant la lutte anti-oppressive. En fait, le PCR opportuniste est une combinaison douteuse de militants et militantes marxisant-es et de militants et militantes ayant embrassé, sans en avoir la pleine maîtrise, les idées post-modernes et post-politiques, idées désintéressées du prolétariat réel. Les actions de la clique opportuniste sont d’ailleurs motivées par des intérêts de classe qui ne sont pas prolétariens.

La clique opportuniste est habilement parvenue à dominer le nouveau comité central en se compromettant ouvertement avec des idées antimarxistes et en faisant rejeter de nombreuses propositions et idées que nous avons soumises au dernier congrès. Ce rejet a été minutieux et dans le détail allant jusqu’à censurer l’emploi de certains mots, «prostitution» par exemple. Donc, lorsqu’il a été voté que s’ouvrirait dans les mois à venir une période de discussion (sur le programme, notamment), il était manifeste que les dés étaient pipés d’avance. L’opportunisme veut bien discuter de tout, tant que ce sont ses propositions qui sont mises en débat et tant qu’il a la garantie qu’elles seront adoptées.

En ce qui a trait à l’accusation de transphobie, elle a été formulée parce que les militants et militantes du District du Québec défendent les perspectives qui sont présentées dans le document intitulé «Sur le FFPR et l’oppression des femmes». Pourtant, l’orientation de ce texte est juste, car elle place à distance le féminisme queer et le féminisme radical, notamment en mettant de l’avant une analyse de classe pertinente et un souci conséquent de s’appuyer sur le matérialisme dialectique et historique. Il fait la critique indispensable de conceptions non-marxistes, et non pas la critique des individus eux et elles-mêmes. Néanmoins, le congrès s’est prononcé en majorité contre les conceptions contenues dans ce texte et les opportunistes se sont permis de faire moult commentaires condescendants à l’endroit des femmes prolétaires du PCR, révélant ainsi leur mépris de classe.

Parmi toutes les accusations présentées dans le communiqué, c’est probablement l’accusation de vol qui est la plus insultante. En effet, la clique opportuniste sait très bien qu’elle n’a jamais perçu, de manière sérieuse et respectueuse de l’effort de contribution des membres du Parti au Québec, les cotisations dans les cellules sous sa responsabilité. C’est donc dire que même si les opportunistes et leurs supporters composaient un peu plus de la moitié des forces du PCR pré-scission, sur plus d’un an, ils et elles n’ont versé qu’un dixième de l’argent donné par les camarades du Québec durant la même période. Pourtant, ces dernier-es sont, pour la grande majorité, des bas salarié-es, des retraité-es et des sans revenus, alors que certain-es opportunistes sont des boursier-es payé-es pour étudier les sciences humaines à l’université. Il n’y a aucune autre raison que le laxisme impudent de la clique opportuniste pour expliquer cette disproportion d’apport monétaire. Bref, la presque totalité des montants et des ressources accumulées par le Parti a pour origine les cotisations perçues et les revenus gagnés lors des activités organisées par les membres du district du Québec au cours des années. C’est aussi dire que la presque totalité des dépenses de congrès ainsi que la totalité des dépenses effectuées par la clique opportuniste ont été payées à partir des montants accumulés par le membership québécois. Nous n’avons rien volé du tout; nous avons tout simplement repris le contrôle de nos ressources… et pour cause, car il serait criminel de financer la diffusion de la ligne opportuniste!

Nous ne contesterons pas le reproche de la clique opportuniste concernant notre refus circonstanciel de respecter le centralisme démocratique, mais nous les pointons du doigt en retour: elle est la première à l’avoir entravé pour arriver à ses fins, et ce, avant même le dernier congrès. Toutefois, les marxistes ont une compréhension des principes qui échappe aux marxisant-es: le centralisme démocratique n’est qu’un outil pour mener à bien lutte des classes et non pas un impératif abstrait. Par conséquent, lorsqu’une organisation tourne le dos au prolétariat, pour la fraction révolutionnaire restante, la lutte des classes a préséance sur le centralisme démocratique. Maintenant que nous n’obéissons plus à la clique opportuniste et que nous avons concrétisé la scission nécessaire, nous avons réinstauré, dans le PCR, un centralisme démocratique qui n’a rien à envier à celui fétichisé par les éléments liquidateurs. Au contraire, il est au service de la lutte pour le pouvoir prolétarien.

La vraie raison de la scission: un réformisme à petite queue rouge

Le District du Québec s’est séparé du reste indigne du PCR pour défendre la lutte pour le communisme contre l’extinction qui la guette au Canada. Du même souffle, nous avons pris la tâche de rebâtir le Parti à travers l’ensemble du pays sur des bases révolutionnaires nettes. L’incapacité à faire une synthèse adéquate de l’expérience historique du mouvement communiste jumelée à une pratique essentiellement réformiste débouche sur ce que l’on pourrait caractériser comme étant une forme de maoïsme-révisionniste: un maoïsme fusionnant les pires pratiques de toute l’histoire du mouvement communiste (économisme, étapisme, opportunisme, social-démocratie) avec le post-modernisme, c’est-à dire l’empêtrement dans la lutte idéologique séparée d’une pratique révolutionnaire dirigée vers le prolétariat, et faisant une grande place aux idées «post-politiques» à consonance libertaire et aux pratiques sociales petites-bourgeoises. Le lien ténu qu’entretiennent les porteur-es du maoïsme-révisionniste avec la réalité prolétarienne favorise une propension à théoriser sur la classe ouvrière à partir de ressources académiques. Cela amène aussi à exagérer l’importance du point de vue progressiste petit-bourgeois (notamment celui que fait circuler l’intelligentsia de «gauche» qui domine les réseaux sociaux). Mais plus souvent qu’autrement, il s’agit de calquer l’expérience historique des autres sans en avoir une réelle maîtrise (fusse-t-elle seulement la capacité de déterminer ce qui est d’actualité et ce qui est révolu, etc.). Or comme le soulignait à grands traits un des documents de congrès, ce que nous concevons comme étant notre manière de construire le parti «recèle une part de spécificité et d’innovation». En simplifiant, on aurait pu dire la chose suivante: la lutte pour le parti et la révolution est entièrement balisée par les impératifs de maîtriser les enseignements fondamentaux du mouvement révolutionnaire international et d’innover aux niveaux pratiques et théoriques à partir de la réalité de la lutte des classes ici même au Canada.

Le maoïsme-révisionniste favorise l’abandon des concepts fondamentaux du marxisme comme «parti», «prolétariat», «mode de production», etc. au profit de l’adoption de concepts flous tels que «machine de guerre partisane», «personnes opprimées par le genre», «systèmes d’oppression», etc. Cette perspective débouche sur une exagération de l’importance accordée à certains secteurs hyper-marginalisés de la société, lesquels sont confondus avec le noyau dur du prolétariat. On décèle chez nos détracteurs une forte tendance à camoufler l’abandon de la centralité du prolétariat dans le processus révolutionnaire en abusant du concept de «masses»: en théorie on prétend défendre l’idée selon laquelle, dans les masses, le prolétariat est la force principale, mais en pratique on nie cette centralité. Le rejet du prolétariat comme principal sujet révolutionnaire est représentatif de plusieurs organisations «maoïstes» en Amérique du Nord. Dans les pays capitalistes développés, où l’exploitation est plus diffuse que dans les pays dominés, les éléments petit-bourgeois qui sont en colère contre les injustices de la société capitaliste vont s’investir dans les organisations des exploité-es et des opprimé-e-s dans lesquelles ils et elles importent spontanément leur conception du monde, qui est une conception éclectique faite de mélange d’idées bourgeoises et prolétariennes. Il faut donc une solide direction politique prolétarienne pour contrer cette tendance à l’édulcoration du maoïsme. De plus, étant donné leurs capacités et leurs disponibilités, ils et elles en viennent rapidement à transformer fondamentalement les organisations dans lesquelles ils et elles militent. Les idées petite-bourgeoises et les méthodes d’organisations petite-bourgeoises existent objectivement, elles dominent la sphère publique et elles régissent donc spontanément l’activité de nombreux militants et nombreuses militantes. La relecture anti-oppressive et idéologique du maoïsme que font les éléments petits-bourgeois qui assiègent le mouvement communiste nord-américain traduit un délaissement de la lutte des classes pour la transformation des rapports de production. Construire le Parti et la direction révolutionnaire de celui-ci exige d’aller à contre-courant du mouvement spontané petit-bourgeois. Dans le cas de notre Parti, ne pas aller à contre-courant aurait signifié être pris-es en tenailles entre les opportunistes d’un côté et les postmodernistes de l’autre, ce qui aurait eu pour effet, à terme, de faire complètement disparaitre la direction révolutionnaire du prolétariat canadien.

En plus de l’introduction massive d’éléments dissolutifs du marxisme empruntés au post-modernisme, le maoïsme-révisionniste, véritable altération du communisme dans les pays impérialistes, se caractérise par l’édification du maoïsme comme élément de rupture avec l’histoire du mouvement communiste international. Plus encore, il met de l’avant le rejet du léninisme et du rôle dirigeant du parti, s’élevant ainsi à un niveau d’opportunisme historiquement inégalé. Nous constatons qu’il y a trop de militants et militantes opportunistes dans les pays impérialistes qui n’ont pas la volonté réelle d’orchestrer la prise du pouvoir par les travailleur-es.

Le rejet de l’action révolutionnaire

Depuis sa fondation, le PCR se construit à travers l’action révolutionnaire. Sans la persistance et le déploiement de celle-ci, le Parti n’aurait pu progresser. Par conséquent, très tôt dans l’histoire du PCR, nous savions que notre progression, imputable à l’action révolutionnaire que nous menions, allait inévitablement importer une droite dans nos rangs. Plus encore, nous avions conscience que notre volonté d’avancer et notre avancement dans le combat contre la bourgeoisie canadienne allait faire émerger une droite: de lâches militants et militantes qui tournent impunément le dos aux exploité-es. Cette mécanique de validation des forces accumulées et d’exposition des opportunistes, nous l’avions résumée dans le mot d’ordre «Combattre et affronter l’ennemi». Le PCR opportuniste est une des incarnations de cette droite dont nous avions prédit le développement.

Selon les opportunistes, le District du Québec aurait fait montre de mauvaise foi quant à l’objet de la lutte dans le Parti en avançant qu’il s’agissait d’une lutte de lignes touchant, entre autres, aux questions de l’action révolutionnaire dans un pays impérialiste, et de la stratégie de la guerre populaire prolongée. De son côté, avant de procéder à l’expulsion des cellules québécoises, la clique mettait mensongèrement de l’avant que l’ensemble du parti était unifié autour de la stratégie de la guerre populaire prolongée et que la lutte ne portait que sur des conceptions divergentes «de la ligne de masse et spécifiquement sur le sujet du féminisme prolétarien, de la libération trans, du travail du sexe et des orientations du Parti envers les syndicats».

Comme nous l’avons mentionné plus haut, depuis le début de leur pitoyable campagne de relations publiques, les opportunistes cherchent à détourner l’attention et à éviter d’aborder les questions plus fondamentales qui touchent aux conceptions stratégiques du PCR. Pour ce faire, les opportunistes se drapent dans les ragots en cherchant à ramener l’enjeu de la rupture à des questions «organisationnelles et procédurales».

Il y a présentement deux partis qui se revendiquent du même nom. Il n’y en a qu’un qui soit réellement le PCR et c’est le nôtre. Nous et les opportunistes ne pouvons plus coexister au sein de la même organisation. Nous avons l’intention avouée de mener une lutte intransigeante contre la clique opportuniste qui, bien que se réclamant du maoïsme et du PCR, n’a jamais adhéré aux conceptions que notre parti a historiquement développées. Surtout, la clique opportuniste n’a jamais mis de l’avant une activité franchement révolutionnaire qui seule permet de forger l’unité indispensable entre ce que l’on dit et ce que l’on fait. Elle a préféré adopter les formes de lutte que sont l’économisme et les pratiques sociales petites-bourgeoises.

Pour prendre le contrôle du Parti et imposer sa ligne, la clique opportuniste devait, avant tout, identifier et neutraliser la base révolutionnaire du PCR, celle qui se trouvait, en l’occurrence, au Québec. Tactiquement, pour y parvenir, la clique a dû transiger avec sa propre base, qui est essentiellement composée d’universitaires, et se compromettre avec le postmodernisme. Il s’agit d’un compromis recouvert d’un vocabulaire qui emprunte au maoïsme, lequel est complètement édulcoré et construit sur des «slogans» dont l’effet premier est justement de permettre de scinder le dire et l’agir. Ainsi débarrassé de la contrainte soulevée par la réalisation de la ligne révolutionnaire, et puisqu’on privilégie la lutte «idéologique» au détriment de la lutte politique réelle, il est possible pour l’opportunisme de faire cohabiter le radicalisme des mots avec le réformisme des actions. Soulignons que ce communisme de la «phrase», que critiquait d’ailleurs Marx en son temps, se marie bien aux idées libérales et postmodernes.

Au Québec, le PCR s’est historiquement développé en cherchant à s’émanciper de la discipline imposée par la démocratie bourgeoise. Notre Parti reconnait quatre formes d’action révolutionnaire apparues dans l’histoire de la lutte des classes et objectivées par celle-ci. Ces quatre formes d’action révolutionnaire totalisent l’expérience accumulée du prolétariat international. Il s’agit de la propagande classique, de la propagande armée, de l’action révolutionnaire parmi les masses et de la guerre populaire prolongée – cette dernière étant la forme ultime, celle qui subsume toutes les autres. Ces formes sont objectivement nécessaires à la prise du pouvoir politique par la classe ouvrière. Au contraire, quoi qu’on en pense ou qu’on en dise, les formes de lutte adoptées par les opportunistes nous éloignent de l’atteinte de ce but. C’est l’objectivité même des formes qui fixe le contenu de l’action du parti révolutionnaire, à savoir l’acquisition de l’expérience dans la lutte afin de les maîtriser. Les formes objectives de l’action révolutionnaire sont donc au centre de l’activité des partis révolutionnaires. Ce sont elles que la bourgeoisie cherchera toujours à réprimer avec le plus d’intensité. La conceptualisation des quatre formes objectives de l’action révolutionnaire est la plus grande contribution du PCR au mouvement communiste. Elle le traverse et le porte plus loin. C’est le contexte de la présente lutte politique qui nous pousse à rendre publiques ces conceptions. Retenez surtout que cette conceptualisation est le produit de notre volonté de faire la guerre populaire au Canada. Le PCR qu’est le nôtre est une organisation qui vise à désarmer militairement l’armée canadienne et, par les armes, à arracher à la bourgeoisie du pays le pouvoir qu’elle détient.

Pour être réellement prises en charge, les quatre formes objectives de l’action révolutionnaire doivent se matérialiser dans des pratiques. On aura beau prétendre lutter pour le communisme autant qu’on veut, cela ne veut strictement rien dire si on ne travaille pas à s’emparer des formes objectives d’action qui nous y mènent. Aussi, le fait d’enrober d’une phraséologie révolutionnaire une pratique qui ne se distingue pas objectivement de celle des groupes réformistes est une trahison envers le peuple. La clique opportuniste est historiquement championne dans l’art de dissocier le dire et l’agir en se cantonnant, dans ce qui est autorisé par la bourgeoisie et, inversement, en rejetant l’action révolutionnaire.

La clique opportuniste dépeint la ligne du PCR comme une ligne construite sur des «vieilles idées». En effet, pour faire passer sa camelote pour du nouveau, la clique opportuniste a qualifié la ligne révolutionnaire du PCR de ligne périmée. Cela dit, les supposées «new ideas» se sont révélées n’être que la capacité illimitée de l’opportunisme d’enligner les phrases vides et de les présenter comme une application fidèle du MLM. Les idées mises de l’avant par la clique opportuniste quittent le monde de la lutte politique concrète pour les sphères éthérées de l’idéologique. Quand l’agir révolutionnaire cède tout son terrain à la pensée révolutionnaire abstraite, le renouveau des partis communistes révolutionnaires est entravé. Le communisme, ponctué de périodes de reflux, court le risque de ne devenir qu’une spéculation théorique sur le futur tout en étant pratiquement inexistant au niveau du combat politique. Les maoïstes canadiens du PCR(co) et les fondateurs et fondatrices du PCR n’ont jamais accepté l’immobilisme et l’attentisme des périodes de reflux. Ils et elles ont formulé une conception de la lutte telle qu’elle est objectivement induite par la lutte des classes et ont rejeté les conceptions non-scientifiques et idéalistes. Ils et elles se sont lancé-es à pied d’œuvre dans la période objective de préparation politique et de grandes initiatives politiques qui va de la constitution d’un noyau du Parti jusqu’au déclenchement de la guerre populaire. Au Québec, nous pérennisons ces orientations.

À présent, exemplifions nos divergences avec la clique opportuniste sur le plan de l’action. Alors que nous privilégions la mobilité – être partout pour répandre notre programme et nos perspectives partout! –, la clique opportuniste privilégie la fixité – se concentrer dans un lieu donné pour y mener une lutte revendicative exemplaire avec un petit groupe de personnes. Ainsi, notre MRO est conçu comme un dispositif du parti servant à intervenir à l’intérieur de tout le mouvement ouvrier. Il s’est donné comme tâche de visiter le plus grand nombre possible d’usines, en privilégiant celles dont le nombre d’ouvrierEs est le plus élevé. À l’opposé, dans les débats entourant le rôle du MRO, les opportunistes ont affirmé vouloir créer un syndicat rouge pour d’abord syndiquer les employéEs de petits patrons, tirant leur inspiration de la campagne que le IWW montréalais a menée dans un restaurant Frites Alors. C’est essentiellement à ce type d’activité – qu’ils appellent travail de masse – qu’entendent se consacrer les opportunistes. Cela permettrait d’accomplir une tâche primordiale, selon eux, dans la période actuelle, celle «d’améliorer immédiatement les conditions des masses», ce qui donnerait à celles-ci «une véritable raison matérielle» de nous prendre au sérieux. Peu importe si, abstraction faite du discours qui l’accompagne, leur travail est dans les faits identique à celui des organisations réformistes cantonnées dans l’action revendicative légale, ils diront que ce n’est pas du réformisme ou de l’économisme parce qu’ils lient consciemment cela à la révolution:

«C’est seulement en liant consciemment la lutte pour une réforme à la lutte révolutionnaire plus globale et en la subordonnant ouvertement au processus révolutionnaire qu’on ne tombera pas dans l’économisme.» (L’approche communiste du travail de masse)

Ainsi, pour les opportunistes, c’est sur le plan subjectif qu’on échappe à l’économisme. En d’autres mots, peu importe la forme que prend la lutte et les moyens employés – il pourrait s’agir d’une campagne d’appels téléphoniques! –, peu importe s’il s’agit d’un type d’activité qui a le potentiel ou non d’affaiblir le régime bourgeois, ce qui compte, c’est d’y ajouter une petite queue rouge à la fin, par exemple, y ajouter les mots révolution et communisme. Selon un critère aussi large, il suffit d’y croire pour que ce soit révolutionnaire et… on pourrait même considérer qu’il y a une manière révolutionnaire de faire signer des pétitions!

Nous opposons à ce type de pratique ce que nous appelons l’action révolutionnaire parmi les masses. Il s’agit de la présence agissante des communistes à travers laquelle on amène les masses à sortir des limites de l’action revendicative légale en les entraînant à un affrontement soutenu et répété avec la bourgeoisie, favorisant ainsi l’élévation de leur conscience de classe, l’expression de leur colère et la libération de leur potentiel de destruction. L’organisation, l’agitation et la mobilisation en vue de manifestations de rue combatives, les grèves sauvages, les sabotages, et ainsi de suite, sont à ranger dans cette catégorie. L’action révolutionnaire parmi les masses permet d’organiser et de diriger l’activité des masses afin d’en faire une force matérielle ayant le potentiel d’attaquer et d’affaiblir la classe dominante.

L’action révolutionnaire parmi les masses, cette métabolisation de la capacité du Parti à diriger, représente un danger immense pour la bourgeoisie et pour l’opportunisme, car elle permet à la fois de révéler le caractère réactionnaire de la première (en affrontant la bourgeoisie le prolétariat s’unifie politiquement comme classe) et la faillite du second (parce qu’en se limitant à imiter ce que font spontanément les masses, il ne contribue en rien à la consolidation de classe du prolétariat). La seule perspective de travail révolutionnaire valable est celle selon laquelle les militants et militant-es du parti saisissent la conjoncture et l’utilisent en faveur de la révolution avec un sens aigu de l’initiative et de la lutte politique pour le pouvoir.

La bourgeoisie ne se combat pas uniquement, ni même essentiellement, sur le terrain des idées. La lutte pour le pouvoir est une lutte entre deux forces matérielles qui entrent en collision et dont l’une cherche à anéantir l’autre. C’est donc dire que la violence est au cœur de la lutte politique. Organiser la révolution, c’est organiser des forces pour affronter la bourgeoisie et les mettre régulièrement en action, c’est accumuler ces forces jusqu’à ce qu’elles soient en quantité et en qualité suffisantes pour détruire l’État bourgeois. L’organisation des forces révolutionnaires passe nécessairement par l’affrontement: ce n’est qu’avec l’expérience directe de la confrontation avec l’ennemi qu’on développe les capacités nécessaires pour le vaincre. Les forces potentielles dont les capacités ne sont pas validées dans l’action ne peuvent tout simplement pas être considérées comme des forces révolutionnaires accumulées pour la simple raison qu’on ne sait pas de quoi elles sont capables et parce qu’elles n’accumulent aucune expérience.

Lors de notre dernier congrès, les opportunistes se targuaient d’avoir réussi à accroître considérablement le membership du Parti et brandissaient cela comme preuve de la justesse de leurs positions et de la qualité de leur «ligne de masse». Étrangement, impossible pour nous d’avoir une idée de ce que tout ce beau monde avait été en mesure de produire en termes d’action révolutionnaire; impossible de savoir quelles capacités nouvelles le Parti avait gagnées avec cet afflux de nouveaux membres. Cela ne semblait avoir aucune importance pour nos opportunistes, qui, aveuglés par leur pragmatisme, ne voyaient rien d’autre que le nombre de personnes assises dans la salle. En réalité, combien de ces nouvelles recrues étaient vraiment engagées dans le processus d’apprendre à combattre la bourgeoisie en la combattant? Combien ont déjà été confrontées, même minimalement, à la violence de la lutte politique (celle qui se déroule dans la vraie vie, pas seulement sur internet et sur les bancs d’école)? Cela ne semble guère préoccuper les opportunistes, pour qui la volonté de lutter et de se battre n’est qu’une approche parmi d’autres (!), l’important étant de faire participer le plus de gens possible autour d’une «ligne politique et organisationnelle correcte» (ce qui, une fois qu’on a décodé leur langage stéréotypé, veut dire rassembler dans une pièce le plus de gens adhérant en paroles au communisme que possible):

«Simplement, le militantisme, c’est la volonté de lutter et de se battre. Parfois, cela peut se traduire par un affrontement physique avec l’ennemi, la police ou les réactionnaires, mais ce n’est pas l’aspect le plus important. […] Le militantisme est parfois nécessaire, parfois pas: c’est une approche parmi d’autre. Dans la mesure où on applique la ligne de masse, toute tactique doit principalement viser à organiser et susciter la participation de la plus grande portion possible des masses autour d’une ligne politique et organisationnelle correctes.» (L’approche communiste du travail de masse)

On n’a qu’à observer la différence entre ce qui s’est produit cette année lors de la manifestation du 1er mai à Montréal et ce à quoi ont ressemblé les manifestations organisées par le PCR opportuniste pour réaliser à quel point un abîme nous sépare, dans l’action, des opportunistes. Il n’y a qu’ici qu’on s’organise pour générer une véritable perturbation et pour confronter physiquement la police. Ailleurs au Canada, les manifestations du 1er mai prennent la forme de parades prévisibles et insignifiantes – quand elles ne sont pas tout simplement invisibles ou inexistantes en raison de la faiblesse de l’agitation et de la mobilisation de nos anciens camarades. Quand les opportunistes ne condamnent pas ouvertement ces expériences en les qualifiant d’aventuristes, ils expliquent la différence entre notre activité et la leur en insistant sur les conditions objectives prévalant ici et là. Pour eux, la combativité ne serait pas le résultat du travail d’organisation: elle découlerait principalement de facteurs extérieurs qu’on ne contrôle pas! Ainsi, ils se dédouanent de la responsabilité de produire des résultats et justifient leur refus d’organiser l’affrontement avec la bourgeoisie et d’assumer la violence qui vient avec. Ce refus s’est aussi manifesté dans le laxisme et le libéralisme dont les opportunistes ont régulièrement fait preuve en ce qui a trait aux mesures de sécurité élémentaires qui devraient normalement être mises en œuvre au sein d’une organisation révolutionnaire: divulgation d’informations secrètes sur internet (localisation des cellules, nombre de personnes sur le CC, révélations publiques sur la structure interne du parti, etc.), réunion du CC dans un local militant connu, partage de documents internes sur internet, téléphones cellulaires apportés aux abords du lieu du dernier congrès, etc. Il faut croire que lorsqu’on ne travaille pas réellement à organiser la révolution, on craint un peu moins la répression.

Poursuivons en abordant la question de la propagande classique. Cette dernière cimente toute notre activité en lui conférant une direction idéologique et politique. Mais qu’est-ce que la propagande? C’est un travail que nous faisons dans les masses afin d’y répandre les perspectives communistes et de faire connaître l’existence d’une initiative révolutionnaire. La propagande permet ainsi d’élever la conscience de classe du prolétariat en lui transmettant, sous la forme d’idées et par des moyens journalistiques, l’expérience de la classe ouvrière internationale. Elle révèle aux prolétaires la possibilité de la révolution. C’est pour cela que nous distribuons régulièrement nos journaux et nos tracts, dont le contenu est ouvertement maoïste, aux portes des usines, dans les quartiers populaires, dans les réseaux de transport, etc. C’est pour cela que nous n’hésitons pas à diffuser notre propagande révolutionnaire le plus massivement possible, dans toutes les sections du peuple. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons récemment relancé le journal Partisan, décision qui, aussi ahurissant que cela puisse paraître, nous a été reprochée par les opportunistes dans leur communiqué d’expulsion. On peut légitimement se demander pourquoi des communistes s’opposeraient à la parution et à l’impression d’un journal communiste. Mais comme toujours, l’opportunisme laisse des traces qui sont visibles. Voici ce qu’écrivait un des leaders opportunistes, en 2010, sur le site du Social Revolution Party:

«We know the old strategy of standing on a corner hocking newspapers is bankrupt. There are enough groups doing that already, and if that were the way forward, the revolution would already have happened. The reality is that it isn’t 1917 anymore, and our base has to be built on the personal relationships we build in a sea of atomization.»

La clique opportuniste adhère visiblement encore à ces idées médiocres. Cela explique pourquoi, lors d’une tournée récente dans l’Ouest canadien, et qui était organisée par la clique opportuniste, aucune diffusion dans les masses ne fut planifiée – la tournée ayant servi exclusivement à rencontrer une poignée de contacts faits sur internet.

Les opportunistes pensent que les masses ne peuvent pas être réceptives à la propagande révolutionnaire. Dans la période actuelle, il faudrait d’abord, selon eux, les approcher en leur parlant de leurs besoins immédiats et en leur proposant des campagnes pour des réformes. C’est précisément ce qu’affirme un autre leader opportuniste dans le texte L’approche communiste du travail de masse, paru dans le dernier numéro de la revue Arsenal lorsqu’il écrit: «Les révolutionnaires ont besoin de parler aux masses là où elles sont, d’une manière qui influence directement leur vie au jour le jour et en s’adressant concrètement à leurs expériences quotidiennes; actuellement, cela prend largement la forme de réformes ou de campagnes spécifiques.»

Voilà une façon spontanéiste et économiste de comprendre le lien que nous devons entretenir avec les masses. Se cantonner dans cette politique du reflet, c’est-à-dire parler de la pauvreté aux pauvres, des mauvaises conditions de travail aux travailleur-es, du racisme aux immigrant-es, etc., c’est-à-dire s’arrêter exclusivement sur les particularités et les différences entre les secteurs des masses, est une pratique qui découle de postulats anti-oppressifs petits-bourgeois qui renforcent l’état spontané de désunion de la classe ouvrière. Or le prolétariat ne se constitue en classe qu’en luttant contre la bourgeoisie dans l’intérêt commun de ses membres. La force et l’ampleur de l’unité de classe dépend alors du contenu et du degré d’universalité de la lutte. Par conséquent, plus les objectifs de la lutte apparaitront comme ceux de la classe toute entière, plus ils apparaitront vitaux, et plus grande sera l’unité de la classe et plus forte sera l’antagonisme avec l’ennemi de classe. Il ne faut donc pas seulement se limiter au quotidien des masses: il faut introduire les perspectives du changement révolutionnaire.

C’est sa compréhension partielle du rôle des communistes et de leur propagande dans les masses qui explique pourquoi la clique opportuniste s’est opposée à ce que le Parti entreprenne en 2017 un effort de propagande intense pour souligner le 100e anniversaire de la Révolution bolchévique sous prétexte que nous n’étions pas un collectif d’historiens et que la Révolution d’Octobre n’intéressait pas les travailleurs et travailleuses. Alors que nous nous efforçons d’élever la propagande révolutionnaire, en connectant l’expérience historique du prolétariat international à l’expérience directe et actuelle du prolétariat canadien, les opportunistes préfèrent rabaisser la propagande au niveau de la réalité vécue des masses, chose que font déjà très bien les médias et organisations réformistes.

Une conception erronée du rôle du Parti

L’avant-dernier congrès du Parti – un congrès spécial qui visait principalement à corriger certaines faiblesses, notamment au niveau de la propagande et au niveau du renouvèlement d’une partie de l’équipe dirigeante – invitait tous et toutes les membres à reconnaître que le PCR se construisait dans une perspective qui est tout à fait singulière dans le contexte canadien, et probablement même dans celui du mouvement communiste en Amérique du Nord, car il tend à «se développer comme un parti révolutionnaire complet». Effectivement, notre conception du Parti, est celle du Parti complet, c’est-à-dire un organe ouvrier qui dirige la révolution prolétarienne et qui prend le pouvoir. Pour y parvenir, il doit obligatoirement occuper l’entièreté du spectre politique, idéologique et tactique. Les bases du léninisme stipulent que le Parti doit assumer toutes les formes d’action révolutionnaire. Il doit également casser tous les intermédiaires entre lui et les masses afin d’en élever la conscience révolutionnaire. Le Parti complet est, en somme, celui qui conduit le prolétariat vers la GPP de même que celui qui dirige la GPP.

Déjà, à l’époque de l’avant-dernier congrès, la clique opportuniste dédaignait les idées et les pratiques relevant de cette conception du Parti. Paradoxalement, ce sont ces mêmes idées et pratiques qui lui ont permis d’avoir un rayonnement. Aujourd’hui, elle ne fait que formuler, de manière décomplexée, son dédain pour la conception du parti communiste complet dont l’expansion du PCR dans le reste du Canada est pourtant tributaire.

Notre Parti s’est construit sur une compréhension de la dialectique entre les petits et les grands mouvements. C’est la réponse qu’il a trouvé à l’inévitable question des grands nombres: comment organiser le rapport entre un petit groupe de révolutionnaires organisé-es et le grand bassin du prolétariat, et donc, comment, un jour, faire basculer un large pan de la population dans le camp de la révolution? La dialectique entre les petits et les grands mouvements dicte une façon méthodique de se construire et d’intervenir dans les masses. Elle ne permet pas de faire des détours inutiles tels que de tenter de bâtir un mouvement ouvrier alternatif. Ce que le parti appelle ses petits-mouvements (MRO, MER, FFPR, FRJ, etc.) sont une composante majeure de cette méthode de construction. Ils participent au rayonnement et à l’influence du Parti, dans le prolétariat, qu’il doit sans cesse chercher à décupler. Dans cet ordre d’idées, il est impensable que le PCR ne dirige pas pleinement les structures qu’il met en place. Ce qu’un Parti communiste crée, il doit le diriger, et ce qu’il ne crée pas, il doit chercher à le diriger, sans quoi, il donne les armes à la bourgeoisie pour qu’elle le liquide.

L’enlignement de la clique opportuniste conduit le Parti à être le maillon faible, car selon sa conception, ce sont les organisations de masse qui dirigent le parti. Cela traduit également sa vision selon laquelle il est impossible de construire un parti communiste révolutionnaire au Canada à l’heure actuelle. À ce propos, un des principaux membres de la clique opportuniste écrivait dans la neuvième édition de l’Arsenal:

«Dans le contexte canadien, les organisations intermédiaires sont partiulièrement importantes: alors qu’il existe un certain nombre de partis qui se sont fixé la tâche de devenir l’avant-garde du prolétariat canadien, aucun parti (y compris le nôtre) n’a encore atteint cet objectif.»

Au cœur de la mise sur pied des petits-mouvements se trouve des problèmes indéniables que le Parti tente de résoudre en se construisant dans le mouvement réel (pas à côté!). D’abord, l’avant-garde communiste dans un pays comme le Canada est restreinte et faible. Il faut donc former des nouveaux et nouvelles communistes. Ensuite, une des composantes spontanées de l’avant-garde qu’étaient historiquement les intellectuel-les (p. ex., le jeune Marx ou encore le jeune Lénine) sont actuellement des forces contraires au mouvement communiste et opposées à l’idée de Parti: la démocratie bourgeoise les a domestiqué-es et intégré-es pleinement en son sein en leur octroyant toute la liberté à laquelle ils et elles aspiraient. Aussi, à l’état avancé du capitalisme, tout est mûr pour le socialisme. Les feux brûlent partout dans la classe ouvrière. Il nous faut donc sans attendre déployer le Parti et préparer la guerre populaire pour prendre le pouvoir dans un avenir rapproché. Les problèmes que nous avons énumérés sont le propre de la période qui est la nôtre. Faire la révolution au Canada aujourd’hui en tant que petit groupe révolutionnaire, c’est-à dire prendre en charge les quatre formes objectives d’action révolutionnaire, posent des défis qui sont étrangers au mouvement communiste du début du siècle dernier alors que tous les partis communistes dans le monde avaient des milliers et des milliers de personnes à leur disposition dès leur fondation.

Cette compréhension, les opportunistes la rejettent. La ligne opportuniste conçoit plutôt les petits-mouvements comme des organisations intermédiaires ou de masses, c’est-à-dire comme des organisations dont l’orientation politique et le mode de fonctionnement est plus vague que celui du Parti, mais se situant dans son orbite. Selon les opportunistes, le but de ces organisations intermédiaires est de se substituer aux organisations déjà existantes des masses.

Plus concrètement, pour les opportunistes, les petits-mouvements fonctionnent avec leur propre régime de démocratie et sont indépendants de la direction du PCR. La direction du Parti s’exercerait alors par l’entremise de l’influence de ses militants et militantes sur ces organisations, c’est-à-dire que les petits-mouvements échappent en partie ou en totalité à la direction du parti. Selon les opportunistes, viser à ce que le parti dirige les structures qu’il met en place pour se lier aux masses relèverait d’une erreur «bureaucratique», c’est-à-dire de chercher des solutions bureaucratique à des problèmes politiques.

La clique opportuniste est dans l’erreur en cherchant à substituer nos dispositifs aux organisations déjà existantes des masses. En concevant nos petits-mouvements comme des substituts aux grands mouvements (syndicat rouge pour remplacer les syndicats existants; association étudiante révolutionnaire pour remplacer les associations étudiantes existantes, etc.), on restreint l’influence directe du Parti dans les grands mouvements en ajoutant des intermédiaires, c’est-à-dire les organisations-substituts entre le parti et les masses. C’est là une conception erronée du travail de masse que doit mener une organisation révolutionnaire à une étape où toute l’activité des communistes devrait être commandée par la préoccupation d’assurer la pénétration des idées et des pratiques révolutionnaires dans la classe ouvrière et dans les masses prolétariennes. Le principal problème avec la conception des organisations qui est soutenue par la clique opportuniste, c’est qu’elle nous mène à nous séparer des masses (former des organisations-substituts) sous prétexte de nous lier avec elles: on ne saurait faire montre de plus de confusion. Depuis le Manifeste du Parti communiste, nous savons que les communistes se distinguent des masses sur deux points: ils et elles font toujours prévaloir les intérêts indépendants et communs du prolétariat et ils et elles représentent toujours les intérêts du mouvement prolétarien dans sa totalité. Par conséquent, pour réaliser la tâche révolutionnaire que Lénine décrivait avec justesse dans Que Faire?, à savoir opérer la fusion entre le socialisme scientifique et le mouvement ouvrier, les communistes engagé-es dans la lutte pour la révolution n’ont pas à prendre la place des syndicats, des associations étudiantes et des autres organisations des masses pour que les luttes deviennent plus combatives. C’est bien plutôt en intervenant sur des bases communistes dans ces luttes qu’ils et elles parviendront vraiment à ce que ces luttes soient non seulement plus combatives, mais également révolutionnaires. En construisant le MRO, le FFPR, le MER et le FRJ, nous ne demandons pas aux prolétaires, aux femmes prolétariennes et à la jeunesse de choisir entre leur syndicat, leur association étudiante, etc. et nos mouvements. Nous organisons plutôt à travers nos petits-mouvements des prolétaires, femmes et jeunes gagnées aux idées communistes pour qu’ils et elles puissent introduire les idées et pratiques communistes dans les syndicats, associations étudiantes, groupes de femmes, etcetera. Pour se lier aux masses, il faut être là où elles sont.

La conception erronée du rôle du Parti défendue par la clique opportuniste se révèle de manière particulièrement scandaleuse quand nous en venons au sujet inéluctable de la guerre populaire prolongée (GPP), et encore plus manifestement lorsqu’il est question de son déclenchement. Ce dernier est la plus grande manifestation de la direction du Parti. Il s’agit d’une initiative politico-militaire consciente qui inaugure un affrontement militaire soutenu avec la bourgeoisie. Sans déclenchement, il ne peut y avoir de GPP.

Les positions défendues par la clique opportuniste, que cela soit dans des textes, interventions ou bien déclarations faites sur internet, révèlent des conceptions contraires à celles du PCR sur la guerre populaire prolongée, dont elle remet en question certains des principes universels et fondamentaux à un tel point que les perspectives qu’elle endosse réellement correspondent, à quelques nuances près, à la stratégie insurrectionnaliste du RCP-USA.

La vision défendue dans le texte L’approche communiste du travail de masse, selon laquelle la construction du parti doit se faire à travers la mise en place d’une pléthore d’organisations de masse ou intermédiaires autonomes servant à mener des campagnes pour des réformes, est le fruit d’une conception stratégique erronée. Selon cette conception, la progression vers la révolution comporterait d’abord une longue phase de lutte économique (rappelant étrangement la longue phase de travail légal du schéma insurrectionnaliste classique), suivie d’une période plus ou moins longue de défense armée des organisations de masse contre la répression que l’État bourgeois aura commencé à faire s’abattre sur celles-ci en raison de leur accroissement et de leur succès grandissant. Cette deuxième période correspondrait à la première phase de la guerre populaire, c’est-à-dire à la défensive stratégique (le mot défensive ayant été pris au pied de la lettre!). C’est ce qu’on trouve résumé dans cet extrait éloquent:

«Au fur et à mesure que notre travail de masse obtiendra du succès et que notre parti et les organisations de masse se développeront, nous allons inévitablement subir une répression accrue de la part de l’État. La défense des organisations révolutionnaires de masse deviendra une partie essentielle de notre travail de masse, pour s’assurer de sa poursuite. Cette défense pourra donner lieu à une confrontation violente avec l’État. La défense énergique des organisations de masse et de leurs activités contre la répression de l’État peut constituer une étape de l’ouverture de la défensive stratégique en milieu urbain. Dans la mesure où les organisations de masse constituent l’embryon de ce qui deviendra les institutions du socialisme, la capacité de les défendre est au cœur de la mise en place d’un double pouvoir.»

Ainsi, selon cette vision, le déclenchement de la guerre populaire (pour autant que l’on veuille encore appeler cela guerre populaire) est tributaire de facteurs qui sont en dehors de notre contrôle: il survient au moment où l’État bourgeois décide de nous attaquer – le moment où la «confrontation violente» débute.

La conception que nous défendons est complètement à l’opposé de ce point de vue. Au cœur de la stratégie de la guerre populaire prolongée se trouve la lutte contre l’aléatoire et le contingent. L’avancement stratégique vers la prise du pouvoir doit être conditionné principalement par le développement de notre propre activité révolutionnaire, sans quoi on finit par être dominé par les circonstances extérieures. Ainsi, pour nous, le déclenchement de la guerre populaire ne peut être rien d’autre qu’une initiative politico-militaire du parti. Laisser toute l’initiative à la bourgeoisie équivaut à signer l’arrêt de mort de la révolution. Toute la période qui précède sert à accumuler les forces et à développer les capacités nécessaires pour initier la guerre populaire. L’accumulation des forces est le processus à travers lequel le Parti se construit en prenant graduellement en charge les trois premières formes objectives de l’action révolutionnaire, jusqu’à ce qu’il en ait développé une maîtrise suffisante pour passer à la quatrième forme, laquelle englobe les premières. Pendant cette période, il est important de ne pas s’en tenir au travail légal, mais d’accorder une place de plus en plus grande au travail illégal. Il est aussi primordial de contester le monopole de la violence de la bourgeoisie en intensifiant progressivement le niveau de la violence révolutionnaire. À la lecture de cet extrait du texte La guerre populaire prolongée est la seule voie révolutionnaire (Socialisme maintenant no 8) publié par le PCR(co) en 2002, on comprend que c’est la réussite de nos objectifs dans la période préparatoire qui détermine le passage à la défensive stratégique, et non pas des conditions extérieures à notre propre activité:

«On peut ainsi déterminer que la guerre populaire prolongée doit passer par une étape préparatoire: celle de la propagande armée, qui est la combinaison entre la construction du parti communiste révolutionnaire, le développement de l’embryon de l’armée rouge et la lutte des masses. Cette étape conditionne (la tactique militaire dépend du niveau de la technique militaire, c’est Engels qui a répété cette vérité) le passage à la prochaine étape – celle de la défensive stratégique, dans laquelle vont se modifier le mouvement politique et revendicatif des masses, l’activité politique révolutionnaire et l’activité combattante révolutionnaire. En synthèse, cette période est stratégiquement défensive, mais tactiquement offensive.»

On apprend aussi, dans cet extrait, que la première phase de la guerre populaire est tactiquement offensive. Il faut en comprendre que malgré son nom, la défensive stratégique est constituée presqu’exclusivement d’opérations militaires offensives. Au départ, les unités de partisan-nes opèrent dans des zones de guérilla urbaine et mènent une guerre d’usure contre les forces armées de la bourgeoisie. Il n’y a pas de territoire à défendre coûte que coûte, pas de nouveau pouvoir révolutionnaire à protéger.

Au contraire, les opportunistes voient la défensive stratégique comme une période tactiquement défensive. Pour eux, cette période serait marquée par une grande effervescence des masses. Les luttes économiques auraient désormais un aspect armé, mais les actions de l’armée rouge seraient principalement défensives, ayant pour objectif de protéger les masses en lutte: défense de grèves, d’occupations de terrains, etc. contre la répression de l’État bourgeois. Il ne s’agit pas d’une guerre de guérilla, d’un affrontement militaire soutenu où l’on cherche à désarmer progressivement la bourgeoisie et à armer le camp du peuple, à conserver nos forces et à anéantir celles de l’ennemi.

Dans l’extrait précédemment cité, on apprend également que la propagande armée est une composante incontournable de la période préparatoire au déclenchement de la GPP. Notre Parti conçoit la propagande armée comme étant l’utilisation de moyens armés, dirigés contre des biens, des instances, des appareils organisés, des moyens et dispositifs de la bourgeoisie, occasionnant leur destruction partielle ou totale, comme support ou véhicule d’un discours révolutionnaire servant fondamentalement la construction du parti. La propagande armée permet de démontrer la possibilité d’affronter victorieusement (même à une échelle réduite), les armes à la main, la bourgeoisie et ses forces de défense. C’est une forme de propagande qui permet de s’adresser à la nation entière, à la société dans sa totalité.

Dans tous les textes importants du PCR portant sur la guerre populaire prolongée (Le parti communiste doit mener la guerre révolutionnaire dans les pays impérialistes, Les bases urbaines du maoïsme, La guerre populaire prolongée est la seule voie révolutionnaire), il est affirmé que la propagande armée doit être utilisée dans toutes les phases de développement du parti et de la révolution, y compris dans la période d’accumulation des forces précédent le déclenchement de la guerre populaire. Cela ne semble pas avoir été bien assimilé par la clique opportuniste dont un porte-parole, il n’y a pas si longtemps, affirmait sur le groupe Facebook Communism 101 – son véhicule de prédilection pour la propagande – que l’aspect armé du processus révolutionnaire apparaît seulement avec le déclenchement de la guerre populaire:

«Revolution advances broadly through the following phases: gathering of forces, strategic defensive (opening of the armed aspect), strategic equilibrium (establishment of base areas, and strategic offensive (expansion of base areas).»

En fait, la clique opportuniste refuse de faire la distinction entre la propagande armée – qui est essentiellement, rappelons-le, une forme de propagande – et les opérations militaires des détachements de partisan-nes lors de la guerre populaire prolongée. Ainsi, l’emploi de moyens armés est pour eux indissociable de l’existence d’une armée du peuple et donc impensable dans la période d’accumulation des forces dans laquelle nous nous trouvons.

Le même porte-parole public de la clique opportuniste a affirmé, à plusieurs reprises, sur la même plate-forme, que le passage à l’offensive stratégique serait très rapide (une question d’heures!), et que la dernière phase de la guerre populaire serait également très courte:

«The period of dual power will be protracted (strategic defensive), the strategic equilibrium may very well last a couple of hours and will look like something akin to an insurrection, but the strategic offensive will have to be achieved quite quickly.»

Encore, ce même porte-parole, sur la même plate-forme, a aussi affirmé, à plusieurs reprises, que la constitution de bases d’appui en milieu urbain, dans le contexte d’un pays impérialiste comme le Canada, était impossible, comme on le constate dans la citation suivante où il écrit: «I don’t think urban base areas are possible in any meaningful sense, and I think that the transition from strategic defensive to strategic equilibrium will be short in imperialist countries.» Cela contredit l’expérience historique du prolétariat armé. Cela contredit le programme du PCR dans lequel on peut lire que «la construction de bases d’appui et leur utilisation pour commencer les transformations sociales avant même la prise du pouvoir» est l’un des principes universels, applicables partout, de la guerre populaire prolongée. De même, le texte Les bases urbaines du maoïsme introduit la perspective des bases d’appui tout en l’intégrant à un processus dialectique: «Au début, les unités de partisans fonctionneront probablement dans des zones de guérilla. Ce n’est qu’après la prise de centres urbains, que devraient apparaître les bases d’appui temporaires, puis les bases d’appui stables. L’expérience du mouvement communiste nous enseigne qu’il est possible de créer de telles bases. Pour ce faire, les révolutionnaires doivent s’appuyer résolument sur les masses et procéder à partir d’elles en construisant les bases politiques permettant la création de bases d’appuis stables, selon la ligne ne pas avoir/avoir, de petit/à grand, d’imparfait/à plus que parfait.»

Une guerre populaire prolongée dans laquelle on ne crée pas de bases d’appui n’en est pas une. Pour reprendre l’expression de Gonzalo, les bases d’appui constituent l’épine dorsale de la guerre populaire prolongée. En effet, au cœur de cette stratégie se trouve le principe selon lequel le nouveau pouvoir se constitue graduellement dans le temps et dans l’espace, «de petit à grand, d’imparfait à plus que parfait», comme on peut lire dans la citation précédente. Ce principe est à l’opposé du postulat insurrectionnaliste selon lequel le pouvoir révolutionnaire s’établit rapidement sur une portion significative du territoire après une offensive militaire déterminante et de grande ampleur lancée quand les conditions objectives sont jugées favorables. C’est précisément ce deuxième postulat que défend la clique opportuniste en affirmant que le passage de l’équilibre à l’offensive stratégique sera très rapide et en soutenant que la création de bases d’appui est impossible au Canada.

La conception stratégique des opportunistes conduit au même attentisme et à la même passivité qu’induit le schéma classique de l’insurrection. Pour eux, la guerre populaire est un horizon lointain plutôt que quelque chose que l’on construit dès aujourd’hui. Cela transparaît dans leur refus d’organiser dès maintenant l’affrontement avec la bourgeoisie, dans leur rejet de l’action révolutionnaire.

Une lutte pour la défense du communisme

Du SRP à la clique opportuniste: un véritable cancer pour le mouvement révolutionnaire canadien

La clique de militants et de militantes en provenance du SRP ayant faussement rallié le PCR, dans la foulée du G20 et du CRC de Toronto, s’est développée comme la gangrène au sein de notre organisation.

N’ayant jamais réellement reconnu la guerre populaire prolongée comme la stratégie révolutionnaire du Parti, cette clique a cherché, tout au long de son parcours, à en distordre les fondements pour pouvoir mettre à l’ordre du jour son propre agenda: un collage des pires pratiques opportunistes et réformistes jumelé d’un appui en paroles à une éventuelle confrontation avec l’État bourgeois. Cette éventuelle confrontation imaginée est un amusement pour dilettante, du véritable subjectivisme petit-bourgeois. C’est une construction pure et simple servant à justifier l’ensemble de ses pratiques actuelles ancrées dans la démocratie bourgeoise. Les opportunistes veulent nous faire croire que l’ensemble de leurs pratiques réformistes actuelles vit à crédit: un moment salvateur où tout prendra enfin son sens serait sensé survenir dans un avenir hypothétique. Après trente ans de marais obscènes et opportunistes, l’État bourgeois serait sensé attaquer un château de cartes. Pour les opportunistes, c’est seulement à ce moment, qu’il serait possible de poser les questions stratégiques et militaires de la révolution… et encore, seulement si elles sont posées dans la perspective d’une défense proportionnelle au niveau de la conscience de classe moyenne des masses! En attendant, toutes tentatives de le faire seraient de l’aventurisme.

Le rejet des formes objectives de l’action révolutionnaire sont autant d’initiatives laissées à l’ennemi. L’ensemble de l’œuvre de la clique opportuniste est un abandon complet du rôle dirigeant du Parti, lequel doit pourtant culminer dans sa capacité à déclencher et à diriger la guerre populaire. Un amateurisme si outrancier que celui de la clique opportuniste ne mérite pas d’attention, mais il reste que les manœuvres et les mensonges petits-bourgeois ont fait en sorte que:

  • Les militants et militantes du SRP se sont établi-es dans notre organisation en présentant systématiquement leur position révisionniste et leur version du programme du PCR à leurs recrues. Ils et elles ont créé un parti dans un parti;
  • Ils et elles se sont organisé-es et consolidé-es en utilisant à leur avantage les contributions théoriques du PCR et l’ensemble du travail pratique que le Parti a mis de l’avant dans la lutte contre la bourgeoisie, et ce, de manière à se développer beaucoup plus rapidement que s’ils et elles avaient poursuivi leur travail risible dans le SRP. Tel-les de véritables parasites, d’un côté, ils et elles ont utilisé l’aspect radical d’une adhésion en paroles à la guerre populaire pour masquer leur opportunisme et, de l’autre côté, ils et elles sont venu-es discréditer, à mesure que leur influence augmentait, le travail révolutionnaire du parti en le qualifiant d’aventuriste, et en l’accusant d’abandonner la ligne de masse et de devancer l’état de conscience général du prolétariat;
  • Ils et elles ont versé dans les manœuvres et se sont servi à profusion de mensonges petits-bourgeois pour lancer des campagnes antiparti, visant parfois même à diffamer des membres du PCR à Montréal. Ils ont utilisé l’intimidation pour diviser le camp du prolétariat et tenter de faire taire les révolutionnaires du Parti. Ils ont manœuvré et utilisé à leur guise des saboteur-es qui sont allés jusqu’à menacer de s’en prendre à l’intégrité physique de nos camarades. Ils et elles ont procédé à la stigmatisation systématique des éléments prolétariens de notre organisation, en particulier les femmes, en faisant en sorte que toute contestation d’une ligne petite-bourgeoise sur le genre et le rôle des femmes dans la révolution soit suivie d’une humiliation publique;
  • Ils ont lentement accumulé et positionné leurs pions pour pouvoir ultimement jouer leurs cartes au dernier congrès et tenter de mettre enfin à l’ordre du jour leurs propres positions, leur propre programme, leurs propres perspectives stratégiques et leur liquidation de la révolution. C’est au dernier congrès que ce mouvement antiparti a pris sa forme décomplexée. Cette cabale s’est terminée par la rupture complète et définitive entre nous et les opportunistes. La nouvelle période de reconstruction du Parti communiste révolutionnaire s’est ouverte avec l’amputation du membre gangrené qu’était la clique opportuniste;
  • La possibilité de voir ces perspectives se développer, voire se répandre, nous obligent à lutter à mort contre elles. C’est un combat pour la défense du communisme que le PCR entend mener, coup après coup, lutte après lutte, tant et aussi longtemps que l’entièreté du pays ne sera pas devenu un territoire hostile aux opportunistes.

La fusion de deux mouvements toxiques

Dans notre lutte face aux opportunistes canadiens, nous avons rencontré une manifestation directe d’une nouvelle forme de révisionnisme historique. La force que la clique d’opportunistes en provenance du SRP a réussi à mettre en branle provient de la fusion de deux mouvements toxiques:

  • D’une part, la clique opportuniste s’est regroupée autour des pires conceptions réformistes et opportunistes ayant été rejetées par le mouvement communiste international, autour de l’économisme, autour de l’intégration à la démocratie bourgeoise et à la discipline qu’elle impose, autour de la confusion stratégique et autour de l’abandon de la lutte pour la conquête du pouvoir.
  • D’autre part, les opportunistes canadien-nes ont fusionné avec les post-modernistes et leurs idées étrangères au marxisme. Cette fusion s’est produite à travers une spécialisation dans les secteurs universitaires qui a mené à l’intégration massive d’éléments petit-bourgeois. Cette fusion a aussi été facilitée par la perméabilité à l’idéologie anti-prolétarienne propre à la superstructure des pays impérialistes où le mode de production capitaliste subit une crise de longue durée. Cette fusion avec un bassin d’universitaires a été opérationnalisée par la mise en place du RSM. L’un des produits les plus toxiques qui en a résulté est le rejet du prolétariat comme sujet révolutionnaire. À ces éléments universitaires, le programme du PCR a été systématiquement présenté comme incomplet et en grande partie erroné. Du même souffle, les opportunistes ont promis à leurs recrues que le programme serait modifié dans le futur pour assurer le recrutement d’un bassin hostile au programme historique du parti.

Ils et elles ont usé de fausses accusations, de mensonges et de manœuvres petite-bourgeoises pour diriger l’attention de cette base universitaire sur des fausses accusations, mais aussi pour focaliser l’ensemble de la confusion des membres universitaires sur une critique à notre endroit, celle de ne pas avoir accepté et compris les idées et les pratiques qu’ils et elles ont mises de l’avant.

Une révision de l’histoire du mouvement communiste

Cette force politique tolérable pour la bourgeoise (et intolérable pour nous!) s’est développée en cherchant à se donner une légitimité au sein des autres forces de gauche dans les pays impérialistes. L’union des deux mouvements toxiques, telle que présentée précédemment, a cherché à se consolider sur la base de sa propre relecture de l’expérience du mouvement communiste international:

  • En trouvant des expériences à répudier pour se mettre en valeur devant d’autre forces de gauche et pour justifier l’intégration de concepts étrangers au marxisme tels que «identité de genre», «système d’oppression», etc.;
  • En revisitant, selon son subjectivisme petit-bourgeois, et avec un fétichisme de droite, des expériences anciennes pour faire valoir le maoïsme au sein des forces de gauche dans les pays impérialistes;
  • En venant systématiquement ternir le léninisme, le rôle dirigeant du parti et l’ensemble de l’époque historique de luttes contre l’économisme et l’opportunisme qui a servi de base matérielle à l’émergence du léninisme;
  • En inventant un maoïsme inexistant qu’elle place en rupture avec l’ensemble du mouvement communiste international, un maoïsme qui viendrait corriger les défauts et les erreurs de la période antérieure en permettant au mouvement communiste de recommencer à neuf; en défendant un copier-coller des pires déviations des social-démocrates, des franges de droite des partis communistes de la 3e Internationale, des points de vue insurrectionnalistes étroits, et des pires pratiques du mouvement ML;
  • En ne maîtrisant aucune question et dimension militaire; en s’embourbant dans des accusations d’aventurisme sans même maitriser l’ABC de l’expérience militaire du prolétariat international; en entretenant de l’opacité sur l’importante distinction entre la propagande armée et la lutte armée.

Les cinq composantes des opportunistes canadiens et du maoïsme révisionniste

Nous reconnaissons au maoïsme-révisionniste, tel que nous le comprenons et le combattons aujourd’hui, cinq grandes composantes:

  1. Le positionnement du maoïsme comme élément de rupture face à l’expérience du mouvement communiste international;
  2. L’élévation à un niveau qualitativement supérieur de l’opportunisme historique dans les pays impérialistes par le rejet du léninisme et du rôle dirigeant du Parti;

  3. Le rejet du prolétariat en tant que sujet révolutionnaire et la soumission complète aux perspectives bourgeoises par l’introduction massive d’éléments dissolutif du marxisme;

  4. Le confinement de la grande majorité du maoïsme dans une version anhistorique de la révolution culturelle et l’importance d’une relecture anti-oppressive et idéologique aux dépens de la lutte des classes pour la transformation des rapports de production;

  5. Le refus de la guerre populaire comme élément totalisant du maoïsme unifiant et prolongeant l’ensemble de l’expérience internationale du prolétariat révolutionnaire.

Un parti, un programme, une stratégie et des organisations qui ne sont pas les nôtres!

  • Un parti où la clique opportuniste en lutte pour la direction du CC sabote volontairement la préparation du congrès en refusant de rencontrer les camarades révolutionnaires pour mieux préparer son offensive au congrès; où les cellules sous sa direction traduisent des textes antipartis secrets au lieu des textes de préparation au congrès; où les magouilles et les attaques anti-prolétariennes dominent!
  • Un parti où l’entièreté du programme est réécrite pour plaire à la fraction universitaire postmoderniste, pour s’assurer de gagner la direction du Parti en sacrifiant les acquis des révolutionnaires et pour s’assurer de la fusion des deux mouvements toxiques!
  • Un parti où la continuation du PAM se trouve dans une version opportuniste de la guerre populaire et où l’ensemble des pratiques opportunistes et réformistes passe inaperçu derrière une adhésion en paroles à la révolution!
  • Un parti où la clique opportuniste a mené une lutte ouverte (particulièrement durant les deux dernières années) contre chaque progrès et chaque gain dans l’avancement stratégique vers le déclenchement de la guerre populaire, et ce, en les dénonçant et les stigmatisant comme de l’aventurisme!
  • Un parti se construisant grâce au retour de la ligne opportuniste des organisations intermédiaires historiquement rejetée par le mouvement ML au Québec!
  • Un parti se construisant principalement sur une conception selon laquelle la ligne de masse équivaut à du travail réformiste sous le couvert de l’appellation «travail de masse» et selon laquelle il ne faut surtout pas brusquer la conscience du prolétariat par autre chose que les pires clichés opportunistes sur les revendications immédiates des masses!
  • Un parti où les seules capacités d’initiatives sont de copier les aléas du mouvement spontané et des autres forces de gauche et de se mettre à la remorque de celles-ci («Fuckthe150», «Opportunism Against Fascism», etc.)!
  • Un parti qui n’est pas le nôtre et qui n’a rien à voir avec le PCR!

Nous sommes les continuateur-es!

  • Que ce soit dans la lutte contre les conceptions petites-bourgeoises que Marx et Engels ont mené pour poser les bases du socialisme scientifique;
  • Que ce soit dans les luttes que Lénine et les bolchéviks ont menées contre les économistes, les opportunistes et les menchéviks;
  • Que ce soit dans la lutte de ligne épique qui a culminé à la faillite de la Deuxième Internationale et à la trahison historique de la social-démocratie et qui fut à l’origine du mouvement communiste tel que nous le connaissons;
  • Que ce soit dans la rupture que Mao et le Parti communiste chinois a opérée avec l’URSS révisionniste, lançant ainsi une véritable vague de militant-es et d’organisations antirévisionnistes à travers le monde;
  • Que ce soit dans la lutte qui a suivi la mort de Mao et la restauration du capitalisme en Chine pour continuer le combat, lutte qui fut à l’origine du Mouvement révolutionnaire internationaliste (MRI) et de la nouvelle vague de guerres populaires;

… il faut reconnaître que le fait d’avoir raison théoriquement et politiquement n’a donné, en pratique, aucun laissez-passer, aucun ticket gratuit, aucun billet de faveur aux communistes révolutionnaires pour prendre leur place et mener leur politique. La seule vérité pour eux fut le devoir de continuer la lutte peu importe les obstacles; l’obligation de continuer peu importe les trahisons, peu importe les défaites, peu importe les embuches. Et l’histoire du mouvement révolutionnaire canadien n’a jamais fait exception à cet impératif, que ce soit:

  • Lorsque nos plus vieux et vieilles camarades membres du PCR ont continué la lutte pour construire le Parti et pour ériger la défense du communisme en en refusant la mise à mort, laquelle avait été annoncée par la trahison historique de la direction du mouvement ML au Québec qui, n’ayant pas les reins suffisamment solides, avait refusé d’avancer vers la révolution en liquidant ses propres organisations;
  • Lorsque les camarades formant la direction historique du PCR ont fondé Action socialiste, première organisation canadienne à reconnaitre le maoïsme comme troisième stade supérieur de la science de la révolution, pour lutter contre la lente mort du communisme au Canada;
  • Lorsque nous avons lutté contre les tendances de droite à l’international qui refusaient l’universalité de la guerre populaire et sa possibilité dans un pays capitaliste avancé;
  • Lorsque notre organisation s’est constituée en PCR(co) pour lutter contre l’attentisme outrancier de la période de reflux et contre le réduction du communisme à une simple option théorique sur le futur;
  • Lorsque notre organisation s’est constituée en Parti en allant à contre-courant de l’ensemble de la gauche dans les pays impérialistes et qu’elle s’est mis à avancer dans une pratique réelle de préparation de la guerre populaire en misant sur la continuité et la persévérance de l’action révolutionnaire;
  • Lorsque notre organisation a rompu avec les opportunistes canadiens et le maoïsme-révisionniste pour défendre l’intégrité du parti, de son programme, de sa stratégie et de ses conceptions.

Nous avons été, nous sommes et nous serons les continuateur-es de cette lutte pour le communisme; de la lutte contre tous les liquidateurs, toutes les trahisons, tous les mensonges et toutes les manœuvres petite-bourgeoises; de la lutte contre toutes les mises à mort, toutes les révisions et toutes les tentatives d’enfermer la révolution.

Nous appelons tous les partis et toutes les organisations maoïstes dans le monde à lutter contre les déviations, les manifestations de l’opportunisme de droite et les positions liquidatrices au sein du mouvement maoïste; à lutter contre toutes les forces embryonnaires, rampantes, ou à l’état d’organisations formées comme celles des opportunistes canadien-nes; à lutter de toute leurs forces contre le révisionnisme et à tenir bien haut le drapeau rouge de la révolution malgré les attaques de ses ennemis frappant de tous les côtés!

En continuité avec toutes les luttes que les communistes ont menées contre les révisionnistes, contre les opportunistes et contre les liquidateurs ayant cherché à saboter le mouvement révolutionnaire et trahir le prolétariat mondial!

En continuité avec le programme du Parti, ses plans et ses perspectives stratégiques pour construire un centre authentiquement prolétarien apte à diriger l’ensemble du peuple canadien dans la guerre populaire contre la bourgeoisie et l’État bourgeois canadien!

Pour la défense du communisme, du Parti, du maoïsme et de la guerre populaire,

Organisons la lutte à mort contre le révisionnisme et l’opportunisme!

Reconstruisons le Parti communiste révolutionnaire libéré du révisionnisme!

Nous sommes les continuateur-es!

Source: http://www.pcr-rcp.ca/fr/4529

 

La maladie infantile du communisme, le «gauchisme» : Extraits

Il nous est apparu que, parmi l’avant-garde révolutionnaire elle-même, et à notre grand désarroi, les militantEs souffraient de l’ignorance non seulement de la théorie marxiste-léniniste dans son ensemble, mais de ces principes élémentaires les plus fondamentaux. C’est pourquoi nous publions aujourd’hui quelques extraits de la célèbre brochure «La maladie infantile du communisme, le gauchisme» qui sauront, nous l’espérons, donner une impulsion « révolutionnaire » à nos militantEs, surtout que nous sommes à la veille de Célébrer le Centenaire de la Grande Révolution Bolchevique d’Octobre de 1917.

« Marx disait que notre théorie n’est pas un dogme, mais un guide pour l’action. »

 

 

«La loi fondamentale de la révolution, confirmée par toutes les révolutions et notamment par les trois révolutions russes du xxe siècle, la voici : pour que la révolution ait lieu, il ne suffit pas que les masses exploitées et opprimées prennent conscience de l’impossibilité de vivre comme autrefois et réclament des changements. Pour que la révolution ait lieu, il faut que les exploiteurs ne puissent pas vivre et gouverner comme autrefois. C’est seulement lorsque « ceux d’en bas » ne veulent plus et que « ceux d’en haut » ne peuvent plus continuer de vivre à l’ancienne manière, c’est alors seulement que la révolution peut triompher. Cette vérité s’exprime autrement en ces termes : la révolution est impossible sans une crise nationale (affectant exploités et exploiteurs). Ainsi donc, pour qu’une révolution ait lieu, il faut : premièrement, obtenir que la majorité des ouvriers (ou, en tout cas, la majorité des ouvriers conscients, réfléchis, politiquement actifs) ait compris parfaitement la nécessité de la révolution et soit prête à mourir pour elle ; il faut ensuite que les classes dirigeantes traversent une crise gouvernementale qui entraîne dans la vie politique jusqu’aux masses les plus retardataires (l’indice de toute révolution véritable est une rapide élévation au décuple, ou même au centuple, du nombre des hommes aptes à la lutte politique, parmi la masse laborieuse et opprimée, jusque-là apathique), qui affaiblit le gouvernement et rend possible pour les révolutionnaires son prompt renversement.

Le capitalisme ne serait pas le capitalisme si le prolétariat « pur » n’était entouré d’une foule extrêmement bigarrée de types sociaux marquant la transition du prolétaire au semi-prolétaire (à celui qui ne tire qu’à moitié ses moyens d’existence de la vente de sa force de travail), du semi-prolétaire au petit paysan (et au petit artisan dans la ville ou à la campagne, au petit exploitant en général) ; du petit paysan au paysan moyen, etc. ; si le prolétariat lui-même ne comportait pas de divisions en catégories plus ou moins développées, groupes d’originaires, professionnels, parfois religieux, etc. D’où la nécessité, la nécessité absolue pour l’avant-garde du prolétariat, pour sa partie consciente, pour le Parti communiste, de louvoyer, de réaliser des ententes, des compromis avec les divers groupes de prolétaires, les divers partis d’ouvriers et de petits exploitants. Le tout est de savoir appliquer cette tactique de manière à élever, et non à abaisser le niveau de conscience général du prolétariat, son esprit révolutionnaire, sa capacité de lutter et de vaincre.»

 

 

«Faire la guerre pour le renversement de la bourgeoisie internationale, guerre cent fois plus difficile, plus longue, plus compliquée que la plus acharnée des guerres ordinaires entre États, et renoncer d’avance à louvoyer, à exploiter les oppositions d’intérêts (fussent-elles momentanées) qui divisent nos ennemis, à passer des accords et des compromis avec des alliés éventuels (fussent-ils temporaires, peu sûrs, chancelants, conditionnels) ; n’est-ce pas d’un ridicule achevé ? N’est-ce pas quelque chose comme de renoncer d’avance, dans l’ascension difficile d’une montagne inexplorée et inaccessible jusqu’à ce jour, à marcher parfois en zigzags, à revenir parfois sur ses pas, à renoncer à la direction une fois choisie pour essayer des directions différentes ? Et des gens manquant à ce point de conscience et d’expérience (encore si leur jeunesse en était la cause : les jeunes ne sont-ils pas faits pour débiter un certain temps des bêtises pareilles !) ont pu être soutenus – de près ou de loin, de façon franche ou déguisée, entièrement ou en partie, il n’importe ! – par certains membres du Parti communiste hollandais !

Après la première révolution socialiste du prolétariat, après le renversement de la bourgeoisie dans un pays, le prolétariat de ce pays reste encore longtemps plus faible que la bourgeoisie, d’abord simplement à cause des relations internationales étendues de cette dernière, puis à cause du renouvellement spontané et continu, de la régénération du capitalisme et de la bourgeoisie par les petits producteurs de marchandises dans le pays qui a renversé sa bourgeoisie. On ne peut triompher d’un adversaire plus puissant qu’au prix d’une extrême tension des forces et à la condition expresse d’utiliser de la façon la plus minutieuse, la plus attentive, la plus circonspecte, la plus intelligente, la moindre « fissure » entre les ennemis, les moindres oppositions d’intérêts entre les bourgeoisies des différents pays, entre les différents groupes ou catégories de la bourgeoisie à l’intérieur de chaque pays, aussi bien que la moindre possibilité de s’assurer un allié numériquement fort, fut-il un allié temporaire, chancelant, conditionnel, peu solide et peu sûr. Qui n’a pas compris cette vérité n’a compris goutte au marxisme, ni en général au socialisme scientifique contemporain. Qui n’a pas prouvé pratiquement, pendant un laps de temps assez long et en des situations politiques assez variées, qu’il sait appliquer cette vérité dans les faits, n’a pas encore appris à aider la classe révolutionnaire dans sa lutte pour affranchir des exploiteurs toute l’humanité laborieuse. Et ce qui vient d’être dit est aussi vrai pour la période qui précède et qui suit la conquête du pouvoir politique par le prolétariat.

Notre théorie n’est pas un dogme, mais un guide pour l’action, ont dit Marx et Engels et la plus grave erreur, le crime le plus grave de marxistes aussi « patentés » que Karl Kautsky, Bauer et autres, c’est qu’ils n’ont pas compris, c’est qu’ils n’ont pas su appliquer cette vérité aux heures les plus décisives de la révolution prolétarienne. « L’action politique, ce n’est pas un trottoir de la perspective Nevski » (un trottoir net, large et uni de l’artère principale, absolument rectiligne, de Pétersbourg), disait déjà N. Tchernychevski, le grand socialiste russe de la période d’avant Marx.»

 

 

«Il se présente évidemment des cas isolés, exceptionnellement difficiles et complexes, où les plus grands efforts sont nécessaires pour bien déterminer le caractère véritable de tel ou tel « compromis », – de même qu’il est très difficile de décider, dans certains cas, si le meurtre était absolument légitime et même indispensable (par exemple, en cas de légitime défense), ou s’il est le résultat d’une négligence impardonnable, voire d’un plan perfide, habilement mis à exécution. Il va de soi qu’en politique, où il s’agit parfois de rapports extrêmement complexes – nationaux et internationaux – entre les classes et les partis, de nombreux cas se présenteront, infiniment plus difficiles que la question de savoir si un « compromis » conclu à l’occasion d’une grève est légitime, ou s’il est le fait d’un chef traître, d’un briseur de grève, etc. Vouloir trouver une recette, ou une règle générale (« Jamais de compromis » !) bonne pour tous les cas, est absurde. Il faut être assez compréhensif pour savoir se retrouver dans chaque cas particulier. La raison d’être de l’organisation du parti et des chefs dignes de ce nom c’est, entre autres choses, qu’ils doivent par un travail de longue haleine, opiniâtre, multiple et varié de tous les représentants conscients de la classe en question ,  acquérir les connaissances nécessaires, l’expérience nécessaire et, de plus, le flair politique nécessaire à la solution juste et prompte de questions politiques complexes.

Les gens naïfs et totalement dépourvus d’expérience s’imaginent qu’il suffit d’admettre les compromis en général pour que toute limite soit effacée entre l’opportunisme, contre lequel nous soutenons et devons soutenir une lutte intransigeante, et le marxisme révolutionnaire ou le communisme. Ces gens-là, s’ils ne savent pas encore que toutes les limites dans la nature et dans la société sont mobiles et jusqu’à un certain point conventionnelles, on ne peut leur venir en aide que moyennant une longue étude, instruction, éducation, expérience de la vie et des choses politiques. Il faut savoir discerner, dans les questions de politique pratique qui se posent à chaque moment particulier ou spécifique de l’histoire, celles où se manifestent les compromis les plus inadmissibles, les compromis de trahison, incarnant l’opportunisme funeste à la classe révolutionnaire, et consacrer tous les efforts pour les révéler et les combattre. Pendant la guerre impérialiste de 1914-1918 où s’affrontaient deux groupes de pays également pillards et rapaces, la forme principale, essentielle de l’opportunisme fut le social-chauvinisme, c’est-à-dire le soutien de la « défense nationale » qui, dans cette guerre, signifiait en réalité la défense des intérêts spoliateurs de « sa » bourgeoisie nationale. Après la guerre : la défense de la spoliatrice « Société des Nations » ; la défense des coalitions directes ou indirectes avec la bourgeoisie de son pays contre le prolétariat révolutionnaire et le mouvement « soviétique » ; la défense de la démocratie bourgeoise et du parlementarisme bourgeois contre le « pouvoir des Soviets », – telles ont été les principales manifestations de ces inadmissibles compromis de trahison qui ont toujours abouti, en fin de compte, à un opportunisme funeste au prolétariat révolutionnaire et à la cause.

 

L’avant-garde prolétarienne est conquise idéologiquement. C’est le principal. Autrement, faire même un premier pas vers la victoire serait impossible. Mais de là à la victoire, il y a encore assez loin. On ne peut vaincre avec l’avant-garde seule. Jeter l’avant-garde seule dans la bataille décisive, tant que la classe tout entière, tant que les grandes masses n’ont pas pris soit une attitude d’appui direct à l’avant-garde, soit tout au moins de neutralité bienveillante, qui les rende complètement incapables de soutenir son adversaire, ce serait une sottise, et même un crime. Or, pour que vraiment la classe tout entière, pour que vraiment les grandes masses de travailleurs et d’opprimés du Capital en arrivent à une telle position, la propagande seule, l’agitation seule ne suffisent pas. Pour cela, il faut que ces masses fassent leur propre expérience politique. Telle est la loi fondamentale de toutes les grandes révolutions, loi confirmée maintenant avec une force et un relief frappants, non seulement par la Russie, mais aussi par l’Allemagne. Ce ne sont pas seulement les masses ignorantes, souvent illettrées, de Russie, ce sont aussi les masses d’Allemagne, hautement cultivées, sans un seul analphabète, qui ont dû éprouver à leurs dépens toute la faiblesse, toute la veulerie, toute l’impuissance, toute la servilité devant la bourgeoisie, toute la lâcheté du gouvernement des paladins de la IIe Internationale, le caractère inévitable de la dictature des ultra-réactionnaires (Kornilov en Russie, Kapp et consorts en Allemagne), seule alternative en face de la dictature du prolétariat, pour se tourner résolument vers le communisme.»

«L’objectif immédiat de l’avant-garde consciente du mouvement ouvrier international, c’est-à-dire des partis, groupes et tendances communistes, c’est de savoir amener les larges masses (encore somnolentes, apathiques, routinières, inertes, engourdies, dans la plupart des cas) à cette position nouvelle ou plutôt de savoir conduire non seulement son parti, mais aussi les masses en train d’arriver, de passer à cette nouvelle position. Si le premier objectif historique (attirer l’avant-garde consciente du prolétariat aux côtés du pouvoir des Soviets et de la dictature de la classe ouvrière) ne pouvait être atteint sans une victoire complète, idéologique et politique, sur l’opportunisme et le social-chauvinisme, le second objectif qui devient d’actualité et qui consiste à savoir amener les masses à cette position nouvelle, propre à assurer la victoire de l’avant-garde dans la révolution, cet objectif actuel ne peut être atteint sans liquidation du doctrinarisme de gauche, sans réfutation décisive et élimination complète de ses erreurs.

Tant qu’il s’agissait (et dans la mesure où il s’agit encore) de rallier au communisme l’avant-garde du prolétariat, la propagande s’est située au premier plan ; même les petits cercles de propagande sont utiles et féconds en dépit des défauts qui leur sont inhérents. Mais quand il s’agit de l’action pratique des masses, de la distribution – s’il m’est permis de m’exprimer ainsi – d’armées fortes de millions d’hommes, de la répartition de toutes les forces de classe d’une société donnée en vue du combat final et décisif, on ne fera rien avec les seules méthodes de propagande, avec la seule répétition des vérités du communisme « pur ». Il ne faut pas compter ici par milliers, comme le fait en somme le propagandiste, membre d’un groupe restreint et qui n’a pas encore dirigé les masses ; il faut compter ici par millions et par dizaines de millions. Il ne suffit pas de se demander si l’on a convaincu l’avant-garde de la classe révolutionnaire ; il faut encore savoir si les forces historiquement agissantes de toutes les classes, absolument de toutes les classes sans exception, d’une société donnée, sont disposées de façon que la bataille décisive soit parfaitement à point, – de façon :

 

  1. que toutes les forces de classe qui nous sont hostiles soient suffisamment en difficulté, se soient suffisamment entre-déchirées, soient suffisamment affaiblies par une lutte au-dessus de leurs moyens ;
  2. que tous les éléments intermédiaires, hésitants, chancelants, inconstants – la petite bourgeoisie, la démocratie petite-bourgeoise par opposition à la bourgeoisie – se soient suffisamment démasqués aux yeux du peuple, suffisamment déshonorés par leur faillite pratique ; qu’au sein du prolétariat un puissant mouvement d’opinion se fasse jour en faveur de l’action la plus décisive, la plus résolument hardie et révolutionnaire contre la bourgeoisie.

    C’est alors que la révolution est mûre ; c’est alors que, si nous avons bien tenu compte de toutes les conditions indiquées, sommairement esquissées plus haut, et si nous avons bien choisi le moment, notre victoire est assurée.»

«Mais le camarade Bordiga et ses amis « gauches » tirent de leur juste critique de MM. Turati et Cie cette conclusion fausse qu’en principe toute participation au parlement est nuisible. Les « gauches » italiens ne peuvent apporter l’ombre d’un argument sérieux en faveur de cette thèse. Ils ignorent simplement (ou s’efforcent d’oublier) les exemples internationaux d’utilisation réellement révolutionnaire et communiste des parlements bourgeois, utilisation incontestablement utile à la préparation de la révolution prolétarienne. Simplement incapables de se représenter cette utilisation « nouvelle », ils clament en se répétant sans fin, contre l’utilisation « ancienne », non bolchevique, du parlementarisme.

Là est justement leur erreur foncière. Ce n’est pas seulement dans le domaine parlementaire, c’est dans tous les domaines d’activité que le communisme doit apporter (et il en sera incapable sans un travail long, persévérant, opiniâtre) un principe nouveau, qui romprait à fond avec les traditions de la IIe Internationale (tout en conservant et développant ce que cette dernière a donné de bon).

Considérons par exemple le journalisme. Les journaux, les brochures, les tracts remplissent une fonction indispensable de propagande, d’agitation et d’organisation. Dans un pays tant soit peu civilisé, aucun mouvement de masse ne saurait se passer d’un appareil journalistique. Et toutes les clameurs soulevées contre les « chefs », toutes les promesses solennelles de préserver la pureté des masses de l’influence des chefs, ne nous dispenseront pas d’employer pour ce travail des hommes issus des milieux intellectuels bourgeois, ne nous dispenseront pas de l’atmosphère, de l’ambiance « propriétaire », démocratique bourgeoise, où ce travail s’accomplit en régime capitaliste. Même deux années et demie après le renversement de la bourgeoisie, après la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, nous voyons autour de nous cette atmosphère, cette ambiance des rapports propriétaires, démocratiques bourgeois des masses (paysans, artisans).

Le parlementarisme est une forme d’action, le journalisme en est une autre. Le contenu dans les deux cas peut être communiste et doit l’être si, dans l’un comme dans l’autre domaine, les militants sont réellement communistes, réellement membres du parti prolétarien de masse. Mais dans l’une et dans l’autre sphère – et dans n’importe quelle sphère d’action, en régime capitaliste et en période de transition du capitalisme au socialisme – il est impossible d’éluder les difficultés, les tâches particulières que le prolétariat doit surmonter et réaliser pour utiliser à ses fins les hommes issus d’un milieu bourgeois, pour triompher des préjugés et des influences des intellectuels bourgeois, pour affaiblir la résistance du milieu petit-bourgeois (et puis ensuite le transformer complètement).

N’avons-nous pas vu dans tous les pays, avant la guerre de 1914-1918, d’innombrables exemples d’anarchistes, de syndicalistes et d’autres hommes d’extrême-« gauche », qui foudroyaient le parlementarisme, tournaient en dérision les socialistes parlementaires platement embourgeoisés, flétrissaient leur arrivisme, etc., etc., – et qui eux-mêmes, par le journalisme, par l’action menée dans les syndicats, fournissaient une carrière bourgeoise parfaitement identique? Les exemples des sieurs Jouhaux et Merrheim, pour ne citer que la France, ne sont-ils pas typiques à cet égard ?

« Répudier » la participation au parlementarisme a ceci de puéril que l’on s’imagine, au moyen de ce procédé « simple », « facile » et prétendument révolutionnaire, « résoudre » le difficile problème de la lutte contre les influences démocratiques bourgeoises à l’intérieur du mouvement ouvrier, alors qu’en réalité on ne fait que fuir son ombre, fermer les yeux sur la difficulté, l’éluder avec des mots. L’arrivisme le plus cynique, l’utilisation bourgeoise des sinécures parlementaires, la déformation réformiste criante de l’action parlementaire, la plate routine petite-bourgeoise, nul doute que ce ne soient là les traits caractéristiques habituels et dominants que le capitalisme engendre partout, en dehors comme au sein du mouvement ouvrier. Mais ce même capitalisme et l’atmosphère bourgeoise qu’il crée (laquelle est très lente à disparaître, même la bourgeoisie une fois renversée, puisque la paysannerie donne constamment naissance à la bourgeoisie), enfantent dans tous les domaines du travail et de la vie sans exception, un arrivisme bourgeois, un chauvinisme national, de la platitude petite-bourgeoise, etc., qui sont au fond exactement les mêmes et ne se distinguent que par d’insignifiantes variations de forme.

Vous vous imaginez vous-mêmes « terriblement révolutionnaires », chers boycottistes et antiparlementaires, mais en fait vous avez pris peur devant les difficultés, relativement peu importantes, de la lutte contre les influences bourgeoises dans le mouvement ouvrier, alors que votre victoire, c’est-à-dire le renversement de la bourgeoisie et la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, suscitera ces mêmes difficultés dans une proportion encore plus grande, infiniment plus grande. Tels des enfants, vous avez pris peur devant la petite difficulté qui se présente à vous, aujourd’hui, sans comprendre que, demain et après-demain, vous aurez à parfaire votre éducation, à apprendre à triompher de ces mêmes difficultés, en des proportions infiniment plus vastes.

Sous le pouvoir des Soviets, il s’insinuera dans votre parti et dans le nôtre, le parti du prolétariat, un nombre encore plus grand d’intellectuels bourgeois. Ils s’insinueront dans les Soviets et dans les tribunaux, et dans les administrations, car on ne peut bâtir le communisme qu’avec le matériel humain créé par le capitalisme ; il n’en existe pas d’autre. On ne peut ni bannir, ni détruire les intellectuels bourgeois, il faut les vaincre, les transformer, les refondre, les rééduquer, comme du reste il faut rééduquer au prix d’une lutte de longue haleine, sur la base de la dictature du prolétariat, les prolétaires eux-mêmes qui, eux non plus, ne se débarrassent pas de leurs préjugés petits-bourgeois subitement, par miracle, sur l’injonction de la Sainte Vierge, sur l’injonction d’un mot d’ordre, d’une résolution, d’un décret, mais seulement au prix d’une lutte de masse, longue et difficile, contre les influences des masses petites-bourgeoises. Sous le pouvoir des Soviets, ces mêmes problèmes qu’aujourd’hui l’antiparlementaire rejette loin de lui d’un seul geste de la main, si orgueilleusement, avec tant de hauteur, d’étourderie, de puérilité, renaissent au sein des Soviets, au sein des administrations soviétiques, parmi les « défenseurs » soviétiques : nous avons supprimé en Russie, et nous avons bien fait de supprimer le barreau bourgeois, mais il renaît chez nous sous le manteau des « défenseurs soviétiques » . Parmi les ingénieurs soviétiques, parmi les instituteurs soviétiques, parmi les ouvriers privilégiés, c’est-à-dire les plus qualifiés, et placés dans les meilleures conditions dans les usines soviétiques, nous voyons continuellement renaître tous, absolument tous les traits négatifs propres au parlementarisme bourgeois ; et ce n’est que par une lutte répétée, inlassable, longue et opiniâtre de l’esprit d’organisation et de discipline du prolétariat que nous triomphons – peu à peu – de ce mal.

Il est évidemment très « difficile » de vaincre, sous la domination de la bourgeoisie, les habitudes bourgeoises dans notre propre parti, c’est-à-dire dans le parti ouvrier : il est « difficile » de chasser du parti les chefs parlementaires de toujours, irrémédiablement corrompus par les préjugés bourgeois ; il est « difficile » de soumettre à la discipline prolétarienne un nombre strictement nécessaire (même très limité) d’hommes venus de la bourgeoisie ; il est « difficile » de créer dans le parlement bourgeois une fraction communiste parfaitement digne de la classe ouvrière ; il est « difficile » d’obtenir que les parlementaires communistes ne se laissent pas prendre aux hochets du parlementarisme bourgeois, mais s’emploient à un travail substantiel de propagande, d’agitation et d’organisation des masses. Tout cela est « difficile », c’est certain. Ç’a été difficile en Russie, et c’est infiniment plus difficile encore en Europe occidentale et en Amérique, où la bourgeoisie est beaucoup plus forte, plus fortes les traditions démocratiques bourgeoises et ainsi de suite.

Mais toutes ces « difficultés » ne sont vraiment qu’un jeu d’enfant à côté des problèmes, absolument de même nature, que le prolétariat aura à résoudre nécessairement pour assurer sa victoire, et pendant la révolution prolétarienne et après la prise du pouvoir par le prolétariat. A côté de ces tâches vraiment immenses, alors qu’il s’agira, sous la dictature du prolétariat, de rééduquer des millions de paysans, de petits patrons, des centaines de milliers d’employés, de fonctionnaires, d’intellectuels bourgeois, de les subordonner tous à l’État prolétarien et à la direction prolétarienne, de triompher de leurs habitudes et traditions bourgeoises, – à côté de ces tâches immenses, constituer sous la domination bourgeoise, au sein d’un parlement bourgeois, une fraction réellement communiste d’un véritable parti prolétarien, n’est plus qu’un jeu d’enfant.

Si les camarades « gauches » et les antiparlementaires n’apprennent pas dès maintenant à vaincre une aussi mince difficulté, on peut dire à coup sûr qu’ils se trouveront dans l’impossibilité de réaliser la dictature du prolétariat, de se subordonner et de transformer sur une grande échelle les intellectuels bourgeois et les institutions bourgeoises ; ou bien qu’ils seront obligés de compléter hâtivement leur instruction, et cette hâte portera un immense préjudice à la cause du prolétariat, leur fera commettre des erreurs plus qu’à l’ordinaire, tes rendra plus faibles et malhabiles au-dessus de la moyenne, etc., etc.

Tant que la bourgeoisie n’est pas renversée et, ensuite, tant que n’ont pas disparu totalement la petite exploitation et la petite production marchande, l’atmosphère bourgeoise, les habitudes propriétaires, les traditions petites-bourgeoises nuiront au travail du prolétariat tant au-dehors qu’au-dedans du mouvement ouvrier, non point dans une seule branche d’activité, l’activité parlementaire, mais nécessairement dans tous les domaines possibles de la vie sociale, dans toutes les activités culturelles et politiques sans exception. Et l’erreur la plus grave, dont nous aurons nécessairement à expier les conséquences, c’est de vouloir se dérober, tourner le dos à telle tâche « fâcheuse » ou difficulté dans un domaine quelconque. Il faut apprendre à s’assimiler tous les domaines, sans exception, du travail et de l’action, vaincre toujours et partout toutes les difficultés, toutes les habitudes, traditions et routines bourgeoises. Poser la question autrement est chose simplement peu sérieuse et puérile.»

 

Source: http://classiques.uqac.ca/classiques/lenine/maladie_infantile_du_communisme/maladie_infantile.html

 

Contre le révisionnisme, pour la défense du marxisme par Lénine

Nous souhaitons d’abord nous excuser d’avance pour les coquilles qui auraient pu s’introduire dans la numérisation de cet article rédigé et publié en 1899 dans la revue n° 4-5 de Rabotchété Diélo. Il nous semblait quand même important de vous faire part de l’analyse léniniste quant à la lutte que menait le POSDR contre les visées «économiste» et «révisionniste» de tout acabit pour la raison fort simple qu’il présente d’une part, par son caractère concis et récapitulatif de ces questions longuement débattues à l’époque révolutionnaire de la Russie du début du XXe siècle, des pistes de solution pour relancer la lutte de classes et le mouvement révolutionnaire communiste du début du XXIe siècle, et d’autre part, résoudre des questions et problèmes théoriques dont les communistes contemporains n’ont pas encore résolues adéquatement puisque nous sommes encore victimes de ce genre de «lutte de ligne» presque un siècle après la Grande Révolution Bolchevique d’Octobre 1917.

 

« La réunion (les social-démocrates d’une localité (de Russie), groupant dix-sept personnes, a adopté à l’unanimité la résolution suivante et a décidé de la publier et de la soumettre à l’examen de tous les camarades.

 

On constate ces derniers temps que certains social-dé­mocrates russes s’écartent des principes fondamentaux de la social-démocratie russe proclamés tant par ses fonda­teurs et militants d’avant-garde – les membres du grou­pe « Libération du Travail »  – que par les publications social-démocrates des organisations ouvrières russes dans les années 90. Le « credo » cité ci-après, destiné à exprimer les vues essentielles de certains social-démocrates russes (les « jeunes »), est un essai d’exposé systématique et nettement défini de «conceptions nouvelles ». Le voici dans son texte intégral.

 

«La période corporative et manufacturière en Occident mat-qua d’une forte empreinte toute l’histoire ultérieure, notamment celle de la social-démocratie. La nécessité pour la bourgeoisie de conquérir des formes libres, ses efforts peur s’affranchir des réglementations corporatives qui ligotaient la production, en fi­rent un élément révolutionnaire partout en Occident, elle commença par proclamer la devise liberté, fraternité, égalité. », par conquérir des formes politiques libres. Mais, par cette conquête, elle tira, selon l’expression de Bismarck, une traite sur l’avenir au profit de son antipode, la classe ouvrière. Presque partout en Occident, cette dernière, on tant que classe, ne s’empara point (les institutions démocratiques, elle en fit usage. On pourrait objecter qu’elle prit part aux révolutions. La référence à l’histoire démen­tira cette opinion, car, précisément en 1848, lorsque les Constitu­tions se consolidèrent en Occident, la classe ouvrière était com­posée d’artisans des villes et représentait la démocratie petite-bourgeoise quant au prolétariat de fabrique, il n’existait Presque – En français dans le texte. – pas, et celui de la grande industrie (les tisserands d’Allemagne dépeints par Hauptmann*, les tisserands de Lyon) était une masse sauvage, uniquement capable de se révolter, mais non de formuler des revendications politiques quelconques. On peut dire murs ambages que les Constitutions de 1848 furent conquises par n bourgeoisie et la petite bourgeoisie, les artisans. D’autre part, la classe ouvrière (artisans et ouvriers des manufactures, typo­graphes, tisserands, horlogers, etc.) est habituée depuis le Moyen Age à faire partie d’organisations, de caisses de secours mutuels, d’associations religieuses, etc. Cet esprit d’organisation demeure vivace parmi les ouvriers éduqués d’Occident et les distingue net­tement du prolétariat de fabrique, qui se laisse organiser diffi­cilement et lentement, et est capable seulement de former des organisations lose-organisations temporaires), et non des orga­nisations solides avec statuts et règlements. Ce sont ces mômes ouvriers éduqués des manufactures qui constituèrent le noyau des partis social-démocrates. D’où le tableau suivant: facilité relative et entière possibilité de mener la lutte politique, d’une part, et, d’antre part, possibilité d’organiser systématiquement cette lutte avec le concours des ouvriers éduqués pendant la pé­riode manufacturière C’est sur ce terrain que grandit en Occident le marxisme théorique et pratique. Le point de départ fut la lutte politique parlementaire, avec la perspective – dont la ressemblance avec le blanquisme n’est qu’extérieure, son origine étant d’un caractère tout différent – de la conquête du pouvoir, d’une part, d’un Zusammenbruch (d’une catastrophe), d’autre part. Le marxisme fut l’expression théorique de la pratique dominante de la lutte politique prévalant sur la lutte économique. En Bel­gique comme en France, et particulièrement en Allemagne, les ouvriers organisèrent la lutte politique avec une facilité extraor­dinaire, et la lutte économique avec d’énormes difficultés, avec des tiraillements considérables. Comparées aux organisations poli­tiques, les organisations économiques (nous ne parlons pas de l’Angleterre) souffrent jusqu’à présent d’une faiblesse et d’une instabilité extrêmes et, partout, laissent à désirer quelque chose. Tant que l’énergie dans la lutte politique ne fut pas complètement épuisée, le Znsammenbruch était le Schlagwort (slogan), organisateur nécessaire, qui devait jouer un très grand rôle histo­rique. La loi fondamentale que l’on peut dégager de l’étude du mouvement ouvrier est celle de la voie du moindre effort, En Occident, cette voie fut l’activité politique, et le marxisme, tel qu’il est formulé dans le Manifeste Communiste, s’avéra une forme on ne peut plus heureuse que le mouvement devait revêtir. Mais lorsque, dans l’activité politique, toute l’énergie se fut épuisée, lorsque le mouvement politique en arriva à un tel degré d’intensité qu’il devint difficile ou presque impossible de le dé­passer (accroissement lent des suffrages dans ces dernières an­nées, apathie du public dans les réunions, ton découragé des publications) et lorsque, d’autre part, s’affirma l’impuissance de l’action parlementaire en même temps que pénétrait dans l’arène la plèbe, le prolétariat de fabrique non organisé et presque inor­ganisable, tous ces facteurs firent naitre en Occident ce qui porte aujourd’hui le nom de bernsteiniade, de crise du marxisme. Il était difficile d’imaginer une évolution du mouvement ouvrier plus logique que celle qui va du Manifeste Communiste à la bernsteiniade, et une étude attentive de tout ce processus peut permettre de déterminer l’issue de . cette e crise e avec une pré­cision mathématique. Naturellement, il ne s’agit pas ici de la dé­faite ou de la victoire de la bernstemniade, ce qui ne présente guère d’intérêt; il s’agit d’un changement radical de l’activité pratique, changement qui, depuis longtemps, s’opère peu à peu au sein du Parti.

 

Cette transformation se fera non seulement dans le sens d’une conduite plus énergique de la lutte économique, d’une consolidation clos organisations économiques, mais aussi, et c’est là l’essentiel, dans le sens d’une modification de l’attitude du Parti à l’égard des autres partis de l’opposition. Le marxisme intransigeant, le marxisme négateur, le marxisme primitif (qui se fait, une idée trop schématique dc la division do la société en classes) fera place è un marxisme démocratique, et la situation sociale du Parti dans la société moderne devra âtre radicalement. modifiée. Le Parti reconnaîtra, la société; ses objectifs étroite-mont corporatifs, sectaires dans la plupart clos cas, prendront l’ampleur do tâches sociales, et son aspiration à la conquête du pouvoir deviendra une aspiration à changer, à réformer la société contemporaine dans un sens démocratique, adapté à l’état actuel des choses, afin d’assurer la défense la meilleure, la plus com­plète, dos droits (de toutes sortes) des classes laborieuses. La notion de « politique e s’élargira et prendra un sens vraiment social, et les revendications pratiques de l’heure auront plus de poids, pourront compter sur une plus grande attention que jusqu’à présent.

 

De cette brève description de l’évolution du mouvement ouvrier on Occident il n’est pas difficile de tirer des conclusions Pour la Rassie. La voie du moindre effort ne sera jamais orien­tée chez nous dans le sons de l’activité politique, l’intolérable oppression politique fera beaucoup parler d’elle et retiendra spé­cialement l’attention, niais jamais elle ne poussera à agir prati­quement. Si, en Occident, les faibles effectifs des ouvriers, en­traînés dans l’action politique, se sont de ce fait affermis et cristallisés, chez nous, au contraire, ces faibles effectifs se heur­tent art mur de l’oppression politique et, loin d’avoir les moyens pratiques de lutter contre elle et, par conséquent, de se dévelop­pe1., sont même systématiquement étouffés par cette oppression et ne peuvent faire aucun progrès, si minima soit-il. Si l’on ajoute à cela quo notre classe ouvrière n’a pas hérité de cet esprit d’organisation qui distinguait les militants d’Occident, on se trouvera devant un sombre tableau, capable de décourager le marxiste le plus optimiste, convaincu que toute nouvelle che­minée d’usine, du seul fait de son existence, est la source d’un grand bien-être. La lutte économique, elle aussi, est difficile, extrêmement difficile, mais elle est possible, et enfin elle est pratiquée par les masses elles-mêmes. Apprenant par cette lutte à s’organiser, et s’y heurtant à tout instant au régime politique, l’ouvrier russe créera finalement ce qu’on peut appeler une forme du mouvement ouvrier-, créera l’organisation ou les organisations les plus conformes aux conditions russes.- A l’heure actuelle, on peut affirmer on toute certitude que le mouvement ouvrier russe se trouve encore dans un état amiboïde * et -n’a créé aucune for­me. Le mouvement gréviste, qui existe quelle que soit la- forme d’organisation, ne peut encore être considéré -comme une forme cristallisée du mouvement – russe; quant aux organisations illéga­les, elles ne méritent pas d’attention, ne serait-ce que du point de vue purement quantitatif (pour ne rien dire de – leur utilité dans les conditions actuelles).

 

Telle est la situation. Si l’on ajoute à cela les famines et la ruine des campagnes, qui favorisent le Streikbrecherisme ** et il devient – par conséquent encore plus difficile d’élever la culture des massas ouvrières à un niveau plus acceptable, alors … que reste-t-il à faire à un marxiste russe? T Les propos sur la création d’un parti politique ouvrier indépendant ne sont que l’effet de la transplantation Sur notre sol d’objectifs étrangers, de ré­sultats étrangers. Le marxiste russe – fait jusqu’à présent triste figure. Ses buts pratiques sont- actuellement dérisoires ; ses connaissances théoriques,- pour autant qu’il les utilise non comme un instrument de recherche mais comme un schéma d’activité, n’ont aucune valeur même- pour ce qui est d’atteindre ces objec­tifs pratiques dérisoires De plus, ces -schémas empruntés sont nuisibles au point de vue pratique. Oubliant que la classe ouvriè­re d’occident est entrée en lice sur un terrain politique déjà déblayé, -nos marxistes manifestent un dédain exagéré pour l’ac­tivité radicale ou d’opposition libérale de toutes les couches non ouvrières -de la société. Les moindres tentatives de concentrer l’attention sur les manifestations publiques relevant d’une politi­que libérale soulèvent- les protestations des marxistes orthodoxes, qui oublient que tout un ensemble de conditions historiques nous empêchent d’être des marxistes d’Occident et exigent de notre part un autre marxisme, approprié et nécessaire dans les condi­tions russes. L’absence, chez tout citoyen russe, de sens et de flair politiques ne peut évidemment être rachetée par des propos sur la politique ou des appels à une force inexistante. Ce flair politique ne peut être acquis que par l’éducation, c’est-à-dire par la participation à la vie (si peu marxiste soit-elle) que nous offre la réalité russe. Autant la « négation » était (provisoirement) opportune en Occident, autant elle est nuisible chez nous, car une négation émanant d’une force organisée et effective est une chose, alors qu’une négation émanant d’une masse informe d’in­dividus dispersés en est une autre.

Pour un marxiste russe il n’y a qu’une issue : participer, c’est-à-dire contribuer à 14 lutte économique du prolétariat et prendre part à l’activité de ‘l’opposition libérale. En tant que « négateur», le marxiste russe est arrivé trop tôt, et cette négation a affaibli en- lui la part d’énergie qui doit être orientée vers le radicalisme politique. Jusqu’ici, tout cela n’est pas terrible, mais si le schéma de classe empêche l’intellectuel russe de prendre une part active à la vie, et le rejette trop loin des milieux d’opposition, cela portera un grave préjudice à tous ceux qui sont obligés de lutter pour des formes juridiques autrement qu’au coude à coude avec une classe ouvrière qui ne s’est pas encore fixé d’objectifs politiques. La candeur politique de l’intellectuel marxiste russe, dissimulée par des raisonnements abstraits sut’ des sujets politiques, peut lui jouer un mauvais tour.»

 

Nous ne savons pas s’il se trouvera beaucoup de so­cial-démocrates russes pour partager ces vues. Mais il est incontestable qu’en général les idées de ce genre ont des adeptes, et c’est pourquoi nous estimons de notre devoir de protester catégoriquement contre elles, et de mettre eu garde tous les camarades contre la menace de faire dévier la social-démocratie russe du chemin qu’elle c’est déjà tracé la formation d’un parti. politique ouvrier indé­pendant, inséparable de la lutte de classe du prolétariat et s’assignant pour tâche immédiate la conquête de la liberté politique.

 

Le « credo » ci-dessus contient premièrement une « brè­ve description de l’évolution du mouvement ouvrier en Occident » et, deuxièmement, des « conclusions polir la Russie.

 

Tout d’abord, l’idée que les auteurs du « credo » se font du passé du mouvement ouvrier d’Europe occidentale est entièrement fausse. Il est faux que la classe ouvrière d’Occident n’ait pas participé à la lutte pour la liberté politique et aux révolutions politiques.

 

L’histoire du char­tisme et les révolutions de 1848 en France, en Allema­gne et en Autriche prouvent le contraire. Il est absolu­ment faux que le marxisme ait été l’expression théori­que de la pratique dominante : de la lutte politique qui prévalait sur la lutte économique ». Au contraire, le marxisme » est apparu lorsque prédominait le socialis­me non politique (owenisme, fouriérisme, « socialisme vrai») et le Manifeste Communiste s’est immédiatement opposé au socialisme non politique. Même lorsque le mar­xisme est intervenu armé théoriquement de pied en cap (Le Capital) et a organisé la célèbre « Association Inter­nationale des Travailleurs », la lutte politique n’était nullement la pratique prépondérante (trade-unionisme étroit en Angleterre, anarchisme et proudhonisme dans les pays de langues romanes). En Allemagne, le grand mérite historique de Lassalle est d’avoir fait de la classe ouvrière, d’appendice de la bourgeoisie libérale qu’elle était, un parti politique indépendant. Le marxisme a lié en un tout indissoluble la lutte économique et la lutte politique de la classe ouvrière, et les efforts que déploient les auteurs du « credo » pour séparer ces formes de lutte, sont des écarts des plus malencontreux et des plus funes­tes par rapport au marxisme.

 

Ensuite, les auteurs du « credo » se font une idée non moins fausse de la situation actuelle du mouvement ou­vrier en Europe occidentale et de la théorie du marxisme sous le drapeau duquel se poursuit ce mouvement. Parler d’une « crise du marxisme », c’est reprendre le bavardage absurde des écrivassiers bourgeois qui s’ingénient à at­tiser toute divergence entre socialistes afin d’organiser la scission dans les partis socialistes. La fameuse bernstei­niade, telle que la comprennent habituellement le grand public en général et les auteurs du « credo » en particu­lier, est une tentative de rétrécir la théorie du marxisme, de faire du parti ouvrier révolutionnaire un parti réfor­miste, et cette tentative a été résolument condamnée, comme il fallait s’y attendre, par la majorité des social-démocrates allemands. Des tendances opportunistes se sont manifestées plus d’une fois dans la social-démocra­tie allemande et, chaque fois, elles ont été repoussées par le Parti, qui veille fidèlement sur les principes de la so­cial-démocratie internationale révolutionnaire. Nous som­mes convaincus que tout essai de transplanter en Russie les conceptions opportunistes se heurtera à une résistance non moins énergique de la part de l’immense majorité des social-démocrates russes.

 

 

De même, il ne saurait être question d’un « change­ment radical quelconque de l’activité pratique » des par­tis ouvriers d’Europe occidentale, quoi qu’en disent les auteurs du « credo » l’énorme importance de la lutte économique du prolétariat et la nécessité de cette lutte ont été reconnues dès le début par le marxisme, et déjà dans les années 40 Marx et Engels polémisaient avec les socialistes utopistes qui en niaient l’importance.

Une vingtaine d’années plus tard, lorsque se constitua l’«Association Internationale des Travailleurs », la question de l’importance des syndicats ouvriers et de la lutte économique fut soulevée dès son premier congrès, à Ge­nève, en 1866. La résolution adoptée à ce congrès précisa la portée de la lutte économique, mettant les socialistes et les ouvriers en garde, d’une part, contre l’exagération de son rôle (ce qui s’observait à l’époque chez les ou­vriers anglais), et, d’autre part, contre sa sous-estimation de que l’on remarquait chez les Français et les Alle­mands, notamment chez les lassalliens ).

 

La résolution reconnut les syndicats ouvriers comme un phénomène non seulement légitime, mais nécessaire en régime capita­liste, et en souligna l’extrême importance pour l’organisation de la classe ouvrière dans sa lutte quotidienne contre le capital et pour la suppression du salariat. La ré­solution déclara que les syndicats ouvriers no devaient pas s’attacher exclusivement à « la lutte immédiate contre le Capital », qu’ils ne devaient pas se tenir à l’écart du mouvement politique et social d’ensemble de la classe ou­vrière que leurs buts ne devaient pas être  étroits, mais tendre à l’émancipation universelle des millions de travailleurs opprimés. Depuis lors, dans les partis ou­vriers des divers pays, on a soulevé maintes fois, et on soulèvera évidemment encore plus d’une fois, la question de savoir s’il faut, à un moment donné, accorder un peu plus ou un peu moins d’attention à la lutte économique ou à la lutte politique du prolétariat mais la question générale ou de principe se pose aujourd’hui encore com­me elle a été posée par le marxisme. La conviction que la lutte de classe du prolétariat doit nécessairement fu­sionner en un seul tout la lutte politique et la lutte éco­nomique s’est profondément ancrée dans la social-démo­cratie internationale. Par ailleurs, l’expérience historique atteste irréfutablement que l’absence de liberté politique ou la restriction des droits politiques du prolétariat abou­tit toujours à la nécessité de placer la lutte politique au premier plan.

 

Encore moins peut-il être question d’un changement tant soit peu notable dans l’attitude du parti ouvrier en­vers les autres partis d’opposition. Sous ce rapport aussi, le marxisme a indiqué la position juste, également éloi­gnée de l’exagération du rôle de la politique et de la cons­piration (blanquisme, etc.), que du dédain de la politi­que ou de sa réduction à un ravaudage social de caractère opportuniste, réformiste. (anarchisme, socialisme uto­pique et petit-bourgeois, socialisme d’Etat, socialisme de la chaire, etc.). Le prolétariat doit: s’efforcer de créer des partis ouvriers politiques indépendants dont le but es­sentiel  est la conquête du pouvoir politique par le prolétariat pour organiser la société socialiste Il ne doit nullement considérer les autres classes et partis comme e une seule masse réactionnaire » au contraire, il doit participer à toute la vie politique et sociale, appuyer les classes et les partis de . progrès contre les classes et les partis réactionnaires, soutenir tout mouvement révolu­tionnaire contre le régime actuel, se faire le défenseur de toute nationalité ou race opprimée, de toute religion per­sécutée, des femmes privées de droits,. etc. Les raisonne­ments des auteurs du «: credo » sur ce thème témoignent uniquement du désir d’estomper le caractère de classe de la lutte du prolétariat, d’affaiblir cette lutte par une ab­surde e reconnaissance* de la société », de rétrécir le mar­xisme révolutionnaire au point d’en faire un courant ré­formiste banal. Nous sommes convaincus que l’immense majorité des social-démocrates russe repoussera résolu­ment cette altération des principes fondamentaux de la social-démocratie. Les prémisses erronées des auteurs du « credo » sur le mouvement ouvrier d’Europe occidentale les conduisent à des e conclusions pour la Russie » encore plus erronées.

 

Affirmer que la classe ouvrière russe « ne s’est pas encore fixé d’objectifs politiques e, c’est tout simplement révéler son ignorance du mouvement révolutionnaire rus­se. Déjà l’«Union des ouvriers russes du Nord », fondée en 1878 et l’«Union des ouvriers de la Russie du Sud», fondée en 1875, avaient revendiqué dans leur programme la liberté politique.

 

Après la période réactionnaire des an­nées 80, la classe ouvrière a repris maintes fois la même revendication dans les années 90. Affirmer que « les pro­pos sur la création d’un parti politique ouvrier indépen­dant ne sont que l’effet de la transplantation sur notre sol d’objectifs étrangers, de résultats étrangers e, c’est tout simplement. faire preuve d’une incompréhension to­tale du rôle historique de la classe ouvrière russe et des tâches urgentes de la social-démocratie russe. Le pro­gramme des auteurs du « credo » tend évidemment à ce que la classe ouvrière, suivant la « voie du moindre ef­fort et, se limite à la lutte économique, tandis que les « mouve­ments de l’opposition libérale » combattraient avec la « participation » des marxistes pour des » formes juridi­ques ». La réalisation d’un tel programme équivaudrait à un suicide politique de la social-démocratie russe, à un freinage et un avilissement considérables du mouvement ouvrier russe et du mouvement révolutionnaire russe (ces deux notions se confondent à nos yeux). L’apparition d’un tel programme, à elle seule, montre combien étaient fon­dées les craintes d’un des militants d’avant-garde de la social-démocratie russe, P. Axelrod, lorsqu’il écrivait ce qui suit à la fin de 1897, à propos de l’éventualité d’une telle perspective:

 

«Le mouvement ouvrier ne dépasse pas le cadre étroit des collisions purement économiques entre ouvriers et entrepreneurs et, par lui-même, pris dans son ensemble, il n’a pas do caractère politique ; par contre, dans la lutte pour la liberté politique, les couches avancées du prolétariat suivent les cercles et frac­tions. révolutionnaires appartenant à ce qu’on appelle l’intelligentsia » (Axelrod : A propos des tâches et de ta tactique oc-tirettes des social-démocrates russes, Genève, 1898, p. 19)

 

Les social-démocrates russes doivent déclarer une guerre à outrance à tout l’ensemble d’idées exprimées dans le « credo », car elles conduisent directement à la réalisation de cette perspective. Les social-démocrates russses doivent déployer tous leurs efforts en vue de réaliser une autre perspective, exposée par P. Axelrod en ces ter­mes:

 

« Autre perspective: la social-démocratie organise le prolé­tariat russe en un parti politique indépendant, luttant pour la liberté, en partie aux côtés des fractions révolutionnaires bour­geoises (pour autant qu’il s’en trouvera) et en alliance avec elles, en partie en attirant ouvertement dans ses rangs ou en entraî­nant à sa suite les éléments intellectuels les plus attachés au peuple et les plus révolutionnaires » (ibid., p. 20).

 

A l’époque même où P. Axelrod écrivait ces lignes, les déclarations des social-démocrates de Russie mon­traient clairement que l’immense majorité d’entre eux partageaient ce point de vue. Il est vrai qu’un journal des ouvriers de Pétersbourg, la Rabotc/iaïa Mysi , sem­bla pencher vers les idées des auteurs du «credo», en exprimant malheureusement, dans un éditorial à caractère de programme (n° 1, octobre 1897), cette thèse absolu­ment erronée et contraire à la doctrine social-démocrate que la « base économique du mouvement » peut être s’est obscurcie par le désir constant de ne pas oublier l’idéal politique ». Mais en même temps un autre journal des ouvriers de Pétersbourg, le Sankt-Pétersbourgski 1?abotchi Listofc 12 (n° 2, septembre 1897), déclara résolument que « seul un parti ouvrier nombreux et fortement organisé pouvait… renverser l’autocratie », que les ouvriers « orga­nisés en un parti puissant » « se libéreraient eux-mêmes et libéreraient toute la Russie de toute oppression politi­que et économique ». Un troisième journal, la Rabotchaïa Gazéta 13 écrivit dans l’éditorial de son n° 2 (novembre 1897): « La lutte contre le gouvernement autocratique pour la liberté politique est l’objectif immédiat du mou­vement ouvrier russe. » – « Le mouvement ouvrier rus­se décuplera ses forces s’il intervient comme un seul bloc cohérent, sous le même nom et avec une organisation so­lide... » « Les cercles ouvriers isolés doivent se trans­former en un seul parti. » « Le parti ouvrier russe sera un parti social-démocrate. » Ce qui prouve que l’immense majorité des social-démocrates russes partageait entière­ment les vues de la Rabotchaïa Gazéta, c’est que le con­grès des social-démocrates russes, réuni au printemps 1898, forma le « Parti ouvrier social-démocrate de Rus­sie », publia un manifeste au nom de ce parti et recon­nut la Rabotchaïa Gazéta comme son organe officiel. Ain­si, les auteurs du «credo » font un pas énorme en arrière, par rapport au degré de développement déjà atteint parla social-démocratie russe et sanctionné dans le Manifeste du Parti ouvrier social-démocrate de Rassie.

 

Si, à la suite de la féroce répression déclenchée par le gouvernement russe, l’activité du Parti s’est, à l’heure actuelle, momen­tanément affaiblie et si son organe officiel a cessé de pa­raître, la tâche de tous les social-démocrates russes est de déployer tous les efforts en vue de consolider définitive­ment le Parti, élaborer son programme et faire revivre son organe officiel. Etant donné le flottement idéologique attesté par le fait que des programmes comme le « credo s analysé ci-dessus ont pu voir le jour, nous estimons par­ticulièrement nécessaire de souligner les principes fonda­mentaux exposés dans le Manifeste et qui sont d’une énorme importance pour la social-démocratie russe. Pre­mièrement la social-démocratie russe e veut être et res­ter un mouvement de classe des masses ouvrières organisées ».

 

Il en découle que la devise de la social-d4mocra­tie doit être : prêter concours aux ouvriers non seulement dans la lutte économique, mais aussi dans la lutte poli­tique ; l’agitation, non seulement sur le terrain des reven­dications économiques immédiates, mais aussi en liaison avec toutes les manifestations de l’oppression politique la propagande, non seulement des idées du socialisme scientifique, mais aussi des idées démocratiques. Seule la théorie du marxisme révolutionnaire peut être le drapeau du mouvement de classe des ouvriers, et la social-démo­cratie russe doit veiller à la développer et à la mettre en pratique, tout en la protégeant contre les déformations et les avilissements auxquels sont si souvent en butte les « théories à la mode » (or, les succès de la social-démo­cratie révolutionnaire en Russie ont déjà fait du marxis­me une théorie « à la mode s). En concentrant actuelle­ment toute son action parmi les ouvriers des usines, des fabriques et des mines, la social-démocratie ne doit pas oublier qu’avec l’extension du mouvement, les masses la­borieuses qu’elle organise doivent aussi englober dans leurs rangs les ouvriers à domicile, les artisans, les ou­vriers agricoles et les millions de paysans ruinés et mou­rant de faim.

 

 

Deuxièmement : « La classe ouvrière russe doit porter et portera jusqu’au bout sur ses fortes épaules la cause de la conquête de la liberté politique. s En s’assignant comme tâche immédiate le renversement de l’absolutisme, la social-démocratie doit intervenir comme un combattant d’avant-garde dans la lutte pour la démocratie, et est te­nue, ne serait-ce que pour cette seule raison, d’appuyer au maximum tous les éléments démocratiques de la po­pulation russe pour s’en faire des alliés. Seul un parti ou­vrier indépendant peut être un rempart solide dans la lut­te contre l’autocratie, et c’est uniquement en s’alliant à un tel parti, en le soutenant, que tous les autres combat­tants pour la liberté politique pourront déployer large­ment leur activité.

 

Enfin, troisièmement: « En tant que mouvement et tendance socialiste, le Parti social-démocrate de Russie poursuit l’oeuvre et les traditions de tout le mouvement révolutionnaire antérieur en Russie ; considérant que la conquête de la liberté politique est 1a principale tâche immédiate de l’ensemble du Parti, la social-démocratie marche vers le but qu’avaient déjà nettement tracé les glorieux militants de l’ancienne « Narodnaïa Volia » .

 

Les traditions de tout le mouvement révolutionnaire an­térieur en Russie exigent que la social-démocratie con­sacre actuellement toutes ses forces. à l’organisation du Parti, au renforcement de sa discipline intérieure et au perfectionnement de la technique de la lutte clandestine. Si les militants de l’ancienne « Narodnaïa Volia » ont su jouer un rôle immense dans l’histoire russe, bien que ses héros peu nombreux fussent soutenus par des couches sociales très minces, et bien que le drapeau de ce mou­vement fût une théorie nullement révolutionnaire, la so­cial-démocratie, qui s’appuie sur la lutte de classe du pro­létariat, saura devenir invincible. « Le prolétariat russe secouera le joug de l’autocratie pour continuer avec une énergie d’autant plus grande la lutte contre le capitalis­me et la bourgeoisie, jusqu’à la victoire totale du socia­lisme». »

 

Extrait d’un article tiré des Œuvres, Paris-Moscou, t. 4, pp.171-186
Rédigé avant le 22 août (3 septembre) 1899
Publié pour la première fois en décembre 1899 à l’étranger sous la forme d’un tiré à part du n° 4-5 de la revue Rabotchété Diélo

 

Classe ouvrière… ou travailleurs fragmentés ?

IMG_0125

Par João Bernardo
(Les intertitres ont été ajoutés par nos soins. Ni patrie ni frontières)
On lit et on entend dire très souvent que la classe ouvrière n’existerait plus. Cela semble être la thèse la plus courante. Certains vont jusqu’à affirmer que les travailleurs eux-mêmes n’auraient plus de raisons d’exister, parce que le colossal essor de la productivité suscité par la technologie électronique permettrait de s’en passer définitivement. Aujourd’hui, le travail, comme tout le reste, serait devenu virtuel. Mais les marchands de nouveautés, peut-être heureusement pour eux, ont la mémoire courte et ignorent qu’ils sont en train de nous présenter comme du dernier cri certaines thèses que l’histoire a abandonnées.
Un vieil argument
Bien avant l’ère de l’informatique, durant les années 20 aux États-Unis, un prophète de la technocratie, Howard Scott, a défendu l’idée que la croissance inexorable de la productivité dépasserait de beaucoup les opportunités d’emploi et d’investissement et provoquerait un chômage croissant. La même thèse refit surface dans un livre d’Arthur Dahlberg publié en 1932, Jobs, Machines and Capitalism : cet auteur soutenait que le progrès technique créerait un excédent permanent de main-d’œuvre. Et, en novembre 1936, Harry L. Hopkins, un des principaux artisans du New Deal, écrivit au président Franklin Delano Roosevelt pour l’avertir que le développement continu de la production, accompagné par la croissance continue de la force de travail, impliquait « la perspective d’un problème permanent de chômage et de pauvreté à une grande échelle »
L’argument selon lequel le progrès de la productivité condamne les travailleurs à la disparition a donc été formulé en plein fordisme, alors que l’économie reposait sur des machines industrielles que l’électronique et l’informatique allaient bientôt rendre obsolètes.
Nous voyons donc que la base empirique de cette thèse est fausse, quand ses partisans actuels invoquent la différence entre l’électronique et l’industrie fordiste. Et nous pouvons aussi noter que la capacité de prévision de cette thèse est nulle, parce que sa première formulation a été suivie, après la guerre de 1939-1945, par une période durable de plein emploi dans les pays les plus industrialisés, phénomène permis précisément par la haute productivité des usines fordistes.
Au lieu de réduire la force de travail, les progrès de la technologie électronique, comme d’ailleurs toute avancée technologique, provoquent certes le chômage dans les secteurs qui dépendent des technologies retardataires, mais en même temps ils ouvrent des secteurs nouveaux, qui exigent une requalification professionnelle permanente.
Même s’ils admettent ce fait et reconnaissent que les travailleurs n’ont pas disparu et ne sont pas non plus en voie d’extinction, certains théoriciens font valoir que cela n’implique pas obligatoirement que les travailleurs forment réellement une classe. Soit avec soulagement, soit avec nostalgie, ils nous annoncent la fin de la classe ouvrière.
L’héritage de la Deuxième
et de la Troisième Internationale
Certes, les derniers marxistes qui subsistent encore continuent à mentionner la classe ouvrière, mais cette référence revêt pour eux une valeur plus morale ou sentimentale que véritablement pratique. Les partis se réclamant de la tradition léniniste réduisent – ou plutôt réduisaient, parce qu’aujourd’hui leur expression politique est infime, quand ils n’ont pas abandonné complètement le léninisme – la classe ouvrière à une entité abstraite. Ils concevaient le parti comme le représentant politique de cette classe, mais ils ne reconnaissaient à la classe elle-même aucune structure propre et indépendante du parti. Seul le parti donnait à la classe ouvrière une existence réelle, et, sans le parti, l’existence de cette classe était seulement potentielle. Dans la pratique, cela aboutissait à la transformation de l’avant-garde en une élite dominante.
Cette métaphysique politique était liée à une thèse très répandue dans les organisations les plus bureaucratisées de la Deuxième Internationale et dont la Troisième Internationale hérita de manière acritique. Selon cette perspective, qui considérait les forces productives du capitalisme comme la base du socialisme, l’objectif du socialisme consistait simplement à supprimer la propriété privée et à lui substituer la propriété d’État ; de plus, la technologie industrielle et la discipline régnant dans les entreprises capitalistes pourraient être maintenues sans modification sous le socialisme.
C’est en obéissant à une conception de ce type que les communistes soviétiques, sous la direction de Lénine, importèrent en Russie le système tayloriste et fordiste d’organisation du travail. Ils lui donnèrent ensuite, sous la direction de Staline, une expansion bien plus grande que celle qu’elle atteindrait parfois aux États-Unis.
Les partis communistes ne percevaient aucune contradiction lorsqu’ils affirmaient que le pouvoir politique appartenait à la classe ouvrière tout en privant en même temps les travailleurs de tout pouvoir au sein des entreprises. Et, en réalité, la contradiction n’existait pas, puisque le pouvoir politique n’était pas exercé par les travailleurs, mais monopolisé par leurs représentants, la bureaucratie du parti, qui se joignait à la technocratie des entreprises pour former une même classe de capitalistes d’État. La réorganisation économique de l’Union soviétique effectuée selon les plans quinquennaux constitua l’apogée de ce processus, dont le stalinisme révéla les conséquences inévitables.
Le marxisme orthodoxe attribuait une fonction neutre aux machines (en tant que technologie matérielle) et à la discipline régnant dans les entreprises (en tant que technologie humaine), de sorte que les relations établies entre les travailleurs pendant le processus de travail ne conditionnaient en rien l’existence de la classe ouvrière comme entité politique.
Des conceptions de ce type ne peuvent perdurer que si l’on ignore la réalité sociale des processus de travail. Les relations de production, si souvent mentionnées par les marxistes, incluent la forme de discipline imposée aux travailleurs dans le processus de travail et la forme d’autorité instaurée par les capitalistes dans le contrôle du processus de travail.
Le terrain fondamental de la lutte de classe
Tel a été précisément le principal terrain de la lutte de classe. La discipline régnant au sein de l’entreprise est la première cible de la contestation des travailleurs, et la lutte de classe réorganise en permanence les relations de travail et le contrôle du processus de travail. Dans chaque cas et à chaque époque, la forme de discipline en vigueur dans l’entreprise constitue l’élément central de tout le système de relations instauré entre les capitalistes et les travailleurs.
Les grandes luttes sociales des années 1960 et 1970, dans la sphère nord-américaine comme dans la sphère soviétique et chinoise, ont montré que le taylorisme et le fordisme avaient épuisé leurs possibilités en tant que systèmes de contrôle de la force de travail. Le capitalisme est alors entré alors dans une crise de productivité de plus en plus profonde, qui l’a finalement empêché de répondre à des difficultés qui, en d’autres circonstances, n’auraient pas constitué pour lui des obstacles significatifs.
Cette sclérose s’est manifestée de manière flagrante en 1974, avec la crise déclenchée par l’augmentation des prix du pétrole. C’est à partir de ce moment-là que, progressivement, les nouveaux principes d’administration des entreprises et de contrôle des travailleurs ont commencé à se répandre. Certains auteurs qualifient la situation actuelle de « post-fordiste », mais, puisque c’est Ford qui a, le premier, appliqué systématiquement le taylorisme à la production de masse, je ne vois pas de raison de ne pas désigner aussi le modèle actuel d’organisation du nom de Toyota, qui, le premier, l’a appliqué de manière systématique et l’a le mieux formalisé.
Le système toyotiste et la technologie électronique qui le sous-tend font que les économies d’échelle croissent, sans qu’il soit pour autant nécessaire de procéder à la concentration physique des travailleurs dans un même lieu.
Economies d’échelle et productivité
On appelle économies d’échelle les résultats obtenus quand l’augmentation du nombre de travailleurs, du nombre de machines et de la quantité de matières premières est inférieure à l’augmentation des biens ou des services produits. Les économies d’échelle sont un des facteurs du progrès de la productivité.
N’importe quelle ménagère sait que, si elle prépare une soupe pour trois personnes, elle ne fournira pas trois fois plus d’efforts, de temps, de gaz ou d’électricité que pour une seule portion de soupe.
Pour obtenir des économies d’échelle, et pas seulement pour fabriquer des soupes dans les cantines d’entreprise, mais dans toute la chaîne de production, le système fordiste consistait à réunir, dans les mêmes installations industrielles, des milliers d’ouvriers, ou, dans les mêmes bureaux, des centaines d’employés, qui faisaient fonctionner d’énormes ensembles de machines, consommant des quantités non moins colossales de matières premières. Dans le fordisme, l’accroissement des économies d’échelle dépendait de la concentration physique des travailleurs dans les mêmes locaux. On ne peut comprendre l’attitude des syndicats réformistes, des partis ouvriers bureaucratisés et du syndicalisme radical et, plus tard, les grandes vagues de contestation autonome dans les années 1960 et 1970, que si l’on se souvient que des milliers et des milliers de travailleurs se retrouvaient quotidiennement entre les murs des mêmes installations.
Electronique et surveillance
Le toyotisme a trouvé une manière de réduire, ou même d’éviter, ce risque politique considérable. L’électronique permet aux administrateurs des entreprises de centraliser la collecte des informations et les prises de décisions, indépendamment de tout contact physique avec les travailleurs et de toute relation physique des travailleurs entre eux. Les différents processus particuliers de travail sont intégrés dans de grands ensembles, même s’ils s’effectuent de façon isolée et peuvent parfois être éloignés de plusieurs milliers de kilomètres. Ainsi, les économies d’échelle sociales augmentent sans qu’il soit nécessaire de les augmenter sur le plan matériel.
En outre, la technologie électronique a réussi à accomplir une prouesse inédite dans l’histoire de l’humanité : la fusion entre système de surveillance et processus de travail. Jusqu’à l’époque actuelle, les travailleurs devaient être surveillés par des agents spécialisés, qui non seulement ne pouvaient pas être abusés, mais dont les salaires représentaient une dépense considérable pour les propriétaires des entreprises. Pour être tant soit peu efficace et ne pas provoquer une croissance inacceptable des coûts, ce système de surveillance exigeait que les travailleurs soient tous concentrés dans les mêmes installations.
Il s’agissait d’appliquer les économies d’échelle à la surveillance. Or, dans le toyotisme, le simple fait d’actionner une machine électronique ou un ordinateur constitue une forme de surveillance du travail. Il n’y a plus de distinction entre le fait de travailler et d’être surveillé. Même dispersés, les travailleurs restent toujours sous le regard attentif de leurs employeurs.
L’une des préoccupations fondamentales du toyotisme consiste à limiter la concentration physique des travailleurs, ou même à les disperser physiquement, et en même temps à concentrer les résultats de leur travail grâce à la technologie électronique. Il existe de multiples moyens de limiter la concentration de la force de travail, de la fragmenter et d’obtenir sa dispersion. Sans prétendre être exhaustif, je vais indiquer ceux qui me semblent les plus importants. (Classe ouvrière… ou travailleurs fragmentés ? Par João Bernardo,13 avril 2008)
Huit moyens de fragmenter la force de travail
1) Contrairement à ce qui s’est produit dans le système fordiste, où régnait une spécialisation rigoureuse, le toyotisme répartit chaque chaîne de production entre différentes équipes de travailleurs, qui se chargent, à l’intérieur de certaines limites, de multiples fonctions. Ainsi, même quand elle se trouve rassemblée dans les mêmes locaux, la force de travail est segmentée.
2) Ces capitalistes se sont efforcés avec succès d’imposer des horaires flexibles aux travailleurs de chaque entreprise. Cela leur permet d’empêcher ou d’entraver l’établissement de relations de convivialité entre collègues, ce qui nuit à la formation de réseaux de solidarité ; plus profondément, il s’agit de déstructurer le vieux collectivisme prolétarien, puisque la flexibilité des horaires rend pratiquement impossible l’existence des associations de quartier ou de simples rencontres dans des cafés ou des buvettes.
3) Dans de nombreux cas, on note que la rotation de la force de travail est extrêmement élevée. Cela signifie qu’une partie importante des salariés restent très peu de temps dans la même entreprise, ce qui empêche la naissance de tous liens de solidarité solides. Les capitalistes se préoccupent seulement de fixer dans l’entreprise un pourcentage réduit de travailleurs hautement qualifiés, pour lesquels ils ont investi beaucoup d’heures de formation professionnelle et qu’il ne leur convient donc pas de perdre.
4) Les conséquences néfastes des horaires flexibles se combinent avec les conséquences non moins néfastes du niveau élevé de rotation de la force de travail qu’entraînent les systèmes de contrat à durée déterminée et de travail à temps partiel. Ces deux formes de contrat se sont multipliées durant les dernières décennies, en contribuant doublement à restreindre les relations entre les personnes qui travaillent épisodiquement dans les mêmes entreprises et à isoler les uns des autres les individus qui participent aux mêmes processus de travail.
5) La généralisation de la sous-traitance provoque la fragmentation physique des sociétés. D’une part, il arrive souvent que les sociétés accordent de l’autonomie à des départements et les transforment en des unités formellement autonomes, en introduisant la sous-traitance dans ce qui, auparavant, appartenait à une seule sphère de propriété. D’autre part, il est aussi fréquent qu’une société, au lieu d’en acheter une autre, lui sous-traite les services. Dans les deux cas, au lieu de se trouver réunis dans des établissements de grandes dimensions et appartenant à une seule et même société, les travailleurs sont divisés entre les entreprises principales et les multiples sous-traitants, bien que leurs activités s’insèrent dans une même chaîne de production.
6) Ce que je viens de dire à propos de la sous-traitance s’applique également au système des franchises, très courant, par exemple, dans les secteurs du fast-food ou de la blanchisserie. L’entreprise principale permet à de petits patrons d’exploiter les filiales locales, mais en leur imposant une technologie, une gamme de produits ou de services, un système d’organisation de la force de travail et une façon de traiter les clients qui doivent être rigoureusement respectés. De leur côté, les petits capitalistes qui acceptent le système de la franchise voient leurs dépenses réduites parce qu’ils jouissent d’une technologie éprouvée, d’une publicité garantie et d’un marché fourni par l’entreprise principale.
7) La fragmentation de la force de travail découlant de la sous-traitance et du système des franchises prend des proportions encore plus grandes dans le système du « portage ». Ce terme (en brésilien, la « terceirização »), désigne le processus par lequel une société transforme certains de ses employés en professionnels formellement indépendants, puis les réembauche en payant leurs services. Dans la pratique, le travailleur « porté » se retrouve totalement dépendant de la société à laquelle il vend son activité, mais sans bénéficier des garanties qu’il avait auparavant en tant que salarié. La transformation du salariat en « portage », qui a pris des proportions massives dans certains secteurs professionnels, débouche sur le complet isolement de ces travailleurs.
Dans les lieux de travail où, auparavant, ils affrontaient leur employeur conjointement avec leurs collègues, ils doivent désormais le faire seuls.
8) Il ne faudrait pas oublier que, durant les dernières décennies, on a assisté à l’intégration massive de certains secteurs de la population dans le marché du travail, notamment des jeunes femmes, et on a vu se prolétariser des activités qui, jusqu’à récemment encore, revenaient aux professions libérales.
Ce n’est pas la première fois que le capitalisme assimile rapidement des masses colossales de nouveaux salariés, mais, à la fin du XIXe siècle, et au début du XXe siècle, il l’avait fait en concentrant les nouveaux prolétaires dans un même milieu physique et social. C’est ainsi que des immigrés, originaires de différentes régions du globe et parlant différentes langues, avaient rapidement acquis des habitudes identiques et donné naissance à une culture prolétarienne commune.(Classe ouvrière… ou travailleurs fragmentés ? Par João Bernardo,13 avril 2008)
Sous-culture de masse et travail à domicile
Aujourd’hui, c’est exactement le contraire qui se passe, et les personnes récemment arrivées en masse sur le marché du travail capitaliste, quand elles ne sont pas maintenues dans l’isolement, se dispersent entre les entreprises principales, les sous-traitants et les sociétés franchisées, sans avoir l’occasion de créer une nouvelle culture prolétarienne fondée, comme la précédente, sur de vastes réseaux de camaraderie et de solidarité, et sur une confrontation globale avec les patrons.
Comme si cela ne suffisait pas, et parce qu’ils n’ont guère confiance dans les automatismes économiques et sociaux, les capitalistes ont concentré d’énormes efforts dans la diffusion d’une sous-culture de masse fondée sur l’illusion d’une promotion individuelle. Ainsi ce processus contrarie doublement la formation d’habitudes et de comportements communs au sein des nouveaux éléments qui forment la force de travail.
Pour couronner ce processus, les idéologues du capitalisme ont déployé toute leur imagination et ont annoncé l’utopie ultime – le travail s’effectuerait dans la douceur du foyer grâce aux resources électroniques, dans des conditions de dispersion maximale, et la gestion se cantonnerait dans les bureaux des administrateurs grâce à l’informatique, dans des conditions de centralisation maximale.
Et effectivement, le fait que le capitalisme actuel multiplie les formes de dispersion physique et de fragmentation sociale des travailleurs, et fractionne les grandes unités de production en des unités de dimensions plus réduites, ne l’empêche pas de développer la concentration du capital, non seulement au moyen des modalités classiques d’acquisition, qui donnent naissance à des entités économiques de plus en plus colossales, mais en multipliant entre les entreprises des liens qui ne passent pas par des relations de propriété, comme les alliances stratégiques, par exemple.
D’ailleurs, les formes de concentration économique qui se dispensent de la concentration de la propriété prédominent aujourd’hui, au point que l’entreprise principale arrive à se fractionner elle-même en des unités formellement indépendantes pour mieux exercer son contrôle économique sur elles. (Classe ouvrière… ou travailleurs fragmentés ? Par João Bernardo,13 avril 2008)
Le rôle du « juste à temps »
L’un des éléments clés du toyotisme est le système du « juste à temps » (ou « just in time », ou encore production à flux tendus) qui consiste à réduire au maximum les éléments (produits ou matières premières) stockés dans les entrepôts et à ajuster à la fois le flux de la production aux oscillations de la demande, et le type de production aux spécifications de la demande. Ce système ne se limite pas à réduire les coûts ; il a plusieurs autres implications très importantes sur le processus d’exploitation, mais je voudrais ici souligner seulement l’une d’entre elles.
Dans le « just in time », c’est l’entreprise principale qui dicte le rythme de la production aux entreprises sous-traitantes et aux travailleurs « portés » ; elle peut le faire facilement parce que l’électronique permet de disperser la captation des informations et simultanément de centraliser les prises de décision.
L’entreprise principale détermine le type de technologie que les sous-traitants et les travailleurs « portés » devront appliquer et elle contrôle les résultats de l’application de cette technologie, en fonction des nécessités d’adaptation de l’entreprise principale au flux de la demande et à sa nature. Néanmoins, bien qu’ils dépendent étroitement des décisions prises par l’entreprise principale, les entreprises sous-traitantes et les travailleurs « portés » sont indépendants du point de vue de la propriété, avec toutes les responsabilités inhérentes à cette situation. Grâce à cette forme de concentration économique qui ne s’accompagne pas d’une concentration de la propriété, les capitalistes qui dirigent les entreprises principales s’approprient la plus grosse part des profits et peuvent faire retomber la plupart des échecs sur les entreprises sous-traitantes, c’est-à-dire, en dernière analyse, sur les travailleurs de ces entreprises. En facilitant la prolifération d’entreprises petites et moyennes, ce système aggrave la dispersion physique et la fragmentation sociale des travailleurs. Bien que les entreprises principales ainsi que les multiples entreprises sous-traitantes et travailleurs « portés » soient réunis dans les mêmes processus de travail et se consacrent à la production des mêmes articles ou des mêmes services, les travailleurs se sentent encore davantage divisés et isolés.
Une classe pour les capitalistes… mais pas pour les travailleurs
Pour les administrateurs des entreprises, qui détiennent le contrôle sur tout le réseau de captation des informations et d’émanation des décisions et qui contrôlent aussi les procédures électroniques de surveillance, les travailleurs existent comme un corps social unifié. On peut même affirmer que, dans le système toyotiste, ce sont les administrateurs d’entreprise qui assurent l’unification sociale des travailleurs. Par contre, dans la mesure où le processus de travail les isole et les disperse physiquement, les travailleurs eux-mêmes ne se considèrent plus, en règle générale, comme des membres d’une classe sociale. En résumé, cela signifie que les travailleurs existent comme classe pour les capitalistes, mais pas à leurs propres yeux.
Nous voyons mieux les implications de ce paradoxe si nous le considérons en termes d’auto-organisation et d’hétéro-organisation. De même que les mécanismes de l’exploitation enlèvent aux travailleurs le contrôle du processus de travail, et donc la possibilité de disposer des résultats de leur travail, de même les mécanismes de l’oppression les dépossèdent de tout contrôle sur les modalités des relations qu’ils pourraient nouer entre eux. Dans cette perspective, je définis comme la classe sociale dominante celle qui réussit à dicter les principes organisationnels de l’autre classe – la classe dominée. Il ne s’agit pas seulement d’une classe dominante qui dispose d’institutions comme le gouvernement, la police ou les tribunaux. Il s’agit de bien davantage que cela, car les capitalistes déterminent jusqu’aux formes d’organisation interne des travailleurs, et le font même dans des domaines que les travailleurs jugent être les leurs.
Remodelage des villes
Nous pouvons observer cette hétéro-organisation dans les remodelages urbanistiques auxquels ont été soumises toutes les grandes villes. Placés dans les zones les plus anciennes, aux caractéristiques plus marquantes, qui donnaient à chaque ville son originalité, les vieux quartiers populaires disparaissent. Il s’agit d’un processus appelé en anglais gentrifying (« gentrification » ou « boboïsation » en français, NdT) : d’une part, on préserve les façades des immeubles, ou, si nécessaire, on les restaure conformément au tracé originel, mais, d’autre part, on transforme et modernise complètement les intérieurs. Les appartements sont vendus à bon prix à des membres des classes dominantes, qui acquièrent ainsi le privilège de vivre dans les centres-villes et les zones les plus appréciées. Et le même phénomène se produit avec les cafés et les petits restaurants de ces anciens quartiers populaires, qui, une fois dûment rénovés, offrent à la nouvelle clientèle un mélange de sophistication culinaire et de souvenirs d’un passé typique. Pendant ce temps, les travailleurs, expulsés de leurs quartiers traditionnels par les mécanismes économiques, sont refoulés dans les banlieues, où ils doivent recommencer à partir de zéro s’ils veulent créer des réseaux de solidarité, et ce dans des conditions spécialement difficiles parce que, dans les zones péri-urbaines, prévaut un type d’urbanisation délibérément conçu pour restreindre les relations de voisinage. Ce double processus traduit un renforcement de la cohésion interne des classes dominantes et un affaiblissement des liens entre les travailleurs. L’hétéro-organisation des travailleurs dans ce cadre urbanistique est symbolisée par les centres commerciaux, qui sont des lieux de socialisation hégémonisés économiquement et culturellement par le capital. Autrefois, les travailleurs établissaient, selon leurs propres termes, des relations directes de voisinage et d’amitié dans les quartiers où ils habitaient, mais maintenant ils passent une partie considérable de leurs loisirs dans les lieux de shopping où leur présence est éphémère, où il est impossible de nouer des relations stables et où tous les types de contact sont conditionnés par une disposition intentionnelle des espaces tendant à la dispersion et à la fragmentation.
Dans le monde contemporain, nous avons, d’un côté, les capitalistes dotés d’une cohésion transnationale, consolidée par de multiples organisations nationales, mais aussi liées sur le plan international et supranational par des réseaux aux mailles très serrées. De l’autre côté, nous avons les travailleurs qui, dans leur relation avec les capitalistes, sont dominés globalement, comme classe, mais qui sont divisés entre eux et ne luttent pas comme une classe. Cette double situation implique que, dans les conditions actuelles, la classe ouvrière a une existence simplement économique, comme productrice de plus-value et victime de l’exploitation, sans avoir une existence politique et sociologique, comme sujet de luttes et base de formes d’organisation opposées au capitalisme.
Tant que cette situation perdurera, la résistance du capitalisme ne sera pas entamée, et ceux qui aujourd’hui évoquent, à tort et à travers, une « crise du capitalisme » feraient bien mieux de chercher à comprendre la crise de l’anticapitalisme.
La double situation de la classe ouvrière, coincée entre son existence économique pour le capital et son inexistence politique et sociologique, tendra à s’aggraver dans les années qui viennent. Seule la lutte contre l’exploitation peut conférer aux travailleurs une identité sociologique de classe, parce que c’est seulement à ce niveau qu’ils trouvent une communauté fondamentale et établissent des liens de solidarité. Je ne fais pas ici allusion à des journées glorieuses, des drapeaux rouge vif frémissant dans le vent et autres clichés ; je pense aux contestations plus banales et plus simples qui remplissent le quotidien de celui qui travaille au service d’autrui. Comment mettre en commun ces actions, comment utiliser ces expériences pour progressivement reconstruire une existence de classe et une conscience de classe, dans une situation où les pressions renforçant l’isolement et la dispersion sont très puissantes ?
La crise… de l’anticapitalisme
Ainsi peut-on sans doute expliquer l’apologie du fractionnement des luttes que prônent la plupart des idéologues post-modernes. Il est vrai que, d’un certain point de vue, une telle attitude peut sembler sensée, parce que, aujourd’hui, rien ne laisse augurer la possibilité de mouvements vastes et généralisés. Contre les instigateurs de mots d’ordre classiques et dépourvus de tout sens pratique, les post-modernes peuvent au moins invoquer le fait que leurs appels sont entendus. D’un autre côté, ils considèrent la fragmentation des luttes non comme une limite qu’il faudrait dépasser, mais comme l’objectif stratégique à atteindre. Leur idéal est de créer une collection de ghettos reliés entre eux par le marché et disposant du « politiquement correct » comme langue commune.
Si chaque personne reste claquemurée entre des miroirs et n’emploie plus de mots qui révèlent la persistance réelle des problèmes, comme c’est le cas du vocabulaire « politiquement correct », et si le marché se charge de satisfaire les besoins de la majorité, tout se passera au mieux dans le meilleur – ou le moins mauvais – des mondes. S’il existe une exploitation, on parle de citoyenneté. Si les femmes sont négligées et plus mal payées que les hommes, on instaure l’égalité dans le royaume grammatical et l’on bricole une curieuse syntaxe semée de barres, de tirets et de parenthèses où les substantifs, les adjectifs, les articles et les pronoms figurent dans leur variante masculine et féminine. Si certains sont victimes du racisme à cause de leur couleur de peau, on les désigne alors par l’origine géographique de leurs ancêtres éloignés. Et si toutes sortes de discriminations continuent à prospérer, alors on crée des groupes, des clubs, des associations destinés simplement à en préserver les membres, en les isolant dans des communautés d’égaux, de sorte que la société, dans son ensemble, ne change pas d’un iota. Le marché assure les relations entre ces îlots idéologiques et permet que, sur le plan économique fondamental, ils constituent des parties intégrantes de la société capitaliste.
Multiculturalisme et consumérisme
Les idéologues post-modernes s’efforcent d’accentuer les clivages d’ordre culturel, ethnique ou sexuel qui divisent les travailleurs, ou alors ils vont jusqu’à inventer des clivages quand ceux-ci n’existent pas dans la pratique. Russell Jacoby a observé avec beaucoup de pertinence dans The End of Utopia : politics and culture in an age of apathy que, même lorsque la globalisation de l’activité économique place les travailleurs dans des situations identiques, les post-modernes prétendent dissimuler cette réalité en faisant appel à des spécificités culturelles fictives. Et l’industrie culturelle capitaliste suit joyeusement les traces des découvreurs de la post-modernité, en recueillant les profits financiers et en consolidant les conditions sociales de la reproduction du capital. Il existe un lien puissant entre multiculturalisme et consumérisme. Dans un monde où les options de vie des travailleurs sont strictement limitées et où le quotidien de chacun obéit à des normes similaires, le multiculturalisme existe exclusivement sous la forme de la consommation de produits – objets ou services – appelés multiculturels.
On arrive ainsi au paradoxe de la situation actuelle, où le capitalisme est dominé par d’énormes entreprises transnationales, gérées par une élite qui adopte une mentalité entièrement cosmopolite et supranationale, et où les travailleurs sont non seulement soumis aux fragmentations suscitées par le système d’administration toyotiste, mais en plus divisés par des nationalismes, des régionalismes et toutes sortes de spécificités ethniques, physiques et culturelles exaltées non seulement par la mauvaise volonté de la droite mais, ce qui est pire, par la bonne volonté d’une certaine gauche. Le grand problème aujourd’hui est de partir des luttes fragmentées en ayant pour objectif de parvenir à ce qu’elles dépassent cette fragmentation. Tel est le plus grand défi devant lequel nous sommes placés, et c’est seulement dans cette perspective que nous pourrons définir une stratégie de lutte contre le Capital tel qu’il se présente actuellement – contre le système toyotiste d’organisation du travail.
João Bernardo
(Traduit du portugais pour un recueil de textes de l’auteur qui sera publié par la revue Ni patrie ni frontières).

 

Source : http://www.les7duquebec.com/non-classe/classe-ouvriere-ou-travailleurs-fragmentes/

La Révolution d’Octobre est une percée vers une ère nouvelle

Le 13 mai à Moscou s’est tenue l’assemblée plénière du Comité central de l’organisation panrusse « scientifiques russes d’orientation socialiste » (RUSO, selon l’acronyme russe), consacré au 100e anniversaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre.

https://kprf.ru/ruso/165286.html

Service de presse du Comité central du Parti communiste. AlekseyBragin.
14/05/2017

La séance est présidée par le Président du CA RUSOIvan Nikitchuk. Sont présents égalementle vice-président du Comité central du KPRF, DmitriNovikov et le secrétaire du Comité central du KPRF Mikhaïl Kostrikov. Le Plénum RUSO a réuni plus de 100 personnes, y compris des invités étrangers en provenance du Venezuela, du Vietnam et d’Argentine.
Au début de la réunion, les membres de RUSO ont reçu des médailles commémoratives du Comité central du Parti communiste, « 100 ans de la Grande Révolution socialiste d’Octobre. » .
DmitriNovikov: « RUSO – est l’un des plus importants centres de recherche du Parti  »
La séance a été ouverte par le vice-président du Comité central du KPRF, DmitriNovikov. Il a transmis les salutations au Plénum du chef des forces patriotiques du peuple de Russie, Président du Comité central du Parti communiste, Guénnady Ziouganov.
« Toute force politique a besoin de capacités intellectuelles, de centres de recherche et d’analyse. Le Parti communiste n’est pas seulement une force politique. C’est un parti qui vise à transformer le système socio-politique et socio-économique actuel. Notre parti a une vision de l’avenir. Cet avenir c’est le socialisme », – dit Novikov.
« Une telle approche exige une étude scientifique des processus qui se déroulent dans la société: économiques, social, politiques, spirituels et culturels. Comme a dit Staline : « Sans théorie, nous somme morts. » Lorsqu’il ne s’agit pas d’un parti populiste, opportuniste, mais d’un parti avec une idéologie solide, on ne peut pas négliger l’importance des travaux théoriques et de recherche », – a déclaré DmitryGeorgievich.
« Maintenant, nous préparons activement le XVIIe Congrès du Parti communiste. Le Comité central du Parti communiste est le principal centre de recherche et d’analyse de notre Parti dans la période considérée. Un grand travail a été accompli. Le plénum du Comité central a étudié un certain nombre de questions importantes », – a déclaré Novikov.
« Ainsi, en octobre 2013 a été examinée la question nationale et les tâchesdu partie pour renforcer l’amitié entre les peuples. Un Plénum important a été celui d’octobre 2014, qui a examiné l’état de la classe ouvrière en Russie et les tâches du Parti pour travailler en milieu ouvrier. Le Parti communiste a donné sa définition du prolétariat russe moderne, nous avons souligné que la dictature du prolétariat est la dictature de la majorité, dirigée contre la dictature bourgeoise de la minorité ».
« En mars 2015, nous avons abordé la question de« L’héritage révolutionnaire de la Grande Révolution d’Octobre et les tâches du Parti communiste ». Quelques mois plus tard un plénum a examiné le problème de la politique de jeunesse du Parti. « Sur les tâches du Parti pour combattre l’antisoviétisme et la russophobie » – a été le thème de la dernière réunion plénière. Nous avons montré le contenu social et de classe de la russophobie et ses relations avec l’anti-soviétisme. Toutes ces sessions plénières ont joué un rôle majeur dans la lutte concernant d’importantes questions scientifiques, politiques, économiques et sociales du point de vue de l’analyse marxiste-léniniste ».
« Le Comité central du XV Congrès a donné dans son rapport politique une analyse des problèmes socio-économiques dans le monde d’aujourd’hui, il a introduit la caractéristique de la mondialisation, qui avait déjà été abordée dans les travaux de Ziouganov. Le parti considère le globalisme comme une forme moderne de l’impérialisme ».
« Tous ces thèmes examinés au Comité central du Parti communiste ont également fait l’objet d’une étude des scientifiques d’orientation socialiste. RUSO est l’un des plus importants centres d’analyse et de recherche, proche du Parti. Cette organisation ne comprend pas seulement des membres du Parti communiste. RUSO a parcouru un long chemin avec le parti et a contribué à l’étude d’un certain nombre de questions importantes », – a déclaré le vice-président du Comité central, faisant l’éloge de cette organisation.
« Il est important qu’entre le Comité central du Parti communiste et le Conseil de RUSOexiste une relation stable, et cette interaction est assurée par Ivan IgnatevichNikitchuk avec sûreté, intelligence et constance, » – a déclaré DmitryGeorgievich.
« A l’occasion du 100e anniversaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre nous organisons des conférences scientifiques, des tables rondes, il y a un grand travail éditorial. En novembre 2017 nos travaux seront clôturés solennellement au cours d’événements internationaux. La dix-neuvième Réunion internationale des Partis des travailleurs se tiendra début novembre à Saint-Pétersbourg. Ensuite, les participants viendront à Moscou pour y poursuivre le travail et tenir une table ronde consacrée au 100e anniversaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre. Nous avons déjà eu une réunion du groupe de travail sur les préparatifs de la réunion internationale », – a déclaré Novikov.
Dans la suite de son intervention il a également parlé du travail du Centre d’études politiques du Comité central du Parti communiste, de la chaîne de télévision « ligne rouge » et du journal « Pravda ».
« Nous nous heurtons à des forces politiques qui mènent leur propagande. Des moyens considérables sont engagés afin de fausser l’histoire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre en Russie, de fausser l’histoire de l’édification soviétique », – a-t-il dit amèrement.
« Nous souhaitons sincèrement un plein succès aux activités de RUSO. C’est un centre intellectuel très important du parti, qui est amené à jouer un rôle particulier dans la promotion des réalisations du socialisme, défendre la vérité sur l’histoire soviétique, dans la lutte contre la falsification de notre passé. Nous avons beaucoup à faire. Et nous devons poursuivre dans cette voie avec honneur », – a dit en conclusion le vice-président du Comité central du Parti communiste.
IvanNikitchuk: « La Révolutiond’Octobreest une percée vers une ère nouvelle »
Puis le Président du CC deRUSONikitchuka présenté son exposé: « La Révolution d’Octobre est une percée vers une ère nouvelle»
– Camarades!
Le XX siècle a été marqué par plusieurs événements d’importance historique. C’est la victoire sur le fascisme dans la Seconde Guerre mondiale, la maîtrise de l’énergie atomique, et la percée humaine dans l’espace. Mais le plus remarquable est l’accomplissement de la Grande Révolution socialiste d’Octobre.
Nous, les scientifiques, fidèles aux principes des grandes idées du socialisme et du communisme, nous inclinons aujourd’hui avec respect et admiration devant l’héroïsme de nos ancêtres qui ont réalisé il y a cent ans une percée historique dans la lutte des travailleurs pour leur libération de l’oppression et de l’humiliation millénaires.
La victoire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre est, en effet, un exploit sans précédent du prolétariat héroïque de la Russie pour briser la chaîne séculaire de l’exploitation de l’homme par l’homme. C’est à la fois l’hymne du parti bolchevique – le parti de Lénine et de Staline – qui a réussi à guider le vaisseau de la révolution versles grands espaces de la transformation socialiste. C’est aussi la symphonie majestueuse des bâtisseurs du socialisme en URSS, qui ont sauvé le monde du fascisme et créé dans une période historiquement courteune superpuissance, la première à s’élancer dans le cosmos. Enfin, c’est un clairon qui durant toutes les années du pouvoir soviétique a appelé les peuples opprimés à la lutte pour leur libération.
Le prolétariat de Russie, dirigé par le Parti bolchevique a pu non seulement renverser le pouvoir des capitalistes et des propriétaires, mais aussi conserver le pouvoir dans une lutte difficile contre l’intervention de l’encerclement capitaliste, qui avait déchaîné la guerre civile dans le pays.
Dans le creuset de la révolution est né un nouveau type d’état – l’état de la dictature du prolétariat et le pouvoir soviétique – lepouvoir des travailleurs et de la paysannerie laborieuse.
Les libéraux et antisoviétiques d’aujourd’hui présentent souvent la Russie tsariste comme un quasi paradis sur terre, que les bolcheviks ont détruit en prenant le pouvoir. Qu’en était-il de ce paradis?
Dans la production mondiale de 1913, la part de la Russie était d’environ 2%, tandis que la part des pays avancés (Etats-Unis, Allemagne, Angleterre, France) était de 20 à 7%. Pour le montant du produit national brut par habitant la Russie était inférieure aux Etats-Unis de 9,5 fois, la Grande-Bretagne – 4,5, l’Allemagne – 3,5.
La productivité du travail dans l’industrie en Russie était inférieure à celle des États-Unis de 9 fois; Angleterre – 5 fois; Allemagne – 4 fois.
Tout aussi décevant était l’état de l’agriculture. Au XIXe siècle, la Russie a connu 40 disettes. En 1911-1912, la famine a balayé 60 provinces. 30 millions de personnes étaient entre la vie et la mort. Selon diverses estimations, en 1901-1912, la famine a tué près de 8 millions de gens.
Plus de 52% des fermes d’élevage cultivaient la terre avec des araires. En 1913, il n’y avait que 152 tracteurs en Russie (aux Etats-Unis, Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas, Danemark les tracteurs se comptaient par dizaines de milliers). 80% du travail agricole était fait à la main.
Dans la lutte contre les maladies l’homme russe était livré à lui-même. Pour 10.000 habitants en Russie il y avait 1,6 médecins, 1,7auxiliaires de santé, 1,7 obstétricien et sage-femme. A la campagne, 1 médecin pour 26.000 ha.
En 1913, un but chez les patients russes souffrant de maladies infectieuses chroniques, il y avait près de 22 millions. Les gens (13% de la population).
Sur 1.000 nouveau-nés, 263 mourraient en Russie avant l’âge de 1 an. En Suède, 70, au Royaume-Uni, 108 et aux États-Unis et en France – 112-115.
Plus de 70% de la population était analphabète. En 1913, le nombre d’étudiants dans tous les types d’écoles (y compris religieuse et militaire) était seulement d’environ 10 millions. Man. Pour 1000 habitants il y avait 1,7 enseignants, aux États-Unis – 3 fois plus.
Aux États-Unis il y avait plusieurs dizaines d’universités de niveau universitaire, en Angleterre, 18 universités, en Allemagne, 22, en France, 14, en Russie – 8.
La corruption frappait même les plus hautes sphères du pouvoir. Le Grand-Duc AlexeiAlexandrovicha pillé les fonds alloués pour la construction de cuirassés de type « Borodino », suite à quoila Russie en 1904 au lieu de 10 cuirassés de ce type en avait seulement 5.Sur les destroyers russes, croiseurs et cuirassés il y avait des turbines allemandes, des gyrocompas et télémètres suédois et anglais. Le petit nombre d’avions et de véhicules militaires étaient presque exclusivement de production étrangère.
Voici l’héritage reçu parles bolcheviks enoctobre 1917. Mais la situation a été rendue encore plus compliquée après une guerre civile dévastatrice.
Le Grand Octobre a sauvé la Russie de la ruine et malgré la dévastation et les victimes de la guerre civile, a donné une forte impulsion à son développement.
Déjà en mars 1921, le dixième Congrès du RCP (b) décidé la transition vers la NEP. Avant cela, en 1920, le gouvernement de RSFSR sous la direction de Lénine a élaboré un plan prometteur pour l’électrification du pays (GOERLO). Le résultat n’a pas tardé à venir. Le chiffre de la production industrielle brute en 1925 a atteint 75%du niveau de 1913, et en 1926 il l’a dépassé de 8%. Les produits de l’industrie de l’ingénierie en 1925 ont dépassé le niveau d’avant-guerre de 13%. Le pétrole et le charbon ont retrouvé à peu près leur niveau d’avant-guerre. Les industries légère et alimentaire ont été restaurées pour l’essentiel. En 1925, l’agriculture a été remise en état.
En 1926, l’Union soviétique est entrée dans une période de lutte pour l’industrialisation et la collectivisation de l’agriculture.
Le premier plan de développement économique quinquennal (1928-1933)avait pour principal objectifs de transformation l’URSS d’un pays agraire et arriéré à un pays industriel, créant ainsi une économie capable de rénover tous les secteurs de l’économie, renforcer la capacité de défense de l’URSS, élever le niveau de vie matériel et culturel du peuple soviétique.
Les objectifs du premier plan quinquennal ont été respectés. Sont apparus les premiers géants de l’industrie,combinats de fer et acier à Magnitogorsk et Kouznetsk, les usines de tracteurs à Kharkov et Tcheliabinsk, les usines d’automobiles à Moscou et Nijni-Novgorod.
Le Deuxième plan de développement quinquennal (1933-1937) a été réalisé en 4 ans et 3 mois. En 1937, l’industrie a atteint 2,2 fois le niveau de 1932, l’industrie lourde 3,4 fois. Les produits d’ingénierie ont augmenté de près de 1,5 fois.
Le troisième plan quinquennal (1937 -1941) prévoyait la poursuite du développement du fer et de l’acier, des industries du charbon et du pétrole, en particulier la mise en place dans la zone située entre la Volga et l’Oural d’une nouvelle base oléifère,le Deuxième Bakou. L’objectif était de rattraper et dépasser le niveau de la production par habitant des pays capitalistes développés.
La mise en œuvre du plan quinquennal allait bon train. Elle a été interrompue par la guerre, déclenchée par l’Allemagne nazie.
Au début de la guerre, l’Union soviétique possédait une puissante industrie, une agriculture socialiste développée et une main-d’œuvre qualifiée. Le 1er janvier 1941 le nombre de spécialistes de l’économie nationale a atteint 2,4 millions de personnes, dont 909 000 avaient une éducation supérieure et 1,5 million de personnes une éducation secondairespécialisée. Dans la dernière année d’avant-guerre, le nombre de diplômés en génie était de 295.000, aux États-Unis 170.000.
L’Etat soviétique au cours des années des plans quinquennaux d’avant-guerre a fait des progrès considérables dans le développement de l’industrie. En 1940, la production d’électricité par rapport à 1913 avait augmenté de 25 fois. La production de charbon multipliée par rapport à 1913 par plus de 6. La production brute de l’industrie chimique, y compris les mines et les produits chimiques, a augmenté de 25 fois.
La production brute de la construction mécanique, en 1940, a dépassé le niveau de 1913 de 30 fois. De nombreuses branches de l’ingénierie ont été créées à partir de zéro dans l’ère soviétique: les tracteurs, l’automobile, l’industrie de l’aviation et d’autres.
En 1940, l’URSS possédait d’une agriculturedéveloppée. Dans le pays, il y avait 237.000kolkhozes et 4.000 sovkhozes, sept mille MTS. L’agriculture disposait de 531.000 tracteurs, 182.000 moissonneuses-batteuses, 228.000 camions et autres véhicules.
Les années de guerre ont démontré une fois de plus les avantages de l’économie soviétique, qui lui ont permis de tenir, de se regrouper, de fournirau front tout le nécessaire dans les conditions les plus difficiles.
Pendant la guerre, le pays a perdu environ 27 millions de citoyens et subi d’énormes pertes matérielles, qui se montent à une somme astronomique – environ 3 billions de roubles soviétiques. Ont été entièrement ou partiellement détruites 1.710 villes et agglomérations urbaines, plus de 70 000 villages, environ 32 000 entreprises industrielles, 65.000 km de voies ferrées, 75 millions personnes se sont retrouvées sans toit. Les envahisseurs ont détruit 98.000 fermes collectives et 1.876 fermes d’État, ils ont emporté et égorgé plusieurs millions de bovins.
Au cours des cinq premières années après la guerre ont été restaurées ou reconstruites plus de 6.000 entreprises industrielles. Au cours de ces années, les fondations ont été posées de l’énergie nucléaire et de l’électronique. En 1948, près de Tcheliabinsk a eu lieu le lancement du premier réacteur nucléaire et mise en service une usine de séparation du plutonium radiochimique. Cela nous a permis de commencer à tester des armes nucléaires. Le 29 août 1949 sur le site d’essais nucléaires de Semipalatinsk a été testée la première bombe atomique soviétique RDS-1, mettant un terme au monopole américain sur les armes nucléaires.
Dans les années d’après-guerre, le pays s’est développé rapidement avec une augmentation d’environ 10% annuel. Un symbole du progrès technologique URSS a étéla conquête du cosmos. En octobre 1957 a été lancé le premier satellite artificiel. Et en avril 1961, est entré dans l’espace le premier homme dans le monde, le soviétique, le communiste Youri Gagarine.
Au milieu des années 80, l’Union soviétique était devenue une grande puissance qui de nombreux points occupaitla première place au monde. L’autorité de l’URSS sur la scène internationale était incontestée. De nouvelles branches de la science et de la technologie apparurent, liées à l’espace, au développement de l’énergie nucléaire.
L’enseignement secondaire et supérieurétaient complètement gratuits. Au début des années 80 l’Union soviétique avait 856 établissements supérieurs (dont 65 universités), avec un effectif de près de 5 millions d’étudiants. Pour le nombre d’étudiants par 10.000ha l’Union soviétique devançait significativement des pays tels que le Royaume-Uni, la République fédérale Allemande, la France, le Japon et d’autres. Il y avait environ sept mille établissements d’enseignement professionnel, avec un effectif de 3,5 millions d’étudiants. Près de 200000 écoles secondaires, avec un effectif de 55 millions d’élèves.
Au début des années 80, la science en URSS est devenue l’un des secteurs les plus développés de l’économie. Les organisations scientifiques occupaient 1 million de chercheurs.
Après la victoire dans la Seconde Guerre mondiale la position de l’Union soviétique s’est considérablement renforcée. De nombreux pays d’Europe de l’Est, d’Asie et d’Amérique ont opté pour la voie socialiste du développement. Une organisation pour l’intégration économique de ces pays (CAEM) s’est constituée, ainsi qu’une alliance militaire – le Pacte de Varsovie, pour résister au bloc agressif de l’OTAN. Des troupes soviétiques étaient stationnées sur le territoire des démocraties populaires en Europe, ainsi qu’au Vietnam et à Cuba, garantissant à la population de ces pays une construction socialiste pacifique. Au début des années 80 du XX siècle, le socialisme était en position de vaincre dans unecompétition pacifique le capitalisme. Cependant, cela ne s’est pasproduit.
À un moment donné ce grand pays s’est retrouvé aux mains de bandits et d’escrocs. Le coup d’Etat contrerévolutionnaire, bien sûr, se préparaitdepuis de longues années. Le point dedépartse situe presque immédiatement après la mort de Staline.
Les causes ce qui s’est passé peuvent être divisées en internes et externes.
Le renforcement de l’Union soviétique a porté à sa limite extrême la lutte tant ouverte que cachée du capital contre le travail. Le capitalisme avait peur de la montée en puissance de l’Union soviétique, la croissance de son prestige international. Le camp capitaliste, déchiré lui-même par des contradictions internes, en prévision de la prochaine crise qui pourrait être la dernière, avait besoin de « sang frais » – de nouveaux marchés pour leurs produits, de nouvelles sources de matières premières, de main-d’œuvre bon marché. Et une telle source pouvait devenir et est effectivement devenue l’URSS et les pays socialistes. Les principaux pays capitalistes, en particulier les États-Unis, n’ont pas lésiné sur la dépense de plusieurs milliards de dollars pour la propagande antisoviétique, la formation dans les pays soviétiques d’une « cinquième colonne » de traîtres et renégats. L’un des points clés de cette propagande était la thèse de l’absence en URSS de « vraie démocratie. » C’est cette démagogie de la démocratie qui a été le principal pilon compresseur utilisé contre le socialisme soviétique. Il y a eu aussi l’introduction des relations de marché dans la production, lorsque le profit est devenu la mesure du succès. Cela a créé une âpreté au gain, et a changé la psychologie des travailleurs. Nous avons eu ensuite la devise hypocrite de Gorbatchev: « Plus de démocratie – plus de socialisme ». Sous cette couverture démagogique la classe ouvrière n’a pas vu venirle harnais de l’exploitation qui devait à nouveau l’asservir. Elle n’a pas remarqué qu’elle devenait une nouvelle fois le vendeur de sa force de travail. Le soutien social de Gorbatchev,c’était l’économie del’ombre (criminelle) et le mouvement prétendument coopératif. Désorienté par le bruit médiatique, l’homme de la rue s’est laissé rouler dans la farine par les « valeurs universelles » de la perestroïka de Gorbatchev, tandis que des escrocs stipendiés et des « extralucides » invitaient le public à placer devantla télévision et la radio des récipients avec de l’eau pour la charger de leur énergie vivifiante, capable de soigner toutes sortes de maux. Résultat, les maladiessont restées, mais le pays s’est dissout.
Mais le fait que le travailleur soviétique, devenu un petit bourgeois, ait avalé avec plaisir ce brouet toxique est de notre responsabilité, tout d’abord, à nous, les communistes, le Parti communiste dans son ensemble. Les raisons en sont le renoncement aux normes léninistes de la vie du parti, la promotion à l’intérieur du parti de démagogues et d’ignorants, d’intrigants et de traîtres, le manque d’attention au développement de la doctrine marxiste-léniniste, la fuite en avant, l’abolition de la dictature du prolétariat, l’introduction dans l’économie socialiste d’éléments de gestion incompatibles, le formalisme dans l’éducation de l’homme nouveau – constructeur du futur socialiste.
Le formalisme dans l’éducation de l’homme nouveau a été, peut-être, l’un des principaux facteurs de la défaite du socialisme. Le Parti a sous-estimé la présence dans l’état d’esprit de propriétés et aspirations qui sont étrangères à l’homme de l’avenir socialiste et communiste, formées dans la longue histoire de l’humanité. Ce désir de vivre dans le luxe, la richesse, au détriment des autres, de vivre en profiteur, de voler, d’arracher, etc. Ces propriétés ont largement déterminé le comportement des gens sous le système esclavagiste, le féodalisme et le capitalisme. Ces propriétés sont dans bien des cas, la cause de nombreuses conquêtes militaires. Ce sont ces qualités viles de l’homme sur lesquelles se sont appuyés ceux en 1991 et les années suivantes ont écrasé l’Union soviétique. Nous nous souvenons tous de fausses promesses de devenir le propriétaire de deux « Volga » pour un voucher, ou le slogan publicitaire de Golubkov « Nous restons assis ne rien faire et l’argent goutte à goutte» -, etc. Il suffisait d’ouvrir la boîte de Pandore, et les gens ont massivement oublié les idéaux de la justice, la fraternité, l’amitié, l’altruisme, et les serments, trahissant en même temps non seulement le gouvernement soviétique, le parti, mais aussi leurs pères et grands-pères qui ont sacrifié leur vie pour défendre le pouvoirdes Soviets, et ils se sont précipités dans le tourbillon du marché dans l’espoir de s’enrichir. Mais sous ce beau papier d’emballage, pour la grande majorité,ce furent la ruine et la pauvreté.
La prise en compte insuffisante de l’influence de ces mauvais traits de la nature humaine, alliée au populisme primitif, sont visibles également dans la tentation de brûler les étapes, quand on a commencé à faire la promesse que « la génération actuelle de peuple soviétique vivra sous le communisme. » La promesse Khrouchtchévienne de construire le communisme en 20 ans a compromis l’idée socialiste. De plus, ellea, bien qu’indirectement, fait pencher très dangereusementle peuple en faveur de la « société de consommation » à l’occidentale.
Après la mort de Staline, il y a eu une épuration des cadres idéologiques. En conséquence, c’est l’intelligence du parti et du peuple soviétiquequi ont souffert, ses buts ont été dénaturés. A cette époque, ont été adoptées non seulement des décisions idéologiquement peu judicieuses, mais simplement hostiles au Parti et à tout le peuple soviétique.
Une de ces décisions est l’abolition de la dictature du prolétariat. Ce problème est l’un des plus importants et fondamentaux du marxisme. Dans le programme du parti adopté au XXII Congrès, l’état de la dictature du prolétariat s’est transformé en Etat du peuple tout entier, un organe exprimant les intérêts et la volonté de tout le peuple. Cette thèse est dans son essence profondément non scientifique et contraire au marxisme-léninisme. Dans son célèbre ouvrage « L’économie et la politique à l’époque de la dictature du prolétariat » (octobre 1919), Lénine souligne en particulier: « Le socialisme signifie l’abolition des classes. La dictature du prolétariat a fait pour cette destruction tout ce qu’elle pouvait. Mais on ne peut pas détruire les classes immédiatement. Les classes restent et resteront à l’époque de la dictature du prolétariat. La dictature ne sera plus nécessaire lorsque les classes disparaitront. Elles ne disparaitront pas sans la dictature du prolétariat ». La société soviétique restait une société de classe, et soulèver la question de l’abolition de la dictature du prolétariat était une grosse erreur, ce qui a également contribué à l’effondrement de l’URSS.
Une autre décision qui a porté un coup irréparable à la conscience sociale du peuple soviétique, ce fut la soi-disant démystification du « culte de la personnalité », qui n’a pas été dictée par les circonstances objectives des activités de Staline, mais basée sur l’animosité personnelle de Khrouchtchev envers Staline. Soit dit en passant, les positions du rapport secret de Khrouchtchev, adoptées par le XXe Congrès du PCUS « pour information », sont toujours en vigueur. Nous pensons que le Comité central du Parti communiste devrait discuter de cette question et prendre sa décision lors du prochain congrès du parti et dans un communiqué désavouer la position du rapport Khrouchtchev. Il est nécessaire de mettre un point final à cette question, formuler exactement l’attitude du parti face aux insinuations sur les activités de Staline.
Toutes ces erreurs ont finalement conduit au coup d’Etat contre-révolutionnaire avec chars pointés sur le pouvoir soviétique, un tournant tragique dans l’histoire de notre Etat et la nation, la communauté socialiste, qui a influencé tout le cours de l’histoire mondiale. Les échos de cet événement se poursuivent aujourd’hui, en prenant parfois la forme d’affrontements ethniques sanglants et de tragédies humaines. L’une d’elles sont les massacres du Donbass.
Depuis plus d’un quart de siècle, le pays se débat dans le marais du capitalisme sauvage. Le peuple a été pillé et jeté dans la misère par les prédicateurs de la « démocratie ». Au lieu de la démocratie, on a l’arbitraire bureaucratique généralisé, la violation cynique de la constitution, la prise illégale du pouvoir par la manipulation des résultats des campagnes électorales, toutes sortes de restrictions et le « filtre » à travers lequelsont nommés des candidats commodes pour la fonction publique à différents niveaux. Toutes les sphères de la société ont subi d’énormes dégâts. Ont été détruit des secteurs entiers de l’économie, la campagne est dévastée. Les citoyens ont été privés des principales réalisations du socialisme – le droit au travail, aux loisirs, au logement, à l’éducation et aux soins de santégratuits. Le marché intérieur a été inondé de marchandises étrangères. Le pays a, en effet, cessé de produire quoi que ce soit d’autre que l’énergie et d’autres matières premières, devenant un appendice de l’économie de l’Ouest. Le pays est plongé dans une crise permanente, dont on ne voit pas la fin. Les autorités n’ont pas de plans ou de stratégies, ou bienleurs plans et stratégies, consciemment ou inconsciemment, conduisent à la destruction du pays.
L’éducation, la santé et la science ont été victimes d’une réforme sauvage. La part de la Russie dans l’économie mondiale en 2014 était d’environ 5%, en 2016 de 3,3%, en 2020, elle sera de 2,6%, près des indicateurs de la Russie tsariste en 1913. En 2016, en termes de PIB, la Russie est classée 6e dans le monde, mais le PIB par habitant est 44ème.
Le pays est livré à une vente aux enchères, qui se poursuit encore aujourd’hui. Le nombre total de sociétés entièrement détenues par l’État ne représente aujourd’hui que 9%. Le gouvernement, le 2 février de cette année, a examiné, et maintenant envisage sérieusement la privatisation de VTB, des chemins de fer russes, de la poste russe et d’autres avoirs majeurs. Il est prévu de transférer dans des mains privées, y compris étrangères, environ 500 sociétés anonymes, 300 FSUE. La privatisation guette plus d’un millier d’autres objets de propriété de l’Etat. Toute cette machine sera vendue en trois ans pour une somme ridicule, le budget chaque année recevra 56 milliards deroubles.
Aujourd’hui, l’économie appartient à la Russieseulement pour moitié. Au début de 2015, dans le secteur de l’extraction des minéraux, la part des capitaux étrangers était égale à 56%, dans l’industrie manufacturière, 40%, dans la production d’électricité – 30%, dans le secteur du commerce de gros et de détail – 90%. De plus, au cours des 3 dernières années la part de capitaux étrangers a augmenté d’un tiers. Un jour, nous pouvons nous réveiller dans un pays qui ne nous appartient pas.
/…/
En ce qui concerne la forme de la restauration du pouvoir soviétique, elle peut être relativement paisible, si la bourgeoisie russe pour son auto-préservation renonce à la violence contre les masses laborieuses, quand elles voudront se débarrasser de son omnipotence. Mais le meilleur exemple de libération nous est montré par l’héroïque prolétariat russe, qui sous la direction des bolcheviks aobtenu la victoire dans la Grande Révolution socialiste d’Octobre. Et cet exemple devrait nous inspirer à de nouvelles victoires.
Je vous remercie pour votre attention!

 

Source: http://wp.me/p1EACY-eox