DÉCLARATION INTERNATIONALISTE À L’OCCASION DU 1ER MAI 2017

Un 1er Mai rouge, révolutionnaire et internationaliste!

«Le drapeau de la révolution d’Octobre est invincible»
– Mao Zedong

Cette année marque le centenaire de la révolution d’Octobre. Les impérialistes, les réactionnaires, les réformistes et les opportunistes de toutes sortes s’affairent à effacer, assombrir, dénigrer et souiller cet événement, comme ils l’ont fait l’an dernier à l’occasion du 50e anniversaire de la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Ils agissent ainsi parce qu’ils savent que le puissant message que ces événements communiquent aux prolétaires et aux masses populaires est de plus en plus actuel. Pour nous débarrasser de l’impérialisme, du capitalisme, des guerres, de l’exploitation du prolétariat et de l’oppression des peuples, nous devons faire la révolution prolétarienne! La classe ouvrière doit arracher le pouvoir politique des mains des classes dominantes, établir son pouvoir, son État – la dictature du prolétariat – et construire le socialisme; elle doit développer et poursuivre la révolution dans chaque pays et dans le monde entier pour se débarrasser des chaînes de l’impérialisme et marcher vers le communisme mondial.
Le système impérialiste apparaît tel que Lénine l’avait analysé et décrit dans son important ouvrage, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme: savoir un système pourri et décadent. Sous toutes les latitudes, l’impérialisme et ses gouvernements continuent à faire face à une crise économique, financière, politique et sociale profonde et en font porter le fardeau sur les épaules des prolétaires et des masses à l’intérieur de leurs frontières, et sur celles des peuples et des nations opprimées à l’échelle internationale. L’impérialisme, ce sont les guerres économiques, les guerres d’agression et le pillage pour la redivision du monde. L’impérialisme, c’est la réaction et le fascisme. L’impérialisme est le stade suprême du capitalisme et nous rappelle chaque jour la nécessité de le renverser. C’est pourquoi le message de Lénine et de la révolution d’Octobre est plus vivant que jamais!
Aux États-Unis, qui constituent la puissance impérialiste la plus forte, la victoire de Donald Trump reflète la crise de l’impérialisme yankee et ses tentatives de s’en sortir par la guerre économique, la domination militaire, le contrôle des régions stratégiques sur le plan géopolitique et la redéfinition des alliances sur les divers théâtres de guerre. La victoire de Trump démontre la barbarie de la supposée «démocratie états-unienne», avec un milliardaire fasciste au pouvoir qui mène la guerre contre les masses paupérisées à l’intérieur et les peuples opprimés à l’étranger. La victoire de Trump alimente dans l’ensemble des pays impérialistes la réaction, l’État policier, la militarisation, l’état d’urgence permanent et la guerre interne contre les prolétaires, les droits des femmes, le peuple afro-américain, les immigrantes et immigrants qui font face aux murs et aux expulsions, les musulmanes et les arabes, et les idées progressistes dans les écoles, les universités, les médias, l’art et la culture.
Cette nouvelle phase agressive de l’impérialisme US aiguise les contradictions inter-impérialistes, notamment avec la superpuissance atomique qu’est l’impérialisme russe, la nouvelle puissance social-impérialiste que constitue la Chine, et les pays membres de l’Europe impérialiste sous hégémonie allemande. La compétition mondiale pour la division des marchés entre les pays impérialistes et la lutte pour le contrôle des ressources énergétiques sont à l’origine et alimentent les guerres d’agression et les guerres réactionnaires qui sèment la mort, les massacres et la destruction partout dans le monde.
Ce sont les guerres d’agression impérialistes dans chaque recoin de la planète qui donnent naissance aux grandes vagues migratoires! C’est la barbarie des guerres impérialistes et leur effet boomerang à l’intérieur même des citadelles impérialistes qui font couler le sang dans leurs rues!
Dans les pays impérialistes, les États et les gouvernements des maîtres du monde poursuivent une guerre interne contre les prolétaires et les masses populaires, que la crise, l’oppression et la répression poussent à lutter et à se révolter de plus en plus.
Dans les pays opprimés par l’impérialisme, les prolétaires et les peuples intensifient leurs luttes de libération nationale; il faut appuyer en particulier la lutte des peuples palestinien et arabe contre l’État sioniste et l’impérialisme, et les guerres populaires. De l’Inde aux Philippines en passant par la Turquie et le Pérou, la guerre populaire dirigée par les partis marxistes-léninistes-maoïstes montre la voie pour se libérer de l’impérialisme et des régimes réactionnaires et construire des États de démocratie nouvelle en marche vers le socialisme. La guerre populaire en Inde, qui célèbre aujourd’hui le 50e anniversaire du «soulèvement de Naxalbari» qui lui a ouvert la voie, résiste aux massacres, à l’opération «Green Hunt», à la répression contre les maoïstes, les Adivasis, les étudiantes, étudiants et les intellectuelLEs démocratiques et révolutionnaires, les ouvriers, les paysannes, les femmes en lutte et les minorités nationales; elle démontre que rien ne peut arrêter la guerre et la lutte populaires pour la libération, tout comme rien ne peut empêcher le soutien international qu’elle génère.
La révolution d’Octobre et le grand Lénine ont montré qu’on ne peut lutter et gagner contre l’impérialisme et ses États sans lutter contre le révisionnisme et l’opportunisme.
Les conditions objectives sont favorables à la révolution, qui constitue la tendance principale à l’échelle du globe. Les sociaux-démocrates, les ex-partis «communistes» devenus révisionnistes et réformistes ont perdu tout crédit aux yeux des masses et démontré qu’ils ne sont plus d’aucune utilité pour défendre les conditions de vie et de travail des masses ou s’opposer à l’impérialisme, aux guerres, au fascisme et à l’État policier. En même temps qu’on assiste à la crise de ces courants, on voit monter les tendances populistes réactionnaires et les mouvements fondamentalistes réactionnaires qui divisent les masses et les attachent au chariot de telle ou telle puissance impérialiste et en fin de compte, aux fractions les plus réactionnaires de l’impérialisme, de la bourgeoisie et des régimes qui les servent. Les prolétaires et les masses populaires doivent rejeter avec fermeté les illusions de la voie parlementaire et pacifique, qui vise à les désarmer, et adopter avec hardiesse la voie révolutionnaire.
La guerre populaire est la forme de lutte révolutionnaire la plus avancée; c’est pourquoi nous devons l’appuyer dans tous les pays où elle a déjà été déclenchée et la préparer dans tous les autres en fonction des conditions concrètes de chaque pays. Il faut construire des partis communistes authentiques qui seront l’avant-garde de la classe ouvrière et constitueront le noyau dirigeant des masses populaires. Les partis communistes basés sur la science révolutionnaire du marxisme-léninisme-maoïsme se construisent dans le feu de la lutte de classes, en lien étroit avec les masses, en vue du déclenchement et du développement de la guerre populaire, ancrés dans la réalité. Les partis communistes doivent construire le front uni des masses exploitées et de toutes les sections opprimées par l’impérialisme; ils doivent adopter les tactiques appropriées en fonction de la forme que prend la domination politique et militaire dans leur pays.
Dans les pays impérialistes, les partis communistes doivent intégrer dans leurs rangs les nouveaux prolétaires issus de l’immigration, en jouant un rôle d’avant-garde dans leur lutte contre la surexploitation, l’esclavage et le racisme. Ils doivent rassembler et organiser la révolte de la jeunesse et la lutte des femmes afin d’en faire une puissante force pour la révolution. Les partis communistes doivent lutter contre leur propre impérialisme et le considérer comme l’ennemi principal du prolétariat et des peuples opprimés, en se tenant fermement du côté des masses des nations opprimées. Aujourd’hui en particulier, nous devons lutter contre l’occupation impérialiste de l’Afghanistan, l’agression impérialiste en Syrie et les menaces nucléaires contre la Corée du Nord. La guerre impérialiste et la dictature réactionnaire de la bourgeoisie soulèvent la nécessité pour les partis communistes de s’équiper pour être capables de leur opposer la guerre populaire et de construire leur force combattante comme noyau de l’armée rouge.
En plus des politiques de génocide, les guerres populaires font également face aux pièges des négociations de paix qui, loin de leur permettre de grossir leurs forces et de se consolider en vue de l’offensive stratégique, n’ont d’autre objectif que de les dérouter, les étouffer et les diviser, afin de les amener à se rendre.
L’internationalisme, c’est l’unité entre le prolétariat et les peuples opprimés du monde entier contre l’ennemi commun.
L’internationalisme «consiste à travailler avec abnégation au développement du mouvement révolutionnaire et de la lutte révolutionnaire dans son propre pays, à soutenir (par la propagande, la sympathie, une aide matérielle) cette même lutte, cette même ligne, et elle seule, dans tous les pays sans exception». – Lénine
L’internationalisme, c’est la construction d’une nouvelle organisation internationale, qui, en abordant les problèmes actuels auxquels les communistes sont confrontés, sera capable de générer une ligne générale pour le mouvement communiste international et une nouvelle Internationale communiste.
Vive le 100e anniversaire de la grande révolution d’Octobre!
Mort à l’impérialisme! En avant vers la guerre populaire prolongée partout dans le monde!
Vive les luttes des prolétaires et des peuples opprimés!
Vive l’internationalisme prolétarien!
Pour un avenir rouge et socialiste, marchons vers le communisme!
Liste des signataires:
Collectif maoïste iranien
Comité pour la construction du Parti communiste maoïste, Galice, État espagnol
Democracy and Class Struggle, État britannique
Klassenstandpunkt («Point de vue de classe»), équipe éditoriale, Allemagne
La voix ouvrière – Malaisie
Ligue révolutionnaire maoïste – Sri Lanka
Mouvement communiste de Serbie
Mouvement communiste maoïste, Tunisie
Noyau communiste du Népal
Organisation de travail communiste – Tunisie
Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan
Parti communiste de l’Inde (maoïste)*
Parti communiste du Brésil (Fraction rouge) – PCB (FR)
Parti communiste du Népal (maoïste révolutionnaire)
Parti communiste maoïste – France
Parti communiste maoïste – Italie
Parti communiste maoïste du Manipur
Parti communiste révolutionnaire (District du Québec)
Parti des khadéhines – Tunisie
Revolutionary Praxis – Grande-Bretagne
Union communiste ouvrière (MLM) – Colombie

 

Source: http://www.pcr-rcp.ca/fr/4475

Déclaration du PCR à l’occasion du 1er mai 2017/RCP May Day 2017 Statement

(English follows)

À l’occasion de la Journée Internationale des travailleurs et travailleuses du 1er Mai,  nous rebloguons simplement la déclaration du PCR-RCP

 

Déclaration du PCR à l’occasion du 1er mai 2017
par pcrrcp

Ce 1er mai 2017 marque le centième anniversaire de la révolution bolchevique en Russie. Après avoir passé des décennies à se faire dire que le capitalisme était la fin de l’histoire, voici que le communisme est de nouveau à l’ordre du jour, enfin! Près de trois décennies après la chute du Bloc de l’Est, période où les capitalistes nous ont soumis à toutes les formes de brutalité tout en claironnant que la révolution socialiste était une erreur colossale, l’étiquette attachée au communisme ne colle plus autant. Face à cela, les capitalistes réagissent en augmentant d’un cran leur campagne idéologique contre le communisme. Les capitalistes ne manquent plus une occasion pour rappeler à la classe ouvrière qu’il n’y a pas d’espoir, comme quand ils construisent un monument aux «victimes» du communisme ou quand ils réprimandent les «milléniaux» de s’intéresser à cette idée. La révolution communiste continue d’effrayer ceux qui ont pour préoccupation de défendre le capitalisme.

Depuis le début des années 90, le cri de ralliement à la révolution communiste pouvait tout de même se faire entendre depuis les coins les plus marginalisés du monde, à travers des insurrections de masse et des guerres populaires, et dorénavant elle commence à se faire entendre au cœur des pays impérialistes. De multiples guerres impérialistes, et un accroissement exponentiel de l’oppression et de l’exploitation mondialement n’ont pas réussi à faire taire la résistance ni la volonté pour une révolution communiste. Bien que ce soit devenu une habitude pour nos classes dirigeantes de se moquer de leurs victimes comme étant «naïves» de simplement oser se battre pour une vie meilleure, ça a aussi toujours été une habitude pour les victimes de lutter pour exister et pour envisager un monde meilleur; un monde décrié comme étant impossible par ceux qui sont prêts à annihiler presque tout ce qui vit juste pour que le flux de production capitaliste et de profits puisse perdurer.

Sur le champ de bataille mondial, la contradiction entre l’impérialisme et les masses opprimées devient plus apparente alors que les nations les plus puissantes défendent leurs intérêts en bombardant et en envahissant de plus en plus de régions. L’impérialisme se fait plus parasite et prédateur à mesure qu’il s’enfonce dans une guerre d’attrition: depuis l’invasion de l’Afghanistan il y a quinze ans, la guerre contre le terrorisme s’est révélée être une guerre sans fin. L’impérialisme est un système qui est déchiré par des contradictions internes, celle entre les capitalistes qui se font concurrence, et le monde unilatéral conçu par les États-Unis comme un «nouvel ordre mondial» est en train de s’écrouler. Les contradictions entre les États-Unis et la Russie, entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, même entre les États-Unis et le Canada à certains endroits, amènent la possibilité d’une troisième guerre mondiale, mais aussi une résistance impérialiste accrue.

Au sein des nations impérialistes, la contradiction entre les capitalistes et la classe ouvrière s’intensifie, et fait beaucoup plus de bruit qu’il y a une décennie seulement. Les mesures d’austérité, le refus anti-scientifique de s’attaquer au changement climatique, la guerre sans pitié menée contre plusieurs communautés opprimées, l’assaut répété contre l’organisation et les conditions de vie de la guerre ouvrière, et même le spectre du fascisme, font sauter le mythe d’une utopie capitaliste. La longue crise qui a commencé en 2008 n’est toujours pas terminée pour la grande majorité des gens, même si les profits des capitaliste sont revenus; ce sont les plus opprimé.es et exploité.es qui ont dû payer les pots cassés de la mauvaise gestion capitaliste. Tout cela contribue à ce que la classe ouvrière redécouvre sa mission historique qui est de renverser le capitalisme. Le conflit entre les classes revient au goût du jour.

Pour emprunter une vieille maxime, «le grand chaos qui règne sous les cieux» signifie que la situation est excellente. Toutes ces ouvertures, et tous ces rejets de la vision capitaliste de la réalité, sont autant de feux de broussailles que la classe dirigeante doit éteindre. Malheureusement, même si les circonstances objectives sont effectivement «excellentes», les circonstances subjectives traînent la patte. Le mouvementisme continue d’être la norme. Le révisionnisme et la social-démocratie continuent de dominer la gauche politique. Les faux espoirs dans le social-réformisme et le cirque électoral sont encore là malgré toutes les défaites consécutives. Les politiques identitaires ont réussi à diviser les mouvements et à transformer les luttes anti-capitalistes en tremplins pour le carriérisme d’ONG et l’opportunisme. De même, ces vieux chauvinismes que sont le racisme et le sexisme continuent d’infecter la compréhension de la classe ouvrière au sein de la vieille garde socialiste. Des chauvinismes comme la trans-phobie et le cis-sexisme s’infiltrent dans le mouvement élargi. Dans des sociétés de colonisation de peuplement comme le Canada, le besoin d’auto-détermination autochtone continue d’être le déterminant de toute lutte anti-système. Plus inquiétant encore, le fascisme refait surface en tant qu’obstacle sérieux parce que la gauche élargie n’a pas su créer un mouvement capable d’empêcher son retour.

Maintenant plus que jamais, le cuisant échec de la gauche établie devrait être évident. Contre le mouvementisme, le révisionnisme et les tendances réformistes, nous persistons à dire que le retour contemporain à un parti communiste révolutionnaire est nécessaire. Face à la destruction environnementale, aux mesures d’austérité, à l’émergence de la soi-disant droite alternative, face aux guerres impérialistes et à un mouvement ouvrier désarmé, il n’y aucun sens à aller de l’avant avec un mouvementisme non-redevable et indiscipliné, ou avec une sorte de «communisme» révisionniste qui s’apparente à des sociétés de reconstitution historique. Les menaces lourdes que sont le fascisme et la catastrophe environnementale, si nous sommes pour les prendre au sérieux, nous forcent à remettre la maison en ordre.

Nous avons passé une décennie déjà à s’organiser avec ce cadre révolutionnaire. Nous soutenons encore ce besoin: construire un parti pour mener la guerre au capitalisme, organiser le noyau du prolétariat pour la révolution, et prendre ces tâches au sérieux. Depuis notre fondation en 2007 nous nous sommes étendus à travers le Canada, et ce en mettant nos idées politiques à l’avant-plan de toutes nos initiatives. Nous encourageons les autres à se joindre à nous pour travailler ensemble vers la révolution. Le renversement du capitalisme, de l’impérialisme et du colonialisme ne sera pas une chose facile, mais c’est tout aussi possible que nécessaire.

Il y a 100 ans, la classe ouvrière de Russie renversait ses maîtres et commençait à construire le socialisme, un processus qui a allumé tout le 20e siècle au complet. Cent ans plus tard, malgré les détours et les embûches, les réussites et les défaites, nous poursuivons notre chemin avec ce bagage, en promettant de refaire le coup pour le 21e siècle.

En solidarité:

PCR-RCP

Source; https://pcrrcp.wordpress.com/2017/04/30/declaration-du-pcr-a-loccasion-du-1er-mai-2017/

************************

RCP May Day 2017 Statement
par pcrrcp

May Day 2017 marks the 100 year anniversary of the Bolshevik Revolution in Russia. Finally, after decades of being told that capitalism is the end of history, communism is again on the agenda. Nearly three decades since the collapse of the Eastern Bloc, a time during which the capitalists triumphantly pursued every form of brutality and told us that socialist revolution was a colossal mistake, communism is losing its stigma. Capitalists have reacted by increasing their ideological campaign against communism. They go out of their way to remind the working class that there is no hope, by constructing monuments to the « victims » of communism and chiding « millennials » for daring to speak this word anew. Communist revolution remains the great fear for those invested in defending capitalism.

Since the early 1990s the rallying cry for communist revolution could be heard from the global margins, through massive insurrections and people’s wars, and now it is beginning to be heard even at the heart of the imperialist countries. Multiple imperialist wars, an exponential increase in worldwide oppression and exploitation has not silenced resistance or the demand for communist revolution. While it is the habit for the ruling classes to call their victims « naïve » for daring to struggle for a better reality, it is also the habit of these victims to struggle to exist and demand a world deemed impossible by those who would seek to annihilate the majority of life just so capitalist production and profit can persist.

On the global battlefield the contradiction between imperialism and the oppressed masses is becoming more apparent as the most powerful nations seek to secure their interests by bombing and invading more and more regions. Imperialism becomes more parasitic and predatory as it sinks into patterns of attrition: since the invasion of Afghanistan fifteen years ago, the War on Terror has truly shown itself to be a war without end. Imperialism as a system is also reaching its own internal contradiction, the contradiction between competing imperialists, as the unilateral world conceived by the US as a « new world order » crumbles. The contradictions between the US and Russia, between the UK and the EU, between even the US and Canada in certain regions, both produce the possibility of a third world war, but also for increased anti-imperialist resistance.

Within the imperialist nations the contradiction between the capitalists and the working class is increasing, no longer as muted as it was even a decade ago. Austerity measures, anti-scientific refusals to deal with climate change, a pitiless war upon multiple oppressed communities, the continued attack on working-class organization and living standards, and even the specter of fascism undermines the myth of capitalist utopia. The long crisis that began in 2008 is still not over for the vast majority, even if profits for capitalists have “recovered”; the most exploited and oppressed have been made to pay for the sins of capitalist mismanagement. All of this increases the possibility of the working-class rediscovering its destiny to overthrow capitalism. Class conflict is increasingly the order of the day.

To borrow an old phrase, the ‘great storm under heaven’ means that the situation is excellent. So many openings, so many rejections of the capitalist vision of reality, innumerable brush-fires that the ruling class attempts to snuff out. Unfortunately, although the objective circumstances are indeed « excellent » the subjective circumstances are still lagging behind. Movementism is still the norm. Revisionism and social-democracy continue to dominate the political left. False hope in social reformism and the electoral circus remains despite failure after failure. Identity politics have succeeded in splintering movements and transforming anti-capitalist struggles into sites for opportunism and NGO careerism. Conversely, old chauvinisms such as racism and sexism continue to infect understandings of the working-class within the socialist old guard. Chauvinisms such as transphobia and cissexism infiltrate the broad movement. In settler-colonial contexts such as Canada the necessity of Indigenous self-determination continues to determine every anti-systemic struggle. Most alarmingly, fascism has reemerged as a serious obstacle because the broad left has failed to create a movement capable of stamping out its return.

Now, more than ever, the failure of the establishment left should be clear. Against the movementist, revisionist, and reformist tendencies we continue to maintain that a contemporary return to the revolutionary communist party is necessary. It is in fact egregious in the face of environmental destruction, austerity measures, the rise of the so-called « alt-right », imperialist wars, and a disarmed worker’s movement to persist with unaccountable and undisciplined movementism or the kind of revisionist « communism » that appeals to historical recreation societies. The very real dangers of fascism and environmental catastrophe, if we take them seriously, demand that we get our house in order.

We have spent a decade organizing according to this revolutionary ethos. We continue to uphold the necessity of: building a party to wage war upon capitalist reality, organizing the hard-core of the working class for revolution, and taking these tasks seriously. Since our foundation in 2007 we have spread across Canada, and have put these politics in command in all of our efforts. We encourage others to join us in building towards revolution. The overthrow of capitalism, imperialism, and colonialism will not be easy, but it is both possible and necessary.

100 years ago, the working class in Russia overthrew their masters and began to build socialism, a process which set the entire 20th century on fire. 100 years later, despite twists and turns, successes and failures, we carry that legacy forward, and promise to do the same to the 21st century.

In solidarity:

PCR-RCP

 

Source : https://pcrrcp.wordpress.com/2017/04/30/rcp-may-day-2017-statement/

Pourquoi le nazisme ? Remarques contemporaines sur la face non idéologique du fascisme par Annie Lacroix Riz

Le fascisme est souvent présenté comme une « contre-révolution préventive » des classes dirigeantes en vue d’interdire le renouvellement de l’agitation sociale et
politique qui avait suivi la Première Guerre mondiale (cas allemand, novembre 1918-janvier 1919, et italien, 1919-1920)1
. Il fut surtout une réplique féroce à la crise
de surproduction menaçant d’effondrement les profits. Je me bornerai ici à l’exemple du fascisme allemand, au succès plus tardif qu’en Italie (octobre 1922), mais
jugé plus « parfait » : l’alignement des classes dirigeantes d’Europe continentale sur ce modèle et l’attirance considérable qu’il exerça sur celles des États-Unis et
du Royaume-Uni eurent les mêmes motivations socio-économiques

histoireetsociete

Cet article est paru dans la presse nouvelle. Il montre le rôle joué par une social démocratie inféodée au patronat dans l’arrivée au pouvoir du nazisme. Pour mon travail sur Brecht et Lang, j’ai été conduite à consulter de nombreux ouvrages sur cette période en particulier l’excellent livre de Badia sur l’Histoire de l’Allemagne, mais aussi bien des textes littéraires, en particulier les livres que Doblin consacre à Rosa et à karl, au spartakistes et à leur assassinat. La manière dont cette histoire de la tragédie allemande a été systématiquement tronquée et l’est encore aujourd’hui, sans doute parce qu’elle est riche d’enseignement sur les trahisqons actuelles, celle de hier d’aujourd’hui et de demain (note de danielle Bleitrach)
Crise, dette, casse des salaires et « politique du moindre mal » en Allemagne, 1918-1933
par Annie Lacroix-Riz*

Le fascisme est souvent présenté comme une « contre-révolution préventive » des classes dirigeantes en…

View original post 1 362 autres mots

LE DÉSESPOIR DE LA GAUCHE FRANÇAISE TRAHIE PAR SES AMIS

 
LE DÉSESPOIR DE LA GAUCHE FRANÇAISE TRAHIE PAR SES AMIS
30 avril 2017
Par Coordination Communiste Nord-Pas-de-Calais. Le 25.04.2017.

Sur http://cercles.communistes.free.fr/cc5962/publi.php?idArticle=2017_04_27_macronmlp

.

(Parmi la panoplie des recommandations de « gauche » adressée à l’électorat français en vu du deuxième tour de la mascarade électorale bourgeoise nous avons retenu le tract de la Coordination Communiste Nord-Pas-de-Calais. Une véritable caricature des contorsions subliminales que s’inflige la go-gauche réformiste qui ne comprend toujours pas pourquoi la classe prolétarienne rejette toute la go-gauche du PCF, à LO en passant par NPA et toutes les autres sectes gauchistes. Depuis quand Mélenchon est-il LE CANDIDAT DU PEUPLE ? Ridicule de vouloir expulsé Le Pen la fasciste par les urnes – elle que le Grand capital français propose par les urnes. Ou alors choisissez le fasciste Macron – le banquier – c’est aussi bon pour les patrons (les deux sont leurs préférés-à vous de choisir). Enfin, comment préparer les luttes sociales contre Macron après l’avoir plébiscité par les urnes du grand capital ? Après avoir lu une telle littérature alambiquée vous comprenez que la classe ouvrière qui souffre et qui lutte ait rejeté toute la go-gauche et se trouve aujourd’hui désemparée. Les réformistes-communistes (et autres sectes) s’accrochent désespérément à leurs emplois dans les ONG stipendiés, les syndicats et dans les organisations de la politique capitaliste, appellent à préparer leur prochaine défaite électorale-parlementaire collaborationniste pour les « législatives »… Exactement ce que demande le Grand capital à ses thuriféraires sectaires. CONTESTER MAIS VOTER. D’instinct la classe prolétarienne comprend que ce sont ces mascarades électorales bourgeoises qu’il faut boycotter, de la commune jusqu’au présidentielle en passant par les législatives. FAISONS BARRAGE AU CAPITAL. ON NE COLLABORE PAS AU POUVOIR POLITIQUE BOURGEOIS. Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com)


L’oligarchie a écarté Mélenchon le candidat du peuple !

Évitons le coup de massue fasciste
en expulsant Le Pen par les urnes !

et préparons-nous aux luttes sociales
contre Macron dès le lendemain du 7 mai !

Le piège mis en place depuis des mois par Hollande s’est refermé, réussissant à imposer son poulain centriste libéral – Macron – pour donner un nouvel élan à une social-démocratie libérale eurocrate. Propulsé par les médias, Macron était d’abord une carte possible parmi d’autres pour les capitalistes et les tenants du système, mais quand Fillon est apparu complètement carbonisé par le scandale de l’emploi fictif de son épouse, Macron était devenu LE candidat, avec en face la fasciste Le Pen dans le rôle de l’épouvantail utile.

Confrontées à la crise de son système d’alternance « droite-gauche », les classes dirigeantes savent que parfois, « il faut que tout change pour que rien ne change ». Macron et son mouvement « En Marche ! » en est le prototype.

A gauche, Hamon et le PS ont joué leur rôle visant d’abord à briser la dynamique populaire autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon puis, face à l’impossibilité de briser cet élan, à l’amoindrir en bloquant des voix de gauche qui ont manqué à Mélenchon pour atteindre le second tour.

Le très beau score de Jean-Luc Mélenchon

Malgré toutes ces embûches, le score de Jean-Luc Mélenchon est inédit pour un candidat exprimant la résistance sociale et politique au libéralisme eurocrate. 19,6% ! Plus de 7 millions de voix ! C’est-à-dire plus de 3 millions de voix supplémentaires par rapport à 2012 ! A moins de 2 points de la qualification pour le 2ème tour ! Dans nombre de villes populaires, le score est même bien supérieur et Mélenchon est en tête, ainsi que dans 67 circonscriptions législatives du pays, ce qui ouvre des possibilités inédites lors des élections des députés à venir pour faire entrer les voix de la Résistance au Parlement (pour peu qu’il y ait l’unité entre tous les partisans de Mélenchon, c’est-à-dire notamment entre FdG/PCF et FI). Notre camp antilibéral, antifasciste et antiguerre a manifestement nettement percé dans les couches populaires, ce qui constitue une avancée précieuse pour la politisation de nos luttes. Jean-Luc Mélenchon est objectivement le candidat du peuple dans ce scrutin, et inscrit enfin un espoir des exploités qu’il faut maintenant consolider.

Bien sûr, il y a la déception de beaucoup de se retrouver face à un duel Macron-Le Pen dans lequel nous sommes et serons perdants-perdants, comme nous l’avons dit dans un tract diffusé avant le premier tour.

Mais il faut distinguer la victoire de Macron, qui est en fait la continuité de l’ordre capitaliste existant, sous une de ses formes « démocratique », et la victoire de Le Pen, qui signifierait une seconde défaite en nous précipitant vers le fascisme, c’est-à-dire l’ordre capitaliste sous sa forme ouvertement et légalement anti-démocratique (quand bien même ce fascisme se présenterait, dans un premier temps, sous un visage « respectable » et procéderait par étape en implantant durablement ses pions dans l’appareil d’Etat).

Macron / Le Pen : même danger ?

Macron, c’est le ministre de Hollande qui a ouvert la porte à la loi El Khomri, qui a cassé un grand nombre de règles protectrices de professions règlementées pour plus de libéralisme, c’est le pacte de responsabilité et le CICE pour enrichir encore plus les patrons et les actionnaires sans exiger aucune contre-partie en termes d’emplois. Les années Macron appelleront des luttes pour la protection de nos conquis, de ce qui n’a pas encore été détruits : sécurité sociale, retraites, services publics, … Macron, c’est clairement l’enfant du social-libéralisme au service de l’oligarchie qui se repaît des diktats que nous impose l’Union Européenne ! C’est l’ancrage dans l’OTAN et la poursuite d’une politique impérialiste essaimant la guerre pour les intérêts des vautours aux 4 coins du monde !

Mais Le Pen, c’est un saut qualitatif dans la répression, dans l’oppression et l’exploitation du peuple : c’est la soumission brutale des travailleurs et du peuple au capital, mais aussi l’ethnisation de la nation. C’est la casse brutale de nos conquis, la sécurité sociale, les retraites, les services publics bradés aux patrons et autres actionnaires, avec la terreur systématisée comme outil de gouvernance. Ce sont le racisme et l’islamophobie décomplexés, qui va accélérer la scission et donc l’affaiblissement de la classe ouvrière multicolore, multiculturelle et multireligieuse. C’est en même temps la chasse à l’arabe, aux noirs, aux roms, aux juifs, aux musulmans, aux communistes, aux démocrates, aux anti-racistes, et la menace sur l’existence des syndicats et autres organisations progressistes et démocratiques. Le FN au pouvoir, ça pourrait demain transformer la provocation de l’hôpital Necker (qui fit disparaître des écrans une manif de 1 million de travailleurs contre la loi El Khomri le 14 juin 2016) en une sorte « d’incendie du Reichstag » pouvant mener à la dissolution de la CGT, vous savez ce syndicat « terroriste » qui « bloque le pays » …

La stratégie de Le Pen pour accéder au pouvoir : respectabilité de façade et désarmement idéologique de ses adversaires

Aucun travailleur ne doit se laisser duper par les sirènes du FN et baisser la garde. Macron est le candidat des médias et de l’oligarchie, mais Le Pen est le choix camouflé de l’oligarchie pour duper ceux « qui n’aiment pas les médias et l’oligarchie ».

D’un côté Le Pen se présente dans les vêtements d’une bourgeoise ayant rejeté les outrances du père. De l’autre, tous les jours sous ce système capitaliste des travailleurs sont brisés, écrasés par la politique des Fillon-Hollande-Macron qui vantent l’esprit « républicain » et la « démocratie » (la leur, celle des puissants), la répression antisyndicale est réelle. C’est la base matérielle du désarmement idéologique face au danger Le Pen.

La bourgeoisie a réussi son pari quand Marine Le Pen a comme seul « adversaire » un Macron ! Car elle espère que ce duel entre l’ex-banquier de Rothschild et le fascisme démoralisera et désarmera encore plus la lutte de classe des travailleurs et les forces alternatives de la gauche anti-libérale, anti-fasciste et anti-guerre. De fait, l’abstentionnisme de gauche, sur lequel compte le FN, est le seul moyen pour Le Pen de dégonfler le score de son adversaire et espérer ainsi accéder à la victoire.

Il est faux de voir du « fascisme » partout dans le moindre acte de répression de l’Etat bourgeois, cela ne conduit qu’à banaliser le danger fasciste réel.

Le fascisme constitue, dans des conditions déterminées, un besoin réel de sauvetage, de préservation, de pérennisation du capitalisme. En général, les partis fascistes se développent dans une lutte contre les partis « traditionnels » (de droite et de « gauche ») du capital, même si à un certain stade de leur développement, les éléments bourgeois de ces partis (de droite comme de « gauche ») rejoignent le parti fasciste. C’est lorsque le mécanisme de duperie sociale, de contrôle social du mouvement ouvrier devient inefficace, c’est lorsque l’autorité des partis bourgeois « traditionnels » s’effondre, que le capital met en selle le fascisme. La fonction sociale et politique du réformisme s’épuisant, le besoin se fait sentir pour le capital de détruire le mouvement ouvrier organisé par la force. C’est cela le vrai projet politique du FN, c’est cela que précipiterait son arrivée au pouvoir.

Quelles conditions veut-on pour lutter demain ?

Ceux qui pensent qu’il sera « plus facile » de lutter demain avec le FN au pouvoir, sous prétexte que l’adversaire sera plus facilement cernable, et que cela « réveillera » les masses, se font de lourdes illusions : peut-être qu’eux seront déterminés ? Mais ils seront seuls, coupés des masses et isolés. Ce scénario catastrophe ne peut être que la conséquence d’une défaite du mouvement ouvrier syndical et politique organisé. C’est donc l’amplification de l’actuel recul de la conscience de classe, la division, le désarroi et la peur qui s’installeront et seront décuplés par rapport à ce qui existent déjà dans de larges secteurs de la masse de la classe ouvrière encore insuffisamment mobilisée. C’est là un pari dangereux qui traduit là encore une sous-estimation et une méconnaissance de ce qu’est le fascisme.

Les syndicalistes sont certes aujourd’hui réprimés et condamnés en nombre, mais on n’assiste pas à une répression de masse légalisée qui conduirait en prison les principaux dirigeants et disloqueraient les organisations des travailleurs. Aujourd’hui une condamnation à de la prison comme dans le procès des Goodyear (peine avec sursis, grâce à la mobilisation) reste l’exception, demain ça pourrait être la règle.

De plus la consolidation nécessaire de notre camp antilibéral, antifasciste et antiguerre ces prochaines années est cruciale, et cette consolidation passe par le développement des luttes, qui déterminent le reste, et la confirmation des prises de conscience actuelles, pas le confusionnisme idéologique, qui est l’art des fascistes, qui veut nous réduire au silence par tous les moyens. La présence structurelle (et donc durable) du FN dans le pouvoir d’Etat ne peut être à prendre à la légère.

Le fascisme, un « risque immédiat » ?

D’aucuns affirment que Marine Le Pen n’a aucune chance de gagner. Cette année peut-être en effet ; encore qu’à force de compter sur les autres et se dire qu’il y aura bien assez de gens qui vont se mobiliser pour l’écarter…. on joue avec le feu et on rend de plus en plus possible sa victoire.

Mais il ne suffit pas d’écarter Le Pen, il faut qu’elle ait le plus petit score possible. Marine Le Pen à 25%, ce n’est pas pareil qu’à 45% en terme de dynamique politique : à 45%, ça sera une pression d’extrême-droite encore plus forte sur toute la société, c’est encore plus de MLP invitée sur les plateaux télé pour déverser sa haine, c’est encore plus de banalisation, de « respectabilité » pour ce parti et une sortie de la clandestinité qui reste encore réelle pour ce parti : combien de permanences FN dans les villes aujourd’hui ? Combien demain ? Le FN à 45%, ce seront des milliers de jeunes recrues, des cadres, c’est la haine décomplexée, la montée en flèche des actes racistes, bref c’est la fascisation accélérée de la société, etc… C’est aussi cela le « risque immédiat » fasciste, pas seulement la possibilité d’arrivée de Le Pen au pouvoir (la bourgeoisie ayant encore d’autres cartes à jouer).

Marine Le Pen sous les 25%, cela freine cette montée du fascisme, à condition que nous soyons en capacité de traduire le bon score de Jean-Luc Mélenchon en luttes sociales et politiques massives pour changer l’actuel rapport des forces entre capital et travail dans le pays !

Rien n’est inexorable ! Pas même l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen en 2022 si Macron arrive au pouvoir en 2017. Rien n’est inéluctable, pour peu que les travailleurs se mobilisent. Les 5 ans de Hollande ont illustré qu’un gouvernement de « gauche » n’empêchait pas une formidable mobilisation sociale (la lutte contre le Loi El Khomri) et pouvait se conclure par un Jean-Luc Mélenchon à 20%.

Tirons les bons enseignements de 2002 !

Souvenons-nous de 2002 : du fait du puissant vote anti-Le Pen, celui-ci n’a que 17% au second tour. Cela a freiné temporairement l’ascension du FN, puisque ce n’est que 15 ans plus tard qu’on le retrouve dans cette situation. Bien sûr, ces 15 ans n’ont pas été suffisamment mis à profit pour construire l’alternative populaire antilibéral, antifasciste, antiguerre et anticapitaliste qui permettra d’en finir avec ce « ventre immonde » capitaliste qui féconde le fascisme. Et nous restons au pied du mur. Mais gagner ce temps encore aujourd’hui est précieux, car nous avons besoin de temps pour construire le front de résistance populaire antilibéral, antifasciste et antiguerre et reconstruire le parti communiste révolutionnaire dont nous avons besoin pour mener jusqu’au bout la transformation de la société.

Il n’y a pas, il n’y aura pas de « front républicain » avec Macron. Cette expression est depuis plus de 20 ans une arme idéologique des tenants du système PS / LR et des médias qui les soutiennent, expression reprise par le FN qui a en besoin.

Il s’agit simplement de préserver l’existant, de préserver un terrain de lutte. Pas de renoncer à nos luttes : il n’y pas d’extinction de la lutte des classes au nom de la République » !

Macron élu, préparons le 3ème tour social !

Macron ne sera pas élu pour son programme, et il aura face à lui des opposants déterminés. D’autant plus que les forces de la résistance sociale, notamment celles galvanisées par la campagne et les scores de Jean-Luc Mélenchon sont sur le pied de guerre, prêtes à réagir dès le 7 mai au soir.

Par la grève et les mobilisations de rue, nous construirons le rapport de force pour la satisfaction des principales revendications des travailleurs, des quartiers populaires, de la ruralité et les revendications posées dans la campagne de l’Avenir en commun !

Pour combattre et faire reculer sur le long terme le fascisme, il faut construire le front de résistance populaire autour d’un programme d’actions en capacité de mobiliser le peuple travailleur :

Sortie de l’Euro et de l’Union Européenne : on ne peut résoudre les aspirations du peuple sans indépendance nationale et souveraineté populaire, le plan B doit devenir notre plan A !

Stop aux guerres impérialistes, sortie de l’OTAN : Les impérialistes états-uniens et européens doivent stopper leurs menées guerrières à l’Est de l’Europe, au Proche et au Moyen Orient, comme en Afrique et en Asie ! Leur stratégie maquillée en « choc des civilisations » doit cesser car les peuples n’ont plus à subir les coûts humains et matériels exorbitants de leurs guerres de rapine ! Cela permettra d’en finir avec le terrorisme qui frappe sur notre sol ici, comme conséquence des guerres et du terrorisme là-bas.

Unité aux législatives !

Il faudra aussi un prolongement législatif, dans l’optique de constituer un fort groupe de députés France Insoumise / Front de Gauche. Cela nécessite l’unité : dans chaque circonscription, il ne doit y avoir qu’une seule candidature du camp qui a soutenu JLM.

Opposer des candidats de la France Insoumise à des candidats du Front de Gauche/PCF dans les mêmes circonscriptions serait en effet totalement illisible pour le peuple autant que durablement et extrêmement préjudiciable pour les idées convergentes que nous défendons.

Fait le 25/04/2017

Coordination Communiste Nord-Pas-de-Calais
pour la reconstruction d’un parti communiste révolutionnaire
http://www.rassemblementcommuniste.fr

 

Source : http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-invites/le-desespoir-de-la-gauche-francaise-trahie-par-ses-amis/

Labour’s share

This is not new in Marxist economic theory. Marx put it differently to the mainstream. Investment under capitalism takes place for profit only, not to raise output or productivity as such. If profit cannot be sufficiently raised through more labour hours (ie.e more workers and longer hours) or by intensifying efforts (speed and efficiency – time and motion), then the productivity of labour can only be increased by better technology. So, in Marxist terms, the organic composition of capital (the amount of machinery and plant relative to the number of workers) will rise secularly. Workers can fight to keep as much of the new value that they have created as part of their ‘compensation’ but capitalism will only invest for growth if that share does not rise so much that it causes profitability to decline. So capitalist accumulation implies a falling share to labour over time or what Marx would call a rising rate of exploitation (or surplus value).

Michael Roberts Blog

The leading Keynesian bloggers have been discussing the causes of inequality again.  In particular, they have highlighted the apparent decline in labour’s share of national income in most advanced capitalist economies since the early 1980s.

According to an ILO report, in 16 developed economies, labour took a 75% share of national income in the mid-1970s, but this dropped to 65% in the years just before the economic crisis. It rose in 2008 and 2009 – but only because national income itself shrank in those years – before resuming its downward course. Even in China, where wages have tripled over the past decade, workers’ share of the national income has gone down.

And the very latest IMF World Economic Report finds that “After being largely stable in many countries for decades, the share of national income paid to workers has been falling since the 1980s.” 

The IMF goes on “Labor’s share…

View original post 1 666 autres mots

Break with Old Ideas

Nous reproduisons simplement ici le texte du PCR-RCP qui a conduit à la dissidence de la section Québec

This document was circulated within the Party in advance of its 4th Congress, where many of the contradictions in the current line struggle within the Party came to a head. It is published here to give context for the ongoing line struggle.

————————————–

There currently exists a contradiction within the Revolutionary Communist Party. In the process of preparing for this Congress, the contradiction has made itself apparent. We welcome the opportunity provided by the Congress to debate this line and to unify the Party around a better perspective and better style of work. The resolution of this contradiction will allow us to become truly integrated with the masses.

This contradiction currently centres around three political questions: Proletarian Feminism and the Trans Question; the Mass Line, Mass Organizations and the Small Movements; and Workplace Organizing. We believe the positions put forward by the FFPR Montreal and by the Montreal chapter on these questions to reflect erroneous perspectives which have held back the Party’s growth and expansion and we intend to debate them at the upcoming congress. It is our contention that the differences over these political questions constitute a single contradiction, a line struggle, between the ideas of the old leadership group on the one hand and newer styles of work that have been advanced in the last half-decade on the other.

Proletarian Feminism and the Trans “Question”

The politics of the document put forward by the Comrades from the FFPR Montreal are non-Maoist, mechanistic, Marxist Feminism – a relic of the 1970s heavily influenced by petty-bourgeois Radical Feminism. The FFPR in Montreal has substituted Proletarian Feminism for Radical Feminism, changing only its name but not its content. In so doing, they have not only missed out on an important advancement in the struggle against capitalism and patriarchy, they have actually sided against trans people. Communists are supposed to be tribunes of the oppressed. However, comrades adopting this perspective have made themselves complicit with gender-based oppression of trans comrades.

It would be a mistake to treat the oppression of women in general as identical to the oppression of trans people. The two are different in character and in the dynamics internal to them. That difference does not negate the existence of systematic oppression of trans people, nor the ways in which the two are related, overlap and reinforce one another. A feminism which does not take this into account, and worse one which reduces trans people to practitioners of a postmodern subjectivism, holds itself back from an important avenue of struggle against patriarchal oppression. Such a line would also unjustly preclude us from organizing any potential trans comrades, not to mention anyone sympathetic to the struggles of trans people, who are disproportionately poor and working class, and their allies.

The error here does not just pertain to trans people. One of the great advances of MLM is identifying that ideas can become a material force when they are put into practice. It also identifies the need for the continuation of class struggle under socialism, not least of all against the ideas of the old society, which remain partially intact among the people and, when practiced, become a material force which can undermine the new society. When the document specifies argues that: “the very idea that the proletariat can take power and leave in place the oppression of women is nonsense,” it fails to integrate an MLM perspective on building socialism. To imagine that sexism would not be reproduced under socialism is not only a fantasy, it is against the historical experience of building socialism. The FFPR fails to integrate the advancements made both by MLM and Proletarian Feminism in understanding the question of women’s oppression. It gives the impression, intentionally or not, that we do not think we will have to struggle against gender-based oppression after establishing socialism. Proletarian women and trans people will surely see this as a grievous error, one which will often preclude them from rallying to the party.

The Mass Line

At the last congress, the CC identified in its assessment of the previous work that, particularly in Montreal: “It is like if we were not able to grasp and apply the through meaning of the direction we nevertheless stand for with a lot of conviction in the Chapter 13 of our Programme (“Unleash the fury of the masses as a mighty force for the revolution”) and like if we are paralysed by the thoughtless fear of economism. This prevents us from really act as a people’s vanguard.”

Lest we forget that the Party, despite proclaiming itself the Vanguard, has been virtually absent from all of the major struggles of the Canadian working class in recent years. We here can include: Occupy, The Maple Spring, Idle No More, and Black Lives Matter. While our practice is improving, we should be a leading force in these movements. We are not.

We believe that our failure to engage the masses concretely is due to a fear of economism inherited from the worst practices of the Marxist-Leninist movement of the 1970s. This same fear of economism has produced a style of work which has cut the Party off from the masses. In practice, organizations and campaigns which should have a mass or intermediate character are conceived of as subordinate units of the Party, organizationally subordinated to the Party, rather than groups which should have their own internal democracy and where the Party should exert political leadership. In our internal documents these mass organizations are referred to as “small movements,” which we believe constitutes an erroneous conceptualization of the role of mass organizations vis-à-vis the Party.

In practice, the expansion of the RSM – an intermediate organization with its own internal democratic structure and where the Party wields tremendous political influence, and indeed where most of the organizational leadership is made up of Party supporters – has allowed the Party to expand across the country in a way that would have been impossible by other means. This has allowed us to rally comrades who would not have joined the Party from the outset, and to win them to our perspectives by applying them to concrete political questions.

In this way we have gone from having no presence in the Prairies or the Maritimes just two short years ago, and now have both RSM chapters and RCP OC’s in Halifax, Charlottetown, and Saskatoon. This is without considering the other cities in Ontario where similar processes happened – Sudbury and Peterborough.

The development of the RSM shows our perspective to be correct. Initially formed in 2012 in Montreal to respond to the Maple Spring, the initial incarnation of the RSM was a failure. Comrades from Ottawa advanced a criticism that the level of political unity required to join the RSM was too high: there was no reason why someone would get involved in the RSM and not the Party. It was only after the style of work advanced in Ontario was adopted by the comrades of the RSM in Montreal in 2014-2015 that the RSM grew and became self-sustaining. The methods advanced by the old leadership group in Montreal were incapable of drawing new forces into the orbit of the party, and they were incapable of conceiving how organizations could exist under the political rather than organizational leadership of the Party.

We believe that the “Short thesis on the construction of the small-movements” is an affront to a Maoist understanding of the mass line. Instead of synthesizing and building on the experiences of the Party’s expansion throughout Canada, the document harkens back to the former, incorrect conceptions and methods of work. Particularly egregious are the theses which state that the creation of a centralized RSM was an accident not to be repeated (#10), that the “small movements” are used to avoid line struggle internal to the Party (#17), that the internal democratic structures of the “small movements” constitute a breach of democratic centralism (!!!) (#19), and that the Party has had difficulty recruiting from and exercising political leadership over chapters of “small movements” (#27). We think that this entire resolution is incorrect, and we urge comrades to vote against it. It is only through a correct understanding of the mass line that we can actually concretize our politics and expand.

Workplace Organizing

The same fear of economism identified above manifests itself in the conception of how workplace organizing fits into the process of building the revolutionary movement, and here combines with an incorrect understanding of labour history to produce a perspective which precludes a potentially fruitful area of mass organizing.
It is true that when workplace struggles stop short of abolishing capitalism – which undoubtedly is the vast majority of them – what’s left is at best a reform, an economic gain for the proletariat. Workplace struggles are not unique in this regard, though – any struggle, for example the struggle to prevent the racist PEGIDA from organizing will ultimately result in a gain for the proletariat which is not total. This is obviously not enough to preclude that kind of work, provided it is carried out correctly, in a way which build the objective forces of the revolutionary movement and increases the subjective appreciation of the situation among the workers being organized. The decisive factor here is the presence of the party and the revolutionary united front as active participants in the struggle, and the recruitment of the organized workers to the revolutionary movement.

Furthermore, while it is true that the current unions are yellow unions, are class collaborative unions, it is incorrect to say that unions are necessarily class collaborative in nature. The fundamental site of class conflict under capitalism is still the workplace: it is the location where surplus value is literally pumped out of the working class. In the process of production, struggles over the appropriation of surplus value (conscious or not) spontaneously arise. Unions are not signs of class collaboration, but rather represent the organized manifestation of the natural spontaneous class struggle that emerges out of the process of production itself.

The proposal put forward in “On revolutionary or “red” unionism” actually represents the worst of all possible choices on this question. It limits intervention in workplace struggles to propaganda actions, and effectively cedes the leadership of workers-as-workers to reformists and revisionists. The conditions for concerted workplace organizing are better than they have been in years, and the reformists are unable to capitalize on these conditions: there is no reason why we should not.
The communist movement in Canada had a great deal of success historically in organizing workplaces, even during a time when labour unions were formally legalized. The idea that legal unions are necessarily class collaborative is not born out by history: unions were legalized in Canada in the late 1800s, and the decisive shift towards reformist unionism did not begin until 1945 with the passage and embrace of the Rand Formula.

It is possible, at this early stage in the development of the RWM, that workplace organizing is not the most viable course of action, but at the same time, to preclude it at this early stage would be an error as well. In any case, the arguments presented against this do not do justice to the history of communist union organizers in Canada or to the position in favour of workplace organizing as it’s been presented.

———-

We believe that the disagreement over the positions presented here constitute a contradiction within the Revolutionary Communist Party, between the ideas of the old leadership group, and new practices. We urge comrades to break with these old ideas, and embrace new ideas and practices which will carry the party forward as we advance in our current stage of the plan.

 

Source: https://pcrrcp.wordpress.com/2017/03/21/break-with-old-ideas/

Le président al-Assad : Nous ne possédons pas d’armes chimiques et nous avons renoncé à tout notre arsenal

http://sana.sy/fr/?p=87849

14/04/2017

Damas / Le président Bachar al-Assad a affirmé que la Syrie ne possède pas d’armes chimiques et qu’elle a renoncé à tout son arsenal.

Dans une interview qu’il a accordée à l’AFP, le président al-Assad a fait savoir que l’OIAC (Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques) a déclaré la Syrie vide de toute matière chimique.

Le président al-Assad a considéré que les allégations sur une attaque chimique menée par l’armée arabe syrienne contre Khan Cheikhoun sont fabriquées, assurant que cette zone n’est pas stratégique du point de vue militaire et que l’armée n’avait visé aucun objectif dans cette zone.

Et voici le texte intégral de l’interview :

AFP (1) : Monsieur le président, je voudrais d’abord vous remercier de nous avoir reçus pour nous accorder cette entrevue. Monsieur le président, avez-vous donné l’ordre d’attaquer Khan Cheikhoun aux armes chimiques ?

Le président Al-Assad : En fait, personne jusqu’à maintenant n’a enquêté sur ce qui s’était passé ce jour-là à Khan Cheikhoun. Comme vous le savez, Khan Cheikhoun est sous le contrôle du « Front al Nosra » qui est une branche d’Al-Qaïda. Les seules informations dont dispose le monde jusqu’à présent sont donc celles publiées par la branche d’Al-Qaïda. Personne n’a d’autres informations. Nous ne savons pas si toutes les photos ou les images vidéos que nous avons vues sont vraies ou truquées. C’est la raison pour laquelle nous avons demandé qu’une enquête soit menée à Khan Cheikhoun.

Ensuite, selon les sources d’Al-Qaïda, l’attaque a eu lieu entre 6h et 6h30, alors que l’attaque syrienne a été déclenchée sur la même région entre 11h30 et midi. Ils parlent donc de deux événements différents. Aucun ordre n’a été donné de déclencher une attaque ; et, d’ailleurs, nous ne possédons pas d’armes chimiques, car nous avons renoncé à notre arsenal depuis plusieurs années. Et même si nous possédions de telles armes, nous ne les aurions jamais utilisées. Tout au long de notre histoire, nous n’avons jamais utilisé notre arsenal chimique.

AFP (2) : Alors, qu’est- ce qui s’est passé ce jour-là ?

Le président Al-Assad : Comme je viens de le dire, l’unique source de ces informations c’est Al-Qaïda, chose que nous ne pouvons pas prendre au sérieux. Notre impression est cependant que l’Occident, notamment les États-Unis, sont les complices des terroristes, et qu’ils ont monté toute cette histoire pour s’en servir de prétexte à l’attaque. L’attaque n’a pas eu lieu à cause de ce qui s’est passé à Khan Cheikhoun. Nous sommes devant un seul et même événement : la première étape en était le spectacle auquel nous avons assisté sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision, et la campagne médiatique déclenchée. La seconde étape était l’agression militaire. C’est bien ce qui s’est produit à notre sens. Car, quelques jours seulement, voire 48 heures, ont séparé la campagne médiatique de l’attaque américaine, qui a eu lieu sans la moindre enquête, sans les moindres preuves tangibles de quoi que ce soit. Rien que des allégations et des campagnes médiatiques, puis l’attaque a eu lieu.

AFP (3) : Donc, d’après vous, qui serait responsable de cette attaque chimique présumée ?

Le président Al-Assad : Les allégations en soient viennent d’Al-Qaïda. Nous n’avons donc pas besoin de mener une enquête pour en savoir l’origine. Ils l’ont eux-mêmes déclaré : la région est sous leur contrôle, et il n’y a personne d’autre. Quant à l’attaque, je viens de le dire, il n’est pas encore clair si elle a eu lieu ou non. Car, comment peut-on vérifier une vidéo ? Il y a tellement de vidéos truquées en ce moment, et il y a des preuves qu’elles étaient fausses, comme celles des casques blancs par exemple. Ce sont des membres d’al-Qaïda, des membres du « Front Al-Nosra ». Ils ont rasé leurs barbes, porté des casques blancs, et sont apparus comme des héros de l’humanité. Ce qui n’est pas vrai, car ces mêmes personnes tuaient les soldats syriens. Les preuves se trouvent d’ailleurs sur Internet. La même chose s’applique à cette attaque chimique : Nous ne savons pas si ces enfants ont été tués à Khan Cheikhoun. Nous ne savons même pas d’ailleurs s’ils étaient vraiment morts. Et s’il y a eu une attaque, qui l’a lancée ? Et avec quels matériels ? Aucune information, rien du tout, et personne n’a enquêté.

AFP (4) : Vous pensez donc que c’est une fabrication ?

Le président Al-Assad : Bien sûr, il s’agit pour nous d’une fabrication à cent pour cent. Nous ne possédons aucun arsenal chimique. Et, même si en avions, nous ne l’utiliserions jamais. Il existe plusieurs indices, même en l’absence de preuve, car personne ne possède d’informations certaines ni de preuves tangibles. Par exemple, dix ou 15 jours avant l’attaque, les terroristes avançaient sur plusieurs fronts, y compris dans la banlieue de Damas, et dans la campagne de Hama non loin de Khan Cheikhoun. Supposons que nous disposons d’un tel arsenal, supposons que nous voulions l’utiliser, pourquoi n’y avons-nous pas eu recours au moment où nos troupes reculaient et les terroristes gagnaient du terrain ? En fait, cette prétendue attaque coïncide avec la période durant laquelle l’armée syrienne progressait rapidement, et où on assistait à la débâcle des terroristes en train de s’effondrer. Dans ces conditions, pourquoi utiliser de telles armes, à supposer qu’on en possède vraiment, et qu’on accepte de s’en servir ? Logiquement parlant, pourquoi les utiliser en ce moment précis où l’on gagne rapidement du terrain, et non au moment où on traverse une situation difficile ?

Par ailleurs, et à supposer encore une fois que vous possédez de telles armes, et que vous voulez les utiliser, pourquoi les utiliser contre les civils et non contre les terroristes que vous combattez ?

Troisièmement, l’armée syrienne n’est pas présente dans cette zone. Nous n’y menons pas de batailles, et nous ne visons aucun objectif à Khan Cheikhoun, parce que ce n’est pas une zone stratégique. Je parle d’un point de vue militaire : pourquoi l’attaquer ?! Pour quelle raison ?

Évidemment, il s’agit essentiellement pour nous d’une question d’éthique, c’est-à-dire que nous n’aurions pas utilisé l’arme chimique même si nous la possédions. Nous n’avons aucune volonté de l’utiliser, car ce serait intolérable et immoral, et on perdrait le cas échéant notre soutien populaire. Tous les indices vont donc à l’encontre de toute cette histoire. Vous pouvez en conclure que c’est une pièce qu’ils ont montée. L’histoire n’est nullement convaincante.

AFP (5) : Avec la frappe aérienne américaine, Trump semble avoir changé dramatiquement de position à votre égard et à l’égard de la Syrie. Avez-vous le sentiment d’avoir perdu celui que vous avez auparavant qualifié d’éventuel ami ?

Le président Al-Assad : J’avais bien dit « si », je parlais au conditionnel : « s’ils sont combattent sérieusement les terroristes, nous deviendront des partenaires ». J’ai dit aussi que cela ne concernait pas seulement les États-Unis, car nous sommes les partenaires de tous ceux qui veulent combattre les terroristes. C’est là pour nous un principe fondamental. Mais il s’est avéré dernièrement, comme je l’ai dit tout à l’heure, qu’ils sont les complices de ces terroristes, je veux dire les États-Unis et l’Occident. Ils ne sont pas sérieux dans leur combat contre les terroristes. Hier encore certains de leurs responsables défendaient « Daech »… en disant que « Daech » ne possédait pas d’armes chimiques. C’est bien défendre « Daech » contre le gouvernement syrien et contre l’armée syrienne. En fait, vous ne pouvez pas parler de partenariat entre nous deux, nous qui luttons contre le terrorisme et combattons les terroristes, et eux qui les soutiennent ouvertement.

AFP (6) : Pouvez-vous donc dire que la frappe américaine vous a fait changer d’avis au sujet de Trump ?

Le président Al-Assad : De toute manière, j’étais très prudent en exprimant une quelconque opinion à son sujet, avant ou après qu’il ne devienne président. Je disais toujours : « Attendons voir ce qu’il va faire. Nous ne commenterons pas les déclarations ». En effet, cette attaque est la première preuve qu’il ne s’agit pas du président des États-Unis, mais du système, du fond même du régime des USA. Ce système reste le même ! Il ne change pas ! Le président y est seulement l’un des acteurs sur la scène américaine. S’il veut devenir un leader, et c’est vrai pour tout président là-bas qui veut devenir un leader, il ne le pourra pas. Certains disent que Trump a voulu être un leader. Tout président là-bas qui veut devenir un vrai leader doit ultérieurement ravaler ses paroles, passer outre son orgueil, au cas où il en a, et doit tourner 180 degré, sinon il le payera en politique.

AFP (7) : Mais pensez-vous qu’il y aura une deuxième attaque ?

Le président Al-Assad : Tant que les USA seront dirigés par le complexe militaro-industriel, les sociétés financières et les banques, et donc par ce qu’on peut appeler l’État profond qui œuvre dans l’intérêt de ces groupes, bien sûr que cela peut se reproduire n’importe quand et n’importe où… et pas seulement en Syrie !

AFP (8) : Qu’exerceront en représailles votre armée et les Russes si cela se reproduit ?

Le président Al-Assad : Si vous voulez parler de représailles en pensant à des missiles qui parcourent des centaines de kilomètres… c’est une distance que nous ne pouvons pas atteindre. Cependant, la vraie guerre en Syrie ne dépend pas de ces missiles, mais du soutien apporté aux terroristes. C’est l’aspect le plus dangereux de cette guerre. Notre riposte sera la même qu’au premier jour : écraser les terroristes partout en Syrie. Lorsque nous en seront débarrassés, rien ne nous inquiètera plus jamais. Telle est donc notre riposte, et ce n’est pas une réaction à un événement précis.

AFP (9) : Vous dites donc que la riposte par l’armée syrienne ou par les Russes sera très difficiles car les navires sont très éloignés.

Le président Al-Assad : C’est tout à fait vrai pour nous qui sommes un petit pays, tout le monde le sait d’ailleurs. Nous ne pouvons pas atteindre ces navires. C’est-à-dire qu’ils peuvent lancer des missiles à partir d’un autre continent, tout le monde le sait. C’est une grande puissance, nous ne le sommes pas. Quant aux Russes, c’est une autre affaire.

AFP (10) : Allez-vous accepter les résultats d’une enquête menée par l’OPCW (acronyme anglais pour OIAC – Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques) ?

Le président Al-Assad : Dès 2013, lorsque les terroristes ont lancé leurs premières attaques contre l’armée syrienne en utilisant des missiles chimiques, nous avons réclamé une enquête. C’était nous qui avions demandé à ce que des enquêtes soient menées. Cette fois-ci, nous en avons discuté avec les Russes, hier et durant les quelques derniers jours qui suivirent l’attaque, et nous allons œuvrer ensemble pour que soit menée une enquête internationale. Mais cette enquête doit être impartiale. Nous pouvons permettre toute enquête si et seulement si elle est impartiale, et en s’assurant que des pays impartiaux y prendront part, pour être sûrs qu’elle ne sera pas biaisée afin de pouvoir être utilisée à des fins politiques.

AFP (11) : Et s’ils accusent le gouvernement, renoncerez-vous au pouvoir ?

Le président Al-Assad : S’ils accusent ou s’ils prouvent ? Car il y a une grande différence ! en effet, ils accusent déjà le gouvernement ! Et si, par « ils », vous voulez dire « l’Occident », NON, car l’Occident ne nous intéresse pas ! Si vous parlez de l’OIAC, s’ils arrivent à prouver qu’une attaque a eu lieu, il faudra enquêter pour savoir qui a donné l’ordre de lancer une telle attaque. Mais, pour ce qui est de l’armée syrienne, une chose est à cent pour cent certaine : nous ne possédons pas de telles armes ! et nous ne pourrions pas, même si nous le voulions, lancer une telle attaque ; car nous n’en avons ni les moyens, ni d’ailleurs la volonté.

AFP (12) : Vous voulez dire que vous ne possédez pas d’armes chimiques ?

Le président Al-Assad : Non, absolument aucune ! Il y a plusieurs années, en 2013, nous avons renoncé à tout notre arsenal chimique. Et l’OIAC (Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques) a déclaré la Syrie vide de tout matériel de guerre chimique.

AFP (13) : Je pose la question parce que les Américains ont dit qu’il y avait des armes chimiques dans la base aérienne, le niez-vous ?

Le président Al-Assad : Ils ont attaqué la base et détruit les dépôts qui contenaient divers matériels, mais il n’y avait pas de gaz sarin. Comment donc ? S’ils disent que nous avons lancé notre attaque au sarin à partir de cette même base aérienne, qu’est-il arrivé au sarin quand ils ont attaqué les dépôts ? A-t-on entendu parler du sarin ? Notre chef d’état-major est arrivé dans la base quelques heures seulement après l’attaque. Comment a-t-il pu y aller s’il y avait du sarin ? Pourquoi le nombre de martyres était seulement de six, alors qu’il y avait des centaines de soldats et d’officiers présents sur les lieux ? S’il y avait du sarin dans la base, comment se fait-il que tous n’en sont pas mort ? Sur les mêmes images vidéos truquées sur Khan Cheikhoun, lorsque les secouristes essayaient de venir en aide aux victimes ou aux personnes supposées affectées, ils ne portaient ni masques ni gants de protection. Comment donc ? Où donc est le sarin ? Ils auraient dû en être directement affectés ! Tout cela n’est qu’allégations ! Je veux dire que cette attaque américaine et ces allégations constituent une preuve supplémentaire qu’il s’agit d’un montage, et qu’il n’y avait de sarin nulle part.

AFP (14) : Vous dites ne pas avoir donné un tel ordre ; mais, est-il possible que des éléments dévoyés aient lancé cette attaque chimique ?

Le président Al-Assad : Même s’il y avait un élément incontrôlé, l’armée ne possède pas de matières chimiques. Ensuite, un élément dévoyé ne peut pas envoyer un avion de son propre chef, même s’il le veut. C’est un avion et non pas un petit véhicule, ni une mitrailleuse. Ce serait possible si on parlait d’un pistolet que quelqu’un manipule à sa guise et utilise pour violer la loi, chose qui peut arriver partout dans le monde, mais c’est impossible lorsqu’il s’agit d’un avion. Et troisièmement, l’armée syrienne est une armée régulière, et non pas constituée de diverses milices. Elle est structurée et hiérarchisée, avec des mécanismes très clairs pour donner des ordres. C’est pourquoi il n’est jamais arrivé, durant les six dernières années de guerre en Syrie, qu’un élément rebelle ait tenté d’agir contre la volonté de ses supérieurs.

AFP (15) : Les Russes vous ont-ils mis en garde avant la frappe américaine ? Etaient-ils présents à la base aérienne ?

Le président Al-Assad : Non, ils ne nous ont pas avertis parce qu’ils n’en ont pas eu le temps. Les Américains les avaient avertis seulement quelques minutes avant l’attaque ; ou, comme certains le disent, « après l’attaque ». Les missiles prennent quelque temps pour arriver jusqu’à la base. Mais en fait, nous disposions de quelques indices, et nous avons pris certaines mesures.

AFP (16) : Est-ce que vous confirmez que 20% de votre force aérienne a été détruite dans cette attaque, comme le disent les Américains ?

Le président Al-Assad : Je ne connais pas le cadre référentiel de ces 20%. C’est quoi les 100% pour eux ? Est-ce que ça correspond au nombre des appareils ? Ou à la qualité ? Ce taux renvoie-t-il aux appareils opérationnels ou stockés ? Je ne sais pas ce qu’ils veulent dire par là. Non, en fait, comme les Russes l’ont déclaré, quelques vieux appareils ont été détruits, dont certains n’étaient pas opérationnels de toute manière. C’est la vérité, la preuve est que depuis cette attaque, nous n’avons pas arrêté d’attaquer les terroristes partout en Syrie. Nous n’avons pas eu l’impression d’avoir été réellement affectés par cette frappe.

AFP (17) : Votre gouvernement a déclaré au début que vous aviez bombardé un dépôt d’armes chimiques. Est-ce vrai ?

Le président Al-Assad : C’est une possibilité parmi d’autres, car lorsque vous attaquez une cible des terroristes, vous ignorez ce qu’il y a. Vous savez que c’est une cible, ça peut être un dépôt, ou un camp, ou un siège, vous n’en savez rien. Mais vous savez que les terroristes l’utilisent, alors vous l’attaquez, comme toute autre cible. C’est ce que nous faisons quotidiennement, et parfois au fil des heures, depuis le début de la guerre. Mais vous ne pouvez pas savoir ce qu’il y a dedans. Que des frappes aériennes aient visé un dépôt d’armes chimiques était donc une possibilité parmi d’autres. Mais encore une fois, cela ne correspond pas au timing de l’annonce, non seulement parce que seuls les terroristes l’ont annoncé le matin, mais aussi parce que leurs organes d’informations, et leurs pages sur Twitter et sur Internet ont annoncé l’attaque quelques heures avant l’attaque présumée, c’est-à-dire à 4 heures du matin. A 4 heures du matin, ils ont annoncé qu’il y aurait une attaque chimique, et qu’il fallait s’y préparer. Comment l’ont-ils su ?

AFP (18) : Ne pensez-vous pas que Khan Cheikhoun représente un revers pour vous ? Pour la première fois depuis six ans, les États-Unis attaquent votre armée. Hier, après une courte lune de miel, Tillerson a dit que le règne de la famille Al-Assad allait bientôt prendre fin. Ne pensez-vous pas que Khan Cheikhoun constitue pour vous un grand revers ?

Le président Al-Assad : Il n’y a en aucun cas en Syrie un règne de la famille Al-Assad. Il rêve. Ou disons qu’il divague. Nous ne perdons pas notre temps sur sa déclaration. En fait, les États-Unis étaient durant ces six dernières années profondément impliqués dans le soutien aux terroristes partout en Syrie, y compris « Daech » et « Al-Nosra », ainsi que toutes les factions qui partagent la même mentalité. C’est une chose claire et prouvée. Mais si vous voulez parler d’attaques directes, il y a quelques mois une attaque plus grave que cette dernière avait eu lieu, et ce avant qu’Obama ait quitté ses fonctions. Cela a eu lieu à Deir Ezzor à l’Est de la Syrie, lorsqu’ils ont attaqué une montagne qui revêt une grande importance stratégique. Ils ont attaqué une base de l’armée syrienne régulière. Si l’armée syrienne n’avait pas alors été assez forte pour repousser l’attaque de « Daech », la ville de Deir Ezzor serait tombée, et Deir Ezzor aurait alors été liée avec Mossoul en Irak. Cela aurait constitué une victoire très stratégique pour « Daech ». Le gouvernement américain y était donc directement impliqué. Mais, cette fois-ci, pourquoi ont-ils eu recours à l’attaque directe ? Parce que, comme je viens de le dire, les terroristes dans cette région étaient en pleine débâcle. Les États-Unis n’avaient donc aucun autre choix, sauf celui de soutenir leurs agents, à savoir les terroristes, et ce, en attaquant directement l’armée syrienne. Ils leur avaient fourni toutes sortes d’armes, mais ça n’avait pas réussi.

AFP (19) : Vous ne pensez donc pas que ce soit un revers pour vous ?

Le président Al-Assad : Non. Cela fait partie du même contexte qui dure depuis six ans, et qui a pris de multiples formes, alors que la politique américaine et occidentale vis-à-vis de la Syrie n’a au fond nullement changé. Laissons de côté les déclarations, certaines sont faites avec un ton élevé, d’autres sont moins fortes, mais la politique reste la même.

AFP (20) : Vous avez envoyé la plupart des rebelles à Idleb. Entendez-vous les attaquer la prochaine fois ?

Le président Al-Assad : Nous attaquerons les groupes armés n’importe où en Syrie, à Idleb, ou partout ailleurs. Quant à l’heure et à la priorité, c’est une question militaire qui se discute au niveau militaire.

AFP (21) : Vous avez dit auparavant que Raqqa était pour votre gouvernement une priorité ; cependant, les forces qui avancent vers la ville sont constitués dans leur majorité de Kurdes appuyés par les États-Unis. Ne craignez-vous pas qu’on vous écarte de la libération de Raqqa ?

Le président Al-Assad : Non, car nous soutenons quiconque veut libérer n’importe quelle ville des terroristes. Cela ne veut pas dire, cependant, la libérer des terroristes pour qu’elle soit occupée par les forces américaines, par exemple, ou par un autre agent, ou un autre groupe terroriste. Qui va libérer Raqqa ? ce n’est pas clair : des forces syriennes qui la remettront ensuite à l’armée syrienne ? Est-ce que ce sera en collaboration avec l’armée syrienne ? Ce n’est pas encore clair. C’est ce que nous entendons dire depuis un an environ, ou un peu moins, mais rien ne s’est produit sur le terrain. Tout reste virtuel, car rien n’est tangible sur le terrain.

AFP (22) : Les États-Unis et la Russie sont les parrains du processus de Genève. Étant donné la tension existant entre les deux pays, pensez-vous que ce processus se poursuivra ?

Le président Al-Assad :

Il y a une grande différence entre le fait que le processus soit actif, ce qui pourrait se produire à tout moment, et le fait qu’il soit efficace. Jusqu’à présent, le processus n’est pas efficace. La raison en est que les USA ne veulent pas sérieusement parvenir à une quelconque solution politique. Ils veulent utiliser le processus politique comme un parapluie pour les terroristes, et ils cherchent à obtenir grâce cette tribune ce qu’ils n’ont pas pu obtenir sur le champ de bataille. Raison pour laquelle le processus n’est pas du tout efficace. Nous nous retrouvons maintenant dans la même situation, et nous n’estimons pas que cette administration soit sérieuse sur ce plan, car ils continuent à soutenir les terroristes. Nous pouvons donc dire : oui, nous pouvons réactiver le processus, mais nous ne pouvons pas dire que nous nous attendons à ce qu’il soit efficace ou fructueux.

AFP (23) : Après six ans, Monsieur le président, n’êtes-vous pas fatigué ?

Le président Al-Assad :

A vrai dire, la seule chose qui peut faire pression sur moi, ce n’est ni la situation militaire, ni la conjoncture politique ; mais c’est la situation humanitaire en Syrie, l’effusion quotidienne du sang, ce qu’endurent les syriens, les souffrances ressenties dans chaque foyer. C’est la seule chose pénible et fatigante, si on peut parler de « fatigue ». Mais, si vous voulez parler de la guerre, de la politique, des rapports avec l’occident ; non, je ne suis pas du tout fatigué, car nous défendons notre pays, et on ne se lassera jamais de le défendre.

AFP (24) : Qu’est-ce qui vous empêche de dormir ?

Le président Al-Assad :

Encore une fois, la souffrance du peuple syrien que je constate au contact de chaque famille syrienne, directement ou indirectement. C’est la seule chose qui peut m’empêcher de dormir de temps en temps ; mais, pas les déclarations, ni les menaces occidentales de soutenir les terroristes.

AFP (25) : Aujourd’hui, il y a des gens de Foua et de Kafraya qui seront déplacés vers Damas et Alep. Ne craignez-vous pas que cela puisse représenter un déplacement de la population, et que la Syrie d’après la guerre ne sera plus comme celle qui existait aupavant ?

Le président Al-Assad : Le déplacement qui se fait dans ce contexte est nécessaire. Nous ne l’avons pas choisi, et nous souhaitons que toute personne puisse rester dans son village et sa ville. Mais ces gens-là, comme beaucoup d’autres civils dans diverses régions, étaient entourés et assiégés par les terroristes. Ils se faisaient tuer tous les jours. Ils devaient donc s’en aller. Ils rentreront bien sûr chez eux après la libération. C’est ce qui s’est produit dans plusieurs autres régions, et les gens sont rentrés chez eux. C’est une situation provisoire. Des changements démographiques ne sont certainement pas dans l’intérêt de la société syrienne si c’est permanent ; mais, puisque c’est temporaire, ça ne nous inquiète pas.

AFP : Monsieur le président, merci infiniment de nous avoir accordé cette interview.

Le président Al-Assad : Merci à vous

Source: http://mai68.org/spip2/spip.php?article178

«Finance Capital Today»: le plus récent livre de François Chesnais

Sur les liens entre le capitalisme financier international, la crise, le paupérisme et la guerre

par Louis Gill

Bien connu pour son précieux apport des quarante dernières années à l’analyse du capitalisme contemporain et de ses crises économiques et financières, l’économiste François Chesnais vient de publier dans la collection « Historical Materialism Book Series » des Éditions Brill (Leiden et Boston) un livre intitulé Finance Capital Today. Corporations and Banks in the Lasting Global Slump. Ce livre est une remarquable synthèse de l’abondante réflexion qui a porté sur le sujet et, en particulier, de la sienne propre. Rappelons à cet égard quelques-unes de ses contributions, sous la forme : 1) de monographies (La mondialisation du capital, Syros, 1994 et 1997, Les dettes illégitimes, Raisons d’agir, 2011); 2) de direction ou de codirection d’ouvrages collectifs (La mondialisation financière, Syros, 1996, Les pièges de la finance mondiale, avec Dominique Plihon, La Découverte-Syros, 2000); 3) de conférences et de communications lors de séminaires et de colloques; 4) d’articles publiés dans des revues, parmi lesquelles La Vérité, Actuel Marx, Contretemps, La Brèche, et Carré Rouge, dont il a été l’un des fondateurs en 1995 et le principal animateur jusqu’à sa disparition en 2013.

Ce livre, écrit Chesnais, se penche sur deux dimensions, distinctes mais inter-reliées, de l’économie mondiale contemporaine. La première consiste dans les formes et les conséquences de l’interpénétration de grandes banques et de sociétés industrielles, commerciales et de services, ayant atteint un niveau très élevé de concentration et d’internationalisation, qui constitue la forme contemporaine de ce que le marxiste autrichien Rudolf Hilferding désignait comme le « capital de finance » dans son ouvrage de 1910 intitulé Das Finanzkapital. La deuxième consiste dans ce qu’il définit comme « la finance en tant que finance » (en anglais finance qua finance), pour représenter le processus associé à la croissance spectaculaire, au cours des quarante dernières années, des actifs (actions, obligations et dérivés) détenus par les sociétés financières (banques et fonds), mais aussi par les départements financiers des sociétés industrielles et commerciales transnationales. Ce capital, Chesnais le désigne comme le « capital financier », pour le distinguer du « capital de finance » au sens d’Hilferding. Son analyse procède des catégories de « capital porteur d’intérêt » et de « capital fictif », énoncées par Karl Marx dans la Ve Section du Livre III du Capital. Chesnais est d’ailleurs largement responsable d’avoir mis en lumière cette dimension fondamentale de l’analyse de Marx, dans un article de 1979 intitulé « Capital financier et groupes financiers : recherche sur l’origine des concepts et leur utilisation actuelle en France », publié en 1981 dans un livre collectif sous la direction de Charles-Albert Michalet[1]. Il s’est par la suite inlassablement appuyé sur ces éléments clés de l’analyse de Marx dans ses nombreux écrits.

 

D’entrée de jeu, Chesnais désigne le questionnement suscité par le divorce qui s’est de plus en plus creusé, depuis les années 1980, entre une explosion des marchés financiers qui n’a été freinée que temporairement par le déclenchement de la crise en 2007-2008, et le piètre état de l’économie réelle sous-jacente, ainsi que la hausse du taux d’exploitation de la force de travail, dans un contexte où le rapport de forces entre le capital et le travail a sans cesse évolué en faveur du capital. Un des objectifs de ce livre, écrit-il, est de rendre compte de ce divorce dans le contexte économique et politique de la crise économique et financière mondiale qui se poursuit. Cette crise, précise-t-il, est une crise de suraccumulation et de surproduction sur fond de taux de profit en baisse. En gestation depuis la deuxième moitié des années 1980, elle avait été reportée par une création massive de crédit et par la pleine incorporation de la Chine à l’économie mondiale. Certains l’ont caractérisée comme une « crise de financiarisation » ou une crise du « capitalisme financiarisé ». Cela prête à confusion, dit Chesnais, qui la définit comme une crise du capitalisme tout court à un moment donné de l’histoire, dont l’achèvement de la mondialisation (la globalisation) et la financiarisation sont des traits majeurs. Comme les États-Unis, en tant qu’État et en tant que lieu d’accumulation du capital, ont occupé une place centrale dans cette globalisation, il n’est pas étonnant que ce soit aux États-Unis que « le génie de la finance soit sorti de la bouteille ». D’autant plus que c’est aux États-Unis, plus que nulle part ailleurs que le système du crédit a été étiré, au moins depuis 1998, à son extrême limite. Mais la crise qui se poursuit, précise Chenais, était, dès son éclatement en août 2007, une crise mondiale, et non une simple « Grande Récession » nord-américaine. Et, aujourd’hui, aucune économie individuelle ne peut propulser seule l’économie mondiale hors de la crise, comme les États-Unis l’ont fait dans les années 1940 dans le contexte de la Deuxième Guerre mondiale et de ses suites.

 

Chesnais en conclut que, si on définit une fin de crise comme le moment où une accumulation générale et soutenue de capital productif ressurgit dans l’ensemble du système mondial, alors il faut en conclure, près de dix ans après août 2007, qu’il n’y a pas de fin de crise en vue. Toutes les organisations internationales (FMI, BRI, OMC, CNUCED, etc.), chacune dans son champ de spécialisation, en font le constat, remarque-t-il. Le maintien à flot des principaux pays industrialisés repose sur leur dépendance ininterrompue à une injection de liquidités par les banques centrales, avec l’instabilité financière qui s’ensuit. La situation est aggravée par le fait que la Chine a cessé d’être le moteur économique qu’elle était. Chesnais rejette la caractérisation de « stagnation séculaire » avec laquelle des économistes keynésiens ont renoué pour décrire la situation d’impasse dans laquelle se trouve l’économie mondiale. Il invite plutôt à prendre conscience de ce que la société humaine est désormais inéluctablement confrontée aux conséquences des « limites historiques » du capitalisme. Cela, dit-il, a cessé d’être un simple concept intuitif pour devenir une réalité qui peut d’ores et déjà être chiffrée, notamment, en termes de dépossession et d’appauvrissement, et d’inégalités de richesse qui sont revenues à leur niveau des années 1920. La plus grave dimension de cette impasse historique du capitalisme, souligne-t-il, est la crise climatique et environnementale, qui met en cause la survie même de l’humanité. Il consacre à cette question fondamentale la conclusion du livre.

 

Le livre compte une introduction, dix chapitres et une conclusion. Il comprend une imposante bibliographie de 850 titres. Le lectorat non-anglophone, habitué à lire les écrits de Chesnais surtout en français, mais aussi en espagnol et en portugais, souhaitera vivement, j’en suis sûr, que des traductions, au moins dans ces langues, en soient réalisées dans les meilleurs délais.

*******

 

Pour dévoiler davantage le contenu du livre et en motiver la lecture, voici quelques notes complémentaires qui puisent librement dans le texte, avec les renvois appropriés.

 

La crise en cours, lit-on au chapitre 1, intitulé Le cadre historique de la crise et ses traits originaux, a mis un terme à la plus longue phase d’accumulation de l’histoire du capitalisme : plus de 60 ans si on en situe le point de départ à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, 40 ans si on le situe à la fin de la première récession de l’après-guerre, en 1976. Au cours de cette période, le rythme de l’accumulation dans les pays capitalistes avancés, mesuré par le taux de croissance de leur PIB, a continuellement ralenti, mais il ne s’est effondré qu’en 2009. (p. 25)

 

« Le succès avec lequel le capitalisme a repoussé ses barrières immanentes pendant plusieurs décennies, l’ampleur de la création de dettes depuis 2001, ainsi que les politiques mises en œuvre pour contenir la crise en 2008-2009 et après, aident à comprendre l’accumulation massive de capital fictif engagé dans d’innombrables opérations spéculatives se nourrissant de la valeur et de la plus-value créées, simultanément à une suraccumulation globale de capacités productives et à une surproduction dans un vaste éventail d’industries » (p. 36). Ces énormes montants qui sont l’objet d’incessantes transactions, poursuit Chesnais, « sont aux mains de puissants conglomérats financiers qui possèdent la capacité de dicter leurs politiques aux gouvernements à travers un ensemble de canaux politiques et financiers ».

 

L’utilisation par Chesnais de la dénomination « capital de finance » empruntée de Hilferding, pour qui ce capital est un capital-argent mis à la disposition des industriels par les banquiers, ne doit pas suggérer que les grandes entreprises industrielles d’aujourd’hui seraient sous le contrôle des banques. Elles sont au contraire, écrit-il, elles-mêmes intensément engagées dans les opérations des marchés financiers, y compris les plus spéculatives. « Les traits parasitaires du capital porteur d’intérêt, dont Marx a eu l’intuition et sur lesquels Lénine a par la suite mis l’emphase, pénètrent de la même manière les opérations de toutes les composantes du capital : capital-argent, capital commercial et capital industriel » (p. 8); de sorte que les grandes banques et les entreprises industrielles représentent en somme « des différenciations au sein du capital de finance » (p. 93).

 

Chesnais illustre cette symbiose et la similitude des opérations des banquiers, des industriels et des marchands dans une section intitulée « Les banques comme marchands et les sociétés transnationales comme capitalistes financiers », dont les deux sous-sections s’intitulent « Les opérations des conglomérats financiers dans le commerce des marchandises et dans la production » et « Les opérations financières des sociétés transnationales ». Il mentionne notamment le cas du grand conglomérat financier états-unien Citigroup, qui a reçu en 2003 de la Réserve fédérale (Banque centrale) des États-Unis l’autorisation d’intervenir sur les marchés du pétrole, du gaz naturel, des produits agricoles et d’autres produits non financiers, etc. (p. 109-110).

 

Les entreprises industrielles sont l’un des principaux fondements de la puissance du capital de finance », écrit Chesnais (p. 45). Elles ont été « à l’avant-poste de sa restauration de l’après-guerre. Jusqu’au début des années 1990, elles étaient les agents les plus actifs de l’internationalisation du capital » (idem). Elles ont aussi contribué à la relance de la City de Londres comme centre des opérations financières internationales. « Lorsque le capital n’est pas réinvesti dans la production, faute d’un taux de profit suffisant, ou que la demande finale est insuffisante pour justifier de nouveaux investissements, une partie des profits est conservée et éventuellement investie dans l’accumulation financière » (p. 45 et 245) […] « Simultanément, l’accroissement de l’endettement gouvernemental a augmenté le volume des titres de dette offerts sur les marchés, alors que les politiques d’austérité et de mesures favorables aux employeurs ont posé des barrières plus élevées à la réalisation  des valeurs produites et à la complétion du cycle d’accumulation ».

 

« S’en est suivie une pléthore de capital sous la forme de capital fictif, centralisée dans les fonds communs de placement et les fonds spéculatifs (hedge funds), qui a alimenté une instabilité financière globale, elle-même aggravée par la politique monétaire de rachat de titres gouvernementaux par des Banques centrales procédant aussi à l’achat de titres privés à risque, une politique dite « d’assouplissement quantitatif » qui est devenue l’instrument majeur de la politique économique » (p. 245).

 

Avant d’aborder les rapports entre sociétés financières et non financières dans le contexte actuel, Chesnais consacre une brève section de son chapitre 4 (The Organisational Embodiements of Finance Capital…) à l’évolution historique de ces rapports dans quatre pays d’importance centrale, l’Allemagne, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Il met en lumière les caractéristiques fort différentes des quatre pays (p. 94-102).

  • En Allemagne, on note une forte domination des banques sur l’industrie et la formation de cartels au tournant du 20e siècle, avec la persistance de ces étroites relations après la Deuxième-Guerre mondiale, jusqu’à ce qu’elles commencent à s’éroder avec la transformation des grandes banques en conglomérats financiers dans les années 2000; à souligner par ailleurs la très faible capitalisation des entreprises allemandes en pourcentage du PIB : 30 % en moyenne de 1990 à 2005, comparativement à 113 % aux États-Unis et 132 % en Grande-Bretagne.

 

  • Aux États-Unis, où la concentration bancaire s’est développée parallèlement à celle de l’industrie, une forme spécifique de contrôle direct des banques sur la grande industrie a pris la forme, au début du 20e siècle, de « money trusts », qui étaient des banques d’investissement de la première mouture exerçant une vaste concentration de contrôle, au cœur desquelles se trouvaient notamment JP Morgan et la famille Rockefeller, propriétaire de la Standard Oil. La très rapide croissance de la Bourse à partir de la fin de la Deuxième Guerre mondiale a entraîné la disparition de détenteurs d’actions dominants et posé la question de la séparation entre la propriété et le contrôle des entreprises.

 

  • En Grande-Bretagne, on note au contraire à la même époque une absence marquée de liens entre banque et industrie. En tant que centre du système monétaire mondial fondé sur l’or, les banques de la City ont plutôt fait d’importants profits grâce au marché monétaire et aux opérations de change (p. 98). « La City peut être caractérisée comme ayant aidé à construire le premier système d’appropriation mondiale de plus-value sous forme de profits et d’intérêts provenant de l’étranger » (p. 99). Ainsi, « l’’avantage comparé’ de la Grande-Bretagne devait se trouver, non pas dans l’industrie, mais dans le commerce et la finance et dans le rôle sans cesse croissant de la City dans le système financier globalisé ».

 

  • Au centre de la spécificité française, écrit Chesnais, se trouvent l’appui de l’État à l’industrie et les grands emprunts étrangers. « Le seul exploit de la Bourse des valeurs a été le financement de la Compagnie du Canal de Suez » (p. 100). Débordant d’argent en raison d’une faible demande de l’industrie, les banques se sont tournées vers le prêt international, en premier lieu à la Russie qui, à partir de 1880, est devenue la première destination du prêt et de l’investissement direct français, puis vers l’Argentine et le Mexique, ainsi que vers les colonies françaises d’Afrique et de l’Asie du sud-est (Indochine). « Un faible investissement industriel et une faible demande de financement provenant des banques ou de la Bourse sont des traits persistants du capitalisme français, où prédominaient les entreprises d’État et les entreprises familiales bénéficiant d’un accès privilégié au financement public » (p. 101).

Dans l’Introduction du livre, Chesnais précise : 1) que son analyse se situe dans le cadre de « l’achèvement du marché mondial », dont Marx, dans son Esquisse d’une critique de l’économie politique (Grundrisse) de 1857-1858, écrit qu’il est contenu dans le concept même du capital;  2) qu’il faut, à l’instar de Léon Trotsky, considérer le monde, non comme une somme de composantes nationales, mais comme une « totalité hiérarchiquement différenciée » au sein de laquelle s’articulent les réalités nationales (p. 10). Prendre l’économie mondiale comme le point de départ de l’analyse implique que l’on tienne compte de l’ensemble des intervenants avec la spécificité de chacun, comme cela vient d’être rappelé dans le bref coup d’œil sur l’histoire des relations entre banque et industrie en Allemagne, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France. Chesnais souligne notamment que la place de la City de Londres dans le processus de l’accumulation financière et de la globalisation a été incorrectement minimisée par rapport à celle qui a été reconnue à Wall Street (p. 11).

 

De même, pendant les deux premières années de la crise financière, certains ont soutenu que les banques européennes en difficulté étaient les victimes d’une situation dont les États-Unis portaient l’essentiel de la responsabilité. Cela est devenu indéfendable, écrit Chesnais, lorsque l’Union européenne s’est engouffrée entre 2010 et 2013 dans une crise incorrectement désignée comme une crise de « dettes souveraines », et qu’il est devenu clair que les difficultés rencontrées tiraient largement leur source dans les incongruités de ses traités fondateurs. Et le problème ne saurait se limiter à l’absence d’un « gouvernement fédéral » de l’Union; il se situe d’abord dans la priorité conférée par ces traités à la « concurrence sans entraves » qui est le fondement de toute sa construction (p. 236).

 

Tant d’autres sujets de ce livre, qui mériteraient qu’on les commente, ne peuvent être que mentionnés dans le cadre restreint de cette recension, parmi lesquels les innovations financières délétères qui ont précipité l’économie dans le marasme, la titrisation des actifs et le passage du modèle traditionnel de l’activité bancaire, modèle d’« octroi-détention de crédits » (originate-to-hold model), à un nouveau modèle qualifié de modèle d’« octroi-cession de crédits » (originate-to-distribute model), la formidable croissance du « système bancaire de l’ombre » (shadow banking system) et des fonds spéculatifs (hedge funds), le déplacement du risque du système bancaire traditionnel vers les fonds spéculatifs et le système de l’ombre, les nouvelles modalités de contagion et de dispersion du risque, l’ampleur et les conséquences de la prolifération des taux d’intérêt négatifs; notons en particulier à ce sujet que, « entre décembre 2014 et fin mai 2015, en moyenne 2000 milliards de dollars de titres de dette souveraine ont été transigés à des taux d’intérêt négatifs » ! (p. 247), etc.

 

En somme, un livre à lire absolument.


[1] Par excès de modestie ou par inadvertance, Chesnais attribue plutôt au marxiste britannique David Harvey, dans son ouvrage de 1982 intitulé Limits to Capital, la paternité de l’utilisation de la catégorie de capital fictif (voir p. 18). Je signale que je l’ai aussi utilisée dans le tome 2 de mon livre L’économie capitaliste : une analyse marxiste, publié en 1979. Il faut mentionner qu’elle l’avait été depuis le début des années 1970 par la section française du courant trotskyste international auquel nous appartenions alors lui et moi, dans sa revue théorique La Vérité.

Source:  http://iris-recherche.qc.ca/blogue/finance-capital-today-le-plus-recent-livre-de-francois-chesnais

Octobre 17, 2017, Centenaire de la Russie Soviétique: Pour les prolétaires, L’Histoire comme drapeau!

Célébrer Octobre, ce n’est pas célébrer n’importe quelle révolution.

C’est célébrer la première alternative au capitalisme enfin réalisée et construite, et construite durablement sur une période et une étendue suffisamment extensibles pour avoir marqué profondément l’histoire de l’humanité.
La question est donc de savoir si l’on veut se contenter de célébrer les « 10 jours qui ébranlèrent le monde », comme un évènement folklorique sur lequel on peut broder n’importe quelle légende de circonstance, au gré des obsessions politiciennes intéressées des uns ou des autres, ou bien si l’on considère que cette voie ouverte vers le socialisme, durant plusieurs décennies, est une première tentative humaine d’envergure et qu’il y a des leçons positives à en tirer pour réussir la prochaine…

tribune marxiste-léniniste

.

.

.

.

.

Octobre 17, 2017,

,

Centenaire

.

de la Russie Soviétique:

.

Pour les prolétaires,

.

L’Histoire

.

comme drapeau!

.

.

.

.

.

.

.

A l’occasion de l’année du centenaire d’Octobre, il y a toutes les réactions possibles qui s’expriment, soit pour être sûres de bien enterrer le souvenir de l’URSS, dès fois que, …avec le syndrome de l' »ostalgie », on ne sait jamais…, soit pour récupérer ce qui peut encore être utile au service de telle ou telle petite boutique politique très formellement « de gauche », parfois, mais pas que…

Et dans la prétendue « extrême-gauche », voire même s’affichant parfois « marxiste-léniniste », quelques appels à une commémoration « unitaire » ont récemment jailli ici et là…

Célébrer Octobre, ce n’est pas célébrer n’importe quelle révolution.

C’est célébrer la première alternative au capitalisme enfin réalisée et construite, et construite durablement sur une période et une étendue suffisamment extensibles pour…

View original post 2 137 autres mots

Keynes, civilisation and the long run

« Behind the fear of revolution is the bourgeois prejudice that to give power to ‘the masses’ means the end of culture, scientific progress and civilised behaviour.  Yet it was the struggle of working people over the last 200 years (and before) that got all those gains of civilisation that the bourgeois is so proud of.  Despite Robespierre and the revolution’s ‘devouring of its own children’ (a term used by pro-aristocrat Mallet du Pan and adopted by the British conservative bourgeois, Edmund Burke), the French revolution opened up the expansion of science, technology in Europe. It ended feudalism, religious superstition and inquisition and introduced Napoleonic laws.  If it had not taken place, France would have suffered more generations of feudal profligacy and decline.

As we note that it is 100 years this month since the start of the Russian revolution, we can consider the counterfactual.  If the Russian revolution had not taken place, then Russian capitalism may have industrialised a little, but would have become a client state of British, French and German capital and many millions more would have been killed in a pointless and disastrous world war that Russia would have continued to participate in. Education of the masses and the development of science and technology would have been held back; as they were in China, which remained in the grip of imperialism for another generation or more. If the Chinese revolution had not taken place in 1949, China would have remained a client comprador ‘failed state’, controlled by Japan and the imperialist powers and ravaged by Chinese war lords, with extreme poverty and backwardness. »

Michael Roberts Blog

Keynesian economics dominates on the left in the labour movement.  Keynes is the economic hero of those wanting to change the world; to end poverty, inequality and continual losses of incomes and jobs in recurrent crises.  And yet anybody who has read the posts on my blog knows that Keynesian economic analysis is faulty, empirically doubtful and its policy prescriptions to right the wrongs of capitalism have proved to be failures.

In the US, the great gurus of opposition to the neoliberal theories of Chicago school of economics and the policies of Republican politicians are Keynesians Paul Krugman, Larry Summers and Joseph Stiglitz or slightly more radical Dean Baker or James Galbraith. In the UK, the leftish leaders of the Labour party around Jeremy Corbyn and John McDonnell, self-proclaimed socialists, look to Keynesian economists like Martin Wolf, Ann Pettifor or Simon Wren Lewis for their policy ideas and analysis. …

View original post 2 566 autres mots